Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

printemps

  • Philippe Jacottet, suite !

    Dans la série "tentative de compréhension d'un poème contemporain",  j'ai envie de continuer avec Philippe Jaccottet car je sais que vous êtes devenus amoureux de sa poésie depuis la dernière note qui lui fut consacrée. 

     

    Les eaux et les forêts, partie 1

    La clarté de ces bois en mars est irréelle, tout est encor si frais qu'à peine insiste-t-elle.
    Les oiseaux ne sont pas nombreux; tout juste si, très loin, où l'aubépine éclaire les taillis, le coucou chante.
    On voit scintiller des fumées qui emportent ce qu'on brûla d'une journée, la feuille morte sert les vivantes couronnes, et suivant la leçon des plus mauvais chemins, sous les ronces, on rejoint le nid de l'anémone, claire et commune comme l'étoile du matin.

     

    C'est un poème d'actualité, on est en mars ! C'est fou mais je n'ai pas vu passer l'hiver. J'ai l'impression qu'une seule nuit a séparé octobre et mars. C'est la première fois que j'ai ce sentiment. Je ne l'explique pas. Heureusement que je n'ai pas attendu l'hiver pour lui dire que je l'aimais car j'ai fait l'impasse sur la saison crépusculaire..

    Non, mais sérieux Philippe, tu t'affirmes comme un poète contemporain et tu écris encore encore sans E. Depuis Mallarmé, c'est ringard de ne pas mettre de E à encore !

    Oui, en mars, le soleil est encore trop faiblard et il fait encor(e) frais pour que la lumière éblouie. Inutile donc qu'elle insiste et le soleil a tout a fait le droit d'économiser de l'hydrogène. Je ne connais pas l'aubépine, je veux bien croire que comme le crocus ou la narcisse, elle fleurisse en mars par contre, une chose est certaine : le coucou ne chante pas en mars, en tout cas pas en Bretagne. On peut l'entendre au plus tôt mi-avril, je dirais...mais en mars, Philippe, non ! 

    On voit scintiller des fumées qui emportent ce qu'on brûla d'une journée

    C'est tellement simple à comprendre qu'on se demande si c'est vraiment du Jaccottet ou alors, il était vraiment fatigué le jour où il a écrit ça parce qu'avec les coucous, ça fait beaucoup ! Ensuite, et bien, je cherche encore que sont les vivantes couronnes qui servent aux feuilles mortes. Une feuille morte est très fragile et encore plus au mois de mars où elle est dans un état de décomposition avancé, alors en quoi peut-elle servir à quelque chose ? Les feuilles mortes sont au ras du sol, elles n'ont plus la force de s'envoler à part peut-être lorsque des tourbillons, annonçant souvent l'orage les dérangent. Mais ça nous avance pas sur les vivantes couronnes. Elles doivent signifier quelque chose dans l'esprit du poète. Il vit encore mais il est très vieux, on peut toujours lui demander.  

    Peut-être l'indication comme quoi il emprunte des mauvais chemins où poussent des ronces qui cachent des anémones peut-elle nous aider mais pas vraiment. Bon, les ronces gardent l'essentiel de leurs feuillages en hiver, on est d'accord. L'autre jour, j'ai taillé ma haie de thuyas et j'en ai enlevé plein et les méchantes m'ont griffé et je me souviens qu'elles avaient encore des feuilles. Les anémones qui sont avant tout des plantes couvre-sol (et qui peuvent donc se laisser envahir par les ronces)  survivent à l'hiver et commencent souvent à fleurir en mars. Mais qui est donc ce "on" qui rejoint le nid de l'anémone...un promeneur botaniste qui en a vu d'autres et qui trouve ça normal de trouver des anémones au bord des chemins perdus ? L'étoile du matin ne peut-être que le soleil et donc, le poète ferme la boucle ouverte avec la faible clarté que cette étoile diffuse.

    Je n'ai fait qu'un commentaire linéaire mais quel est le sens de tout ça ? Faut-il lire la suite du poème pour en trouver l'explication ou bien, doit-on se contenter d'un poème bucolique qui n'a d'autre but que de décrire un sous-bois au début du printemps ? Est-ce une réponse à Rimbaud qui embrassa l'aube d'été ? Trop bling bling, l'aube d'été, un poète contemporain va préférer l'aube d'une nouveau printemps. 

