Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bretagne

  • recensement des cabines # 76 - Pleugriffet (56)

    En ce samedi 26 mars 2016, alors qu'il pleuvait des hallebardes, personne à Pleugriffet ne s'attendait à voir débarquer le recenseur de cabines et pourtant, c'est bien lui qui a garé sa R11 électrique rutilante un peu n'importe comment sur un trottoir. 

    PLEUGRIFFET260316 (28).JPG

    Le recenseur a fait une visite rapide puisqu'il avait par ailleurs dans la journée déjà visité Bieuzy, Crédin, Guern, Kerfourn, Malguenac et qu'il lui restait encore à faire Réguiny et Rohan. C'est donc incognito et affublé d'un bonnet ridicule qu'il a arpenté les rues du bourg de Pleugriffet. Les habitants calfeutrés dans leur demeure ne pouvaient s'empêcher de regarder par les fenêtres cet hurluberlu prenant des photos de tout et n'importe quoi. 

    Le recenseur qui courait dans tous les sens et marchait à reculons a fait un état des lieux architectural du bourg constatant avec indifférence une certaine hétérogénéité (néo-bretonnes, chaumières, années 30..), donnant au tout un charme suranné propre à ces villages qui ne doivent leur survie qu'à l'obstination de certains à ne pas déguerpir par le premier bus Macron passant dans le coin. 

    PLEUGRIFFET260316 (25).JPG

    Mars étant les jonquilles (ou les narcisses, c'est pareil) donnaient un peu de couleur à la vie.

    PLEUGRIFFET260316 (5).JPG

    La boulangerie de Anne et Fabrice Legeai était ouverte et le recenseur a eu l'indélicatesse de noter la faute d'orthographe sur le panneau annonçant les spécialités maison. Il y a des choses qui ne se font pas surtout quand on n'est pas soi-même exemplaire en la matière. 

    PLEUGRIFFET260316 (3).JPG

    Allez, je reprends la main, j'en ai marre de la 3ème personne du singulier. Ba oui, j'assume et je l'ai déjà dit. Je tolère les fautes dans les mails ou autres mais pas sur les vitrines. Quand on installe sa vitrine, la moindre des choses est de vérifier autant que faire se peut si tout est en ordre. Bon, je ne vais pas me faire d'amis sur cette affaire-là....l'essentiel est que le pain est bon (et que le far soit sans pruneaux). 

    Cette maison avec des beaux rideaux doit être un ancien bar qui s'appelait le Nemrod qui, si mes recherches s'avèrent correctes signifie le chasseur en français. Beaucoup de troquets portent ce sobriquet en Bretagne. 

    PLEUGRIFFET260316 (2).JPG

    Voici ce qu'on pourrait appeler l'artère principale de Pleugriffet. Le bar s'intitule le Bistroquet et c'est le seul qui reste avec le café de la Place qui se situe quelque part mais où, sur la place sans doute. 

    PLEUGRIFFET260316 (21).JPG

    L'église Sainte Ernestine de Louvois est de style moderne et demanderait un ravalement de façade dans les coins. Le recteur Père Michel Gautier (qui a aussi en charge Radenac, pauvre de lui) est secondé par Raymond Pasco, diacre de son état. Cette note est trop sérieuse, presque trop grave. Est-ce la monotonie des lieux qui m'a ôté mon second degré Celsius ? On fera avec. Une note ne fait pas une autre. 

    PLEUGRIFFET260316 (18).JPG

    Venons-en désormais à l'objet de la note : la cabine téléphonique. L'autre jour, Beauchamp me l'a envoyée par texto en me laissant deviner où elle se situait et je ne l'ai pas reconnue. Lorsqu'il m'a dit qu'elle posait à Pleugriffet, je lui ai même répondu que je n'avais pas visité ce bourg, preuve en est qu'il m'a marqué !

    Pas plus que l'édicule, le ridicule ne tue pas ! J'étais accompagné de Cabino ! C'était avant son décès et j'ai une pensée émue pour lui. Il m'a accompagné dans beaucoup de  périples et s'est retrouvé dans bien des positions ! Merci pour tout Cabino et que le dieu des peluches te garde !

    PLEUGRIFFET260316 (17).JPG

    PLEUGRIFFET260316 (24).JPG

    Cette cabine fonctionne parfaitement mais qu'en direction de celle de Radenac. Son numéro est le 02 97 22 40 53. Les pleugriffétoises qui trompent leur mari sont donc tranquilles quand elles veulent discuter avec les radenacois qui trompent leur femme. Je ne sais pas si c'est drôle ça. Et pourtant, je ne peux pas toujours mettre mes blagues lourdes sur le compte de la fatigue.

    J'ai plein d'autres photos mais je suis las de ce monde ancien ! J'ai rejoint ma R11 et il pleuvait tellement que j'ai eu du mal à la reconnaître. 

    PLEUGRIFFET260316 (27).JPG

    Et quand je suis parti, je ne savais même plus quel bourg je quittais. 

    PLEUGRIFFET260316 (30).JPG

    Et ce soir, en écoutant le requiem de Gabriel Fauré, j'ai écrit ça. A prendre ou à laisser. J'assume. 

    Pleugriffet, rien n'y fait
    Plus j'y pense, moins j'avance.
    Toute idée sur le champ se défait
    Et il ne reste que béance.

    À moins que...

    Enchanté de te connaître,
    Pleugriffet.
    Caresse-moi de promesses
    Avant de disparaître.

    Attends de disparaître !
    Bourg breton,
    Car je voudrais te soumettre
    Des questions

    Dis-moi ce que tu caches
    Derrière ta triste mine
    Combien d'enfants dans tes flaches
    Ont trempé leur blue-jean

    Dis-moi ces couples cachés
    Tard le soir derrière l'if
    Si vieux que le clocher
    Le pense primitif.

    Parle moi des eaux calmes
    Du canal qui refoule
    Et des elfes qui se pâment
    Quand les hommes se saoulent

    Et puis surtout, raconte
    Ta cabine mal famée
    Si moche que j'ai honte
    Sur mon blog d'en parler...

    (Juste des pensées comme ça. À trier...le canal qui refoule...euh oui. À Pleugriffet, il refoule -)

    visite le samedi 26 mars 2016. Arrivé à 17:18, départ à 17:28 (10 minutes sur zone donc, tu m'étonnes que je l'avais zappé). Maire : René Jégat. 1200 habitants. Le bourg se situe dans un champ entre Pontivy et Josselin. Puisqu'on parlait de fautes, à signaler sur le site officiel du bourg qu'on a écrit "ballade" au lieu de "balade". Faute courante mais quand même -)

    Loïc LT  

     

  • recensement des cabines # 73 - Merlevenez (56)

    Que faisais-je à Merlevenez (bourgade du sud du Morbihan qui n'a pas les pieds dans l'eau mais presque )  en ce samedi 10 septembre 2016 lourd et à moitié pluvieux ? Parfois, on se demande comment on arrive à certains endroits, sachant que la télétransportation ne fonctionne pas et que ce n'était pas un rêve. J'errais bien dans ce bourg en écoutant une playlist électro qui détonnait avec l'archaïsme des lieux. Mais qu'il est bon de se laisser bercer par une techno mélodieuse et de traîner ses savates dans un bourg avec comme seul objectif que de se laisser guider par le hasard. 

    recensement des cabines, cabine téléphonique, merlevenez, Morbihan, bretagne

    Je marchais, réveillant les haleines vives et tièdes, et les pierreries regardèrent, et les ailes se levèrent sans bruit. (en mode manque d'inspiration donc -). Cette chaumière typiquement bretonne a eu l'honneur d'être le premier cliché. Elle se situe à l'entrée du bourg en venant du nord, c'est à dire d'Hennebont.  

