Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

julie schittly

  • les romans d’une vie # 3 - Aurélien Manchion

    Screenshot_20201119-075834_Google.jpgOn ne change pas une équipe qui perd. Je continue donc à  gentiment demander à mes contacts leur Top10 littéraire, exercice littéraire que le confinement ne peut pas nous enlever. Aurélien, tu es le 3e à t’y coller mais j’en attends d’autres (30, ce serait bien pour faire des recoupements et un TOP10 général (même si j’imagine que ça a déjà été fait des milliers de fois).Ta liste est singulière. Il y a deux auteurs que je ne connais pas. Tout ce qui est Iliade, Odyssée (rien à voir avec de Pie) et tous ces trucs, franchement moi j’y arrive pas  et pourtant je me dis souvent que je ne pourrai pas avancer plus en littérature tant que  je n'aurais pas lu ces barbantes épopées mythologiques. En tout cas, merci pour ta liste. Je crois qu’il y a juste un point commun avec la mienne, c’est Proust ! Et c’est bien l’essentiel !

    T’a mis Mme Bovary. Dans le même genre, j’ai mis Le Rouge et le Noir, roman que je mets carrément au dessus du niveau des eaux de l’écluse de Manerven où je suis souvent allé en fin d’été pique niquer et lire. Je crois que je lis le roman de Stendhal une fois tous les ans et c’est toujours le même régal. La personnalité de Julien Sorel me subjugue, son ambition, son arrivisme, sa beauté (mais arrêtons de parler de moi -). Le Rouge et le Noir cache un autre grand roman de l’auteur du même tonneau: Lucien Leuwen.

    À bientôt Aurélien pour une bolée sur le port de Vannes

    Loïc@Shako

     

    La liste du Girondin de Marseille :

     

    A la recherche du temps perdu - Marcel Proust

    Madame Bovary  - Gustave Flaubert

    L’odyssée de Pi - Yann Martel

    Le tour du monde en 80 jours - Jules Vernes

    1793 - niklas natt och dag

    New York  - Paul Morand

    les égouts de Los Angeles  - Michael Connelly

    sur la route - Jack Kerouac

    L’iliade - Homere

    Aurélien - Aragon

     

    Aujourd’hui est un jour important pour moi puisque je passe devant le procureur à 09:15. Il reste une heure ! Et contrairement à Trump, je respecterai la sentence !

    Excusez-moi si la mise en page n’est pas très bonne, j’ai fait cette note avec une tablette. Je remettrai tout ça en ordre ce soir.

    Loïc

  • quand je rentre / Dominique A

    Dominique A vient de sortir "vie étrange", un album qui n'était pas vraiment prévu mais il a bien fallu qu'il s'occupe pendant le confinement. C'est un album feutré et camouflé comme on l'est dans sa chaumière lorsque la cheminée est allumée et que le chat dort sur le dos ou dans d'autres positions dont eux seuls ont le secret. Quelques lumières tamisées, des livres partout et puis le coin musique avec synthé, tanzbar....etc. 

    C'est un album qui a une cohérence, quelque chose de mystérieux. Pour une fois, il n'a pas eu besoin de laisser cours à notre imagination. Les textes sont bien travaillés, comme d'habitude mais on sent que Dominique n'a pas voulu nous prendre la tête ! Je pense par exemple "à la même place".... On devine le couple de retraités qui va voir la mer tous les jours sans sortir de la voiture qui est garée face à l'océan toujours "à la même place".. et personne  ne dit rien. Que voulez-vous qu'on dise quand on a cinquante ans de vie commune et qu'on va voir la mer toujours au même endroit au petit caillou près ? C'est comme une habitude sur laquelle on ne discute pas. 

    Je pense que Françoiz Breut a dû écouter cet album, par contre Julie Schittly, je ne pense pas. Cet album est et va passer un peu inaperçu (hélas). Peut-être que je vais lui offrir. 

    L'album a été pressé tellement vite qu'on n'a même pas pris le temps de mettre les paroles. Je vais vous mettre ci-dessous "quand je rentre", un titre qui doit parler à beaucoup d'hommes, moi le premier !

