Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • recensement des cabines # 3 Baud (suite)

    En revenant de chez mon quincaillier et de chez ma crémière (chez qui j'avais acheté  deux livres de beurre et une bouteille de lait ribot) , j'ai furtivement aperçu une cabine téléphonique alors que je descendais la rue Leonid Brejnev (la route de Camors et de Vannes en quelque sorte ). Au premier rond-point, j'ai fait demi-tour et je suis revenu sur les lieux. La cabine en question est placée au fond de la place de la mairie, à côté des toilettes publiques et  d'un petit abri à vélocipèdes. Un banc en bon état (dans les bourgs de province, on ne démonte pas les bancs) à l'abri d'un arbre en bois complète l'occupation de l'espace. Nous avons donc dans un endroit restreint un ensemble de services pratiques (communication, poubelle, rangement de vélocipèdes, sanitaires, banc à l'ombre pour se reposer après tous ces efforts) qui force l'admiration. 

    WP_20150228_005.jpg

    information technique : le téléphone fonctionne. Je l'ai essayé vite fait et j'en ai eu la confirmation par le patron de l'enseigne TéléphoneStore qui se situe de l'autre côté de la rue Léonid Brejnev et qui l'utilise régulièrement lorsqu'il veut informer sa femme qu'il sera en retard. 

    WP_20150228_008.jpg

     

  • recensement des cabines # 2 Camors

    Camors est le bourg où nous avons acheté notre maison en 2007. C'est tombé sur celui-là, ça aurait pu être un autre, on a visité d'autres maisons dans d'autres communes. 8 ans après, je n'ai pas d'attaches particulières à Camors...sauf celles liées à tout ce qui tourne autour de l'école, de la maison close rue de St-Anne et quelques collègues de boulot. Nous n'avons pas noué de sérieuses relations amicales ni conflictuelles. A part le MDQ, je ne fais partie d'aucune association. Nos relations sociales sont sommaires et nos rapports avec les voisins se limitent à la plus simple expression : un coucou en voiture quand on se croise, quelques discussions banales et quelques entraides mineures.  Si demain, nous devions  disparaître tous les quatre dans un cratère géant engloutissant notre maison du type de ceux qui se forment en Sibérie ou au Vénézuéla, les gens de la commune diraient de nous que nous étions une famille communiste discrète et sans histoires. 

    Pourtant, mon meilleur ami me dit souvent que j'ai un profil atypique. C'est peut-être justement parce que je ne suis pas dans la norme que les gens ne viennent pas facilement vers moi et vice versa. Ma femme est plus sociable bien qu'elle dise le contraire. Je me satisfais de cette vie. 

    Ni elle ni moi, n'avons jamais utilisé les, je dis bien 'les' cabines téléphoniques placées devant la poste du bourg  et ce pour plusieurs raisons :

    . nous habitons à un km du bourg

    . arrivés à Camors en 2007, nous avons aussitôt ouvert une ligne de téléphone fixe pour la maison (mais même sans, je ne suis pas sûr que nous serions allé jusqu'au bourg pour passer un coup de fil)

    . personnellement, je possédais déjà un téléphone portable....pas ma femme je crois  mais elle n'a jamais eu le besoin de me téléphoner depuis le bourg où elle va rarement car elle n'y fait pas ses courses. 

    C'est dire si la présence de ces cabines ne fut pas un critère prépondérant quant au choix de cette commune comme lieu de résidence. N'empêche qu'elles existent et qu'elles ont l'avantage d'être deux (comme dirait Renaud) et de se situer devant la Poste (qui n'est plus qu'un bureau aux horaires défiant l'entendement)

     

