Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jardin

  • parcours de ma tondeuse (le 28 mai 2016)

    Hier j'ai tondu. Rien de plus normal, c'est le printemps, ça pousse vite, c'était samedi et il faisait beau. Pour voir un peu le parcours, j'avais embarqué ma montre GPS, ce qui me permet d'avoir des données détaillées et de faire mieux question optimisation du parcours la prochaine fois. Parcours :

    tonte28052016.jpg

    Vous aurez compris que la partie du milieu correspond à la maison et la terrasse dans laquelle je ne rentre pas avec la tondeuse. La tondeuse ne remplace pas un aspirateur. Par contre, je ne m'explique pas la partie grise au nord de la maison alors que je suis passé partout dans ce coin-là. Je laisse bien quelques mètres carré par endroit pour la bio-diversité et sauver quelques pâquerettes et pissenlits mais je ne l'ai pas fait à cet endroit qui correspond à la partie centrale de notre pelouse, celle où l'on joue au badminton ou autres. 

    Le terrain fait 1400 m2, maison comprise et j'ai parcouru 2.8 kms (en 01h08mn) à la vitesse  de 24 minutes au kilomètre. (je rappelle que je possède une tondeuse normale et non un tracteur). J'ai donc parcouru le double de la surface ce qui est logique vu qu'on fait des va-et-vient incessants. La vitesse moyenne fut de 3.5kmh et le record fut de 5.3 kmh (j'ai plus de détails et je sais que ce record s'est déroulé dans une descente panier vide). Je suis monté à une altitude maximale de 61 m et suis descendu à 59 m, ce qui fait un dénivelé de 2 mètres, ce qui est logique car nous nous situons dans un village en pente qui descend vers les rives d'une rivière qui s'appelle l'Evel. J'ai brûlé 168 calories et que dire de plus à part que je me prends la tête avec rien !!

    Loïc LT

  • tempête Dejoie : gros dégâts à Kerniel (Camors 56)

    Parmi les dégâts les plus remarqués provoqués par la tempête Dejoie qui a frappé la Bretagne le 13 février 2016, il faut signaler la perte de 3 chaumes de bambous géants chez le grand spécialiste de ces herbes géantes qu'est votre serviteur. Il s'agit de la variété phyllostachys vivax 'huangwenzhu', celle qui fait les plus gros chaumes sur le domaine camorien du célèbre recenseur de cabines (qui dispose d'une collection de plus de 25 variétés de bambous différentes). 

    bambou, phyllostachys vivax 'huangwenzhu'

    Les pompiers de Baud, de Languidic et de Pluvigner se sont rendus sur place équipés de camions munis d'échelles télescopiques et de nacelles. Un hélicoptère survolait les lieux pour diriger les opérations mais les 3 chaumes n'ont pu être relevés. Le commandant Duvent coordonnant les opérations n'a pu que constater les dégâts :

    Après le sauvetage des vies humaines, redresser les bambous fait partie de nos missions prioritaires et c'est donc avec un grand regret que nous quittons les lieux sans avoir pu redresser les géants. Nous adressons toutes nos condoléances à Loïc LT ainsi qu'à sa famille. 

    Parmi les autres dégâts sur le domaine, il faut signaler l'inclinaison du sapin Juniperus offert par des touristes libéraux de Corée du Nord en 2009 dont le jardinier tentera le redressement, ce qui ne devrait pas être une affaire trop délicate. 

    140216J (4).JPG

    Loïc LT, le 14/02/2016

  • jardin d'automne

    Après une année de galère, le ginkgo perd tranquillement ses feuilles et la nouveauté cette année est que, comme nous n'avons pas eu de gel, elles ne sont pas tombées sous le poids de la glace en une nuit et donc, elles ont eu le temps de jaunir. Il n'en reste plus beaucoup, je ne faisais plus attention à lui.

    05122015J (5).JPG

    05122015J (6).JPG

    On pourra cueillir des roses à noël.

    05122015J (8).JPG

    Les charmes ne perdent pas leurs feuilles, on appelle ça un arbre marcescent. 

    05122015J (18).JPG

    Le drapeau irlandais flotte sur Kerniel près du fargesia jiuzhaigou 1 qui s'est bien étoffé cette année. 