    MERLEVENEZ100916 (1).JPG

    Ensuite, l'occasion faisant les lardons, je me suis mis en recherche de ce que les moins de vingt ans regardent avec curiosité voire circonspection à savoir une cabine téléphonique. Arrivé au centre du bourg, alors que Bubble de Julian Jeweil excitait mes tympans, je repère très vite les PTT ( lieu où selon mes statistiques, il  y a le plus de chance de trouver le Graal). 

    MERLEVENEZ100916 (26).JPG

    C'est un bâtiment de PTT standard (voir s'il n'y a pas un recensement à faire de ce côté-là aussi tant ces bureaux d'origine sont de moins en moins courants) avec un étage qui a servi par le passé à loger la famille du directeur et dans lequel je ne rentrerais pas par effraction en pleine nuit, bien que ne croyant pas aux fantômes. Mais bon, comme vous avez pu le remarquer, il y a bien une cabine devant (fonctionnelle et portant le numéro 02 97 65 70 53). Le type habitant la maison en face (au fond de la photo) a eu la gentillesse de me prendre en photo et m'a fait cette annonce fracassante : il a travaillé aux ateliers de Kerpont où l'on fabriquait des cabines téléphoniques. Je m'étonne quelques heures plus tard de ne pas avoir été plus curieux, il avait sans doute beaucoup de choses à me dire. 

    Mais il aurait au moins pu me dire de réajuster mon col. 

    MERLEVENEZ100916 (35).JPG

    Même s'il ne me l'a pas dit (au fait, il m'a quand même dit qu'elle était régulièrement utilisée...), j'ai tout de suite repéré qu'il s'agissait du modèle T-X, successeur du modèle T1000 (celui de Saint-Congard), modèle constitué d'un endosquelette de métal dont le châssis est renforcé et adapté pour le combat (d'où la raison sans doute, menace terroriste étant, qu'elle n'ait pas été démantelée). Le combiné du téléphone est équipé d'un dard lui permettant d'injecter dans le corps des usagers des transjecteurs nanotechnologiques afin d'en prendre le contrôle à distance.

    MERLEVENEZ100916 (40).JPG

    Continuant mon périple et écoutant désormais le titre Europa de Agoria, je tombe sur une autre cabine dans la rue qui descend vers le sud et au bout de laquelle se situe une chapelle. Egalement accessible aux handicapés cette cabine apparemment plus récente que la précédente ne cache cependant aucune innovation technologique. Je pense qu'elle a été installée ici pour faire diversion. 

    MERLEVENEZ100916 (55).JPG

    Egalement fonctionnelle, cela signifie qu'à Merlevenez, on peut s'appeler d'une cabine à l'autre. Il faudrait créer un label (au même titre que village fleuri, cité de caractère et tous ces machins) pour les communes permettant ce type de communication désuèt et dénué d'intérêt. (son numéro : 02 97 65 76 53). 

    Autre angle, version fusain :

    Merlevenez100916fus.jpg

    C'était juste histoire de faire une belle transition avec la suite. Le vernissage d'une exposition de peinture multi-artistes avait lieu dans la chapelle de la Madeleine un peu plus bas.

    MERLEVENEZ100916 (59).JPG

    Il y avait à boire et à manger, de l’impressionnisme et du figuratif. J'y suis resté un quart d'heures. On m'a gentiment proposé une coupe de champagne que j'ai arrogamment refusée. 

    MERLEVENEZ100916 (69).JPG

    MERLEVENEZ100916 (80).JPG

    MERLEVENEZ100916 (98).JPG

    liste des exposants : Josseline Allard (Plouhinec), Marie-Hélène Bardouil (Pont-Scorff), Sophie Bouchain (Riantec), André Bourlard (Merlevenez), Yannick Furault (Hennebont), Joël Garnier (Merlevenez), Raymonde Grouhel (Erdeven), Eloi Le Rolle (Erdeven), Jean-Paul Libessart (Merlevenez), Michèle Pacgagnini (Merlevenez). A moins que cette chapelle soit désacralisée, saluons l'ouverture d'esprit du curé de la paroisse qui abandonne ses locaux à  une exposition de peinture profane. 

    Ce même jour, une fête foraine s'installait sur la pelouse de l'église du bourg (église Notre Dame des filles de joie). Décidément. 

    MERLEVENEZ100916 (117).JPG

    Je suis repassé par l'hyper-centre et pris des photos de quelques commerces fondamentaux et notamment les locaux très moches de l'auto-école :

    MERLEVENEZ100916 (124).JPG

    Le ciel était gris par dessus les toits. 

    MERLEVENEZ100916 (17).JPG

    Maison néo-bretonne construite dans les années 70 (comme je les adore -) : 

    MERLEVENEZ100916 (130).JPG

    Le centre ville alterne rues aux murs blancs et rues colorée. Merlevenez synthétise la variété de l'architecture bretonne, avec ses chaumières, ses maisons des années 30, les néo-bretonnes donc et en périphérie bien sûr, des maisons contemporaines sans âme entassées les unes sur (ou sous) les autres. Quel géographe et sociologue je fais ! Déjà que je commence à dire n'importe quoi sur les cabines, comment puis-je être encore crédible...

    Merlevenez, (56700), Morbihan , bourgmestre  : Jean-Michel Corlay  (depuis 2014),  3152 merlevenéziennes (quel horreur ce gentilé) , 2 cabines téléphoniques standard en bon état et en service situées l'une près de la Poste et l'autre dans la même rue (rue de la mairie) mais plus bas. reportage réalisé le 10 septembre 2016.

    Loïc LT

    MERLEVENEZ100916 (136).JPG

    Je n'ai jamais compris cette obsession qu'ont les bretons de vouloir des palmiers dans leurs jardins. En général, ils vieillissent très mal et on voit clairement qu'ils sont malheureux. 