    DSC02099.JPG

    Ce sont deux cabines mitoyennes. J'en ai essayé qu'une mais elle ne fonctionnait pas. Nul doute que les PTT mettent tout en oeuvre pour le rétablissement rapide du service. Sinon, je crois mais je n'en suis pas sûr qu'il y a un poste téléphonique à l'intérieur même de la Poste.  Par ailleurs, je m'interrogeais hier sur le devenir des cabines sans les télécartes mais je faisais un peu mon idiot pour avoir l'air plus bête que je ne suis. Car on peut en plus des télécartes utiliser sa CB et surtout grâce à un code et en composant son propre numéro de fixe téléphoner par l'intermédiaire de son abonnement personnel (par contre, quid de ceux qui comme moi n'ont plus d'abonnement mais juste un illimité lié à une box). Sinon, comme chacun sait, chaque cabine dispose de son propre numéro. Celui de cette cabine est le 02 97 39 29 35. Je me souviens d'un jeu radiophonique animé par Arthur dans lequel il appelait une cabine et la première personne qui répondait gagnait un lot. Vous pouvez essayer d'appeler le 0297392935 mais je suis pas sûr que quelqu'un y réponde...à moins d'insister des heures au point de susciter la curiosité d'un badaud promenant son chien et qui serait en mal de sensations fortes. 

     

    DSC02103.JPG

    Vue depuis la Poste avec mon auto derrière. 

     

    DSC02102.JPG

  • recensement des cabines # 1 Baud

    DSC02110.JPG

    Je n'ai trouvé qu'une cabine téléphonique à Baud. Elle se situe route de Pontivy et jouxte  le cimetière. Il y a encore quelques semaines, elle était recouverte de vieilles affiches du MDQ mais il semble que les employés de la commune, un jour où ils ne savaient pas que faire sans doute, se soient cassés le cul à les enlever. Le résultat final est mitigé. Un coup de Karcher arrangerait peut-être un peu les choses mais le jeu en vaut-il la chandelle ?

    Information technique : elle fonctionne. J'ai décroché le combiné et on me demande d'introduire ma carte (contrairement à la cabine de Camors qui ne répond plus de rien mais j'évoquerai celle-là demain)...mais quelle carte au fait ? Les télécartes ne sont plus en vente depuis avril 2014 et celles toujours en circulation seront inutilisables après 2016...Or, les PTT  se sont engagés à conserver au moins une cabine par ville de moins de 1000 contribuables et 2 cabines pour les villes de plus de 2000 contribuables. Comment pourront-ils donc utiliser les cabines ? Je fais une proposition aux PTT : rendre les appels en cabine gratuits. 

    DSC02107.JPG

    Rien à voir mais à vingt mètres de cette cabine, route de Saint Barthélémy, il y a cette maison qui m'a toujours intrigué. Je ne l'ai jamais vu habitée. A qui appartient-elle et comment on peut laisser des biens immobiliers péricliter à ce point ? C'est d'ailleurs une chose assez courante dans nos bourgs bretons. En tout cas, je suppose vu la forme de l'ouverture sur le pignon qu'il s'agissait jadis d'un commerce genre mercerie, crèmerie ou chapellerie. 

    DSC02104.JPG

    DSC02111.JPG

    Aux confins de l'hiver, on s'occupe comme on peut. Quincailleries, cabines téléphoniques, et après ça va être quoi ? ...les vieilles boîtes à lettres jaunes des PTT qu'on trouve ici au là au détour d'une rue...va savoir...

    Loïc LT

    DSC02105.JPG

     

  • quincaillerie Hinard (suite et fin)

    Alors qu'hier soir j'ai passé au moins 2 heures à ne quasiment rien trouver sur la quincaillerie Hinard, ce soir, en retapant sans y croire, un déca dans la main  droite quincaillerie Hinard sur google, je tombe sur un article d'un bulletin intitulé la voix des mineurs paru en octobre 2011 où il est question de la quincaillerie qui nous intéresse. La voix des mineurs semble être une revue très politisée et donc l'article l'est aussi. N'empêche qu'il m'en apprend beaucoup sur le sujet, au delà même de mes espérances. Cerise sur le gâteau, une photo illustre le tout. Je retranscris le tout ici bien conscient de la surprise et de la joie procurées à mes 3 lecteurs. La photo d'abord et l'article ensuite. 

    hinard3.jpg

    Disparition de la quincaillerie Hinard

    M. le Maire l'a annoncé lors d’une dernière réunion de conseil municipal: les locaux de l'ancienne quincaillerie HINARD vont être prochainement démantelés. Certes, ce n'était, depuis longtemps, plus qu'une friche industrielle, même si elle faisait partie intégrante du paysage de la rue de Tournières.