    Cette question ne devrait pas m'empêcher de dormir, ni Gérard Larcher, ni vous. Mais quand même...les vivantes couronnes. Là est la clé du poème.

    Chers amis de la poésie, bonsoir !

    Loïc LT

  • les monstroplantes # 2

    Je m'inquiétais que le phyllostachys sulfurea n'ait encore sorti aucune pousse mais un site spécialisé m'informe qu'il est tardif et qu'il faut attendre juin. Ouf ! Il faut savoir que lorsque je rentre du boulot, je fais le tour du propriétaire à l'affût des turions qui auraient pu sortir dans la journée. Donc, patience pour sulfurea (qu'on appelle aussi viridis..mais parfois c'est compliqué de savoir le vrai nom des bambous...on fait même des conférences pour en débattre !). C'est sa première année en pleine terre et j'attends beaucoup de ce bambou aux cannes jaunes magnifiques dont j'avais extrait des rhizomes chez un ami (qui lui,  cherche une solution pour s'en débarrasser). 

    280415J (21).JPG

    Par contre, aux pieds du monstre, les fougères s'épanouissent. Il y a surtout de l'onoclea sensibilis et de l'osmonde royale. J'ai changé de place à tout ce petit monde au début de printemps et ne regrette pas. A l'ombre des bambous nigra et de la haie de prunus et de photinias, elles voient très peu le soleil (contrairement à l'année dernière quand j'avais eu la bêtise de penser qu'elles supporteraient le pâle soleil armoricain). Et je les arrose copieusement. 

    220515J (7).JPG

    Pendant ce temps, sur le même îlot, le navire amiral  (phyllostachys vivax huangwenzhu)  n'a pas perdu de temps (environ 10 turions dont 3 ou 4 d'un fort diamètre) :

    jardin,printemps,printemps 2015,bambou,fargesia jiuzhaigou,fargesia robusta campbell

    Une autre vue que j'aime bien. On y voit  le pittosporum, le fargesia jiuzhaigou 1, 2 cornouillers, l'arbre à perruque (au feuillage rouge) , un sapin quelconque, un hibiscus, l'arche avec le chèvrefeuille qui est en train d'envahir le rosier grimpant...

    220515J (1).JPG

    Les jeunes frondes de la fougère Dryopteris erythrorosa sont magnifiques quand elles se développent. Ensuite, cette variété devient une fougère quelconque.

    jardin,printemps,printemps 2015,bambou,fargesia jiuzhaigou

    Dans l'angle de la maison côté nord, ce sont également des fougères (dryopteris filix-max) qui accueillent les impudents visiteurs qui nous veulent quoi encore.

    jardin,printemps,printemps 2015,bambou,fargesia jiuzhaigou,fargesia robusta campbell,phyllostachys vivax huangwenzhu

    L'incontournable boule de neige :

    jardin,printemps,printemps 2015,bambou,fargesia jiuzhaigou

    On ne se lasse pas des jeunes cannes du Fargesia robusta Campbell :

    jardin,printemps,printemps 2015,bambou,fargesia jiuzhaigou

    Il fait encore bien froid, le bar est toujours fermé. 

    jardin,printemps,printemps 2015,bambou,fargesia jiuzhaigou

    Mais je vais laisser tout ce petit monde en paix.  Je pars risquer ma vie dans la vase de la baie du Mont-Saint-Michel. Mourir oui, pas pour des idées mais au pied d'une merveille !

    boyKen !

