Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

automne

  • jardin d'automne

    Après une année de galère, le ginkgo perd tranquillement ses feuilles et la nouveauté cette année est que, comme nous n'avons pas eu de gel, elles ne sont pas tombées sous le poids de la glace en une nuit et donc, elles ont eu le temps de jaunir. Il n'en reste plus beaucoup, je ne faisais plus attention à lui.

    05122015J (5).JPG

    05122015J (6).JPG

    On pourra cueillir des roses à noël.

    05122015J (8).JPG

    Les charmes ne perdent pas leurs feuilles, on appelle ça un arbre marcescent. 

    05122015J (18).JPG

    Le drapeau irlandais flotte sur Kerniel près du fargesia jiuzhaigou 1 qui s'est bien étoffé cette année. 

    05122015J (16).JPG

    Les fougères mâles ont rendu l'âme après de bons et loyaux services. 

    05122015J (12).JPG

    Les graminées ont revêtu leur habit d'hiver.

    DSC00982.JPG

    Ici, il fait doux, humide, la campagne est silencieuse. J'entends cependant de temps en temps quelques coups de carabine. On ira voter...ou pas. En Bretagne, nous avons un avantage : c'est la région de France où le FN fait les scores les plus bas donc tant qu'il n'y a pas cette menace, on peut rester au chaud chez soi parce que gérer par le LR ou par le PS, au niveau des régions, c'est kif-kif bourricot. 

    Loïc LT, 06/12/2015

  • Soleil d'octobre

    Souvent en octobre, il fait beau, plus frais qu'en septembre mais beau. On a rallumé le feu depuis quelques jours si bien que les chats qu'on ne voyait plus beaucoup ont rappliqué notamment Gritou qui adore se mettre en boule près du pouf devant la cheminée. 

    Comme nous partons en Irlande dans quelques jours, nous avons réalisé quelques travaux d'automne : tailles, divisions, quelques plantations. J'aime bien que le jardin soit propre avant de partir mais si l'érable a perdu toutes ses feuilles, le pommier a à peine commencé si bien que je sais ce qui nous attend au retour. Toute la soirée, lorsque je bricole dehors, j'entends les glands tomber des chênes et m'amuse de l'effroi que cela provoque chez un de nos chats traînant dans le coin. Les glands tombent sur la route et les fossés et l'année d'après, je suis toujours surpris d'une chose pourtant banale : plein de petits chênes sortent de terre. Des camions et des tracteurs empiètent sur les bas côtés mais la nature a toujours le dernier mot. 

    Les gens désespèrent de l'automne parce qu'ils y voient les prémices de l'hiver. Pourtant, l'automne au jardin , en tout cas jusque fin octobre, est plus intéressant que le mois d'août que je trouve triste à mourir. 

    Les épillets des miscanthus apparaissent enfin : 

    20102015J (4).JPG

    131015J (4).JPG

    La Molina 'transparent' est plus fragile que le miscanthus et bizarrement est deux fois moins haute que les autres années...

    131015J (44).JPG

     

    131015J (26).JPG

    bambou fargesia jiuzhaigou 1

    fargesia jiuzhaigou 1

    La fougère Onoclea Sensibilis ( au pied de phyllostachys sulfurea viridis) a revêtu ses couleurs d'automne alors que les osmondes royales sont encore bien vertes. On m'a dit qu'Onoclea était très traçante. J'ai hâte de voir ça au printemps prochain. 

    20102015J (1).JPG

    Voici justement le futur monstre. C'est sa première année en terre, laissons-lui un peu de temps. 

    phyllostachys viridis sulfurea

    Prisca a sérieusement décoiffé le chèvrefeuille. Elle adore ça ! Mais aucun soucis pour lui. Le printemps lui appartient. 

    chèvrefeuille

    19102015J (49).JPG

    bambou sasa tessellata et fougère mâle

    19102015J (30).JPG

    Une pour finir, je n'aime pas les notes trop longues. Notre haie de charmes (appelée charmille) plantée il y a deux ans encercle l'endroit utilitaire où il y a des choses pas très belles à voir (tas de végétaux, composteurs, bois de chauffage). Le charme a la particularité de ne pas perdre toutes ses feuilles en hiver. Elles se brunissent mais restent fixées aux branches. On appelle ça un arbre marcescent, adjectif qui vient d'un certain M. Marcesse habitant près du Havre et qui en a découvert le principe. 