    05122015J (16).JPG

    Les fougères mâles ont rendu l'âme après de bons et loyaux services. 

    05122015J (12).JPG

    Les graminées ont revêtu leur habit d'hiver.

    DSC00982.JPG

    Ici, il fait doux, humide, la campagne est silencieuse. J'entends cependant de temps en temps quelques coups de carabine. On ira voter...ou pas. En Bretagne, nous avons un avantage : c'est la région de France où le FN fait les scores les plus bas donc tant qu'il n'y a pas cette menace, on peut rester au chaud chez soi parce que gérer par le LR ou par le PS, au niveau des régions, c'est kif-kif bourricot. 

    Loïc LT, 06/12/2015

  • Soleil d'octobre

    Souvent en octobre, il fait beau, plus frais qu'en septembre mais beau. On a rallumé le feu depuis quelques jours si bien que les chats qu'on ne voyait plus beaucoup ont rappliqué notamment Gritou qui adore se mettre en boule près du pouf devant la cheminée. 

    Comme nous partons en Irlande dans quelques jours, nous avons réalisé quelques travaux d'automne : tailles, divisions, quelques plantations. J'aime bien que le jardin soit propre avant de partir mais si l'érable a perdu toutes ses feuilles, le pommier a à peine commencé si bien que je sais ce qui nous attend au retour. Toute la soirée, lorsque je bricole dehors, j'entends les glands tomber des chênes et m'amuse de l'effroi que cela provoque chez un de nos chats traînant dans le coin. Les glands tombent sur la route et les fossés et l'année d'après, je suis toujours surpris d'une chose pourtant banale : plein de petits chênes sortent de terre. Des camions et des tracteurs empiètent sur les bas côtés mais la nature a toujours le dernier mot. 

    Les gens désespèrent de l'automne parce qu'ils y voient les prémices de l'hiver. Pourtant, l'automne au jardin , en tout cas jusque fin octobre, est plus intéressant que le mois d'août que je trouve triste à mourir. 

    Les épillets des miscanthus apparaissent enfin : 

    20102015J (4).JPG

    131015J (4).JPG

    La Molina 'transparent' est plus fragile que le miscanthus et bizarrement est deux fois moins haute que les autres années...

    131015J (44).JPG

     

    131015J (26).JPG

    bambou fargesia jiuzhaigou 1

    fargesia jiuzhaigou 1

    La fougère Onoclea Sensibilis ( au pied de phyllostachys sulfurea viridis) a revêtu ses couleurs d'automne alors que les osmondes royales sont encore bien vertes. On m'a dit qu'Onoclea était très traçante. J'ai hâte de voir ça au printemps prochain. 

    20102015J (1).JPG

    Voici justement le futur monstre. C'est sa première année en terre, laissons-lui un peu de temps. 

    phyllostachys viridis sulfurea

    Prisca a sérieusement décoiffé le chèvrefeuille. Elle adore ça ! Mais aucun soucis pour lui. Le printemps lui appartient. 

    chèvrefeuille

    19102015J (49).JPG

    bambou sasa tessellata et fougère mâle

    19102015J (30).JPG

    Une pour finir, je n'aime pas les notes trop longues. Notre haie de charmes (appelée charmille) plantée il y a deux ans encercle l'endroit utilitaire où il y a des choses pas très belles à voir (tas de végétaux, composteurs, bois de chauffage). Le charme a la particularité de ne pas perdre toutes ses feuilles en hiver. Elles se brunissent mais restent fixées aux branches. On appelle ça un arbre marcescent, adjectif qui vient d'un certain M. Marcesse habitant près du Havre et qui en a découvert le principe. 

    20102015J (15).JPG

    Loïc LT, 20.10.2015

  • soir d'automne

    Sans tambours ni tempêtes, l'érable a presque fini de se mettre à poil.

    09102015 (1).JPG

    09102015 (5).JPG

    Sous le regard de Gritou, surveillant des lieux.

    09102015 (19).JPG

    Ce vendredi soir lumineux, la température est douce. La nature nous le rend bien.

