Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

phyllostachys sulfurea

  • Soleil d'octobre

    Souvent en octobre, il fait beau, plus frais qu'en septembre mais beau. On a rallumé le feu depuis quelques jours si bien que les chats qu'on ne voyait plus beaucoup ont rappliqué notamment Gritou qui adore se mettre en boule près du pouf devant la cheminée. 

    Comme nous partons en Irlande dans quelques jours, nous avons réalisé quelques travaux d'automne : tailles, divisions, quelques plantations. J'aime bien que le jardin soit propre avant de partir mais si l'érable a perdu toutes ses feuilles, le pommier a à peine commencé si bien que je sais ce qui nous attend au retour. Toute la soirée, lorsque je bricole dehors, j'entends les glands tomber des chênes et m'amuse de l'effroi que cela provoque chez un de nos chats traînant dans le coin. Les glands tombent sur la route et les fossés et l'année d'après, je suis toujours surpris d'une chose pourtant banale : plein de petits chênes sortent de terre. Des camions et des tracteurs empiètent sur les bas côtés mais la nature a toujours le dernier mot. 

    Les gens désespèrent de l'automne parce qu'ils y voient les prémices de l'hiver. Pourtant, l'automne au jardin , en tout cas jusque fin octobre, est plus intéressant que le mois d'août que je trouve triste à mourir. 

    Les épillets des miscanthus apparaissent enfin : 

    20102015J (4).JPG

    131015J (4).JPG

    La Molina 'transparent' est plus fragile que le miscanthus et bizarrement est deux fois moins haute que les autres années...

    131015J (44).JPG

     

    131015J (26).JPG

    bambou fargesia jiuzhaigou 1

    fargesia jiuzhaigou 1

    La fougère Onoclea Sensibilis ( au pied de phyllostachys sulfurea viridis) a revêtu ses couleurs d'automne alors que les osmondes royales sont encore bien vertes. On m'a dit qu'Onoclea était très traçante. J'ai hâte de voir ça au printemps prochain. 

    20102015J (1).JPG

    Voici justement le futur monstre. C'est sa première année en terre, laissons-lui un peu de temps. 

    phyllostachys viridis sulfurea

    Prisca a sérieusement décoiffé le chèvrefeuille. Elle adore ça ! Mais aucun soucis pour lui. Le printemps lui appartient. 

    chèvrefeuille

    19102015J (49).JPG

    bambou sasa tessellata et fougère mâle

    19102015J (30).JPG

    Une pour finir, je n'aime pas les notes trop longues. Notre haie de charmes (appelée charmille) plantée il y a deux ans encercle l'endroit utilitaire où il y a des choses pas très belles à voir (tas de végétaux, composteurs, bois de chauffage). Le charme a la particularité de ne pas perdre toutes ses feuilles en hiver. Elles se brunissent mais restent fixées aux branches. On appelle ça un arbre marcescent, adjectif qui vient d'un certain M. Marcesse habitant près du Havre et qui en a découvert le principe. 

    20102015J (15).JPG

    Loïc LT, 20.10.2015

  • l'agrandissement de l'île

    J'avais convoqué la presse mais personne n'est venu, en avais fait part sur les réseaux sociaux mais personne n'a répondu. C'est donc en toute discrétion et entre deux averses alors que la lumière du jour commençait déjà à décliner que j'ai procédé à la mise en terre du phyllostachys sulphurea, un bambou que d'aucuns appellent phyllostachys Robert Young et que d'autres osent même appeler phyllostachys viridis. Un jour, il va falloir quand même se mettre d'accord. Pourquoi ne pas réunir un Grenelle du bambou afin de mettre de l'ordre dans les noms...ou des assises du bambou, ou des Etats Généraux ou je sais pas, créer une haute autorité qui trancherait. Il y a plein de machins comme ça qu'on peut créer et qui sont efficaces. Allez, je propose même un pacte, le pacte de classification des bambous.

    Bon, allez, j'ai fait mon intéressant, revenons à l'essentiel. Le 25.03.2012, je vous avais fait part de l'arrivée sur notre domaine d'un éclat de rhizomes prélevé chez un ami qui joue du saxo. Des camarades bambouphiles m'ont affirmé par la suite  qu'il s'agissait d'un phyllostachys sulphurea, un bambou que d'aucuns appellent Robert Young. 

    Le monstre aura attendu 2 ans dans un grand pot avant de retrouver son environnement naturel, c'est à dire la plein terre, la bonne terre armoricaine. Pendant ces deux ans en salle d'attente, Robert Young n'a pas perdu son temps. Il a produit deux ou trois gros chaumes. En ce 10 novembre, alors que la France commémore la disparition d'Arthur Rimbaud, Robert Young et moi avons rendez-vous.

    10112014J (8).JPG

    Il s'agit donc d'agrandir ce que j'appelle l'île aux bambous, îlot composé de phyllostachys nigra, phyllostachys bissetii et de phyllostachys vivax huangwenzhu. Du 100% phyllo dans cet îlot séparé du continent par une tranchée, seule méthode réellement efficace pour contrôler les envahisseurs. 

    Une bonne pelle, une bonne pioche, une demi-heure de labeur et voici Robert Young en terre. Les photos ne sont pas de bonne qualité mais elle donnent quand même une idée.

    11112014 (3).JPG

    Gros plan sur Robert Young (ça m'amuse en fait de l'appeler comme ça. Robert Young doit être le type qui l'a importé aux Etats-Unis ou en Europe).

    11112014 (6).JPG

    Loïc LT

     

     

  • les bambous du jardin # un nouveau pensionnaire

    Début mars, un ami a débarqué chez moi avec un échantillon d'un bambou qu'il possède chez lui :

    sulfurea.jpg

    Ne s'agissant ça pas du sempiternel aurea, j'ai été tout de suite intéressé. Queques jours plus tard, muni de ma pioche et de ma pelle, je me suis rendu sur place pour voir la plante en question. Situé derrière un bosquet de pseudosasa japonica et non loin d'une touffe de pseudosasa tsutsumiana, le phyllostachys se dresse au bord d'une espèce de monticule plutôt hostile.

    sulfurea2.jpg

    Je n'ai pas eu trop de mal à extraire une motte :

    10032012+%2823%29.JPG

    Ensuite, j'ai demandé à mes camarades bambouphiles de quelle espèce il pouvait s'agir. Ils ont la quasi certitude que c'est un phyllostachys sulfurea. Reste plus qu'à attendre les premiers turions. La saison commence bien.