    Loïc LT (photos prises le 22.05.2015)

    liste bambous (maj 22.05.2015)

     

    variété    
         
    Fargesia nitida 'Sp. Jiuzhaigou 1' 2011 terre
    Fargesia robusta 'Campbell' 2010 terre
    Fargesia rufa 2012 terre
    Indocalamus tesselatus 2012 pot
    Phyllostachys aurea 2008 terre
    Phyllostachys aurea 'Koi' 2012 pot
    Phyllostachys aureosulcata f. Spectabilis 2011 pot
    Phyllostachys bissetii 2009 terre (ilot)
    Phyllostachys nigra 2009 terre (ilot)
    Phyllostachys nigra f. Henonis 2010 pot
    Phyllostachys sulphurea var. Viridis 2012 terre (ilot)
    Phyllostachys vivax f. Aureocaulis 2010 terre
    Phyllostachys vivax f. Huangwenzhu 2011 terre
    Pleioblastus chino f. Elegantissimus 2011 terre
    Pleioblastus chino f. Tsuboi 2011 pot
    Pseudosasa japonica 2008 terre et pot
    Sasa tsuboiana 2009 terre
    Sasa veitchii 2012 pot
    Semiarundinaria yashadake f. Kimmei 2012 terre
    XHibanobambusa tranquillans f. Shiroshima 2008 terre
    Fargesia papyrifera 2014 pot
    Pleioblastus variegatus 2012 ? pot
  • soleil couchant

    Ce soir, comme d'habitude, je n'ai pas vu le soleil se coucher parce c'est compliqué chez nous, deux maisons nous cachant la vue côté ouest et de toute façon, nous sommes sur le flanc d'une colline (bien grand mot 'colline' mais j'aime dire aux gens que notre maison est située à flanc de colline) avec des bois tout autour qui nous empêchent d'assister à ce coucher de soleil qui n'en est pas un car il ne se couche jamais disons qu'il s'agit de la rotation de notre planète par rapport à son étoile. Oh, je sais bien que vous savez tout ça mais des enfants peuvent atterrir ici aussi. Et pourquoi pas mes filles ? Soyons fous. Mais bon, je vous rassure, à leur âge, elles ont bien compris le principe du firmament (oui, oui, j'ai décidé de l'appeler ainsi et ce sera je pense le titre d'un futur roman, certains auteurs se croyant raffinés de donner à leur roman un titre un peu métaphysique). 

    Mais si l'on ne peut pas assister à l'occultation provisoire du soleil, il arrive parfois que le reflet du soleil 'couchant' se reflète sur les nuages. Ceux-là sont des cumulus, peut-être. (par contre le point noir au milieu c'est un défaut de mon appareil et ça m'éNNNNERVE). En ce 6 mai 2015, il était 21h vers là et cette vue m'a saisi. 

    060515 (4).JPG

    Puisque la nature semble vouloir reprendre ces quartiers sur ce blog, voici quelques photos du jardin (qui a au moins 3 mois de retard sur celui des voisins -avec un brin de mauvaise foi-) :

    fusains et azalées (c'est le coin de Prisca) :

    05052015J (22).JPG

    Voici les fleurs de la vivace benoite orange achetée l'année dernière au clos d'armoise où je fus accueilli par un type charmant qui dispose d'une belle collection de vivaces (et de fougères). 

    05052015J (19).JPG

    La spirée est au paroxysme de sa floraison. Il faut en profiter. Le soir, quand les nuages deviennent roses, il faudrait s'asseoir à ses pieds en famille et parler de tout et de rien. 

    05052015J (4).JPG

    Tinoir fait du camouflage. 

    05052015J (18).JPG

    Les tulipes furent. C'était aux derniers jours d'avril, elles étaient magnifiques puis un jour je n'ai pas compris, elles n'étaient plus là mais faisait tempête ce jour-là. 

    280415J (2).JPG

    Tu prépares des gamelles aux chats avec de l'eau pure et propre et puis évidemment, il faut qu'ils se compliquent la vie  en allant boire dans un arrosoir même pas plein. 

    250415jj (19).JPG

    Pommier et arbre à muguets, les deux ennemis, sont en fleurs. Leur attribution est double : nous donner de l'ombre les quelques jours d'été où il fait beau et servir de tuteurs au hamac où les filles aiment se balancer...et moi aussi mais toujours avec un brin de nostalgie.