    On a du mal, aujourd'hui, à se représenter l'importance de ce commerce dans les années 50. A par l'alimentaire et le textile, on y trouvait presque tout. Un Leroy-Merlin avec en plus une quantité de meubles, électroménagers, fournitures pour l'agriculture, etc...

    Il fallait aller loin à la ronde pour trouver un magasin aussi bien achalandé et qui contribuait pour beaucoup au statut du Molay-Littry. Avec le marché aux bestiaux et l'Usine Gervais, la quincaillerie était un signe du rayonnement de notre commune, dont le lustre a bien baissé depuis.

    La gare du Molay-Littry disparaissait voici peu d'années, soulevant beaucoup d'émotion. La quincaillerie Hinard était un symbole plus fort encore. Même si sa disparition s'effectuera certainement dans beaucoup plus d'indifférence. Il est vrai qu'il faut vivre avec son temps.

    Plus que la démolition elle même, c'est la manière dont elle a été annoncée qui nous choque. Devant les élus rassemblés, M. le Maire a déclaré qu'il ne savait pas à quoi servirait l'emplacement prochainement libéré, alors qu'il a été saisi d'une demande de permis de démolir.

    M. Le maire n'est pas curieux !!! Le dernier emplacement stratégique de la commune change de main et il ne s'informe pas des projets du nouvel acquéreur. Difficile à croire.

    Mieux encore, il ne propose pas aux élus d'exercer leur droit de préemption, ou au minimum de discuter avec eux de l'éventualité de l'exercer. Certains avaient peut-être des idées ?

    Toujours plus fort, le permis de démolir demandé ne serait pas nécessaire; alors que le bâtiment est amianté et que d'anciennes cuves de carburant pourraient amener une pollution du cours d'eau passant prés du bâtiment, si le démontage ne s'effectuait pas dans les normes. La commune a peut- être de quoi être concernée?

    Mais, il y a une autre possibilité. M. le Maire en sait beaucoup plus qu'il ne le dit et ne souhaite pas en informer les élus. Pourquoi ? Cela peut amener beaucoup de suppositions. Dans un cas comme dans l'autre, M. le Maire ne se comporte pas en élu responsable, à la tête d'une commune de plus de trois mille habitants.  

    Voilà donc. En février 2015, l'emplacement de la quincaillerie est toujours en attente de réhabilitation.

    Loïc LT

  • la quincaillerie Hinard (le Molay-Littry)

    Je suis allé pour la première fois voir mes beaux parents au Molay-Littry en 2002 ou 2003, je ne sais pas et je me souviens que lorsqu'on arrivait dans la ville par la rue de Tournières (Tournières étant un petit bourg situé à quelques kilomètres du Molay et qui a la particularité de ne présenter aucun intérêt sauf peut-être de disposer d'un camping, un camping british semble-t-il, de toute façon qui d'autres que des anglais pourraient trouver un intérêt à aller camper à Tournières ?), il y a avait sur la droite une quincaillerie fermée portant le nom de quincaillerie Hinard. C'est fou comme les quincailleries portent souvent bien leur nom. 