     

    playlist electro #  09 2016

    . Square 1 - Paul Kalkbrenner

    . Bubbles - Julian Jeweil

    . Vorfreude - Thomas Schumacher

    . Ringo - Joris Voorn

    . Carny - Pleasurekraft

    . Maeva - Joris Delacroix

    . Berlin - Underset

    . Flockentanz - Boris Brejcha

    . Plein Ciel - N'To

    . Toi - Worakls

    . Europa - Agoria

  • recensement des cabines # 72 - Saint-Congard (56)

    Voici un peu plus d'un mois que nous nous rendîmes à Saint-Congard et beaucoup d'eau a coulé sous le pont enjambant l'Oust depuis, ce pont non loin duquel nous déjeunâmes à l'ombre d'un frêne ou d'un charme, j'ai toujours du mal à identifier certains grands arbres, car quels qu'ils soient, ils ne se laissent pas impressionner par les figures de ma fille qui a décidé depuis quelques temps de vivre la tête en bas ce qui n'est pas facile à gérer au quotidien et par exemple le jour de la rentrée, elle a eu un mal fou à rentrer dans le car sans compter qu'ensuite tous les voyageurs se sont foutus d'elle, ce qui est d'ailleurs étonnant car ledit car était encore vide. Toujours est-il qu'à Saint-Cougar, elle pouvait s'en donner à cœur joie...

    SAINTCONGLOLA060816ccc.jpg

    Pendant que Lola exerçait ses facéties, nous déjeunions sous une table en bois d'arbre (pour être encore plus à l'ombre) et regardions passer les péniches en faisant des coucous aux gens qui se rendaient de Nantes à Brest ou le contraire (parce que l'Oust fait partie du canal de Nantes à Brest qui permet mais c'est une évidence, de rejoindre ces deux villes par eau douce). Ceci dit, peu de gens ayant à faire ce trajet, pour des raisons professionnelles par exemple, utilisent ce moyen de transport aquatique. 

    SAINTCONGPEN060816.jpg

    Un moment, alors que l'on profitait du calme des lieux et du bonheur de vivre dans un pays en paix, une adolescente de 16 ans et demi à peu près est venue vers nous. Elle nous fit part de son inquiétude car elle avait rendez-vous avec des amis près du pont sur la rivière l'Oust mais ils n'étaient pas là or elle n'avait aucun moyen de les joindre. Lui ai-je spontanément proposé d'utiliser mon smartphone portable sans fil ou pour faire mon malin, lui ai-je dit qu'il y avait une cabine téléphonique pas très loin (repérée par mes filles dès notre arrivée) ? Je ne saurais dire...Mais bon, peu importe, elle a téléphoné et puis m'a remercié et environ 20 minutes plus tard, il s'est avéré que lesdits amis étaient en fait un ami, c'est à dire son copain. J'étais fier d'avoir pu permettre à ce couple d'amoureux de se retrouver avant d'aller folâtrer par monts et par vaux. 

    La cabine en question se situe en bas du bourg , pas très loin de l'aire où nous nous trouvions. Il s'agit du modèle T1000 et sa particularité est d'être constitué d'un alliage polymimétique, ce qui lui permet de se liquéfier et de se reformer rapidement. Il faut vraiment être un fin connaisseur car elle ressemble à n'importe quelle cabine.

    060816SAINTCONGARD (60).JPG

    De cette cabine, quand on regarde vers le nord, on a une vue d'ensemble sur ce village dans lequel il est difficile de se garer car il n'y a que les saints qu'on gare.

    060816SAINTCONGARD (62).JPG

    Quelques tracteurs perturbaient la tranquillité des lieux mais personne n'en veut aux paysans de travailler, surtout quand ils sont souriants et qu'ils vont cheveux aux vents entretenir, récolter, nourrir et exercer d'autres activités nobles qui font la beauté de la France qu'on aime. 

    060816SAINTCONGARD (50).JPG

    Celui-ci qui part sans doute récolter du foin ou de la paille conduit un Deutz modèle D 40 06 dont la construction s'est arrêtée en 1981. Il ne peut rouler qu'à 25 kmh (et encore moins quand il tire une remorque) et dispose sous le capot d'un moteur F3L912 de 3 cylindres offrant une puissance maximale de 35 chx, ce qui n'en fait pas un foudre de guerre certes mais qui permet quand même d'exécuter moult travaux à moindre prix. 

    Pour le reste, ce bourg discret, situé dans le sud-est du Morbihan non loin de Malestroit et du célèbre Rochefort-en-Terre est agréable et joliment fleuri que ce soit par la commune ou les contribuables. 

    060816SAINTCONGARD (17).JPG

    060816SAINTCONGARD (48).JPG

    Nous serions bien restés aux bord de l'eau et à flâner dans ce bourg coquet pourvu d'une cabine en  alliage polymimétique portant le numéro 02 97 43 50 53 et d'une boulangerie réputée qui fait croire qu'elle est à vendre alors que c'est pas vrai mais nous avions à faire ailleurs...

    060816SAINTCONGARD (51).JPG

    Alors, au revoir Saint-Cougar (du nom de l'église dédiée à toutes les femmes âgées attirées par les lycéens et étudiants), nous ne t'oublierons pas et la France peut être fière de toi qui ne baisse pas les bras et qui n'a pas peur de la modernité comme le démontre ces éoliennes qui  dominent tes collines verdoyantes. 

    060816SAINTCONGARD (29).JPG

    Saint-Congard , (56140), Morbihan , bourgmestre  : Daniel Brulé  (depuis 2014),  749 congardaises, cabine téléphonique standard en bon état (mais  hors service) située près de la mairie au bord de la D764. reportage réalisé le 06 août 2016. Si une autre note succède à celle-ci dans quelques jours, c'est que je serai sorti vivant et psychologiquement indemne (pensez à indemnité si vous vous des envies de foutre 2 m à indemne, zut quoi)  du semi-marathon Auray-Vannes qui a lieu dimanche et dont la préparation  m'occupe pleinement corps et âme.

    Loïc LT

    060816SAINTCONGARD (18).JPG060816SAINTCONGARD (35).JPG

  • recensement des cabines # 65 - Roudouallec (Morbihan 56)

    J'ai réalisé ce reportage le 30 janvier 2016, autant dire que je demande de l'indulgence. Il me reste quand même des photos pour réveiller ma mémoire et aussi je me souviens de ce jour pluvieux au bout du bout du Morbihan. Le même jour, j'avais fait d'autres bourgs dans le coin mais nulle part ailleurs je n'avais ressenti cette impression d'abandon et d'être au bout du monde. 

    RoudouCarte.jpg

    Tiens, j'avais trouvé quelqu'un pour me prendre en photo ? Je n'en ai aucun souvenir. Sans doute quelqu'un de perdu ou je sais pas. Ah non, il ne faut pas que je tombe dans ce travers. On a toujours tendance à vouloir se moquer de ces coins reculés du Morbihan mais c'est exagéré. Il y a de la vie et des habitants qui paient leurs impôts comme tout le monde. 

    ROUDOUALLEC300116 (62).JPG

    Mais c'est un fait que ces photos font froid dans le dos. Mais je préfère un bourg reculé avec sa cabine qu'un joli patelin de bord de mer sans cabine. 