    280415J (28).JPG

    Céanothe en fleurs

    280415J (10).JPG

    la vue lorsqu'on sort le matin pour démarrer nos autos d'occasion comme aspirés par nos patrons -)

    280415J (9).JPG

    Loïc LT

     

  • les monstroplantes

    En attendant que le jardin daigne enfin se mettre en mode printemps, admirons le spectacle des rhizomes du phyllostachys vivax huangwenzhu. Ça me fait presque peur. Il va falloir peut-être que je creuse un peu plus. La guerre des tranchées est déclarée !

    11042015J (37).JPG

     

    11042015J (40).JPG

    Pour le printemps, allez, ne faisons pas la fine bouche, il y a quand même les tulipes :

    11042015J (58).JPG

    11042015J (5).JPG

    Et du côté de la fougère onoclea sensibilis, quelques crosses se déroulent timidement...mais il ne faudrait pas ne serait-ce qu'un petit orage...

    11042015J (21).JPG

    Mais de tout cela, Gritou s'en fout.

    11042015J (8).JPG

     

     

  • bilan météo Camors # mars 2015

      MIN MAX Précip.
    01/03/2015 9,7 15 0,5
    02/03/2015 4,4 12,5 2
    03/03/2015 2,5 13,3 3
    04/03/2015 -0,8 12,4 0,5
    05/03/2015 -1,8 12,5 0
    06/03/2015 -1,4 13,8 0
    07/03/2015 -1,2 16,9 0
    08/03/2015 3,2 17,1 0
    09/03/2015 7,6 13,1 0
    10/03/2015 9 12,4 2,5
    11/03/2015 5,5 17,4 0
    12/03/2015 4,6 12,6 0
    13/03/2015 4,7 12,1 2,5
    14/03/2015 4,2 11,6 0
    15/03/2015 4,2 10,7 0,5
    16/03/2015 4 12,6 0
    17/03/2015 3,4 15,8 0
    18/03/2015 4,4 16,6 0
    19/03/2015 4,6 13,8 0
    20/03/2015 6,8 9,6 0
    21/03/2015 4,1 15,5 0
    22/03/2015 2,9 11,7 0
    23/03/2015 0 15 0
    24/03/2015 3,1 13,7 0
    25/03/2015 -0,1 13,9 0
    26/03/2015 3,1 15,9 5
    27/03/2015 0,9 12,4 2
    28/03/2015 11 15,8 1,5
    29/03/2015 10,9 13 4
    30/03/2015 11,6 17,2 3
    31/03/2015 7,8 16,8 0
    MIN/MAX/TOT -1.8/11.6 9.6/17.4 27
    MOYENNE 4,3 14,0  

    Rappel : ces relevés sont faits chez moi (Kerniel, Camors : localisation  47.858431, -3.000702 ) avec l'aide d'une station La Crosse Technology (sonde extérieure placée à l'abri) + pluviomètre de 30mm maxi. 

    Mars a été un mois plutôt calme. Seulement 27 mm de précipitation (contre 91.5 en février et 145 en janvier), c'est à dire l'équivalent d'une bonne journée de pluie. Il ne faudrait pas qu'il en soit de même en avril car je ne tiens pas à sortir mon arrosoir tous les jours (les bambous en pot demandent beaucoup d'eau). Peu de pluie mais peu de soleil. Je crois que les météorologues appellent 'marais barométrique' ces périodes nuageuses, sans vent et sans pluie. 

    La température la plus froide fut atteinte le 05/03 avec -1.8° à 08:03 (c'est précis !). On compte 5 gelées sur le mois. Les ignorants qui ont déjà planté leurs tomates en seront pour leur frais. Sinon, ba le réchauffement climatique se confirme -) (au fait, je n'y crois toujours pas) : la température moyenne maximale est de 14° contre 10.5 en février et 11 en janvier. La température la plus élevée (17.4°) a été relevée le 11.03 à 15:04.

    L'hiver est terminé, la température la plus froide relevée fut de -3° le 30.12.2014 et la température la plus élevée fut de 17.4° le 11.03.2015. Journée la plus pluvieuse : 15.01/2015 : 24mm

    Pour le mois d'avril, j'espère plus de pluie (3 grosses journée de pluie très vite pour qu'on soit tranquille après) en même temps qu'un peu de chaleur. On verra si on atteint les 20° (qu'on a déjà du mal à avoir en été...)

