Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

côtes d'armor

  • recensement des cabines # 81 - Plumieux (Côtes du Nord)

    Dans le stock des bourgs recensés disposant d'une cabine téléphonique dont je n'ai pas encore fait l'article, il y a Plumieux, petit bourg des Côtes du Nord que j'ai visité le 10 avril 2016. Et il se trouve qu'on a parlé un peu de ce village fantôme hier car l'épicentre du séisme s'y situait :

    plumieuxseisme.jpg

    Avant que ce bourg ne soit rayé de la carte, j'avais pris une photo au même endroit. On a du mal à imaginer que ce hangar soit désormais un amas de tôles et de parpaings jonchant un sol où des cratères ouvrent des voies béantes vers les entrailles de la Terre. 

    PLUMIEUX 10 04 2016 (1).JPG

    Comme je l'écris à chaque fois que je ponds une note à retardement, j'admets que je n'ai pas beaucoup de souvenirs de mon passage dans ce bourg costarmoricain. Il ne doit l'honneur de figurer sur ce blog que parce que le 10 avril, il disposait encore d'une cabine téléphonique. 

    PLUMIEUX 10 04 2016 (5).JPG

    A l'époque, pensant faire mon intéressant, je faisais de l'affichage sauvage. Mais des personnes dont l'avis compte pour moi m'ont dit que ça dénaturait ma démarche. Alors, j'ai arrêté...mais je l'ai quand même fait à Plumieux. Et c'était avant que ma mascotte Cabino ne se fasse enlever par Daesh. Si les méchants (nom que je donne aux démanteleurs) sont passés, je pense qu'ils ont été surpris mais pas sûr que ça les ait rebutés !

    PLUMIEUX 10 04 2016 (11).JPG

    Ce n'est pas parce que je n'ai croisé aucun bipède que Plumieux n'est pas habité. Wikipedia m'informe que 1039 contribuables  n'ont pas trouvé plus mieux ailleurs (jeu de mots pourris avec grammaire incorrecte en plus -). 

    Le bourg n'est cependant pas dénué de charme. Cela me revient tout à coup. L'architecture est particulière et je subodore que les pierres ayant servi à construire ces maisons dans lesquels on devine des vies intenses où l'on danse du matin au soir sur des musiques folles doivent provenir d'une carrière environnante. 

    PLUMIEUX 10 04 2016 (3).JPG

    Au premier plan, il y a cette grande bâtisse, qui doit être un immeuble avec appartements mais qui a dû être un hôtel ou que sais-je et plus vers le fond, c'est un commerce fermé depuis l'attentat du petit Clamart. 

    PLUMIEUX 10 04 2016 (4).JPG

    Mais je vous rassure, certains commerces sont ouverts (sauf ce dimanche évidemment) :

    PLUMIEUX 10 04 2016 (2).JPG

    Contrairement aux apparences, ce magasin qui fait partie de la franchise 'votre marché' est ouvert. J'en veux pour preuve cet article paru dans le Télégramme datant de je ne sais pas quand :

    plumieuxstmioc.jpg

    Cette boutique de vêtements semble être une flatuosité dans ce bourg où l'on ne trouve pas une baguette de pain. Je doute qu'elle soit ouverte mais dans le doute, il faut choisir alors je décrète que LOSANGE ouvre tous les jours sauf le mercredi comme indiqué sur la porte.  

    PLUMIEUX 10 04 2016 (22).JPG

    Allez, mettons un peu de couleur dans ce village triste comme un frigo vide  ou comme une porte de prison ou comme un bonnet de nuit ou comme un jour sans pain, ou comme les blés...triste comme un lendemain de fête, comme un saule, comme une journée à Roland-Garros un jour de pluie ou comme le jeu de l'équipe du Portugal pendant l'Euro....Je meuble, je meuble iKea, but, Fly ou autres -)

    PLUMIEUX 10 04 2016 (23).JPG

    Mais...mais...mais, il y a une Poste à Plumieux ! Et un bar en face, une Golf 3 grise qui roulait (mais en fait non, je me suis approché, elle était juste garée au milieu de la route) et un Forsythia en fleurs. Comme quoi, il ne faut pas désespérer...car je vous ai menti, il y a également une boulangerie moderne : 

    recensement des cabines, cabine téléphonique, côtes d'armor

    PLUMIEUX 10 04 2016 (15).JPG

    visite le dimanche 10 avril 2016. Arrivé à  16:02, départ à 16:24.  Maire  : Pierrrick Le Cam . 1039 plumetaises. Cabine téléphonique à pièce hors service. numéro : 02 96 25 56 24. Avant le tremblement de terre, Plumieux se situait au sud des Côtes du Nord, du côté de Loudéac et de Bréhan. 