    Sinon, si la logistique marche bien, je dois recevoir quelque chose aujourd'hui dont je ne vous parlerai pas ! J'attends une alerte sur mon téléphone....

    Qu'est-ce que tu veux savoir / que veux tu m'arracher / quand je rentre / j'hésite sur le pallier  / j'ouvre et je retrouve à m'attendre / il est tard et je suis, je suis si fatigué...trop de monde.....


  • CR365 : frappez sans entrer - John Godey (Gallimard, série noire)

     

    frappezsansenrter.jpg

    Ce sont des fans de Godard qui m'ont affirmé que le Série Noire posé sur les fesses de Brigitte Bardot dans "le mépris" était "frappez sans entrer" de John Godey. Au fait, avant de venir sur ce blog, vous avez frappé ? Et est-ce que je vous ai laissé entrer ? Je crois pas, non, mais maintenant que vous êtes là, que vous vous appeliez Françoiz Breut ou Julie Schittly, vous pouvez rester. Je vous paie un café. Je suis sûr que vous allez bien vous entendre. De toute façon, ça ne va pas durer longtemps. Ce polar sorti en 1961 ne présente pas beaucoup d'intérêt et c'est sans doute pour ça que Camille n'a pas le nez dedans. Mais connaissant Godard, le choix de ce livre n'est pas un hasard....ou peut-être. Je suis bien le seul à me poser ce genre de question. Lui-même ne doit plus savoir d'ailleurs. Sinon, je ne comprends pas en quoi ce titre a un rapport avec le polar dans lequel les gens frappent et attendent qu'on les ouvre. 

    875816060.jpgL'histoire est assez simple. Dans un quartier résidentiel d'une quelconque ville américaine (qui n'a pas encore trouvé son clown), une jeune fille qui s'appelle Lola Paris se fait buter par une voiture et se retrouve entre la vie et la mort à l'hôpital. Une enquête est évidemment menée. Une dizaine de flics sont sur l'affaire que des journalistes importunent sans cesse. On vérifie la carrosserie des voitures des habitants du quartier mais on ne trouve rien de probant. C'est assez simple, non ? Je me demande si ça vaut vraiment un roman. 

    J'ai lu les 186 pages très vite. La traduction de Jean Rosenthal est très bonne car ça se lit bien. Quand on arrive à la page 101, on tourne  et on se retrouve comme par magie à la page 102 ! A force de lire sur liseuse, j'ai fini par perdre l'habitude de choses élémentaires. Si un jour, vous allez à la plage de Kerhillio et que vous ne savez pas que lire, passez chez moi, j'habite quelque part à côté d'un arrêt de bus. Vous trouverez facilement. Vous verrez l'aile avant droite de ma voiture est bousillée et couverte de sang.

    John Godey dispose d'une page Wikipedia. 

    lecture le 12/11/2020, parution : 1961. Note 5/5 (mais juste pour les fesses de BB)

    Shako

     

  • JeanPaul Tarasco - profession : artiste peintre

    terrasse d'hiver.jpgQuelqu'un m'a dit au téléphone que j'aurais pu être écrivain. Je ne me vante pas, je répète juste ce que cette personne m'a dit et qui d'ailleurs elle-même écrit très bien aussi. Cette fille est typiquement du genre la femme sans histoire. Alors, moi, je sais pas, je n'ai pas le recul, j'ai le nez dans le guidon mais peut-être que je suis meilleur en prose qu'en alexandrin. Il y a trois ans à peu près, Gallimard m'avait appelé pour me demander si je pouvais écrire un essai reprenant tout ce que j'avais écrit sur ce blog. Malgré l'insistance de ma femme, je n'y suis pas arrivé. J'ai 47 ans et je crois que je saurais si je pouvais faire aussi bien que Eric Reinhardt.  Tout le monde n'est pas Yvan Duvivier, Isabelle Sigoura, Julie Schittly ou Paul Gogo. Ceci dit, les journalistes qui ont une belle plume sont-ils capables d'écrire un roman ? Relater un fait divers, ce qui s'est dit lors d'un conseil municipal ou faire un papier sur l'inauguration d'une pissotière à Persquen est une chose, inventer une histoire en est une autre. Même écrire un essai n'est pas à la portée de tout le monde, genre une histoire qui se déroulerait à Tarifa.