    Aujourd'hui, le bâtiment n'existe plus, il a été rasé il y a pas mal d'années déjà. Un terrain vague l'a remplacé comme nous le montre StreetView.

    hinard.jpg

    Je ne comprends pas pourquoi les choses en sont restées là. Un projet immobilier a-t-il capoté ou serait-ce dû à une querelle d'héritiers (car je pense que le dénommé André Hinard décédé à 85 ans en 2012 et habitant justement rue de Tournières était le gérant de l'établissement ; peut-être que c'est sa mort qui a provoqué la suspension d'un quelconque projet car il  se trouve justement que la location de terrains et d'autres bien immobiliers était  la dernière fonction attribuée au monsieur. Après avoir fait détruire sa quincaillerie, sans doute eut-il l'ambition de valoriser ce terrain situé quasiment au centre-ville du Molay-Littry.

    Mais ce ne sont là que des suppositions. Vous m'en demandez trop et internet a ses limites. A  ce propos, figurez-vous que je ne trouve aucune photo de cette quincaillerie sur la toile. J'en avais pris une,  moi alors que je  traînais dans le coin dans les années 2000 mais je ne l'ai pas gardée. Sans doute que des Molystriens en ont dans leur grenier et ce serait bien sympa si l'un d'entre eux pouvait m'en faire parvenir. Tout ce que j'ai pu trouver de concret concernant cette quincaillerie est une facture : 

    344_001.jpg

    Cette facture datant des années 1960( j'ai du mal à distinguer l'année exacte ) est adressée à un certain Jean Monbrun demeurant Littry. Il s'agit d'une fourniture et pose d'une installation sanitaire. Or figurez-vous que Jean Mombrun est un spécialiste de l'histoire du Molay-Littry, qu'il collectionne les vieilles cartes postales et qu'à ce titre, il a fait l'objet d'un article dans Ouest-France. S'il y a un type qui peut me fournir une photo de la quincaillerie, c'est bien lui ! Il vit aujourd'hui à la maison de retraite du Molay. A l'occasion, je pourrais peut-être passer le voir mais a-t-il emmené toutes ses cartes postales à la maison de retraite ? Qu-a-t-il fait de sa maison ? L'installation sanitaire fonctionne-t-elle encore ? 

    Je reviens sur la photo de Google StreetView avec cette nouvelle interrogation : la maison sur la gauche qui devait être mitoyenne à la quincaillerie appartenait-elle à André Hinard ? Je serais assez porté à le penser. 

    Je me suis fait toutes ses réflexions ce matin alors que je passais à nouveau devant ce terrain et que mon regard fut attiré par une publicité murale située à quelques mètres. J'ai donc pris cette photo et je ne peux pas m'empêcher de penser que cette publicité a un rapport avec Hinard.

     

    22022015 (1).JPG

    b_4168.jpgC'est incroyable comme les publicités murales résistent au temps. En dehors de ça, les huiles Labo existent toujours et justement,  les gens connaissent surtout la marque du fait de leurs  publicités murales dont la société était friande (je pense qu'aujourd'hui, ce genre de publicité est interdite, toujours est-il qu'elles font souvent sourire et surtout on se bat souvent pour les conserver en leur qualité de témoin d'une période révolue). Il ne fait aucun doute qu'on vendait cette marque dans la quincaillerie Hinard. Les bidons d'huile Labo d'aujourd'hui ne sont plus ce qu'ils étaient.

    fuchs-labo-syntha-prestige-10w60-2-l.jpg

    Les habitant du Molay, pour se consoler peuvent toujours se rendre là mais l'enseigne fort sommaire et au nom un peu trop gros sabots inspire peu :

    22022015 (4).JPG

    Et puis après, on peut aller pendre un petit café au café du commerce où l'on pourra parler de l'ancien temps, de la mine de charbon (la seule en Normandie) fermée en 1960 et de la quincaillerie Hinard fermée je ne sais pas quand. Parfois, je me demande même si elle a vraiment existé.

