Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

musique - Page 5

  • Dominique A, c'était hier soir.

    A vrai dire, je n'ai eu aucune surprise lors de ce concert. J'avais déjà vu les performances live de Dominique A ici ou là, su Youtube ou ailleurs et je savais comment il se comportait et ce qu'il était capable de faire, je savais aussi ce qu'il allait chanter. Mais vivre un concert en live, être là à trois mètres du chanteur, entendre le vrai son des guitares, des basses, de la batterie n'a pas d'équivalent. Rien n'enlèvera, aucune technologie n'enlèvera le plaisir de sentir l'humain près de soi. Nous restons des humains avant tout, on a besoin d'être ensemble, de vibrer avec des inconnus autour de soi et on espère toujours furtivement croiser le regard du chanteur. 

     

    10062015dominiqueA (25).JPG

     

    Nous étions 1500 environ dans une salle à l'étage de la salle Le Liberté à Rennes ( où je vécus 22 ans plus tôt, les émotions musicales les plus fortes de ma vie, 22 ans, quand j'y pense....ce n'est pas possible quand même que tout soit allé si vite).

    10062015dominiqueA (1).JPGRobi a super bien assuré la première partie et si vous ne connaissez pas la dame, je vous conseille d'écouter on  ne meurt plus d'amour que j'avais mis dans une playlist il y a quelques années et que j'avais oublié. J'ai été content de le réentendre avec la force du live et puis tous les chansons de Robi sont fortes et furent d'exquises mises en bouche. Mention spéciale au bassiste et sa drôle de façon de gratter sa machine. 

    Ensuite est arrivé Dominique A, celui qu'avec Prisca nous avons très vite appelé l'homme-tronc. Le bonhomme est composé d'un corps divisé en deux parties, sa tête et le reste, le reste des pieds au coup est un bloc robuste comme un arbre qui ne se ploie que très peu sauf par moments où on dirait que quelque chose se débloque et là il se déhanche dans tous les sens...jouant ou pas de la guitare, ou dansant (enfin danser...bouger on va dire..un moment après s'être lâché comme un fou, il est revenu au micro pour dire au public 'je vous rassure, c'est la dernière fois que je danse comme un singui (?), je ne tiens pas à mourir sur scène'. 

    La Setlist fut celle annoncée dans la précédente note. J'avais ce rêve un peu bête que Daho, rennais d'adoption le rejoigne pour un duo de en surface mais ce qui nous semble simple et évident à nous publics ignorants est bien plus compliqué dans le show-business. Globalement, je m'attendais à un son plus synthétique mais le clavier est resté est sourdine, étouffé par la guitare basse de Jeff Hallam, la batterie et les guitares de Dominique et de l'autre guitariste discret au fond. Un son très électrique donc, saturé par moments mais qui n'empêchait pas d'entendre clairement la voix de Dominique. Ce n'est pas toujours le cas dans les concerts, saluons-le. 

     

    10062015dominiqueA (14).JPG

    Dominique a joué quasiment tous les titres de son dernier album et quelques anciens titres (mais pas ceux de son premier album la mémoire neuve, c'est un peu dommage), des titres que je ne connaissais pas dont les paroles de l'un m'ont fait beaucoup rire genre  retrouvailles

    Rappelle-moi ton nom

    Je connais ta tête

    Je connais ces dents

    Déchaussées devant

    Et ce front bas

    Et ces yeux flottant

    Sur des cernes

    Mais ton nom, là

    Pardonne-moi mais

    Ça m'échappe pour le moment..

     

    ...des titres que je n'ai jamais trop supporté comme le courage des oiseaux mais qui en live, plus binaire m'a vraiment fait dériver. Quelques titres sont passés inaperçus, on ne peut pas tout aimer mais cette note n'a pas pour but de refaire toute la discographie de Dominique A. Je voulais juste dire que ce que j'aime chez lui, c'est son univers déjanté ( il faut écouter Central Otago, mélange de fantaisie et d'humour). Cet artiste a une imagination débordante, chaque texte est un monde nouveau libre d'interprétations et je pense par exemple à l'énigmatique une autre vie dont il va falloir que je m'occupe)  et un talent de compositeur hors-pair. 

