Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

osmonde royale

  • Soleil d'octobre

    Souvent en octobre, il fait beau, plus frais qu'en septembre mais beau. On a rallumé le feu depuis quelques jours si bien que les chats qu'on ne voyait plus beaucoup ont rappliqué notamment Gritou qui adore se mettre en boule près du pouf devant la cheminée. 

    Comme nous partons en Irlande dans quelques jours, nous avons réalisé quelques travaux d'automne : tailles, divisions, quelques plantations. J'aime bien que le jardin soit propre avant de partir mais si l'érable a perdu toutes ses feuilles, le pommier a à peine commencé si bien que je sais ce qui nous attend au retour. Toute la soirée, lorsque je bricole dehors, j'entends les glands tomber des chênes et m'amuse de l'effroi que cela provoque chez un de nos chats traînant dans le coin. Les glands tombent sur la route et les fossés et l'année d'après, je suis toujours surpris d'une chose pourtant banale : plein de petits chênes sortent de terre. Des camions et des tracteurs empiètent sur les bas côtés mais la nature a toujours le dernier mot. 

    Les gens désespèrent de l'automne parce qu'ils y voient les prémices de l'hiver. Pourtant, l'automne au jardin , en tout cas jusque fin octobre, est plus intéressant que le mois d'août que je trouve triste à mourir. 

    Les épillets des miscanthus apparaissent enfin : 

    20102015J (4).JPG

    131015J (4).JPG

    La Molina 'transparent' est plus fragile que le miscanthus et bizarrement est deux fois moins haute que les autres années...

    131015J (44).JPG

     

    131015J (26).JPG

    bambou fargesia jiuzhaigou 1

    fargesia jiuzhaigou 1

    La fougère Onoclea Sensibilis ( au pied de phyllostachys sulfurea viridis) a revêtu ses couleurs d'automne alors que les osmondes royales sont encore bien vertes. On m'a dit qu'Onoclea était très traçante. J'ai hâte de voir ça au printemps prochain. 

    20102015J (1).JPG

    Voici justement le futur monstre. C'est sa première année en terre, laissons-lui un peu de temps. 

    phyllostachys viridis sulfurea

    Prisca a sérieusement décoiffé le chèvrefeuille. Elle adore ça ! Mais aucun soucis pour lui. Le printemps lui appartient. 

    chèvrefeuille

    19102015J (49).JPG

    bambou sasa tessellata et fougère mâle

    19102015J (30).JPG

    Une pour finir, je n'aime pas les notes trop longues. Notre haie de charmes (appelée charmille) plantée il y a deux ans encercle l'endroit utilitaire où il y a des choses pas très belles à voir (tas de végétaux, composteurs, bois de chauffage). Le charme a la particularité de ne pas perdre toutes ses feuilles en hiver. Elles se brunissent mais restent fixées aux branches. On appelle ça un arbre marcescent, adjectif qui vient d'un certain M. Marcesse habitant près du Havre et qui en a découvert le principe. 

    20102015J (15).JPG

    Loïc LT, 20.10.2015

  • inventaire des fougères

    Pour une fois, il ne sera pas question d'inventaire de cabines téléphoniques dont les gens n'ont que faire. Non, je me suis amusé à faire un beau tableau récapitulant ma petite collection de fougères, ma troisième passion après les bambous, et les armes à feu. 

     

    Quelques photos pour illustrer quand même. J'ai mis à profit cette semaine de vacances pour créer un parterre quasiment dédié aux fougères sur le pignon est de la maison. Un bambou fargesia scabrida donne un peu de hauteur au tout et des hydrangea, un peu de couleur. Le parterre n'est pas fini mais il est bien avancé. Comme on sait, globalement les fougères craignent le soleil et sur ce côté de la maison, elles ne sont exposées à l'astre qui permet la vie sur Terre que jusque midi à peu près. Ensuite, ce n'est que de l'ombre. 

     

    jardin,printemp,fougère,osmonde royale,onoclea sensibilis,bambou,plume d'autruche,2015,fargesia scabrida,cyrtomium falcatum,polystichum polyblepharum,dryopteris filix-max,dryopteris erythrorosa,polystichum setiferum

    Polystichum polyblepharum 

    DSC03170.JPG

    A gauche, le fargesia scabrida  (planté l'année dernière), au milieu (pas encore planté au moment de la photo), Cyrtomium falcatum et à droite on retrouve polystichum polyblepharum.

    DSC03177.JPG

    La plume d'autruche (matteuccia struthiopteris) après sa mise en terre. C'est un fait que j'essaie au maximum de mettre les fougères en terre, ça évite les corvées d'arrosage et un avec une bonne couche de paillage, on est encore plus tranquille. Pour l'instant, c'est encore un bébé, je l'ai achetée l'année dernière et elle a enduré la vie en pot pendant un an. Longue vie à toi, Plume d'Autruche !

    DSC03175.JPG

    Les onoclea sensibilis sortent tranquillement, fragilement, à l'ombre des bambous. Elles sont en compagnie de la reine des fougères : l'Osmonde Royale. J'espère que pour mai, toute cette partie que les bambous n'auront pas encore envahi sera un tapis de fougères...

    200415 (39).JPG

    L'Osmonde Royale est sortie de terre également. J'en ai 3 exemplaires que j'avais eu la bêtise de planter en plein cagnard l'an passé, supposant qu'elles supporteraient le pâle soleil armoricain. Mais elles ont souffert le martyr. Je présente mes plus plates excuses à ces plantes qui affectionnent avant tout les berges des sous-bois. 

    200415 (40).JPG

    Tant que ce jeune fou ne les écrase pas, ça va...

    DSC03200.JPG

    Loïc LT

  • phyllostachys aureosulcata 'spectabilis' et autres...

    Voyez comment les bambous sont vicieux :le moindre petit trou dans le bac et hop, cela s'évade. Celui-ci est un phyllostachys aureosulcata 'spectabilis'. C'est un beau. Pour bien profiter de ses multiples couleurs, je l'ai mis sur la terrasse, à côté de l'olivier, qui lui par contre vivote tranquillement, malheureux qu'il est dans cette région hostile qu'est l'Armorique. 

    IMGP0820.JPG

    28072013J (24).JPG

    La fougère 'osmonde royale' déploie ses frondes très particulières près d'un hortensia presque bleu, ô divine surprise..mais pas tant que ça puisque je n'ai cessé tout le printemps de le nourrir d'un bleuïssant (compatible jardin biologique). Alors, vous voyez, avoir de beaux hortensias, même en Bretagne, c'est possible.

    28072013J (4).JPG