    Loïc LT

    22022015 (5).JPG

  • les dindons de la farce

    Le conflit entre Amazon et les maison d’édition me fait bien rigoler. C’est un combat d’arrière-garde et je me demande s’ils en sont conscients. Amazon voudrait pouvoir vendre ses livres moins chers (les ebooks compris) mais les éditeurs ne veulent pas. Chacun défend ses intérêts, ce qui est normal….et du coup, que se passe-t-il pendant ce temps ? des millions de lecteurs (dont je fais partie) téléchargent gratuitement toutes les nouveautés littéraires sur des sites de partage. Je n’ai acheté aucun des livres que j’ai lus sur ma liseuse depuis des mois...sauf un : le dernier Modiano, parce que j’ai de l’affection pour cet auteur et que ça m’a fait plaisir de le payer avant de le télécharger.

    Sinon, ba, sachez que dès qu’un livre sort, il est disponible gratuitement sur des sites connus de tous. Des pirates se cassent le cul à les scanner (ou à cracker les ebooks vendus) , pour qui, pourquoi je ne sais pas, toujours est-il qu’ils sont identiques à ceux vendus sur Amazon ou Fnac sauf qu’ils sont gratuits. C’est le même principe que pour les films et la musique (plus obligé d’aller acheter des K7 en quincaillerie -).

    Soumission de Houellebecq vaut 15 euros au format kindle, c’est à dire 6 euros moins cher que la version papier. C’est scandaleux.

    Personnellement, je n’achèterai des ebooks que lorsqu’ils seront vendus à des prix justes, c’est à dire aux alentours de 7 euros. Je n’aime pas pirater car j’estime que les écrivains doivent pouvoir être rémunérés. Mais il est hors de question d’être le dindon de la farce de Hachette, Amazon et cie.

     

    A bon entendeur, salut !

     

    Loïc LT

  • modernité de l'ami des jardins

    0032dd85.jpegL'ami des jardins est l'un des rares mensuels que j'achète (je suis par ailleurs abonné à Télérama, réflexion est en cours pour un désabonnement pour des raisons de sécurité). Comme son nom l'indique, il s'agit d'un magazine qui parle de jardin qu'il soit d'ornement ou potager. Il contient plein de conseils, des idées, il relate des visites dans des jardins somptueux etc. Rien de transcendant mais il fait son travail. 

    Il contient aussi une boutique, sorte de quincaillerie sur papier vendant des objets modernes. Ainsi dans le numéro 1052 de mars 2015, on peut acquérir un lecteur cd...mais qui fait aussi lecteur cassettes...et attendez, summum de la modernité, on peut même faire des enregistrements sur les cassettes. Je trouve ce concept fort original. L'appareil faisant également transistor (grandes ondes et même modulation de fréquence !), on peut enregistrer en direct les émissions que l'on souhaite( que ce soit sur Europe n°1, Radio Monte Carlo, Radio Luxembourg etc...) L'objet est plutôt joli, et les ingénieurs ont réussi la prouesse d'associer lecteur cd et lecteur cassette sur un même appareil en plaçant le lecteur cd dessus et les cassettes devant. En plus, il dispose d'une poignée. C'est un Thomson, marque réputée pour la qualité de ses produits. Pour l'anecdote, il ne pèse que 2 kilos (soit 4.4 livres anglaises)

    Concernant ce concept de cassettes (les geeks écrivent déjà K7), je me suis renseigné au Carrefour où j'ai mes habitudes. Nous n'en vendons plus m'a-t-on répondu, ce à quoi j'ai retorqué pas encore vous voulez dire. La dame a semblé me prendre pour un fou. Les dirigeants des grandes surfaces feraient bien de former leur personnel aux nouvelles technologies, sinon comment voulez-vous qu'on s'en sorte ?

    Cette merveille coûte seulement 54€90 stipule l'annonce (soit à peu près 360 francs). On peut donc imaginer qu'ailleurs il vaut bien bien plus  mais je ne peux rien garantir, cet appareil (qui est appelé à remplacer nos bonnes vieilles clés usb ou carte sd) n'étant pas encore en vente chez Amazon, Fnac et cie. 

