Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

poésie

  • Loïc LT, 19.12.1996

    Loïc LT, 19.12.1996

     

    Je perds mon précieux en futiles discours

    Qui telle la fumée sont plus légers que l'air

    Et dans cette bêtise à jalouser les sourds

    Mon cerveau de génie très vite dégénère.

     

    Au hasard de ma vie, il arrive pourtant

    Que quelques rencontres ravissent mon esprit

    Et avec ces amis d'un instant confidents

    Nous refaisons le monde à coup de théories.

     

    On parle politique et de philosophie

    Mécanique quantique ou bien astronomie

    Et je rentre le soir ivre de certitudes

     

    Heureux d'avoir un temps vaincu la solitude,

    Cependant que j'entends les odieux commérages

    Des concierges bêtes comme des coquillages.

     

  • Berloch

    Berloch
     
    Le village de Berloch
    Se situe quelque part
    Très loin du Languedoc
    Et du Madagascar.
     
    Des fermes délabrées
    Ou restent quelques bouses
    Feraient fuir une armée
    De quatorze barbouzes
     
    Je me souviens jadis
    De vingt vaches frisonnes
    Qui peuplaient cet abri
    Comme des pharaonnes.
     
    Et la rouille aujourd’hui
    Achève ce qui tient
    Des taules et de conduits
    Et bien d'autres machins. 
     
     
    Loïc LT, 24.11.20

  • Shako, sabre et poème forçant l'admiration

    Ma grand-mère du côté de mon père s'appelait Elisa mais elle se faisant appeler Marie. C'était une femme de la vieille école qui ne faisait pas beaucoup dans le sentimentalisme. Mais chose extraordinaire. En vidant sa maison après son décès, on est tombé sur un book où elle raconte sa vie d'agricultrice. Elle avait cinq enfants mais dans son récit, jamais il n'en est fait mention.

    Ma grand-mère faisait un far breton excellent. Mais ce n'est pas de ça que je voulais parler aujourd'hui mais de son café. Non seulement, il avait un goût unique mais en plus à sa surface, il y avait une fine couche de nappe blanche que personnellement je n'ai jamais réussi à reproduire. Cela m'a inspiré ce sonnet. 

    L'émulsion 

    Souvent à la surface du café de mémé

    Il y avait comme une nappe que lorsqu'on

    Faisait tournoyer à coups de pelletées

    Provoquait quelque chose comme un tourbillon.



    Et je me faisais dans l'idée que cela

    Gravitait comme au sein des galaxies lointaines

    Et c'est avec regret qu'en buvant le caoua

    S'en allait ce nuage avec son ciel de traîne.



    Un jour que je parlais pour ne rien dire avec

    Un drôle de type portant un vieux shako

    Nous vînmes à parler de ce curieux dépôt.


    Qui se forme par un procédé intrinsèque

    Et ce cruciverbiste habile du crayon

    Me fit part que la chose était une émulsion.

    Loïc LT, le 15 mai 2020

  • Shako, sabre et poème

    J'ai commis ce poème tôt ce matin. C'est une amie Facebook qui m'a passé commande...enfin, c'est beaucoup dire...disons que je lui ai demandé un sujet et elle m'a répondu "maison en ruine". Et c'est bizarre parce qu'à chaque fois que cette fille me donne un thème, ça m'inspire. Je sais comment faire maintenant pour écrire un poème par jour. 

    Les Verdurin

    Tout en bas de chez moi tout près d'un vieux lavoir
    Où jadis les dames venaient battre les draps
    Se situe quelque part au milieu d'un hectare
    Ce qui fut dans le temps un modeste habitat.

    Le toit s'est écroulé laissant tout le loisir
    Aux sureaux, même un îf de pousser à la place
    Du salon, de la chambre où tout devait frémir
    Lorsque l'hiver donnait en veux tu de la glace.

    Des ronces ont poussé et recouvert le mur
    En pierre de granit mais c'est encore ce
    Qui reste un peu debout dans cette architecture
    Très simple mais qui fut le théâtre dont ceux

    Qui sont les plus anciens s'enivrant à tel point
    Qu'après quelques verres d'un cidre dégueulasse
    Cherchent encore en vain comment les Verdurin
    Furent taillés en pièce à l'heure où pourtant passe

    Le facteur surpris par un silence malsain
    A l'heure où de coutume Anne donne du grain
    A ses dindons et des carottes aux lapins
    Pendant qu'Ernest charge une charrette à foin.

    Dans la chaumière deux enfants sages, rivés
    Sur leurs leçons à rendre le lundi suivant
    nourrissent le feu qui réchauffe le foyer
    Lorsque le vent rentre par quelques trous béants.