    20102015J (15).JPG

    Loïc LT, 20.10.2015

  • annonce en l'espèce

    Avant de diffuser l'annonce sur le bon coin, je tenais, afin de remercier mes 3 lecteurs à les tenir informés que je vends 2 mètres cube de feuilles mortes d'érable, une matière idéale pour enrichir un compost ou remplir un oreiller ou un édredon. C'est de la belle feuille morte, fraîchement tombée, friable et dans laquelle il est bon de  sauter et de se vautrer pour peu que vous les laissiez en tas. Il est par contre déconseiller d'y faire l'amour car elles sont un peu rêches et parfois piquantes.  Je suis ouvert à toutes propositions. Le tout est à 220€ à débattre mais possibilité d'en acheter qu'une partie, le minimum étant de 20 feuilles (30 centimes la feuille), pour la raison qu'en cas de livraison par Colissimo, je ne tiens pas à ce qu'il y ait plus de frais de port que le prix de la marchandise.

    Comme vous voyez, c'est une affaire intéressante, je suis honnête et disponible. Si dans une semaine, personne n'est intéressé, je foutrai ça sur le bon coin et ça partira très vite mais bon, je tiens à en faire profiter d'abord mes lecteurs, et vous remercier encore. Le fait qu'il y ait peu de commentaires prouve que vous approuvez mes propos car qui ne dit rien consent n'est-il pas. 

    PS : en cas d'achat de la totalité, livraison gratuite par mes soins.  

    12102015J (19).JPG

    Loïc LT, commercial en feuilles mortes

  • soir d'automne

    Sans tambours ni tempêtes, l'érable a presque fini de se mettre à poil.

    09102015 (1).JPG

    09102015 (5).JPG

    Sous le regard de Gritou, surveillant des lieux.

    09102015 (19).JPG

    Ce vendredi soir lumineux, la température est douce. La nature nous le rend bien.

    09102015 (7).JPG

    09102015 (3).JPG

    Comment s'appelle cette petite fougère achetée au printemps et que n'importe qui passant devant ne prêterait attention, voire l'écraserait pour une vulgaire mauvaise herbe ?

    09102015 (11).JPG

    C'est une Polystichum setiferum plumosum densum. Elle est à l'ombre aux pieds des bambous qu'un malfaisant aimerait bien abattre.

    04102015J (65).JPG

    Il aura tout son temps ce weekend. Nous partons quelque part dans un hôtel avec plein d'étoiles, un hôtel qui a les pieds dans l'eau  et où il n'y a rien d'autre à faire que regarder la mer, laisser le temps s'en aller là, laisser aller les voiles rouges, sur la mer qui bouge, laisser sur l'eau transparente glisser les soucis de la vie.

    hôtel alexandra2 .jpg

    hôtel alexandra .jpg

    Loïc LT 

  • tristesse du ginkgo biloba

    Planté le 18 octobre 2012 à l'occasion des 10 ans de Chloé, cet arbre rêvé ne m'apporte pour l'instant que des déceptions. Certes, on m'avait bien prévenu qu'il était lent au démarrage, qu'il fallait le temps qu'il s'installe...mais là franchement en 2 ans, il n'a pas bougé d'un iota. Cerise sur la gâteau,je le trouve un peu informe...ses feuilles ne tiennent pas droit  et jaunissement à peine en automne !

    Mais qu'importe, le patience est la mère de toutes les vertus. Le ginkgo est en vie, alors il finira bien par pousser. Mes petits-enfants remercieront leur grand-père...

     

    29112014J (27).JPG

    29112014J (26).JPG

    29112014J (28).JPG

    A son pied, le bambou nain, sasa veitchii est quant à lui en plein forme. 

    29112014J (24).JPG

  • du nouveau sur l'espèce de blog !

    Ce dimanche est bien parti pour être pourri. Heureusement, la forêt en face est au summum de sa beauté automnale :

    23112014 (2).JPG

    Sinon, comme tu as dû le remarquer, hypocrite lecteur, mon semblable, mon frère, j'ai changé le bandeau du blog, ce que je ne fais que tous les deux ou trois ans, c'est donc un événement rare et  je tiens à cette rareté. C'est une photo que j'ai prise depuis 'mon bureau' avec mon smartphone, petit objet dont je suis devenu l'esclave depuis que je le possède (07/2014), et qui a pour conséquence immédiate que je lis moins (ce qui me fais penser que je n'ai toujours pas fait de compte rendu du dernier roman de Modiano, très bon roman au demeurant mais le fait qu'il ait eu le prix Nobel m'a un peu coupé l'herbe sous les pieds et comme je suis quelqu'un qui pète plus haut que son cul, je veux pas avoir l'air de lire ce qui est dans l'air du temps (alors que j'ai lu pour que tu ne ne perdes pas dans le quartier avant qu'il ait obtenu ce prix). 