    Et voici maintenant la traditionnelle petite illustration. J'aurais bien aimé vous mettre une photo de l'éclipse mais comme beaucoup d'endroits en France, il y avait trop de nuage. Pourtant, le petit matin était prometteur :

    DSC02400.JPG

    rappels mois précédents : 

    février 2015

    janvier 2015

    décembre 2014

    Loïc LT

  • pomme transpercée par un bambou et autres...

    Des nouvelles du jardin ouvert à tous vents et à tous les regards. En automne, je me débarrasse des pommes du pommier (immangeables car pommes à cidre) en les déposant au pied des bambous, ce qui constitue un engrais naturel riche et à peu de frais. Cette année, il s'est passé une chose que j'avais déjà vu  à savoir qu'une jeune pousse de bambous (qu'on appelle turion) se voit obligé de transpercer une pomme pour pouvoir sortir. Ensuite, la pomme monte avec lui, jusqu'où, on verra !

    06052014J+%252835%2529.JPG

    Comme tous les ans, les plus gros turions proviennent du phyllostachys vivax huangwenzhu. 3 cms de diamètre à peu près. Mon seul regret est qu'ils soient trop rapprochés alors que j'ai laissé plein de place au monstre pour se développer. 

    06052014J (28).JPG

    Ce gros arbuste compact au feuillage doré commence à prendre beaucoup de place. Mais il a une forme tellement belle et homogène que je n'arrive pas à me résoudre à le tailler. Au fait, de quoi s'agit-il ? A priori, d'un escallonia organiensis aurea m'annonce l'étiquette laissée dessus. Problème : il ne ressemble pas du tout à ce que je peux voir sur la toile....On dirait plutôt un pittosporum..sous réserve également. Mais je n'aime pas ne pas savoir le nom des plantes...jusque d'ailleurs la moindre 'mauvaise herbe'.

    06052014J+%252811%2529.JPG

    Le viburnum opulus, communément appelé boule de neige commence à fleurir (planqué ici derrière le chèvrefeuille). C'est toujours un spectacle étonnant et une sorte de madeleine de Proust pour moi tant il me rappelle le jardin de mon enfance. 

    06052014J+%252818%2529.JPG

    A bientôt pour de nouvelles aventures bucoliques !

  • ils vivent ! (saison 2)

    L'année dernière, je m'étais inquiété car il avait mis du temps à bourgeonner puis mi-avril, le débourrement commença sans crier gare. Cette année donc, c'est l'esprit plus serein que j'ai attendu que la nature fasse son oeuvre. Depuis quelques jours, le ginkgo biloba s'est mis en mode 'printemps'. Ce n'est certes pas un événement exceptionnel tant cet arbre a la réputation d'être plutôt résistant et facile mais le fait est que chez moi, ce sont souvent les plantes les plus faciles qui me causent des soucis. 

     

    21042014J (1).JPG

    C'est un peu comme l'olivier. L'année dernière, un contribuable m'annonce qu'il veut se séparer du sien. Je me propose de le lui prendre...mais pour le déraciner, le type en question n'y est pas allé de main morte. Il aurait coupé le tronc à la tronçonneuse que ça n'aurait pas été pire. J'exagère mais il m'a refilé l'olivier avec juste quelques racines au pied. Autant dire que la mission 'survie de l'olivier' paraissait compromise. Je l'ai planté quand même..puis il s'est mis à perdre toutes ses feuilles...et puis, miracle de la vie, courant octobre, quelques bourgeons tout beaux tout neufs sont apparus. Ils ont disparu pendant l'hiver du fait des deux ou trois gelées qu'on a eues. Et là, il est reparti. Cela bourgeonne de partout. De loin, certes, il ne ressemble pas à grand chose, à un arbre mort presque (qu'on aurait envie de recouvrir d'or tel celui du val sans retour) mais la partie est gagnée !

    21042014J+%252820%2529.JPG

    Que d'émotions, les amis !