    En cinquante ans pas un n'a voulu se porter
    Acquéreur de ce tas de ruine et au village
    On rit quand des Anglais viennent se renseigner
    Sur cet ermitage qui sert pour les vêlages.

    Le touriste ennuyé par une balade en
    Ces lieux où le lavoir ne vaut pas un cliché
    Peut cependant se montrer un peu insistant
    Devant ce vestige entouré d'un champ de blé.

    Shako, le 11.05.2020

  • Shako, sabre et poème forçant l'admiration #2

    Hier, neuf mai, j'étais pas mal inspiré et ça m'a rassuré puisque je n'avais pas écrit depuis début avril. L'inspiration ne se décrète pas. On n'en connait pas les rouages. Je pense qu'il faut une accroche et puis après tout semble simple. Ainsi le thème de l'ascenseur m'a été donné par une Française qui habite au Portugal.

    Aujourd'hui, c'est plus sérieux. J'évoque les premiers jours de mon amour avec ma future femme qui m'a donné deux enfants. Mon appart un peu pourri se situait près d'un fleuve paisible qui s'appelle le Blavet et qui traverse le Morbihan du nord au sud et se jette dans l'Atlantique du côté de Lorient. 

     

    Le Blavet était paisible et l'imposant viaduc
    S'imposait fièrement lorsque de la fenêtre
    En s’enlaçant très fort on pensait à des trucs
    Comme notre avenir jusque la mort peut-être.

    Dans le petit appart on écoutait Daho
    Et l'on faisait l'amour sans tambours ni trompettes.
    Ensuite elle fumait deux ou trois Marlboro
    Et puis l'on reprenait nos tendres galipettes.

    On découvrait tout deux les choses de la vie.
    C'était juin et nos corps épuisés étaient moites
    Mais notre amour était plus fort qu'un fond de l'air.

    Aujourd'hui c'est fini et tous ces souvenirs
    Hantent mes nuits et chaque jour tous ces stigmates
    Me font mal au cœur comme un Blavet qui soupire.

    Shako, le 09.05.20

     

     

  • Shako, sabre et poème forçant l'admiration

    J'ai demandé à Léonor de me donner un thème pour écrire un poème et elle m'a répondu "ascenseur". Ça aurait pu être sur Françoiz Breut mais non. Alors voici ce que j'ai écrit au petit matin en buvant des cafés, tranquille allongé en haut de ma commode car depuis le confinement j'essaie toutes les positions. C'est ainsi qu'il y a une semaine, je suis resté des heures assis, le cul dans l'évier lisant les liaisons dangereuses.

    Voici donc *l'ascenseur* écrit à l'arrache et toujours très classique et arithmétique. 

     

    On m’a dit d’écrire une ode sur ce machin
    Qui sert à ceux qui vivent au trois ou bien dix huit
    Pour rejoindre le rez évitant le gadin
    Possible quand à pied on descend du building


    Je me souviens qu’à Rennes alors que j’avais l’âge
    Soi disant d’étudier la physique quantique,*
    Je me servais de ce type d’appareillage
    Pour monter ou descendre seul et académique. 


    En fait ce n’est pas vrai mais il fallait la rime
    Pour mettre un peu d’humour avec les ascenseurs
    Qui s’élèvent partout de New York jusque Nîmes
    Au grand bonheur des humains lourds ou paresseux.


    L’ascenseur est étroit, on se touche, on se frotte
    Même parfois s’engagent de vaines paroles
    Entre deux quidams qui parlent soleil et flotte
    Du gouvernement, des taxes et de bagnole.


    Shako, le 09.05.2020

     

     

     

     

  • tentative (im)possible d'explication d'un poème de Arun Kolatkar

    Lorsque je veux jauger la popularité d'un écrivain ou autres, mon premier réflexe est de regarder s'il dispose  d'une page wikipedia. Or Arun Kolatkar (1931-2004) n'en a pas. Trop de chance ! On est dans l'underground de la littérature. Kolatkar était un citoyen de l'Inde qui vivait dans un quartier artistique de Bombay qui s'appelait Kala Ghoda. Je vais faire court. C'était un marginal qui n'a pas connu la gloire de son vivant (ni après sa mort n'empêche qu'il est dans la collection Poésie/Gallimard - vous savez cette collection que vous ne trouvez pas dans les librairies, merci le net) et qui un peu comme George Perec s'installait toujours dans la même rue et écrivait ce qu'il voyait..mais différence entre les deux : Perec faisait un inventaire très précis alors que Kolatkar s'envolait dans des rêves poétiques désopilants. Pour lui, la rue était juste une base de travail sur laquelle il s'appuyait pour écrire des choses invraisemblables. 