    Loïc LT

    DSC02049.JPG

  • CR274 : soumission - Michel Houellebecq

    soumission.jpgAu début, je n’avais pas prévu le lire et puis je me suis laissé tenter. C’est primordial d’humer l’air du temps et Michel Houellebecq bénéficie d’une certaine aura en France et dans le monde entier et puis il dispose de supporters à gauche et à droite. Oui, parce qu’avec Houellebecq, nous nous situons plus dans le champ de la politique et de la sociologie que dans la littérature. Et ce dernier roman le confirme. Littérairement parlant, c’est pauvre, presque journalistique et très wikipedia aussi (je rappelle quand même que dans son précédent roman, il n’a eu aucun scrupule à faire des copier-coller depuis l’encyclopédie en ligne). Mais je crois qu’il assume tout ça alors ne perdons pas notre temps et venons-en au fond.

    Je rappelle vite fait que dans soumission, l’auteur imagine qu’en 2022 les Français élisent à la présidence de la république un musulman modéré, Mohammed Ben Abbes qui obtient le soutien de l’ump et du ps et ce pour faire barrage au Front National. François, le narrateur est un universitaire de renom et vit cette révolution avec un certain détachement (comme souvent chez MH, le narrateur est un type blasé et obsédé par le sexe). La France aussi se soumet à ce nouveau régime et malin qu’il est, le président de la république nomme comme premier ministre un homme de paille, à savoir François Bayrou afin de montrer qu'il n'y a rien à craindre du nouveau régime. Comme de fait, Bayrou passe pour un comique arriviste (ce qu’il est dans la réalité) à la solde de Ben Abbes . Si la liberté d’expression semble maintenue, des bouleversements s’opèrent , l’éducation nationale n’est plus laïque et se scinde entre des écoles musulmanes ou chrétiennes (l’université où travaille le narrateur devient musulmane) et puis les femmes n’ont plus le droit de travailler (pas même dans les quincailleries), du coup le chômage disparaît et les femmes ne portent plus que des pantalons et des tuniques qui empêchent qu’ont voit leurs fesses.

    Tout cela n’a rien de crédible évidemment (car si cela arrivait vraiment, un véritable soulèvement populaire renverserait le pouvoir en quelques jours) mais sous la plume de Michel, tout cela coule de source, tous ces événements semblent naturels et suivent une logique historique imparable. Mais on peut tout se permettre dans un roman et celui-ci  parmi ses quelques intérêts permet aussi de se faire une idée plus précise des fondamentaux de l’islam à travers les longues discussions que le narrateur entretient avec un érudit musulman (au point de parvenir à troubler l'indécrottable athée que je suis).

    C’est un roman de politique-fiction que tout le monde peut lire. Il est court, il est clair et c'est plus un amusement qu'autre chose.

    Un amusement car personnellement, je ne crains ni l’arrivée d’un président musulman en France (encore qu’on a déjà eu des présidents catholiques (De Gaulle, Chirac) mais dans soumission le problème n’est pas que le président soit musulman, le problème réside dans le fait qu’il veut faire de l’islam une religion d’état..aussi modéré soit-il). Je ne ne crains pas non plus une arrivée du FN au pouvoir, parce que le Front républicain qui est tant décrié fonctionne quand même très bien et que le scrutin majoritaire à 2 tours est une digue que l'extrême droite ne peut franchir.

     

    Pour résumer, n’ayez-pas peur !

     

    lecture : février 2015, parution : janvier 2015, Flammarion, kindle, 3.5/5

     

    Loïc LT

  • racisme ordinaire

    En ce moment et pour la première fois de ma vie, je côtoie un type ouvertement antisémite. Genre hier, il me dit suite à l'agression de militaires protégeant un temple que les lieux de culte musulmans ne sont pas autant protégés que les lieux de culte juifs. Tous les jours, il a un mot contre les juifs, ça me dépasse totalement, au début je m'offusquais sans le braquer mais j'ai arrêté, ça ne sert à rien. 