    Autre nouveauté qui peuvent intéresser un ou deux de mes trois lecteurs, j'ai activé la version smartphone du blog et donc il est désormais plus facilement visible sur vos iphone, nokia et autres joujoux formidables ! Chouette, non ?

    ll pleut, c'est dimanche mais un bœuf carotte en cours de cuisson embaume toute la maison et il me tarde de me mettre à table ! Je vais donc pas tarder à appeler les filles et leur demander 'qui dresse la table ce midi ? -)

    Loïc LT

     

     

  • L'automne est évident car...

     

    L’automne est évident car

    Au cœur de la propriété verte

    Fleurissent gaies et alertes

    Les asters de toutes parts.

    24092014J (13).JPG

    Les jardiniers sont paresseux ,

    Mais font pousser devant leur porte

    Des fleurs de toutes sortes

    roses, rouges et même bleues.

     

    150914J (7).JPG

    30092014J (29).JPG

    Les graminées se dressent fières

    Dans les aubes automnales

    Semblant défier les terres

    Porteuses de céréales.

    30092014J (41).JPG

    Et les Ruraux qui se prélassent
    Dans de longs accroupissements,
    Entendent ma tondeuse qui passe
    Parmi les rouges froissements !

    30092014J (6).JPG

    06092014J (15).JPG

    12092014J (1).JPG

    011014J (7).JPG

    150914J (9).JPG

    Bon, j'ai plagié un peu Rimbaud, un peu beaucoup...et puis je me rends compte que les photos ne reflètent pas une note sur l'automne...Mais nous n'en sommes qu'au début et puis septembre fut estival. Ah quand même, une rigolote avant de finir...une feuille de l'érable défiant les lois de la pesanteur !

    24092014J (2).JPG

  • matin givré

    Ce matin, le thermomètre est descendu - 1.2°. C'est précis ! Merci ma station météo LaCrosseTechnology. Ce minimum fut atteint à 8:12. J'étais réveillé mais encore couché cherchant au fond de mon être la motivation pour aller faire un footing, repoussant le lever à la prochaine dizaine. Et puis, la paresse, comme souvent a eu  raison de moi, je me suis levé plus tard et nous avons pris le petit déjeuner en famille dans la joie et la bonne humeur comme il se doit un lendemain de victoire (des merlus... dont mes 3 gonzesses s'en balancent -). Après quoi, je suis sorti faire mon petit tour. J'aime ces aubes dominicales et glacées. La grande route située à 300 mètres de la maison était silencieuse, il y avait dans l'air une odeur de fumée de cheminées. De la vapeur d'eau s'évaporait des toits, Les prés et les gazons étaient blancs de givre et les quelques feuilles n'étant pas encore tombées  retenaient des gouttelettes d'eau surprises par le froid. Il ne manquait pour parfaire ce tableau que le bruit d'une lointaine tronçonneuse.  L'autre jour, j'ai vécu quelque chose d'assez bizarre. Mon ginkgo n'avait encore perdu aucune de ses feuilles (il a sa logique celui-là, débourrant tard (en mai), il lâche également ses feuilles tardivement) et elles sont toutes tombées en une nuit (et si ça se trouve en quelques minutes)...justement à cause du gel qui avaient les avaient alourdies. 

     

    08122013 (7).JPG

    Les graminées ne sont jamais aussi belles que lorsqu'elles sont recouvertes de givre. Voyez la molinia, c'est un spectacle magnifique et le bouquet final puisque ses hampes vont tomber sans crier gare au prochain coup de vent. 

    08122013 (3).JPG

    Même un arbre dénudé, ici,le bouleau pleureur retrouve un certain charme.

    08122013 (6).JPG

    Les frondes des fougères caduques commencent à sérieusement roussir. A droite, l'osmonde est royale et à gauche la dryopétris se filix un max.

    08122013 (11).JPG

    Et près de l’arche qu’un

    Chèvrefeuille gravit

    Le boudha n’est qu’un nain

    Qui veille et qui sourit.