    Je retranscris ce poème en le transformant en poème en prose ( sinon, ça part trop en longueur). Si j'arrive à en trouver la clé, je vous en reparle après (sinon merci à Carla pour la découverte). 

    arun.jpgUn vieux pneu de vélo

    J'ai beau être un vieux pneu de vélo, une pelure de roue toute râpée, une anguille qui se mort la queue, un zéro de traviole, un shunya infirme - ce n'est pas pour autant que je compte me pendre à un épi de faîtage, ou moisir sur un toit couvert de mousse en compagnie d'une chaise bancale, d'une godasse gauche au sourire fendu jusqu'aux oreilles, et d'un escargot sans-logis pris dans le cercle vicieux de ma chatte.

    Je ne me vois pas non plus rejoindre une communauté à la noix de pneus de vélo ascètes qui vivent en colonies au sommet des arbres, et, les nuits sans lune, s'élèvent, dit-on, telle une volée d'oiseaux, pour se mettre en roue libre, faire la course d'un horizon à l'autre, s'accoupler librement, ou batifoler dans le ciel toute la nuit, avant de regagner leur perchoir sur des hôtes feuillus aux petites heures du matin et de rester là en suspens sans donner signe de vie jusqu'à la prochaine nuit sans lune. Foutaises que tout cela ! Et d'ailleurs, je ne suis pas du genre à me percher comme ça sur un banyan frappadingue ou un arbre de pluie grandiose. 

    Je n'entends pas le moins du monde laisser les cigales me pisser dessus, les chauve-souris chier sur moi ou une Tachardia Lacca me laquer le cuir. Très peu pour moi. J'aimerais mieux m'immoler, empuantir une belle matinée d'hiver et réchauffer des clochards frissonnant sur le bord de la route plutôt qu'écouter un criquet accorder son mini-Stradivarius électrique, et encore moins un orchestre entier de criquets qui ferait son show sous les étoiles en se livrant à des excès pseudo-wagnériens. Grands dieux, non ! En tout cas, pas tant que je teindrai la route, qu'un gosse déluré pourra grâce à moi s'en donner à cœur joie, ou tant qu'il y aura assez de gosses sur terre pour me flanquer une bonne claque sur le derrière suivie d'une autre, puis d'autres encore en rafale. Je frémis à chaque fois que je m'en prends une, mais c'est ce qui me fait aller de l'avant, j'imagine, c'est ma raison de vivre. A ce propos, je m'interroge, quand t'auras mon âge, ils seront combien à te courir encore après, hein, ma belle ? 

     

    Bien. Je devine le poète Indien (oui, les habitants de l'Inde sont des Indiens, j'ai vérifié), installé comme d'habitude à sa table de café habituelle. Il voit un vélo passer ou appuyé contre un arbre. Il décide, par la volonté de l'intelligence humaine de se prendre pour un pneu de vélo, c'est à dire rien de poétique, une bande de caoutchouc, à qui il donne une conscience. Et quand on a la conscience (humaine) d'être un simple objet, l'idée d'en finir avec cette "existence' peut effleurer l'esprit. Mais ce n'est pas le souhait de ce pneu. D'ailleurs (séquence premier degré : comment se suicider quand on n'est pas un être vivant ?) Après, c'est compliqué, l'idée du suicide étant rejetée, il explique à travers un rêve qu'il ne veut pas rejoindre tous ces boyaux qui la nuit venue se cachent dans les arbres, copulent même (mais comment deux chambres à air peuvent-ils faire l'amour, dîtes-moi ?) et s'envolent pour revenir au petit matin de simples pneus inertes.  Ce qu'il veut, ce boyau, c'est venir en aide aux plus pauvres ou faire plaisir aux enfants aussi ingrats soient-ils. 

    Evidemment, on peut aller plus loin. Ce poème est avant tout une allégorie de l'humain, le pneu est un vieil homme agonisant qui veut encore aider son prochain, aider des jeunes désœuvrés qui lui foutent des baignes. Il n'y a pas pire que la cruauté des enfants.  C'est presque trop naïf. Moi, j'ai un vélo, il est au fond de mon cabanon et la prochaine fois que je le sortirai et que je gonflerai ses pneus, j'aurai une pensée pour ce poème, tout en m'énervant sur la valve qui me crée à chaque fois des embêtements (pour ne pas être vulgaire). 

    Si vous voulez aller plus loin, je vous invite à lire la note de Pierre Assouline où il est question de la traduction du recueil (par Pascal Aquien et Laetitia Zecchini). Arun Kolatkar écrivait en anglais. Par ici

    Loïc LT

  • Tentative d'écriture d'un poème surréaliste.