    J et Q.jpgVous avez remarqué que souvent mon premier paragraphe n'a rien à voir avec le sujet de ma note....et même parfois le second, tiens. Aujourd'hui, j'ai fait un drive à Super U et j'avais commandé des bougies (j'aime bien allumer des bougies le soir) mais ils n'ont pas pu me les vendre car le rayon bazar est fermé. Je croyais que c'était juste les livres (en solidarité avec les libraires, why not) mais non, c'est tout le rayon des choses non essentielles...comme les bougies qui est fermé. Mais ça fait du tort à qui de vendre des bougies ? Vous connaissez des magasins où l'on ne vend que des bougies ? A côté de ça, le rayon alcool et notamment l'alcool fort est ouvert. Chacun sait que le whisky constitue une denrée essentielle. Le gouvernement est complètement à la ramasse. On ne sait plus ce qu'on peut faire ou ne pas faire. Mais je ne sais pas où est passé ma colère. Voilà donc un second paragraphe qui une fois de plus n'a rien à voir avec le sujet du jour. En cours de Français, on me foutrait 2/20. Mais, ne vous inquiétez pas, je n'ai pas perdu le nord

    l'attente.jpgJe vous explique (Carla -). Je suis l'administrateur avec Léonor d'un groupe Facebook consacré à Françoiz Breut. Il est moyennement actif au regard du nombre de membres (sachant que nous ne sommes que quatre ou cinq à intervenir). Le groupe s'intitule "Everyone kisses Françoiz Breut"). Ce nom m'est venu d'une chanson de son premier album qui s'appelle "Everyone kisses a stranger". Parmi les membres actifs, il y a JeanPaul Tarasco (qui est quasiment l'anagramme de son vrai nom). Il m'a appris aujourd'hui qu'il était artiste peintre et que je pouvais voir ses toiles sur son site : ici

    C'est essentiellement de l'acrylique et comme je suis une brêle en peinture, il a fallu que je fasse une recherche sur Wikipedia. Donc : peinture acrylique : une peinture basée sur des résines synthétiques. Prends ça et mange ton pain. J'aime sincèrement beaucoup ce qu'il fait et notamment celui tout en haut qui s'intitule "terrasse d'hiver". La scène est banale mais c'est coloré et ça me fait penser...mais de loin à ce que fait David Hockney (mais chez ce dernier, il n'y en général qu'un personnage (ah peut-être deux dans le troquet) et comme c'est le seul peintre contemporain que je connais, il fallait bien que je ramène ma science. De toute façon, un type qui est fan de Françoiz Breut (qui fait des dessins elle aussi...que Léonor adore -) ne peut foncièrement pas faire quelque chose de mauvais. T'inquiètes, Poljan, la rue ne te reprendra pas ( pour peu qu'elle t'aies déjà pris). 

    Ses tableaux sont très colorés et si j'ai bien compris, il prend des photos de scènes de rue et en fait des peintures ensuite. Il appelle ça du "figuratif très réaliste". Je n'ai rien à dire d'autres. Voyez les quelques tableaux que j'ai mis ici et si ça vous plait, allez sur son site et foutez-moi ça en fond d'écran, ce sera un bon début !

    Bien à vous,

    Shako

    après la pluie.jpg

     

  • I've got the power !

    IMG_20201108_161607.jpgJe m'étais dit que j'allais me forcer à écrire une note tous les jours (avant ma reprise de travail en tout cas) mais c'est difficile quand même, je ne suis pas journaliste et je n'ai pas le talent de Julie Schittly. Aujourd'hui, je suis allé déjeuner chez mon père. On a parlé de choses et d'autres et je n'étais pas pressé de partir. Alors, je suis sorti prendre l'air et suis allé voir les bâtiments de ferme qui se situent derrière la maison (une longère). C'est un spectacle un peu désolant. Tout ce qui est tôle et boiserie partent en vrille. Si un jour, il faut vendre la maison (parce que c'est la nature des choses), je pense que tout ce bazar derrière va en rebuter plus d'un. Je vois pas trop comment démolir tout ça...y'a peut-être quand même la possibilité de transformer la fosse à purin en piscine puisque ladite fosse est à ciel ouvert. Pour la reste, je ne sais pas.