    ROUDOUALLEC300116 (3).JPG

    Roudouallec est connu pour avoir été le fer de lance de l'émigration bretonne vers les États-Unis au XIXe à tel point qu'Air-France y installa un bureau (source wikipedia, faut bien que je meuble). 

    A propos de meubles, ça m'étonnerait que ces maisons soient meublées ou alors tout est rongé par l'humidité, les mites, poussiéreux et quoi encore.

    ROUDOUALLEC300116 (16).JPG

     

    ROUDOUALLEC300116 (8).JPG

    Dans ce village pâle comme la mort, l'un a pris le contre-pied et on salue son audace. 

    ROUDOUALLEC300116 (21).JPG

    Les trois élèves de l'école Sainte-Thérèse ne sont pas trop mal lotis non plus.

    ROUDOUALLEC300116 (23).JPG

    Il y a bien le logo de la Poste mais je ne vois pas les locaux. On dirait qu'ils étaient situés dans un bar qui est fermé aujourd'hui. Sinon, c'est vrai, il y a un peu de couleurs par ci par là, de quoi mettre du baume au cœur supplicié des habitants, coeur supplicié,  poème de Rimbaud dans lequel Jacques Chirac est allé dénicher le désormais célèbre adjectif  : abracadabrantesque. Pour l'anecdote, le poème évoque un viol entre soldats dans une chambrée. 

    le coeur supplicié 

    Mon triste cœur bave à la poupe ...
    Mon cœur est plein de caporal!
    Ils y lancent des jets de soupe,
    Mon triste cœur bave à la poupe...
    Sous les quolibets de la troupe
    Qui lance un rire général,
    Mon triste cœur bave à la poupe,
    Mon cœur est plein de caporal!

    Ithyphalliques et pioupiesques
    Leurs insultes l'ont dépravé;
    À la vesprée, ils font des fresques
    Ithyphalliques et pioupiesques;
    Ô flots abracadabrantesques,
    Prenez mon cœur, qu'il soit sauvé!
    Ithyphalliques et pioupiesques,
    Leurs insultes l'ont dépravé.

    Quand ils auront tari leurs chiques,
    Comment agir, ô cœur volé?
    Ce seront des refrains bachiques
    Quand ils auront tari leurs chiques!
    J'aurai des sursauts stomachiques
    Si mon cœur triste est ravalé!
    Quand ils auront tari leurs chiques,
    Comment agir, ô cœur volé?

     

    ROUDOUALLEC300116 (43).JPG

    Il y a au moins deux bars à eau à Roudouallec et deux ou trois autres commerces et même une borne de recharge pour véhicules électriques. Pour info, toutes les bornes de recharge installées dans le Morbihan vont devoir être remplacées car l'entreprise qui les a conçues et qui devaient en assurer la gestion a déposé le bilan. C'est cocasse, non ? C'est pas grave, elles sont comme neuves, je crois qu'il y en a une qui a servi un jour à Baden. 

    ROUDOUALLEC300116 (7).JPG

    Quand je pense à toutes les inaugurations en moyennes pompes qui ont été réalisées après l'installation de ces machins. 

    ROUDOUALLEC300116 (41).JPG

    Bon, ce n'est pas que je m'ennuie, les roudouallécois sont sans doute des gens sympathiques. Ils ne sont plus que 700 à manger des potirons (spécialité locale ai-je entendu dire) alors qu'ils étaient 1700 avant l'exode rural. C'est hélas le destin de tous ces villages où il n'y pas un MacDo à moins d'une heure. 

    Roudouallec , (56110), Morbihan , maire à vie : Louis-Marc Rivoal  (depuis 1995), 727 roudouallécois, cabine téléphonique, modèle de Paris, . numéro d'appel : 02 97 37 53 24. reportage réalisé le 30 janvier 2016 entre 14:21 et 14:46.  météo : pluvieux

    Loïc LT

    ROUDOUALLEC300116 (9).JPG

    Eglise Sainte-Ernestine-de-Louvois  

  • recensement des cabines # 62 - Saint-Jean-Brévelay (56)

    Aujourd'hui, je vous fais visiter Saint-Jean-Brévelay, un bourg qui se situe au centre du Morbihan (le département le moins cité par les médias selon une enquête du FBI pour FoxNews) et que je connais un peu pour y avoir effectué ma formation de fagotier en 2006. L'école (qui n'existe plus) formait aussi des bûcherons et ils étaient forcément mieux vus et ils étaient condescendants envers les fagotiers alors que c'est injuste car on ne peut pas allumer un feu casser d’œufs. J'ai passé trois semaines dans ce bourg où j'ai appris toutes les ficelles du métier (bien qu'on n'attachait les fagots aussi avec du fil de fer). 

    J'ai trouvé cette carte sur ce site (je suis quelqu'un qui cite ses sources) et elle n'a pour fonction que de vous situer le bourg. Maintenant, si la répartition territoriale des différentes activités agricoles vous intéresse, cela peut toujours servir). 

    Saint-Jean-Brévelay

    Mais venons-en au sujet qui nous occupe. Ce bourg où naquit le poète Eugène Guillevic compte encore deux cabines et c'est aujourd'hui 28 avril que j'ai découvert la seconde sans la chercher. Je suis retourné sur place après une première visite avec un camarade le 1er avril où nous avions trouvé une cabine près de l'église. Photo de cette courte escapade du 1er avril :

    ST-JEAN-BREVELAY (1).JPG

    Le téléphone ne fonctionne pas. Son numéro d'appel est le 02 97 60 30 53 mais il ne sert à rien, sauf peut-être pour quelqu'un qui n'aurait pas d'idée pour les chiffres du loto.  Cabino était de la partie mais était un peu fatigué. 

    ST-JEAN-BREVELAY (6).JPG

    On est resté que cinq minutes sur zone car nous voulions visiter deux autres patelins : Cruguel et Billio mais nous sommes revenus bredouilles. Plus de cabines dans ces bourgs. Perte de temps donc mais au moins les choses sont claires. Je veux aller jusqu'au bout du bout du recensement. 

    28 avril 2016,

    Il fait sans doute plus frais que le 1er avril mais le printemps a commencé à donner de l'allure aux parterres. Je suis revenu seul sur place pour prendre des photos de la ville, ce que je n'avais pas fait la précédente fois.

    STJEANBREV280416 (2).JPG

    Depuis le 1er avril, les parterres ont été recouverts de copeaux, les fleurs des tulipes ont éclose ainsi que  les jacinthes du Pérou. Les abords de l'église Sainte-Ernestine de Louvois avaient fière allure.  Je me sentais bien dans ce bourg à 12:27 bien qu'il faisait moins 12°. 

    STJEANBREV280416 (10).JPG

    J'ai continué ma balade insouciante en me disant que Eugène Guillevic avait emprunté ces mêmes trottoirs, qu'il avait craché dans ces mêmes caniveaux et par une même température et je comprenais qu'il ne soit pas resté dans le bourg toute sa vie (qu'il a fini à Carnac où il s'est transformé en roc), lui qui ne parlait guère plus souvent qu'une pierre  et le soir dans le noir il allumait une bougie et s’asseyait auprès d'elle pour le très grand plaisir de regarder la flamme. 