    Mais moi j'ai un soucis avec l'antisémitisme car je ne le comprends pas. Quelqu'un qui me dit qu'il est juif me fait le même effet que quelqu'un qui me dit qu'il aime jouer au légo, qu'il est quincailler ou qu'il aime le jazz. Je ne comprends pas d'où vient cette haine. Ça ne date quand même pas de la crucifixion de Jésus ? Pour ce que Hitler en avait à foutre des chrétiens ! Parce que le judaïsme est bien une religion ? Je peux devenir juif si je le désire non ? 

    D'un autre côté, si j'essaie de me mettre dans la tête d'un raciste, je parviens à concevoir qu'un habitant de quartiers chauds puisse en avoir marre des immigrés...je trouve une explication voyez-vous., je n'approuve pas mais je devine.

    Par contre, le nombre de racistes dans les villages de campagne m'hallucine. C'est du racisme par procuration, par le prisme des médias. Ces gens se forgent une opinion non par ce qu'ils vivent mais par ce qu'ils entendent dire. Ils n'ont pas d'esprit critique vis à vis de ce qu'ils entendent aux infos. 

    Pardon si c'est banal mais perso, si je n'avais qu'un combat à mener, ce serait contre le racisme. Nous sommes tous des terriens, embarqués dans le même bateau, nous somme le fruit d'un miracle interstellaire et la fraternité ne doit pas avoir de frontière. Je n'aime pas les frontières. 

    Mais je ne suis pas tout blanc : je ne crois pas au réchauffement climatique et je suis plutôt libéral (économiquement parlant). 

    Loïc LT

  • bilan météo Camors # janvier 2015

    Bilan : Un mois de janvier dans les normes, des températures globalement douces. Le mercure a souvent dépassé les 10°. La température maximale la plus basse est de 6.4° le 20.01. Quelques petites gelées matinales ( 3 au total) ont eu lieu ainsi  qu'un coup de vent mi-janvier sans conséquence (tempête Hermann) dont je n'ai aucun souvenir. Les précipitations furent dans les normes aussi. Pas de neige (aucun flocon sur Camors depuis 3 ans et encore je ne suis pas certain qu'il ait neigé lors de la vague de froid de février 2012...du coup, il faudrait remonter à novembre 2010). Pour les amateurs de sensations fortes, il faudra repasser. 

     

      MIN MAX Précip.
    01/01/2015 4,4 11,6 0
    02/01/2015 3,3 13,1 2
    03/01/2015 3,4 13,6 4,5
    04/01/2015 9,5 13 0
    05/01/2015 7,8 11,9 0
    06/01/2015 1,9 12,3 1
    07/01/2015 -0,2 11 0
    08/01/2015 7,2 13,6 15
    09/01/2015 9,3 13,8 5
    10/01/2015 8,9 13,2 3,5
    11/01/2015 4,1 11,6 0
    12/01/2015 10 13,7 1,5
    13/01/2015 5,8 13 11,5
    14/01/2015 5,9 11,6 10
    15/01/2015 3,2 11,8 24
    16/01/2015 2 9,8 3
    17/01/2015 -1,2 10,3 1
    18/01/2015 2,4 7,3 15
    19/01/2015 0,5 8 0
    20/01/2015 0,5 6,4 9,5
    21/01/2015 3,4 6,7 9
    22/01/2015 0 7,2 0
    23/01/2015 -1,6 8,8 0
    24/01/2015 0,1 10,7 0,5
    25/01/2015 0 10,3 0
    26/01/2015 5 13,2 0
    27/01/2015 3,9 10,8 0
    28/01/2015 7,2 12,8 3,5
    29/01/2015 2,6 10 10
    30/01/2015 1,2 10 7,5
    31/01/2015 1,4 8,5 8
    MIN/MAX/TOT -1,6 13,8 145
    MOYENNE 3,6 11,0  

     

    météo, 2015, bretagne