     

  • le jardin ouvert

    J'écrivais hier que je n'avais jamais réussi à avoir de belles touffes d'hakonechloa. Or, une photo prise l'été dernier me démontre le contraire (graminée jaune). C'est fou comme je peux avoir la mémoire courte. Et puis, j'ai toujours cette tendance à penser que je rate tout ce que j'entreprends au jardin à tel point que j'arrive à m'en persuader. 

    14062013J (10).JPG

    Avec Prisca, on aime bien le nom de cette graminée car on elle contient un peu le prénom de nos deux filles, qu'elle en fait comme un mélange. Et puis, Chloé, quand elle était petite était du genre un peu méfiante avec les gens qu'elle ne connaissait pas. Vous allez me dire...quel rapport avec hakonechloa..effectivement, mais moi je sais et ma femme aussi. 

    jardin, hakonechloa

    le jardin ouvert ? pourquoi, pourquoi pas ? Il y a un blog où je vais souvent qui s'appelle notre jardin secret. C'est un magnifique jardin très orienté 'roses' et vivaces. La blogueuse l'a-t-elle appelé ainsi parce que le jardin est entouré d'un mur en pierre, ce qui en fait un nid douillet ? Notre jardin lui est ouvert...à tous vents (du sud ouest surtout qui ne rencontre aucun obstacle) et à tous les regards (de la route qui traverse le village). Cela a des inconvénients et quelques avantages (que je cherche encore) mais globalement les jardins de ville bien clôturés et bien abrités me font rêver. 

    Loïc LT

  • Après le déluge

    Après  trois mois de pluies ininterrompues, de vents à décorner les buffles, le temps est venu de sortir la tête de l'eau, de constater les dégâts et de s'y remettre avec cette impression de devoir tout reprendre à zéro. C'est décourageant parfois surtout quand on a un poil dans la main mais j'ai des idées plein la tête. Cette année, le gros projet, c'est comme je le disais l'autre jour la réalisation d'une grande jardinière en parpaings à cet emplacement :

    DSCF3124.JPG

    Pour l'instant donc, je n'ai fait que de l'entretien, de l'essorage. Aujourd'hui, j'ai divisé une aster et déplacé le libertia sundown, mis un terre et en plein cagnard fargesia jiuzhaigou 1 (alors qu'il préfère une ombre dense mais même pas peur..je considère qu'en Bretagne, on peut mettre des plantes d'ombre au soleil). 

    P3160726.JPG

    En dehors de pousser à l'horizontal, le fargesia jiuzhaigou 1 a la particularité de beaucoup se déplumer en hiver (ce qui n'est pas le cas des bambous en général). L'année dernière, il était planté devant la porte d'entrée de la maison mais j'ai dû l'enlever à cause des travaux. On souhaite donc bon courage à ce fargesia dans cette nouvelle vie qui commence pour lui. 

    Sinon, le forsythia et le magnolia sont en fleurs. Pour ce dernier, profitons-en, ça ne dure que quelques jours !

    1603.jpg 

    Excusez la qualité des photos, mon pentax a rendu l'âme et je ne lui ai pas encore trouvé de digne remplaçant. Si quelqu'un d'un peu connaisseur pouvait me conseiller un bon appareil photo à moins de 300€, bridge ou pas mais qui fasse de la macro et qui rende bien le vert (l'Olympus qu'on m'a prêté qui est pourtant un bon appareil, modèle SP-620UZ, est bon en macro mais catastrophique en ce qui concerne le rendu des couleurs). 

  • my vivax !

    Le vivax aureocaulis tire bien son épingle du jeu dans ce printemps sans soleil et sans chaleur (les 20° rarement atteints). On m'avait dit que c'était un bambou qui grandissait vite quelles que soient les conditions. Je confirme. Quand je le vois, j'ai du mal à croire que c'est bien lui qui me fut livré en septembre 2010. Il était en petit conteneur et ne payait pas de mine. Contrepartie : il commence à jouer au con..un chaume est sorti au dessus du talus au pied duquel il est planté. Vigilance donc! et photos !

    14062013J (8).JPG

    14062013J (13).JPG

    14062013J (19).JPG

    11062013J (14).JPG