    Tout ça m'a quand même rappelé des souvenirs...mon chien Snap qui me suivait partout et qui est mort quelques jours après qu'il s'est rendu compte qu'il n'y avait plus de vaches dans la ferme (1999). On l'a retrouvé mort dans un champ sans raison apparente. Il n'avait que 5/6 ans. Je suis certain qu'il a fait une déprime parce qu'il s'est senti inutile. C'était un berger allemand adorable et il me suivait partout lorsque j'allais me promener par monts et par vaux en récitant des vers de Rimbaud. J'avoue que j'ai pleuré. Je m'étais trop attaché à lui. C'est moi qui lui avais trouvé son p'tit nom par rapport à un groupe de dance music de l'époque qui chantait "I've got the power". Je n'oublierai jamais ce chien. J'espère qu'il y a un paradis pour eux aussi  (encore que pour nous je sais pas). 

    Donc, je suis allé chez mon père et chemin faisant, j'ai vraiment réalisé qu'il n'y avait personne sur les routes. C'est la misère et même mon boucher était fermé alors que j'avais promis à mon père de lui ramener de la bonne bidoche. On a suivi ensemble le départ du Vendée Globe. A noter que même en plein air, le public était interdit. On atteint le summum de la connerie. 

    En rentrant, je suis passé devant une école de campagne et j'ai remarqué qu'il y avait quatre barrières à deux mètres de l'entrée. Vous savez, c'est pour faire peur aux terroristes. Je me marre.

    Il y a une semaine, j'étais sous perfusion au service réanimation de l'hôpital de Vannes...

    Shako

  • Julie Schittly - profession : journaliste

    julie.jpgComme je l'ai déjà dit ici, j'ai été correspondant de presse pour Ouest.France (quotidien le plus vendu en France) et ce grâce à Julie Schittly (quel joli nom) qui avait repéré mon blog parce que j'avais cité son nom sur l'article illustré par une carte du Morbihan recensant les cabines téléphoniques restantes. Comme je connaissais un peu l'affaire, j'avais remarqué une erreur concernant le bourg du Faouët. Donc, j'ai eu le droit à un papier dans le OF et puis je suis passé à la télé etc. 

    Je suis resté correspondant à peu près deux ans et j'y ai pris beaucoup de plaisir même si certaines choses étaient barbantes et puis il m'a fallu apprendre le style journaliste. J'ai gardé tous mes articles et globalement je trouve ça moyen. Il y a quelques uns  dont je suis fier mais dans l'ensemble, c'est bof. Apparemment, quelqu'un m'a remplacé sur le secteur de Baud et ce qu'il écrit est très bien.

    Julie est chef de rédaction à Pontivy, une petite ville sympathique au nord du Morbihan. Je tenais à la remercier une dernière fois...et regardez ce minois et ces pommettes saillantes ! 

    Si vous tapez son nom, vous trouverez aisément sa biographie officielle publiée sur le site  de Sciences Po Strasbourg (d'ailleurs vous allez voir, il manque un mot). 

    Voici la fameuse carte commise par Julie et recensant les cabines du Morbihan :

    cartecabine.jpg

    Merci Julie !