    09102015 (7).JPG

    09102015 (3).JPG

    Comment s'appelle cette petite fougère achetée au printemps et que n'importe qui passant devant ne prêterait attention, voire l'écraserait pour une vulgaire mauvaise herbe ?

    09102015 (11).JPG

    C'est une Polystichum setiferum plumosum densum. Elle est à l'ombre aux pieds des bambous qu'un malfaisant aimerait bien abattre.

    04102015J (65).JPG

    Il aura tout son temps ce weekend. Nous partons quelque part dans un hôtel avec plein d'étoiles, un hôtel qui a les pieds dans l'eau  et où il n'y a rien d'autre à faire que regarder la mer, laisser le temps s'en aller là, laisser aller les voiles rouges, sur la mer qui bouge, laisser sur l'eau transparente glisser les soucis de la vie.

    hôtel alexandra2 .jpg

    hôtel alexandra .jpg

    Loïc LT 

  • jardin # Arielle Dombasle est dans la place.

    Au début du printemps, j'ai changé de place à notre rosier grimpant Arielle Dombasle pour lui offrir le bonheur de grimper le long de la nouvelle arche que j'ai installée à l'entrée du coin où j'entasse du merdier (que j'ai entouré d'une haie de charmes qui commence à bien camoufler le tout). Ce matin, j'ai eu le bonheur de constater l'éclosion d'une rose. Bienvenue parmi nous, chère Arielle. 

    210615JJ (8).JPG

    210615JJ (11).JPG

    Par contre, le Ginkgo que j'ai planté le jour des 10 ans de Chloé ( 18.10.2012) me fait toujours de la peine. Ses feuilles penchent vers le bas et si je lui enlevais son tuteur, c'est tout juste s'il ne tomberait pas à terre. La première année, on m'avait dit que c'était parce que je lui avais foutu trop d'engrais, tu parles une poignée d'engrais complet...plus rien depuis. Que faire ? L'arroser encore 3 ans après sa plantation ?  Deviendra-t-il plus robuste avec le temps ? Mystère de la nature.

    210615JJ (14).JPG

    210615JJ (13).JPG

    Loïc LT, recenseur de cabines et possesseur de l'unique  ginkgo pleureur au monde. 

  • géant vert

    Tenir un bambou comme ça et avoir du mal à faire se toucher le pouce et le majeur, c'était mon rêve depuis des années. Gai est mon cœur car  tenir un bambou comme ça, cette envie, tout le monde l'a. Tout ceci grâce aux nouvelles cannes du phyllostachys vivax huangwenzhu. 

    050615J (12).JPG

    Loïc LT, photo prise le 05.06.15

  • avis aux botanistes

    910GW88n38L.jpgCette année, j'ai remarqué qu'il y avait très peu de pissenlits dans les jardins et dans les prés. Du coup, j'ai acheté un sac de graines de 20 kgs par crainte d'extinction de l'espèce. Mes voisins ne m'en voudront pas d'en avoir balancé quelques poignées sur leurs vertes pelouses.

    Par contre, une 'mauvaise herbe' chassant l'autre, je passe mon temps en ce moment à arracher un type d'adventice dont je ne connais pas la variété. Elle se déracine très facilement, c'est au moins ça de gagné par rapport au pissenlit qui lui, demande une opération plus complexe tant ses racines sont profondes et coriaces.

    Donc, voici cette plante qui envahit nos jardins, les fossés et les prés  et qui n'a peur de rien, pas même des djihadistes,  qui se faufile entre les cailloux et entre les fissures dans le béton. Je dispose de la bible conçue par le trio Felix-Toman-Hisek (guide du promeneur dans la nature) et d'un autre côté, je me suis aidé d'un guide pratique accessible en ligne et conçu par les chambres d'agricultures de Bretagne et qui s'intéresse spécifiquement aux 'mauvaises herbes' (je mets entre guillemets sachant que les écologistes n'aiment pas cette dénomination) poussant en Bretagne. 

    Pour commencer, contemplons des photos de la chose que j'ai pris à l'aube alors qu'un brouillard épais enveloppait encore la nature.  