    Loïc LT

    PLUMIEUX 10 04 2016 (14).JPG

  • recensement des cabines # 75 - Coëtlogon (22)

    Petit poème naïf (imaginé ce matin sous la couette, levé en sursaut pour l'écrire) pour ce reportage dont je n'ai presque aucun souvenir. Heureusement, les photos sont là. Je me suis aidé pour le composer de la mélodie  de Clerval, Laurence de Alex Beaupain (qu'on peut écouter ici ). 

    coëtlogon,recensement des cabines,côtes d'armor,cabine téléphonique

    cabine téléphonique, Coëtlogon, Côtes d'Armor, 2016

    COETLOGON 10 04 2016 (6).JPG

    COETLOGON 10 04 2016 (15).JPG

    COETLOGON 10 04 2016 (10).JPG

    COETLOGON 10 04 2016 (4).JPG

    COETLOGON 10 04 2016 (2).JPG

    COETLOGON 10 04 2016 (17).JPG

    Coëtlogon, (22210), Côtes du Nord , bourgmestre  : Annie Robert,  237 coëtlgonnaises  (et un petit garçon) , un téléphone situé dans l'abri qui sert de toilettes aussi. numéro d'appel 02 96 25 90 24.   reportage réalisé le 10 avril 2016.

    Loïc LT

  • recensement des cabines # 47 Trémargat (22)

    samedi 6 février 2016, suite (8ème bourg),

    En ce début de soirée triste comme un bonnet de nuit, j'arrive enfin au terminus de ce périple, à savoir Trémargat, commune qui se situe à sept petits kilomètres au nord de Plounévez-Quintin. Comme de fait, je ne montrai pas plus vers le nord, l'avenir nous apprendra juste que je finirai la soirée et la nuit à Lanrivain qui se situe un chouye au nord-ouest de Trémargat. L'idée eut été de crécher à Trémargat mais dans ce bourg qui a déclaré son indépendance officieuse à l'état français, rien ne s'est vraiment passé comme prévu. 

    googlemaptrem.jpg

    Faut-il que j'évoque la spécificité de ce village de 200 habitants qui a eu l'honneur d'être maintes fois l'objet de reportages dans les médias nationaux ? Je vais te laisser, hypocrite lecteur, mon semblable, mon frère, travailler un peu et aller chercher sur la toile de quoi il en retourne. 

    Qu'attendais-je de ce village au crépuscule du soir et dans ce brouillard déprimant ? Peut-être un peu trop sans doute. La première entreprise fut, dans un petit bâtiment en pierre qui sert aussi à autre chose de trouver ce qui s’avérera être un simple combiné (numéro : 02 96 36 54 24).

    TREMARGAT 06 02 16 (5).JPG

    Mais il ne s'agissait pas de faire la fine bouche. Je ne m'attendais pas à trouver ça (photo prise par ma fille aînée  lors de son récent voyage en Italie) :

    CHLOE VOYAGE ITALIE 2016 (594).JPG

    Voici donc le mobiphone et force est de constater que ce n'est pas la première attraction du bourg. Je ne me souviens plus s'il fonctionne ou pas mais je m'en foutais un peu. Le fait même qu'il existe me permettait d'aller visiter le village. 

    TREMARGAT 06 02 16 (11).JPG

    Mais je n'avais plus vraiment de force, j'étais comme anémié et je n'avais qu'une envie : aller me mettre à l'abri dans le mythique Trémargat Kafé où parait-il le soir des hippies de toutes générations refont le monde, rejoints par les paysans du coin barbus qui cultivent quelques pauvres lopins de terre , tout nus en chantant l'Internationale écologiste.