    DSC06010.JPG

    Ensuite, j'ai remonté la grande rue et suis passé devant l'hôtel-restaurant du Cheval Blanc. On pourrait faire le tour de France et ne dormir et manger que dans des auberges de ce nom. 

    STJEANBREV280416 (7).JPG

    J'ai continué à errer dans ce froid glacial et quelle ne fut pas ma surprise, alors que je ne cherchais plus rien de tomber sur une autre cabine. 

    STJEANBREV280416 (21).JPG

    Cette cabine accessible aux handicapés est hors service également. Elle se situe non loin du Crédit Théorique de l'Ouest (CTO) et j'ai profité que les banquiers sortaient pour aller déjeuner pour leur demander gentiment de me prendre en photo. Ils étaient gais et rieurs et l'un deux, vêtu comme un banquier et chaussé de souliers pointus a accepté de bon cœur. 

    STJEANBREV280416 (23).JPG

    Pour l'anecdote, le numéro de la cabine (à carte) est le 02 97 60 33 68. Une cabine de plus dans ma collection sans l'avoir cherchée. J'ai redescendu la rue en sifflant un air idiot. J'ai marché, réveillant les haleines vives et tièdes, et les pierreries regardèrent, et les ailes se levèrent sans bruit. Ici n'est point mon pays natal mais presque. 

    DSC06012.JPG

    STJEANBREV280416 (22).JPG

    Avec la participation de Guillevic, reportages réalisés les 1er avril et 28 avril 2016. Deux cabines à carte hors service. Saint-Jean-Brévelay (56660), 2800 brévelay, maire : Guénaël Robin (liste des substances extrêmement préoccupantes). 

    Loïc LT

     

    0000214859-001.jpg

  • recensement des cabines # 55 Rohan (56)

    En ce samedi 26 mars 2016, alors qu'on fête la mort de Jésus qui est mort mais pas encore ressuscité (encore que ses fonctions vitales devaient tranquillement se remettre en marche), j'ai bravé les intempéries pour me rendre en compagnie de mon désormais fidèle compagnon Kabino dans cette partie du Morbihan que je n'avais pas explorée. J'ai donc fait Bieuzy, Malguénac, Pleugriffet, Kerfourn, Réguiny et donc Rohan. Rohan est bien connue dans le Morbihan car c'est le berceau de la famille des Rohan dont l'un de ses descendants, Josselin de Rohan,  faisait encore de la politique (ou en fait encore, je ne sais pas) il y a peu. C'est donc dans une bourgade chargée d'histoire que j'entre, essuies-glace à fond les ballons et donc la première chose à faire pour un recenseur est de chercher la cabine (et non le garçon). J'ai cherché pendant 20 minutes, j'ai fait tous les coins de rue, le petit port (sur le canal de Nantes à Brest) et j'étais sur le point d'être très déçu lorsque je tombe sur ce panneau anodin. 

    ROHAN 260316 (2).JPG

    J'ai pilé et garé ma Talbot en double file (j'ai jamais su ce que voulait dire double file mais j'étais mal garé c'est tout ) et même si je ne m'attendais pas à une cabine proprement dite, au moins pouvais-je espérer un téléphone public. Je préfère les cabines évidemment mais je ne voulais pas quitter Rohan en faisant chou blanc donc je me suis rendu dans l'espace en question et qu'elle ne fut pas ma déception lorsque je constatai que l'endroit réservé au téléphone était nu mais laissait entrevoir qu'il avait accueilli un appareil servant aux autruis à communiquer entre eux à distance. 

     

    Je m'enquiers auprès d'un riverain passant par là et cet autrui sympathique m'informa qu'il passait ici tous les jours et que le téléphone était encore en place il y a une semaine (et comme disait Lévinas : la relation avec autrui peut être recherchée comme intentionnalité irréductible, même si l'on doit finir par y voir la rupture de l'intentionnalité). Les rohann260316.jpgMéchants étaient donc passés entre temps et je note que ce n'est pas la première fois qu'ils me devancent de peu. C'est pas possible, on dirait qu'ils concentrent toute leurs forces sur le Morbihan rien que pour m'emmerder. J'ai demandé à l'autrui s'il existait par hasard une autre cabine sur Rohan mais il me répondit que non. Je le remerciai et le vit repartir avec son fils vers de nouvelles aventures et puis je le vis revenir sur ses pas (contredisant ainsi Lévinas)  pour me dire qu'il y avait une cabine près du camping municipal et que peut-être y était-elle encore. Je le remerciai de cette information mais je ne me faisais pas beaucoup d'illusions. Quand les Méchants se déplacent dans un bourg, ils ne font pas le travail à moitié et nettoient tout sur leur passage, ce qui est logique lorsqu'on veut être un tant soit peu rentable. Mais bon, puisque j'étais sur place, il eut été stupide de ne pas aller vérifier car au fond, je ne connais pas le mode de fonctionnement des Méchants, ils sont secrets, n'avertissent même pas les communes, personne ne les voit jamais. C'est à se demander si ce sont des êtres humains. Beauchamp avait des informations sur eux mais le pauvre ne peut plus me renseigner (la mallette existe toujours mais le juge se refuse à me la rendre) et quand bien il serait encore en vie avec la mallette qu'il m'avait volée, il se serait bien gardé de me les divulguer. 

    Je file donc vers le camping qui se situe à l'orée du bourg et là, divine surprise, une cabine (la vraie, la belle, la moche, l'hideuse, la magnifique en alu, plus rectangulaire tu meurs),  était belle et bien là pour accueillir les touristes qu'ils arrivent en caravane, campings-car ou toiles de tente, chacun fait comme il veut (comme disait ma grand-mère m'avait rapporté ma sœur).

    ROHAN 260316 (6).JPG

    Kabino était content, il commençait à désespérer aussi. Il n'aime pas quitter un village sans avoir posé devant une cabine. Ah oui, je ne vous ai pas présenté Kabino, c'est la mascotte de mes recensements. C'est un camarade du Finistère qui m'a donné l'idée. La sienne s'appelle C.Mafor. Elle est plus moche que Kabino et à ce titre plus à l'unisson des édicules. 

    ROHAN 260316 (8).JPG

    Du coup, cabine étant, reportage obligatoire, retour dans le bourg...mais j'étais pressé, je n'ai pas pu l'épuiser comme fit Perec dans sa tentative d'épuisement d'un lieu parisien. Avant toute chose, situons un peu l'endroit. Rohan se situe dans le département du Morbihan, département le moins cité par les médias bien qu'étant le deuxième département le plus touristique de France.

    rohancarte.jpg

    Globalement, j'ai essentiellement recensé l'ouest avec un petite incursion du coté de Guer. Je ne sais pas si les Méchants me laisseront le temps de faire l'est, c'est à dire le pays Gallo (où l'on ne parle pas breton et où on joue aux palets au lieu des boules bretonnes). 