    DSC04820.JPG

    mauvaise herbe,adventice,jardin

    Ce que je suppose être ses fleurs (bien que les feuilles soient trois fois plus grosses mais sans doute normal). 

    mauvaise herbe,adventice,jardin

    DSC04828.JPG

    Dans le guide des chambres d'agriculture de Bretagne, j'ai trouvé que la renouée persicaire y ressemblait beaucoup mais le guide ne rentre pas dans le détail:

    renouée.jpg

    Dans le guide du promeneur, il n'est fait aucune mention de renouée même sous son nom latin Persicaria maculosa. Dans ce guide, la seule plante qui se rapprocherait de mon inconnue serait l'oseille ou la petite oseille (rumex acetosella) mais ce n'est pas convaincant. Par contre, l'illustration de wikipedia concernant la renouée est assez pertinente :

    Polygonum_persicaria_bgiu.jpg

     D'autres photos prises dans le pré en face :

    DSC04833.JPG

    DSC04839.JPG

    DSC04832.JPG

    Un autre site confirmerait qu'il s'agit de renouées persicaires. 

    Pendant ce temps-là en Normandie, les mauvaises herbes ont une toute autre allure (photo prise à Pirou-Plage  sur une propriété privée où aucun aménagement n'a été fait) :

    mauvaise herbe,adventice,jardin

  • les monstroplantes # 2

    Je m'inquiétais que le phyllostachys sulfurea n'ait encore sorti aucune pousse mais un site spécialisé m'informe qu'il est tardif et qu'il faut attendre juin. Ouf ! Il faut savoir que lorsque je rentre du boulot, je fais le tour du propriétaire à l'affût des turions qui auraient pu sortir dans la journée. Donc, patience pour sulfurea (qu'on appelle aussi viridis..mais parfois c'est compliqué de savoir le vrai nom des bambous...on fait même des conférences pour en débattre !). C'est sa première année en pleine terre et j'attends beaucoup de ce bambou aux cannes jaunes magnifiques dont j'avais extrait des rhizomes chez un ami (qui lui,  cherche une solution pour s'en débarrasser). 

    280415J (21).JPG

    Par contre, aux pieds du monstre, les fougères s'épanouissent. Il y a surtout de l'onoclea sensibilis et de l'osmonde royale. J'ai changé de place à tout ce petit monde au début de printemps et ne regrette pas. A l'ombre des bambous nigra et de la haie de prunus et de photinias, elles voient très peu le soleil (contrairement à l'année dernière quand j'avais eu la bêtise de penser qu'elles supporteraient le pâle soleil armoricain). Et je les arrose copieusement. 

    220515J (7).JPG

    Pendant ce temps, sur le même îlot, le navire amiral  (phyllostachys vivax huangwenzhu)  n'a pas perdu de temps (environ 10 turions dont 3 ou 4 d'un fort diamètre) :

    jardin,printemps,printemps 2015,bambou,fargesia jiuzhaigou,fargesia robusta campbell

    Une autre vue que j'aime bien. On y voit  le pittosporum, le fargesia jiuzhaigou 1, 2 cornouillers, l'arbre à perruque (au feuillage rouge) , un sapin quelconque, un hibiscus, l'arche avec le chèvrefeuille qui est en train d'envahir le rosier grimpant...

    220515J (1).JPG

    Les jeunes frondes de la fougère Dryopteris erythrorosa sont magnifiques quand elles se développent. Ensuite, cette variété devient une fougère quelconque.

    jardin,printemps,printemps 2015,bambou,fargesia jiuzhaigou

    Dans l'angle de la maison côté nord, ce sont également des fougères (dryopteris filix-max) qui accueillent les impudents visiteurs qui nous veulent quoi encore.

    jardin,printemps,printemps 2015,bambou,fargesia jiuzhaigou,fargesia robusta campbell,phyllostachys vivax huangwenzhu

    L'incontournable boule de neige :

    jardin,printemps,printemps 2015,bambou,fargesia jiuzhaigou

    On ne se lasse pas des jeunes cannes du Fargesia robusta Campbell :

    jardin,printemps,printemps 2015,bambou,fargesia jiuzhaigou

    Il fait encore bien froid, le bar est toujours fermé. 

    jardin,printemps,printemps 2015,bambou,fargesia jiuzhaigou

    Mais je vais laisser tout ce petit monde en paix.  Je pars risquer ma vie dans la vase de la baie du Mont-Saint-Michel. Mourir oui, pas pour des idées mais au pied d'une merveille !

    boyKen !