  • CR363 : l'autre Rimbaud - David Le Bailly

    Je viens de finir *l'autre Rimbaud* de David Le Bailly. Il y est question de Frédéric Rimbaud, le frère de l'autre con. Fallait y penser. Gros travail de recherche de la part de l'auteur (le travail de recherche et d'écriture est décrit en italique). Évidemment, il a dû broder car il reste peu de traces du frangin. Frédéric était chauffeur d'omnibus à Attigny dans les Ardennes. C'est le mal aimé de la famille pourtant il est sensible et touchant. Mais pas facile de s'imposer face à la figure jupitérienne de l'auteur du bateau ivre, la mère Vitalie n'ayant d'yeux que pour ce dernier. En toile de fond, on apprend beaucoup sur la vie dans les Ardennes au 19e. J'ai beaucoup aimé. 
    De tout de façon, on a tellement tout dit sur Arthur alors si on veut encore écrire quelque chose, il faut trouver un concept original, un autre angle d'attaque ou une autre ligne de front si vous préférez ! A moins que Françoiz Breut ou Julie Schittly ait une autre idée. 
    Je projette personnellement donc d'écrire un essai fleuve sur Vitalie, la mère de Arthur, Frédéric et Isabelle.
    Je suis certain que ce bouquin plairait à Françoiz Breut et même à Julie Schittly !
    A lire. Surtout pour les rimbaldiens. Et puis les autres aussi ! Y'a pas de raison. 
     
    lecture sur Kindle, octobre 2020
    note : 5/5

  • la chute des damnés - Françoiz Breut

    Le 16 septembre 2020, Françoiz Breut a donné un concert sans public dans une salle bruxelloise (le Botanique). Le concert était diffusé sur Youtube (il est toujours disponible, je l'ai mis sur ce blog). Ça a duré 45 mns et elle a chanté 9 titres dont six inédits qui figureront sur son album qui sortira au printemps 2021 (s'il y a encore quelqu'un en vie en Europe -)

    Alors, je me suis pris la tête pour extraire une chanson de ce concert si bien que le son est un peu pourri. Mais passable. Je n'ai pas encore trop étudié la question. J'ai commencé à retranscrire les paroles mais je coince. La chute des damnés, c'est aussi un tableau peint par un certain Dirk Bouts aux alentours de 1470. Il est exposé au musée des Beaux-Arts à Lille. La chanson a-t-elle un rapport avec ce tableau ? Je pense que oui et vous tiens au courant. Tu connais, toi, Julie Schittly ?

    Shako

                                             

     

     

     

     

     
  • CR362 : le chat bleu - Sébastien Monod

    lechatbleu.jpgIl y a des livres qu'on ne devrait jamais lire, ceux sur lesquels on ne tombe pas dans les librairies ou chez l'épicier du coin, ceux qui ne sont pas mis en avant sur les sites de vente. Vous me direz, avec 500 livres sortis à la rentrée littéraire, difficile de faire autrement. Donc, j'ai lu celui ci parce que je connais (virtuellement) l'auteur qui est le modérateur d'un groupe Facebook consacré à Etienne Daho. J'avais déjà lu un de ses romans, "rue des deux anges", dont vous pouvez sans doute trouver le compte rendu dans les limbes de ce blog (mais évitez quand même car je n'aimais pas ma façon d'écrire il y a 15 ans - car oui, ce blog a 15 ans).

    Donc ce n'est pas parce que je connais l'auteur que je vais lui envoyer des fleurs. C'est pas le genre de la maison (et je crois qu'il doit le savoir !) Mais objectivement, ce roman est très bon. Le style est limpide, sans effet de style, les phrases sont propres et soignées. L'auteur maîtrise parfaitement l'art du roman. 

    L'action de se déroule en 2045 et comme dans tout roman d'anticipation, la dictature règne (1984, de George Orwell, 2084 de Boualem Sansal, Ravage de Barjavel - plutôt apocalyptique ce dernier - et peut être un peu aussi Soumission de Michel Houellebecq). Des robots ressemblant à des humains assurent la sécurité ou sont utilisés à des tâches subalternes. Des milices contrôlent tous les lieux de passages importants. 

    Trois histoires différentes vont finir par s'imbriquer. Celle des Franciscains d'un couvent de Saorge en Italie  (ou moins j'aurais appris que contrairement à ce qu'on croit, les couvents ne sont pas dédiés qu'aux femmes) où recherche faîte il existe bien un monastère. On y fait la connaissance de Frère Jordan et du jeune frère Émeric. Celle de Elian habitant en Italie et désireux de se rendre en France à Marseille à la recherche de son frère qu'il ne connait pas. Pour ce faire, il s'octroie les services d'un passeur intitulé Vittore. Enfin, nous suivons l'histoire de Lou Baker, une chanteuse de cabaret (le chat bleu) dont le vrai nom est Louise (pas Julie Schittly) et qui dispose d'un fils qui s'appelle Neil. 