    Voici les halles de Rohan où Martine n'est jamais passée montrer sa nouvelle bicyclette. Nous sommes au cœur du bourg, un bourg qui dispose d'un peu près tous les commerces possibles. A noter que je n'ai pas pris de photos du port de plaisance au niveau du canal de Nantes à Brest. 

    ROHAN 260316 (25).JPG

    Vous êtes habitués à mes photos qui sont toujours du même type. Et oui, il se trouve que j'ai un faible pour ces maisons et commerces mitoyens avec des toits de ce genre et les fenêtres de toit qui vont avec. Ici, se situent les PTT et la maison de la presse. Ne vous inquiétez pas, je vais pas vous gaver avec ça, juste une autre et puis terminé. 

    ROHAN 260316 (36).JPG

    ROHAN 260316 (15).JPG

    Pour info, le magasin Gitem a mis la clé sous le paillasson mais a laissé un trousseau sur la porte. Par contre l'hôtel Le Rohan**, 15 place de la mairie est ouvert, la nuitée vaut 42€ pour 2 personnes et c'est le même prix si on est tout seul. Une demi-personne, c'est 21€ et si y'a personne, c'est gratuit. Il a l'air bien tenu (voir site) , dispose de six chambres chacune en l'honneur d'un pays. Au fond, on distingue le magasin de l'apothicaire et puis plus loin encore, on peut se refaire une beauté ici:

    ROHAN 260316 (35).JPG

    (gros plan sur l'enseigne Christelle Coiffure dont la fonction essentielle est de couper les cheveux des autruis ou de relooker ceux qui veulent changer la forme de l'ensemble des poils qui recouvrent nos crânes). Je pense que le salon est mixte....Mademoiselle... 

    ROHAN 260316 (20).JPG

    A Rohan, j'ai admiré nombre de ces petites maisons qui sont sans doute d'anciens commerces. Rohan est une ville forte et fière de son passé, consciente d'être dans le présent et confiante dans son avenir. 

    ROHAN 260316 (16).JPG

    Et puis, en allant vers le camping, je suis resté de marbre devant ces beaux rideaux et cet ensemble architectural qui demanderait peut-être une petite rénovation, au moins un ravalement de façade ( opération qui vise à conserver l'intégrité des murs d'un bâtiment. Le ravalement de façade demande des outils précis et un savoir-faire. Il est donc réalisé par des entreprises spécialisées dans la rénovation et le ravalement de façade. Des certifications existent dans le milieu du bâtiment quant à ce type précis de travaux, telles que la certification Qualibat en France -source wikipedia-). 

    ROHAN 260316 (10).JPG

    Rohan, (56580), Morbihan , maire :  Bernard Nizan (royaliste de gauche ) 1680  vassaux. cabine "modèle de Paris" à carte. numéro d'appel : 02 97 38 98 42. reportage réalisé le 26 mars 2016 ( arrivée à 16:14, départ à 17:07) météo : hideuse. 

    Loïc LT (rédaction le 27 03 2016, 22:00, tempête en cours)

  • recensement des cabines # 50 Corlay (22)

    dimanche 07 février 2016 (11ème bourg du périple)

    Voilà, c'est Corlay qui a l'honneur d'être le cinquantième bourg bénéficiant d'une note sur l'espèce de blog ! C'est le hasard et ses habitants verront à quel point ça ne changera pas leur quotidien. Je voulais descendre vers le sud mais je ne sais pas pourquoi le nom Corlay me tentait bien. Les bourgs a deux syllabes ont souvent un supplément d'âme. Donc, j'ai pris la parallèle de l'équateur et je suis arrivé à Corlay à 10:00.

    googlemapcorlay.jpg

    J'arrive à Corlay le portefeuille vide mais le coeur vaillant. A ce moment, j'ignorais évidemment le drame qui venait de se dérouler à Saint-Nicolas-du-Pélem. Attention, je ne dis pas que je ne suis pas le coupable, je vous donne une version, comme je l'ai fait à l'inspecteur Monamour mais qui vous dis que je dis la vérité ? En tout cas, ce n'est pas le décès de Beauchamp (que j'ignorais ou pas en arrivant à Corlay) qui allait changer mon programme. Je ne souhaite pas la mort des gens mais pour ainsi dire je ne connaissais pas Beauchamp ; pour moi c'était juste le type qui m'avait volé ma mallette. 

    A Corlay, la cabine téléphonique se situe près de la poste, un horrible bâtiment dans le genre de ce qui se faisait à une époque et en plus avec des barreaux aux fenêtres puisque jadis les PTT détenaient beaucoup d'argent liquide. 

    CORLAY 07 02 16 (9).JPG

    (A propos des PTT, j'ai remarqué quelque chose d'amusant ces derniers jours. Alors que les le sigle PTT n'existe plus depuis 1991, on voit le long des départementales où l'on enterre des lignes des petites pancartes jaunes avec indiqués dessus eau, edf et PTT. Donc, depuis 25 ans, ils n'ont pas changé leurs petites pancartes, à quoi bon après tout...il suffit de se comprendre. Le fonctionnaire d'EDF ne va pas se poser de questions en voyant un panneau PTT. Mais amusant quand même que ces choses immuables.)

    Quelqu'un m'a pris en photo mais qui je ne sais plus, un quidam sans doute puisque je ne vois pas qui d'autre qu'un quidam pouvait passer à cet endroit à cette heure matinale. Heureusement qu'il existe encore des quidams qui errent dans les rues sans trop savoir où aller. 

    “Il y a des êtres mystérieux, toujours les mêmes, qui se tiennent en sentinelles à chaque carrefour de notre vie.” Patrick Modiano ( villa triste)

    CORLAY 07 02 16 (10).JPG

    Mais jamais je ne croise d'originaux ou de curieux qui ont envie de discuter, de me détrousser ou si c'est une fille de me rouler une pelle. Ainsi va la vie du recenseur, qui en l'occurence ici n'a pas bien fait son boulot puisque je ne suis pas rentré dans l'habitacle pour vérifier tout ce qu'il y avait à vérifier. Au bout d'un moment, on se lasse. 

    Euh, je raconte des conneries en fait, il n'y a plus de mobiphone dans cette cabine comme l'atteste cette photo prise par le même quidam Lambda.

    CORLAY 07 02 16 (11).JPG

    J'atteste que Corlay est un joli petit bourg. Mirez par exemple cet institut de beauté intitulé discrètement Swan, endroit accueillant et d'où l'on doit sortir  belle comme une princesse pour aller à vêpres.

    CORLAY 07 02 16 (12).JPG

    Un jour, ce bar fermera et puis, tombera en ruine et alors on décidera de le démolir. Cent ans plus tard, sur de vieilles photos, les habitants regretteront qu'on ait démoli les symboles d'une époque. Il en va de même de la Poste. Il faudrait avant de tout détruire penser l'avenir très lointain au lieu de crier 'mon dieu que c'est moche'.