    TREMARGAT 06 02 16 (9).JPG

    J'ai quand même fait un rapide tour du bourg, mais il pleuvait et mon paletot était tout trempé. Du coup, je n'ai quasiment pas pris de photos à part l'église Saint Ernestine de- Louvois, ce qui est un comble quand on devine ce qu' ont à foutre les écolos de Trémargat de ce lieu de culte où ils ne vont jamais à l'office ou à vêpres sauf pour l'entretien qu'ils sont tenus d'assurer puisque cette bande de gais lurons a pris les reines de la mairie en 1995. 

    TREMARGAT 06 02 16 (10).JPG

    Si mon ennemi politique préféré (Momo -) était venu avec moi comme c'était prévu au début, sans doute, aurions-nous été plus téméraires. Nous serions allés dans la campagne voir de quel bois se chauffent ces paysans qui se prosternent tous les soirs devant le portrait de José Bové. Mais, là, tout seul, sous la pluie, je n'avais plus de courage à rien. Je me suis mis à courir tel un fou comme si j'avais l'ankou à mes trousses. Je suis passé devant ce genre d'habitat mais à trop tirer sur la corde, à la fin, elle se casse.  

    TREMARGAT 06 02 16 (15).JPG

    J'aurais voulu parler avec des gens et pourquoi pas (puisqu’ici, on est semble-t-il ouvert et sur une planète verte et accueillante), trouver quelqu'un qui veuille bien me loger pour la nuit parce que je commençais un peu à me poser des questions sur le couchage. Rien à voir mais dans ma rapide visite du bourg, j'ai pu constater que paradoxalement, la plupart des véhicules était des 4X4 ou des pick-up. 

    TREMARGAT 06 02 16 (14).JPG

    Comme je n'avais pas envie de frapper aux portes, je me suis rendu à celle où l'on peut rentrer sans frapper, c'est à dire, celle du fameux troquet. Je suis rentré, j'ai dit bonjour à la serveuse qui faisait du tricot, j'ai commandé une bière, et fait un petit tour du propriétaire. C'est donc ici que le soir, on tire des plans sur la comète à coup de kalachnikov en bois non traité, qu'on prend des nouvelles des copains qui sont perchés dans les arbres de Notre-Dame-des-Landes ou qu'on évoque la cueillette de gui à venir. Quel moqueur je fais ! C'est vrai que j'aurais bien aimé qu'il y ait du monde pour pouvoir échanger  mais il était inscrit que dans ce périple, l'être humain serait une espèce rare. Le bar était comme je l'imaginais mais la bibliothèque inaccessible. Il y avait des inscriptions et des affiches libertaires ou annonçant des concerts un peu partout mais aucun portait de Sarkozy. 

    TREMARGAT 06 02 16 (31).JPG

    La dame a bien voulu me prendre en photo, dégustant une bière. Voici donc la preuve que je suis bien allé à Trémargat, ce que n'ont pas fait des milliards d'êtres humains. J'ai demandé à la serveuse si je pouvais la prendre (en photo hein -) en train de tricoter mais elle a gentiment refusé. Tant pis.  

    TREMARGAT 06 02 16 (30).JPG

    Je suis sorti du café un peu désabusé quand même. Il pleuvait toujours et je ne savais que faire. Trémargat devait être le bourg le plus septentrional de ce périple qui ne marquera pas l'histoire de l'humanité mais il était hors de question que je retrouve la civilisation dès ce soir. Sur la carte des PTT, j'ai noté le bourg de Lanrivain qui se situe à 6 kms au nord ouest de Trémargat. J'opte pour cette solution. Il fallait bien que j'aille quelque part. 

    Trémargat, (22110), Côtes-d'Armor ,maire : Yvette Clément ( liste : Trémargat est un bourg ) , 200 huluberlus, reportage réalisé le 06 février 2016 ( arrivée à 16:11, départ à 17:24 -autant de temps quand même mais qu'est-ce que j'ai foutu ?) . temps : merdique. direction Lanrivain, 6 kilomètres au nord-ouest. 