    Et qu'importe qu'il soit inconnu du grand public. 

     

    Loïc LT , recenseur de cabines téléphoniques et journaliste qui s'y croit,

    23h50 

  • Dominique A, c'est ce soir

    Au Liberté, à Rennes, à 20:00

    1548493_6_b511_le-chanteur-dominique-a-en-concert-aux_5f705bb9772206e43c7778876c3d2a4d.jpg

    Voici la Setlist probable:

    setlist.jpg

    Loïc LT, recenseur de cabines téléphoniques et fan de chanteurs populaires que les gens ne connaissent pas. 

  • avec un brin de nostalgie

    81yhDoHHj+L._SX425_.jpgLes derniers albums d'Aznavour m'avait déçu, je pensais qu'il avait définitivement perdu l'inspiration, ce qui est normal quand on a écrit des centaines de chansons, qu'on perd des forces, qu'on perd sa voix, l'ouïe. la vieillesse quoi...Mais il ne faut pas enterrer les poètes trop vite. A 91 ans, Charles sort un nouvel album intitulé encores (j'aime beaucoup ce s accolé à cet adverbe invariable comme pour dire qu'il y'a eu tant d'encore...) et cet album commence par un titre qui s'intitule avec un brin de nostalgie, un texte émouvant écrit par un vieil homme qui fait le point sur sa vie. La dernière strophe est déchirante de lucidité...

    Et ce que j'aime chez Aznavour, c'est quand il chante dans un souffle comme le succès hier encore...On devine en écoutant ce brin de nostalgie qu'il l'a écrit d'un trait de plume, sans préméditation, au bout de la nuit ou au petit matin sur une page blanche sur laquelle la veille il ne parvint pas à placer un mot. Par ailleurs, la mélodie est très belle. C'est le type de chanson qu'on voudrait tous écrire quand l'essentiel de la vie est dernière nous. Je ne vais pas casser l'ambiance en disant que c'est la chanson idéale à passer au crématorium mais bon, je ne vois pas ce qu'un homme peut dire de plus que ce que Charles dit dans cette chanson (si ce ne sont les quelques vieilleries qu'on peut aisément adapter). 

    Et puis, j'ai appris un mot : le pickup en question n'est pas le véhicule que l'on sait, c'est un appareil pour écouter de la musique. A toi, Charles !

     

    Avec un brin de nostalgie

    Je nourris mon ancien pickup

    De vinyles que j'avais acquis

    Dans mes folles années Be Bop

    Je me verse un fond de whisky

    Et laisse courir mes pensées

    Embuées de mélancolie

    Pour voyager dans mon passé

     

    Passé jalonné d'interdits

    D'amour secrètes et d'amour fou

    Qui viennent perturber mes nuits

    De solitude mais surtout

    Joue sur mes remords mes regrets

    Tandis que mon écran s'emplit

    D'images animées désormais

    Avec un brin de nostalgie

     

    Avec un brin de nostalgie

    Ma mémoire me joue des tours

    Était-ce Lorraine ou Sophie

    Qui m'a laissé tomber un jour ?

    J'avais quoi 16 ans et demi

    Jouant crânement les tombeurs

    Et je me retrouvais groggy

    Avec des larmes plein le cœur

     

    Mais à cet âge, on oublie

    On vit de rêves et d'illusions

    Les filles vont et se marient

    Quand draguent encore les garçons

    J'ai connu bien d'autres échecs

    Qui pourtant ne m'ont rien appris

    Depuis je fume et je bois sec

    Avec un brin de nostalgie

     

    Avec un brin de nostalgie

    De dispute en séparation

    Seul sans amour et peu d'amis

    Dans mon champs de désolations

    Je passe mes jours et mes nuits

    A ruminer mes déceptions

    Le cœur à tout jamais meurtri

    Sans état d’âme et sans passion

     