    CORLAY 07 02 16 (6).JPG

     En dehors de ces bâtiments, un peu en marge du centre-ville, Corlay vaut bien un petit détour. 

    CORLAY 07 02 16 (18).JPG

    Le bourg costarmoricain compte son lot de commerces abandonnés. C'est dur de choisir l'élu, celui qui pourrait être potentiellement vu par toute la planète. Allez tranchons pour cette droguerie. 

    CORLAY 07 02 16 (21).JPG

    Mais j'aurais pu tout aussi bien pu choisir cette chose. Sur la porte, c'est marqué Jacquard Français, indication qui mérite qu'on s'y arrête. Moi, quand j'entends ou lis Jacquard, je pense aux pulls moches qui étaient revenus un peu à la mode dans les années 90. Alors figurez-vous que Jacquard Français existe encore, dispose d'un site internet et qu'on y vend presque tout pour la maison...sauf des pulls. Je crains pour les corlaysiens qui y croyaient encore que ce magasin ne sera jamais repris et je ne vais même pas prendre la peine d'expliquer pourquoi. Qu'EDF fasse déjà son boulot et on pourra en reparler mais bon, ce serait perdre notre temps. 

    CORLAY 07 02 16 (25).JPG

    Ce café intitulé Carpé Diem (qu'on doit y être bien près de l'âtre le soir quand il fait froid dehors et que le pot-au-feu est presque prêt)  qui ose le rose occupe un bâtiment érigé en 1615. Il fait café, tabac, presse et je suis sûr qu'on peut y faire dormir son cheval. Je ne vois point de boucle d'attache pour la plus noble conquête de l'homme (quoi qu'en zoomant j'ai quelques doutes à certains endroits) mais j'imagine bien des écuries à l'arrière. 

    CORLAY 07 02 16 (23).JPG

    Quand on sort du Carpé Diem, des vieux panneaux de signalisation nous mettent dans l'embarras. Où aller et pour que faire ? Moi, ça ne m'impressionne pas, je ne vais dans aucune de ces deux directions. Je ne suis pas influençable. 

    CORLAY 07 02 16 (15).JPG

    Voici une autre vue du bar et plus loin, on croit deviner l'enseigne d'un apothicaire et tout au fond, il m'est d'avis que c'est la mairie. Il y a encore plein d'endroits sympas à Corlay mais je ne peux pas tout mettre. Je garde les photos en stock, pour moi, bien au chaud. 

     

    CORLAY 07 02 16 (28).JPG

    La preuve que Corlay vit encore  : on y fait même de l'exportation (juste de jeunes bovins mais il faut un début à tout). 

    CORLAY 07 02 16 (26).JPG

    Corlay, (22320), Côtes-d'Armor , maire : Pierre-Yvon Corbel ( liste : -ensemble, réouvrons Jacquard Français-) , 980 corlaysiens. reportage le 07 février 2016 ( arrivée à 10:00, départ à 10:49)  météo : se couvrant. direction : Sainte-Tréphine

    Loïc LT

    CORLAY 07 02 16 (38).JPG

    J'ai pas trouvé les piles ! Pourtant, j'avais besoin, je commençais déjà à manquer d'énergie. 

  • recensement des cabines # 45 Gouarec (22)

    samedi 6 février, suite

    Poète baladeur, drôle d'oiseau etc....je veux bien mais quand je pars dans l'inconnu comme lors de ce weekend de début février, je tiens à être discipliné et rigoureux afin de ne pas, un mois plus tard, lorsque je rédige la note, me perdre en conjectures. Parti de Perret à 13h40, je suis arrivé à Gouarec à 13h50, ce qui signifie que je n'ai pas dévié de ma trajectoire car il aurait été tentant d'aller faire un détour par Sainte-Brigitte (à l'ouest) ou encore mieux à Lescouët à l'est ( bourg dans lequel la voiture de google  a photographié une cabine). Mais le temps était compté et je voulais à tout prix passer un peu de temps au fameux bourg de Trémargat. Un moment dans la vie, il faut faire des choix comme le perretois au carrefour près de la chapelle.  

    googlemapgouarec.jpg

    Je suis arrivé à Gouarec (dont Hippolyte Le Moign fut maire de 1919 à 1935) à 13h50, et la cabine (numéro d'appel 02 96 24 99 42) s'est présentée à moi comme un vassal à son seigneur très rapidement. Elle est plantée au bord du canal de Nantes à Brest et j'ai profité du passage de Claude pour me faire prendre en photo. Claude est un routard et on a discuté un peu. Je ne me souviens plus de ce qu'il m'a raconté mais j'ai le souvenir d'un mec bien qui s'est amusé de ma quête improbable. J'aurais bien passé plus de temps avec lui mais il avait encore beaucoup de kilomètres à faire sur son vélocipède chargé comme un mulet et moi beaucoup de villages à visiter avant dimanche soir. Chacun sa route, chacun son chemin, merci Claude pour ce moment passé ensemble.

    gouarec060216bbb.jpg

    GOUAREC 06 02 16 (31).JPG

    Je suis resté seul près de l'édicule. L'eau de canal était humide et franchement je me suis posé une question existentielle. Pourquoi les PTT ont-ils décidé de planter une cabine à cet endroit ? La photo semble tellement improbable qu'on dirait un montage mais non, il fut une époque où les fonctionnaires fermaient les yeux sur la carte d'un bourg, posait leur doigt au hasard et décidait d'y implanter la chose sans se poser de questions. 

    GOUAREC 06 02 16 (12).JPG

    Le bourg de Gouarec est fort charmant, tout en pierre grise, avec des halles au centre et quelques commerces coquets. 900 contribuables y usent leurs souliers. J'ai vidé une bouteille de vodka à la taverne des ducs qui dispose d'un téléphone dernière génération que la clientèle peut utiliser librement. C'est un appareil étrange et très pratique avec de grosses touches et un combiné cylindrique agréable à prendre en main.Il faut noter que ce type d'appareil peut se passer d'une box, ce qui signifie que l'on ne paie pas d'abonnement internet. Le téléphone fixe prend enfin sa revanche sur l'internet et il m'a fallu arriver à Gouarec pour prendre connaissance de cette innovation fondamentalement archaïque. J'ai appelé la cabine...en vain. Ensuite le patron a pris le combiné et appelé un individu et la conversation tournait autour du mécontentement de quelqu'un du fait d'un retard apporté au paiement d'un agent basé à Pontivy et le patron demandait l'intercession (je me souviens que ce mot m'avait marqué) dans une affaire avec M.Dumon parce qu'il s'agissait de réveiller la conscience du débiteur. Quand il a raccroché, il était tellement dégoûté que je n'avais pas envie d'engager la conversation.  