     

    Il ne craint ni le froid

    Ni le vent ni l’averse

    Mais se méfie du chat

    Qui parfois le renverse.

     

    08122013 (2).JPG

    Ensuite, sous l'action du soleil, cette étoile qui gravite autour de la Terre que nous envoie sa chaleur malgré les 150.000.000 de kms qui nous  séparent,  la température est vite montée au dessus de 0 et conformément aux lois de la physique, l'eau est redevenue liquide et le paysage quelconque. 

    Loïc LT

  • jardin # plantation du huangwenzhu

    Je n'aime pas l'automne au jardin car on n'est pas gratifié de ses efforts tout de suite. Tout déperri et j'ai toujours ce sentiment que rien ne va repartir. Le jardin est aussi l'école de la patience. Alors, il faut s'y mettre.  Il y a 8 jours, je me décide à mettre le huangwenzhu en terre. Le monstre attendait en pot depuis plus d'un an. Ce ne fut pas une mince affaire que de le déplacer (un ami m'a aidé). Le dépoter fut plus facile. J'ai renversé le tout puis tiré sur un des gros chaumes tout en maintenant le pot avec un pied. Creuser le trou fut une partie de plaisir tant la terre est humide. J'ai décide de le planter dans une annexe de l'île aux bambous (annexe car pas mélangé aux autres). Je finirai la tranchée l'année prochaine...il n'y a pas d'urgence, les rhizomes sont sages en hiver. 

    03112012R.jpg

    03112012 n (8).JPG

    Dans ma petite collection de bambous, le phyllostachys viviax huangwenzhu est potentiellement le plus gros. D'ailleurs, en pot, il avait déjà commencé à sortir de jolis chaumes de 3 cms de diamètre :

    31052012J (14).JPG

    Là où je l'ai planté, il dispose de plus de deux mètres carré pour s'exprimer. Je sens que je vais me régaler...dès le printemps prochain. 

  • Molinia arundinacea 'Transparent'

    21082011J (9).JPG

    Nous avons acheté deux exemplaires de la graminée Molinia arundinacea 'Transparent' il y a un an à une foire aux plantes. Lorsqu'on l'a ramené à Kerniel, je me suis dépêché de la planter. Au bout de quelques jours, ses longues tiges sont tombées, les feuilles ont pourri et la graminée a disparu. Je n'étais pas encore trop connaisseur en matière de graminée et je la considérais comme perdue. Prisca, de son côté était un peu plus optimiste. L'hiver s'est déroulée, le printemps est revenu et puis de toutes petites feuilles sont sorties de terre. Et j'ai crié, CRIE "la molinia est en vie, la molinia est en vie". Le printemps a duré trois mois, l'été également et la graminée, aimée et choyée a poussé et nous a procuré beaucoup de plaisir. Ses longues tiges légères et fragiles (qu'on appelle des hampes) terminées d'épis bruns et soyeux ont donné un peu de relief à un parterre un peu trop raz du sol à mon goût.

    Ce weekend dernier, le ciel était bas et l'horizon bouché. Il fasait doux mais tout était gras et la terre collait aux bottes. En cette fin novembre, le jardin est tout cra-cra. L'aster a pourri sur place, la vigne vierge a perdu toutes ses feuilles, le potager est en mode sommeil. Seuls les bambous restent majestueux. J'ai pris sur moi-même et je suis sorti faire quelques travaux d'aménagement. Quelques plants trop rapprochés n'étaient plus à leur place (erreurs de débutants : c'est fou tous les plants qu'il faut déplacer au bout de deux ans alors que l'on croyait avoir tout bien calculé).

    Il était nécessaire de déplacer aussi les deux molinias..je m'attendais à peu de résistance mais en fin de compte, il m'a fallu forcer comme un malade. J'ai réussi à extraire les deux mottes mais j'ai du sectionner quelques racines qui ne voulaient pas venir. Je les ai replanté dans une bonne terre bien drainée (dans laquelle j'ai rajouté mon compost, premier du nom dont je ne suis pas pas peu fier, photo ci-dessous)). Les filles m'ont rejoint à ce moment et je leur ai proposées de planter des bulbes de crocus. Elles s'y sont attelées mais très vite elles ont préféré ramasser des vers de terre et les rassembler dans un pot.

     

    jardin,graminée,molinia arundinacea 'transparent',automne


    Ce fut une belle après-midi. C'en est fini des travaux d'automne. Vivement l'année prochaine !

    llt, 29.11.2011