    Avec un brin de nostalgie

    Sur les ruines de ces amours

    Que j'ai gâchées que j'ai détruit

    Mon mal de vivre est sans secours

    Mes espoirs sont à l'agonie

    Mes années restent sans retour

    Je n'attends plus rien de la vie

    Et vis ma vie au jour le jour

    Le cœur brûlé de mes amours

     

    Et de nostalgie

     

  • ton héritage, Benjamin Biolay

     

    Si tu aimes les soirs de pluie Mon enfant, mon enfant Les ruelles de l'Italie Et les pas des passants Eternelle litanie Des feuilles mortes dans le vent Qui poussent un dernier cri Crie mon enfant

    Si tu aimes les éclaircies Mon enfant, mon enfant Prendre un bain de minuit Dans le grand océan Si tu aimes la mauvaise vie Ton reflet dans l'étang Si tu veux tes amis Près de toi tout le temps

    Si tu pries quand la nuit tombe Mon enfant, mon enfant Si tu ne fleuris pas les tombes Mais chéris les absents Si tu as peur de la bombe Et du ciel trop grand Si tu parles à ton ombre De temps en temps

    Si tu aimes la marée basse Mon enfant, mon enfant Le soleil sur la terrasse Et la lune sous le vent Si l'on perd souvent ta trace Dès qu' arrive le printemps Si la vie te dépasse Passe mon enfant

    Ca n'est pas ta faute C'est Ton héritage Et ça sera pire encore Quand tu auras mon âge Ca n'est pas ta faute C'est ta chair, ton sang Il va falloir faire avec Ou plutôt sans

    Si tu oublies les prénoms Les adresses et les âges Mais presque jamais le son D'une voix, un visage Si tu aimes ce qui est bon Si tu vois des mirages Si tu préfères Paris Quand vient l'orage

    Si tu aimes les goûts amers Et les hivers tout blancs Si tu aimes les derniers verres Et les mystères troublants Si tu aimes sentir la terre Et jaillir le volcan Si tu as peur du vide Vide mon enfant

    Ca n'est pas ta faute C'est Ton héritage Et ça sera pire encore Quand tu auras mon âge Ca n'est pas ta faute C'est ta chair, ton sang Il va falloir faire avec Ou plutôt sans

    Si tu aimes partir avant Mon enfant, mon enfant Avant que l'autre s'éveille Avant qu'il te laisse en plan Si tu as peur du sommeil Et que passe le temps Si tu aimes l'automne vermeil Merveille rouge sang

    Si tu as peur de la foule Mais supporte les gens Si tes idéaux s'écroulent Le soir de tes 20 ans Et si tout se déroule Jamais comme dans tes plans Si tu n'es qu'une pierre qui roule Roule mon enfant

    Ca n'est pas ta faute C'est Ton héritage Et ça sera pire encore Quand tu auras mon âge Ca n'est pas ta faute C'est ta chair, ton sang Il va falloir faire avec Ou plutôt sans

    Mon enfant...Mon enfant...

  • variété française : mon top5 des années 00

    - corps et armes (2000), Etienne Daho
    Un Daho en état de grâce. pas grand chose à jeter dans cet album (à part peut-être la chanson qui donne justement le titre au tout)
    - Caldeira (2006), Valérie Leulliot
    Une merveille...des mélodies accrocheuses, des textes touchants, une voix posée. Un album plein de féminité injustement boudé
    - Chevrotine (2006), Holden
    Un peu de la même veine que Caldeira (et d'ailleurs même maison de disque). Divin
    - bleu pétrole (2008), Alain Bashung
    sombre et surréaliste. Bashung au sommet de son art
    - les piqûres d'araignée (2006) , Vincent Delerm
    lui, j'étais anti à ses débuts mais le virage pris avec cet album m'a agréablement surpris. J"ai écouté en boucle et en boucle le titre "les piqûres d'araignée". un Delerm optimiste.

    Le point commun de tous ces albums est qu'ils n'ont que moyennement cartonné, voire pas du tout. J'espère que le temps travaille pour eux et que dans quelques années beaucoup se diront "comment ai-je pu passer à côté de ça".