    GOUAREC CCC.jpg

    J'étais seul dans la taverne et le bourg de Gouarec était désert. Je me demandais juste si les habitants ne fuyaient pas avant mon arrivée ou bien même si je n'étais pas en train de rêver...parce qu'après Perret où je n'ai vu personne, ça commençait à bien faire. 

    gouarec 060216 kkk.jpg

    Il tombait des cordes de bois (une corde = 3 stères) et je n'avais pas envie de sortir. Mais il fallait pourtant. J'aurais bien volé la voiture de Oui Oui plutôt que reprendre ma Talbot mais le vol est puni par la loi et même si on ne se fait pas choper, on n'a pas pas la conscience tranquille quand on conduit un véhicule qui ne nous appartient pas. Et de nos jours, on ne peut plus voler de voitures aussi facilement que le faisait McGyver (m'enfin c'était pas un voleur, il volait la voiture de méchants ou il volait une voiture pour poursuivre des méchants). 

    GOUAREC 06 02 16 (81).JPG

    Il aurait fallu une journée pour visiter ce bourg et avoir la chance de débusquer un être humain pour le faire parler. Il y a bien quelqu'un qui a vu Beauchamp passer quelque part. Pourquoi pas ici, pas plus ici qu'ailleurs me direz-vous mais pourquoi pas ? Autant chercher une aiguille dans une botte de paille comme dit l'expression mais un moment il faut passer à l'action. Il y a quelques mois, quelqu'un a effectivement cherché une aiguille dans un round baller et il l'a trouvée, je ne sais plus au bout de combien de temps mais il l'a trouvée, je vous dis. 

     

    GOUAREC 06 02 16 (96).JPG

    GOUAREC 06 02 16 (97).JPG

    Gouarec, (22570), Côtes-d'Armor , maire : Jean-Yves Le Guyader ( liste : fuir Gouarec ensemble ) , 891 gouarécains, reportage réalisé le 06 février 2016 ( arrivée à 13:50, départ à 15:19 ) . temps : pluvieux. direction Plounévez-Quintin, 9 kms au nord. Il a trouvé l'aiguille !

    Loïc LT 

  • recensement des cabines # 42 Cléguérec (Morbihan 56)

    Après Le Sourn, je poursuis ma montée vers le Grand Nord et m'approche mine de rien des Côtes du Nord. Je suis tranquille, mon passeport est en règle et le passage à la frontière devrait se faire sans problème. Cléguérec où j'arrive sans tambour ni trompette à 12h13  est donc tout au nord du Morbihan, à 14 kms du Sourn en empruntant la D15, qui est l'unique route carrossable permettant de rejoindre les deux villages. Comme d'habitude, je vais poster un googleMap du parcours mais en prenant une vue plus large montrant les deux côtes qui baignent l'Armorique. 

    GooglemapclegB.jpg

    J'ai mis du temps à trouver la cabine et pourtant je suis passé plusieurs fois devant. Et pour cause, je n'ai jamais vu une cabine aussi neutre et transparente. Ce n'est pas le fait qu'elle soit mitoyenne aux PTT et qu'elle ne contienne pas de combiné mais il faut admettre qu'on ne peut pas faire plus sobre. Par ailleurs, vu son positionnement singulier, je pense qu'elle peut échapper à l'expulsion spatiale, cela risquerait d'endommager le bureau des Postes, Télégraphes et Téléphones. Par ailleurs,  il ne reste plus de son intitulé que LEPHO. 

    CLEGUEREC 06 02 16 (6).JPG

    Mais la commune de Cléguérec tient aux utilisateurs de cet endroit vide ( sauf de feuilles mortes et de détritus) puisque ne peuvent se garer devant le Crédit Agricole que les usagers de la cabine. 

    CLEGBLAGUE.jpg

    Cléguérec qui m'apparaissait comme un bourg quelconque et désert n'est pas sans attrait lorsqu'on prend une photo au détour d'une rue.  On dirait que des commerces se succèdent aux commerces et pour un bourg avec un peu moins d'habitants que le mien (Camors), je trouve même qu'il s'en sort pas mal. J'ai cru dénombrer 3 banques alors que mon patelin  non seulement n'en possède pas une seule mais n'a pas pas non plus de distributeurs (sauf un mais qui ne distribue que des francs). Mais il faut regarder aussi l’environnement. Camors est proche de 'grosses' bourgades contrairement à Cléguérec. Bon, je trouve que je deviens trop sérieux

    CLEGUEREC 06 02 16 (14).JPG

    Comme à mon habitude, je n'évoque pas le patrimoine religieux qui concernant la Bretagne vaudrait une note à elle-même. Par contre, j'ai omis de prendre la statue de la liberté  (symbolisant l'exode des bretons vers l'Amérique au début du XXe) qui trône sur la place centrale depuis 1875 et dont une pale copie a été réalisée à New-York un peu plus tard. 

    On ne rigole pas. Je suppose que le café n'est plus à vendre et j'ai une pensée pour ses propriétaires qui ont dû tirer un trait sur la réalisation du capital durement acquis.  Personnellement, je ne crois pas être déjà rentré dans un bar doté d'une telle porte (de prison). 

    CLEGUEREC 06 02 16 (13).JPG

    Tabac, presse, hôtel, bar, restaurant...mais que ne fait pas cette enseigne ? Courant me direz-vous dans une village de 3000 habitants, le touriste ne doit pas être mécontent de trouver un tel magasin dont le patron doit faire plus qu'il ne propose. 

    CLEGUEREC 06 02 16 (26).JPG

    Cléguérec, (56450), Morbihan, maire : Marc Ropers, (parti udiL) , 2900 Cléguérécois, reportage réalisé le 06 février 2016 en matinée ( de 12h13 à 12h38 ) . temps doux. direction Silfiac (toujours dans le Morbihan)

    Loïc LT, 13/02/2016

  • Ouest-France s'en mêle aussi.

    Dans l'édition de Ouest-France d'aujourd'hui, deux pages sont consacrées à la disparition des cabines. L'une est un article plutôt bien renseigné en page Bretagne/Morbihan écrit par Julie Schittly et l'autre est une carte dans la page Gourin et son pays qui renseigne le lecteur de ce qu'il reste de cabines dans le nord-ouest du Morbihan (mon secteur de prédilection) et leur avenir. En dehors du fait que cette carte va beaucoup m'aider pour la suite des reportages, je note quand même deux erreurs : contrairement à ce qui est écrit il reste une cabine à Guémené-sur-Scorff et à Lignol (à moins qu'elles aient été enlevées depuis mon fameux périple du 02 janvier 2016, ce qui est peu probable). Voici donc la carte :

    cabines2016.jpg

    Le temps presse donc. Il faut que je fasse au plus vite l'extrême nord-ouest, à savoir, Gourin, Roudouallec, Guiscriff, et puis plus à l'est, Langoëlan, Locmalo, Saint-Tugdual, Priziac. Le tout le même jour me semble difficile, ce serait bâclé et il n'y a pas de raison que toutes les cabines sont expulsées dans l'espace dès le début de l'année. Je risque quand même d'avoir des déceptions et d'ailleurs, dans l'avenir, le fait que ce sera plus compliqué d'en trouver rendra ce recensement insensé encore plus jubilatoire ! 

    Loïc LT