    Canicule, 

    Je viens juste de ne pas me réveiller. Du balcon mouvant, je vois des gens qui montent la rue à reculons éjectant des poussettes en papier. Les pierres des murs ne parlent pas, n’en déplaise à Guillevic, mais elles sont moites et ont si chaud qu’on pourrait les modeler pour en faire des poupées en bois.

    Sur les toits qui s’effondrent avec panache, des armées de volatiles forment des bataillons avant de se lancer sur les bipèdes venus de Skagen et de Kungsbacka.

    L’église romane dont on voit une excroissance défier les falaises se transforme en une espèce d’immense bidet magnifique ce qui ne provoque pas l’étonnement de tous ces idiots scandinaves qui marchent désormais en avant mais à quatre pattes.

    A Balazuc, quand il fait chaud, c’est ainsi que ça se passe...ou pas.

     

    Loïc, le 08.07.2017, Balazuc.

    DSCN4015.JPG

  • J'ai pris ce gros nuage...

    nuage25042017.jpg

    J’ai pris ce gros nuage

    Ce soir au crépuscule,

    Il partait en voyage

    Avec ses particules

     

    Allait-il vers l’Orient

    L’Occident ou l’Afrique ?

    Qu’en sais-je des errements

    Des corps atmosphériques…

     

    Mais cinq minutes après

    Quand je suis revenu

    Tout était bleu, mais qu’est

    Donc mon stratus devenu ?

     

    Éphémère ou blagueur

    Me demandais-je ensuite ?

    A quoi bon chercher l’heure

    De ce qui n’est que fuites...

     

    Loïc LT (25.04.2017)

  • commentaire de texte : les aludes - Gambetti

    Aujourd'hui, enterré près du célèbre if du cimetière de Triqueville dans l'Eure, Gambetti a quitté la fourmilière le cœur en paix en nous laissant un dernier texte qui est d'ailleurs gravé dans le marbre de sa tombe. Pour info, les aludes sont des fourmis volantes. 

     

    Les aludes

    Vue d’en haut, la vallée de l’Huveaune. Tout en bas, la dépression est coupée en deux par un grand trait bruyant sur lequel de façon incessante passent, montant et descendant, les fourmis laborieuses, les fourmis pressées. Les fourmis obnubilées. Elles partent vers les champs, les vignes et les pinèdes en quête de nourriture, là bas, vers Saint Maximin et la Sainte Baume, quand d’autres retournent à la fourmilière, la dense Marseille. Elles suivent toutes le même chemin, mues par le désir d’amasser.
    Mais, parfois, à certaines, éprises d’un trop vif désir de liberté, poussent des ailes. Et elles s’envolent… Aludes ailées, envolez vous vers l’azur halluciné !

     

    Ce poème en prose est un peu un poème-testament. L'auteur qui du haut de la vallée de l'Huveaune (fleuve qui se jette à Marseille) contemple ce monde qui bouge à des fins diverses mais on sent un brin de moquerie voire de désespoir de la part de Gambetti qui ne se retrouve pas dans ces fourmis pressées, travailleuses et dont le seul désir est l'appât du gain. Si ce n'étaient des fourmis, elles seraient des moutons de Panurge.

    La dernière phrase a des allures baudelairiennes (envole-toi bien loin de ces miasmes morbides, va te purifier dans l'air supérieur et bois comme une pure et divine liqueur le feu clair qui remplit les espaces limpides....), voire même mallarméennes. Un peu des deux sans doute. 

    Les aludes contrairement à leurs congénères peuvent fuir ce monde insensé...fuir, là-bas fuir, car elles sentent que les oiseaux sont ivres....

    C'est un texte métaphorique avec son lot de champs lexicaux, le texte type à étudier en classe et en même sur le fond, un grand classique, au sens noble du terme...toujours cette volonté du poète de se placer au dessus de la mêlée et de ne pas se reconnaître dans cette société où l'on ne prend pas le temps de vivre. Mais j'ai ouï dire qu'à Marseille, quelques fourmis un peu paresseuses, n'exprimant cependant pas le besoin de fuir s'enivraient d'un alcool qui a des  tons jaunes (le plus jaune possible, c'est mieux, ça dépend du dosage avec l'eau) avant de se protéger du soleil sous les platanes en s'installant sur des bancs pour regarder d'autres fourmis tout aussi paresseuses lancer des boules de métal en direction d'une autre boule plus petite et pas en métal celle-ci. 

    Aludes ailées, envolez vous vers l’azur halluciné !

    Loïc LT