    Loïc LT (photos prises le 22.05.2015)

    liste bambous (maj 22.05.2015)

     

    variété    
         
    Fargesia nitida 'Sp. Jiuzhaigou 1' 2011 terre
    Fargesia robusta 'Campbell' 2010 terre
    Fargesia rufa 2012 terre
    Indocalamus tesselatus 2012 pot
    Phyllostachys aurea 2008 terre
    Phyllostachys aurea 'Koi' 2012 pot
    Phyllostachys aureosulcata f. Spectabilis 2011 pot
    Phyllostachys bissetii 2009 terre (ilot)
    Phyllostachys nigra 2009 terre (ilot)
    Phyllostachys nigra f. Henonis 2010 pot
    Phyllostachys sulphurea var. Viridis 2012 terre (ilot)
    Phyllostachys vivax f. Aureocaulis 2010 terre
    Phyllostachys vivax f. Huangwenzhu 2011 terre
    Pleioblastus chino f. Elegantissimus 2011 terre
    Pleioblastus chino f. Tsuboi 2011 pot
    Pseudosasa japonica 2008 terre et pot
    Sasa tsuboiana 2009 terre
    Sasa veitchii 2012 pot
    Semiarundinaria yashadake f. Kimmei 2012 terre
    XHibanobambusa tranquillans f. Shiroshima 2008 terre
    Fargesia papyrifera 2014 pot
    Pleioblastus variegatus 2012 ? pot
  • et les mésanges furent

    Que n'ai-je entendu "t'as mis ton nichoir trop bas", "il faut attendre des années avant de voir une mésange s'y engouffrer", "en plus, t'as des chats, ba mon pote, tu peux toujours attendre". Les gens sont plein de certitude mais il ne faut pas croire les gens, il n'y a que les animaux (et en l’occurrence, le chat qui l'autre jour ne restait pas prostré devant le nichoir pour admirer son architecture) et les politiciens qui sont dans le vrai.

    Donc, ce soir, nous avions dressé la table sur la terrasse et nous soupions allègrement tout en faisant le point sur nos folles journées scolaires et professionnelles. Il n'y avait pas un souffle de vent et Prisca se moquait de moi parce que j'avais trois épaisseurs sur le dos. J'y peux rien, j'aime bien être emmitouflé. A la fin du dîner, les filles se décident à faire une partie de badminton tandis que les époux poétisaient sur l'honnêteté ou pas des gens qui font du covoiturage quand ils remplissent leur déclaration de revenus. Un moment, je me suis permis de la contredire lorsque l'épouse affirma que des contrôleurs fiscaux s'amusaient à noter les plaques d'immatriculation sur les zones de covoiturage. Or un article dans Ouest-France et une chronique sur France Inter m'avaient informé qu'il s'agissait d'une rumeur populaire (tout comme facebook qui devait devenir payant, la rumeur du 9-3, rumeurs sur la dangerosité des vaccins...). Tout à coup, Chloé qui jouait toujours au badminton nous annonce qu'elle vient de voir un oiseau rentrer dans le nichoir. Dans un premier temps, je ne la crois pas, elle est tellement blagueuse mais là, on s'est vite rendu compte qu'elle ne mentait pas. Alors, on a suspendu nos conversations métaphysiques et avons rivé nos regards vers le nichoir et il ne nous a pas fallu longtemps pour voir des mésanges y entrer et y sortir. 

    Ensuite, pour réussir à prendre une photo, ce fut une autre paire de manche. Comme prendre une photo juste au bon moment s'est avéré impossible, je décide d'opter pour la vidéo, il suffira après de capturer le moment clé. Et j'ai réussi (bon les photos ne sont pas de qualité mais qu'importe)

    Que de bavardages pour dire que des mésanges entrent et sortent d'un nichoir dont c'est la fonction première. Il en faut peu pour être heureux, un peu d'eau fraîche et de verdure, quelques rayons de soleil et une mésange qui entre dans un nichoir...

    110515 (2).jpg

    110515 (1).JPG

     Loïc LT, le 11.05.2015