    Sur fond de dictature donc (mais l'auteur n'y joue pas de trop), Sébastien Monod tisse sa toile et l'on devine évidemment où il veut en venir mais sans trop savoir comment. C'est agréable à lire. L'auteur m'a dit qu'il avait dû opérer un important travail de documentation qui lui a demandé plus de temps même que l'écriture, l'écriture qui doit être récente car il est question du Covid44 ! Merde alors, on n'en a pas fini avec ce bordel. Étonnamment, il écrit sur son site : "ce roman, je l’ai commencé lors d’une résidence d’écriture au Monastère de Saorge dans l’arrière-pays mentonnais en 2016 et achevé lors d’une autre résidence d’écriture, cette fois en Camargue en octobre 2018". A-t-il opéré des modifications après ?

    Je ne comprends pas trop la couverture du livre qui représente une moto contre un mur défraîchi. Vittore et Elian se déplacent bien en moto mais en moto électrique, ce qui ne semble pas être le cas de celle sur la couverture. Mais qu'importe, je vous recommande ce roman qui vaut 16€ broché et que 4€ en numérique. Mais s'il vous plait, ne faîtes pas comme moi, achetez le en vrai. Vous pouvez le trouver directement sur son site et vous aurez une dédicace. Je vais peut être l'offrir à Louise Vanaem de Voringhem.  Je vous laisse, on frappe à ma porte, peut-être que c'est quelqu'un. 

    lecture: septembre 2020
    parution le 27 août 2020, édition des deux Anges
    note : 4/5

    Shako 

  • Union Européenne : Kafka, sors de ce corps.

    ursula.jpgLa présidente de l'Union Européenne s'appelle Ursula von der Leyen. Il y a deux jours, elle a prononcé un discours sur l'état de l'Union, passé complètement inaperçu. Aucune des quatre chaines info n'a diffusé ce discours, pas même France Info, télé info du service public. 
    J'avoue que moi même ne savais pas son nom et je ne sais même pas comment ce président est élu. Recherche faite, le président de l'union est nommé par le conseil européen et ensuite approuvé par le parlement. Le problème est que je sais pas ce qu'est le conseil européen. L'équivalent du gouvernement en France par exemple ? J'en parlerai dans une future note. 
    Bon, autrement, présidente peut-être mais wikipedia m'informe que le président "ne correspond à aucune fonction existante" et que 4 personnes peuvent être considérées comme président de l'Europe : le président du conseil européen, le président de la commission européenne (Ursula von der Leyen), le président du parlement européen et le président du conseil de l'union européenne.
     
    - président du conseil européen : nommé pour un mandat de deux ans et demi, renouvelable une fois : depuis le premier décembre 2019, il s'agit de Charles Michel
    - président de la commission européenne : nommé par le Conseil européen à la majorité qualifiée et approuvée par un vote du Parlement, pour un mandat de cinq ans. Depuis le 1er décembre 2019, il s'agie de Ursula Von der Leyen.
    - président du parlement européen :  élu pour un mandat d'une durée de deux ans et demi, renouvelable une fois. Depuis le 3 juillet 2019, il s'agit de David Sassoli. 
    - président du conseil de l'Union Européenne : assurée pour 6 mois par un pays et ses représentants (depuis le , la présidence est assurée par l'Allemagne).
     
    Avec un tel bordel, comment voulez-vous que les citoyens européens s'y retrouvent ? Perso, je pense qu'il faut supprimer la présidence tournante et avoir un vrai président européen élu au suffrage universel. Il faut prendre exemple sur les USA malgré le barrage de la langue. C'est pas compliqué, ça, si ?
     
    Sinon, Julie Schittly qui est bien calée en politique peut peut-être m'aider.
     
    Shako (en mode, on se fait chier)