    Par ailleurs, moi qui n'aime pas beaucoup le mot "crise" parce qu'il est utilisé à tort et à travers, je dois dire qu'il y a vraiment une "crise" dans le disque, lié non pas au fait que les gens ne veulent plus acheter de musique mais dû évidemment au bouleversement technique qu'a amené dans ce secteur l'arrivée d'internet et du format mp3. A partir de là, je ne pense pas que l'album physique ait de l'avenir (il  y en aura encore dans les rayons bien sûr mais pour la même raison qu'il y a encore des vinyls).  Ce secteur arrivera, j'en suis sûr, à trouver un mode de distribution virtuel équitable et accessible au plus grand nombre.

    montage.jpg


  • Nathan Fake - the sky was pink

     

    Le ciel était rose. Au tout début, on croirait entendre un bruit de souk. Pour le reste, c'est merveilleux, onirique, métaphysique. Les adjectifs me manquent. C'est l'un des rares titres de Nathan Fake que j'aime dans sa version quasi originale. Suite à quoi, évidemment, James Holden n'a pas pu s'empêcher d'en faire ceci :

     

     

  • découverte musicale

    En rentrant du boulot et toujours aussi admiratif devant cette forêt colorée s'étendant à perte de vue devant moi, j'écoutais France inter (émission de Yves Calvi) et je suis tombé sur ça :

     

    C'est d'abord la musique qui m'a subjugué, un brin french touch et gentiment répétitive. Pas de refrains, juste une longue récitation, un texte bourré de références culturelles mais sans que ça ait l'air de vouloir étaler. La voix du monsieur (Arnaud Fleurent-Didier) est juste bien et j'ai vécu ces trois minutes intensément. Mais en fait, ce soir, à 22h18, je ne suis plus si convaincu qui cette chanson me plaise..mais il n'en reste pas moins que je me souviendrai de ces quelques minutes en apesanteur.

  • émotion

    5032_95325600761_809090761_1909264_8212312_n.jpgémotion

    C'est avant tout l'émotion que m'étreint puisque Michael Jackson fut l'idole de mon adolescence et quand je dis idole je suis gentil tant je devrais plutôt dire obsession. Puis après les années ont passé, j'ai tourné la page mais dans mon coeur, Michael est resté Michael, une sorte de star au dessus de toutes les stars, quelqu'un d'immortel.
    Il y a encore quelques jours je réécoutais les albums bad et thriller et j'ai même surpris mes filles à chantonner wanna be startin something

    l'émotion donc avant tout.
    Quand une étoile s'éteint, on se demande comment la vie est possible sans elle. Je ne dirais jusqu'à dire  que la mort de MJ me fait le même effet que la mort d'un proche car ça n'a rien à voir. C'est une émotion particulière.


    Et j'ai versé quelques larmes en début de soirée.

  • astropolis 2009

    J'y serai et remercie mon vieil ami Olivier pour la place. Plus que jamais technophile.
    Cliquer sur l'image pour accéder au site off.

    visuel_astropolis_09.jpg

  • mes emmerdes sur itunes

    mes emmerdes.jpgEn fouinant dans la discographie de Charles Aznavour sur itunes (à la recherche de je-ne-sais-quoi car j'ai tout Charles sur mon disque dur), je me suis aperçu que le titre mes emmerdes s'appelait mes e*****es. Tous les autres titres apparaissent normalement. J'en déduis que chez itunes, on est un brin pudibond et qu'on n'aime pas les gros mots...Ooh le gros mot que voilà..mes emmerdes. Il ne faut pas que les jeunes tombent sur ce mot, ça pourrait les effrayer.
    On hallucine.
    L'idée m'est alors venue de chercher d'autres titres un peu grossiers mais rien ne m'est venu à l'esprit. Si quelqu'un a une idée..

    Et c'est l'occasion pour moi de faire une petite liste de chansons d'Aznavour que j'aime bcp et qui ne sont pas ses plus connues :
    - à ma femme
    - ton nom
    - entre nous
    - sur le chemin du retour
    - à ma fille
    - la salle et la terrasse
    - un corps
    - j'ai perdu la tête
    - il te suffisait que je t'aime
    - je t'aime A.I.M.E

    Longue vie à Charles !