    Loïc LT 

  • l'affaire de Tonquédec

    Le fait que le corps de Louise de Quengo ( épouse de Toussaint de Perrien, chevalier de Brefeillac), décédée en 1646, récemment découvert (bien conservé dans un cercueil de plomb) dans le sous-sol rennais par des archéologues ait été transféré à Tonquédec dans les côtes d'Armor me laisse totalement indifférent.

    louise_autopsie_2_0.jpg

    Louise de Quengo était la soeur de René de Quengo qui acheta le chateau de Tonquédec en 1636, devenant par là-même comte de Tonquédec. Or, Louise n'a à priori jamais mis les pieds à Tonquédec et avait même souhaité être enterrée à Rennes au couvent des Jacobins.

    tonquedec-carmor-1.jpg

    Donc, il n'est pas logique que son corps ait été transféré à Tonquédec. D'aucuns affirment qu'on est dans le symbole, que Tonquédec était le point de ralliement de la famille de Quengo et que si on l'avait enterrée à Rennes, cela se serait fait dans l'anonymat et donc n'aurait pas eu le retentissement médiatique produit par sa seconde inhumation au cimetière de Tonquédec le 23 septembre 2015.

    Cette histoire m'amuse quand même. Au boulot, comme sous-main sur mon bureau, j'ai une carte de la Bretagne. Or, il y a 2 ou 3 ans, peu avant le 31 décembre, désireux de faire une blague à un ami, je ferme les yeux et mets mon auriculaire droit au hasard sur Tonquédec. Bon, je ne connaissais pas ce bourg situé à une dizaine de kilomètres au sud de Lannion, plus à l'intérieur des terres donc. Je vais interroger google et celui-ci m'informe que Tonquédec est surtout connu pour son château médiéval. J'annonce par texto au dit ami que je vais réveillonner au château de Tonquédec. Il me répond qu'il est surpris car selon lui ce château est en ruine, ne dispose d'aucune salle pouvant accueillir un réveillon (et il aurait pu rajouter que de toute façon, il n'est visitable que quelques mois dans l'année). Je ne sais pas comment a fini cette discussion mais je lui ai évidemment avoué que c'était une blague.

    Voici donc que 2 ans plus tard, Tonquédec me rappelle à son bon souvenir. Je pensais que c'était un petit château médiéval en ruine et sans importance et j'apprends par la presse toute cette histoire autour de Louise de Quengo, de la famille de Tonquédec, donc l'acteur Guillaume de Tonquédec (présent à la cérémonie) est l'un des descendants. Je fais part de cette histoire au dit ami et il m'avoue que coupé du monde, il ne savait pas que des événements aussi insignifiants se déroulaient à quelques kilomètres de chez lui. En moi-même, je pensais à ce corps, embarqué dans une Volskswagen et traversant la Bretagne, de Rennes à Tonquédec, je pensais aux automobilistes dépassant cette bagnole et loin d'imaginer ce qu'ils doublaient.

    bretagne, côtes d'armor, tonquédec, patrimoine

    Je disais que je m'en foutais mais j'en fais une note quand même. Je vais donc souhaiter une longue mort dans le Trégor à Louise de Quengo, fille de François de Quengo (seigneur du Rochay, chevalier de l'Ordre royal) et de Jacqueline Maillan, puis épouse de Toussaint de Perrien, chevalier de Brefeillac (avec qui elle n'eut point d'enfant).

    Et le dit ami m'a promis que la prochaine fois qu'on irait le voir, on irait aux abords du château et puis on ira aussi se recueillir sous la tombe de la noble dame. La vraie richesse de la Bretagne, ce n'est pas la mer, c'est sa terre, ce sont les monts d'Arrée, ses châteaux et ses manoirs nichés au cœur des forêts lointaines où jadis les chevaliers de la table ronde réalisèrent les prouesses que l'on sait.

    Loïc LT

    ps : j'ajoute à toutes fins utiles que le bourg moche de Tonquédec dispose d'une cabine téléphonique mal située. (photo google map).

    bretagne,côtes d'armor,tonquédec,patrimoine