Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

polar

  • CR371 - Maigret - Georges Simenon

    DSC02178.JPGJe dispose d'une petite collection de Maigret que j'achète pour trois francs six sous dans des magasins de livres d'occasion, des brocantes ou des vide greniers (j'ai vérifié, on met un S à greniers). Je me suis réveillé tôt ce dimanche matin, je n'ai pas écouté les infos, parce que raz le bol hein... et je me suis décidé à prendre un Maigret dans ma petite collection et j'ai été interpellé par celui-ci car il était intitulé tout simplement "Maigret". En cherchant un peu sur wikipedia, j'apprends que non, ce n'est pas le premier Maigret mais le dix neuvième et qu'il s'agit d'un roman où Maigret est en retraite et qu'il vit avec sa femme au bord de la Loire. Apparemment, dans l'esprit de Simenon, ce devait être le dernier Maigret d'où peut-être le fait qu'il n'ait pas de titre...mais heureusement pour les fans du commissaire, le romancier belge va par la suite ressusciter l'inspecteur pour pas mal de temps.

    Ce Maigret est le stéréotype même des Maigret dont on connaît la méthode de travail. L'action se déroule dans le Paris des années 30, à une époque où des petits bistrots du coin de la rue sont ouverts h24. Maigret se voit contraint de sortir provisoirement de sa retraite pour tenter d'innocenter son neveu, Philippe, brigadier et suspecté d'avoir tué un type faisant partie d'une bande de voyous. Je ne vous raconte pas l'histoire mais les fans de Maigret y apprendront donc aussi que la femme de Maigret a une sœur qui habite en Alsace dont le fils est Philippe et que le commissaire a pistonné pour rentrer à la pj. 

    maig.jpgSimenon était un génie. Un peu comme Balzac et sa comédie humaine, on apprend à chaque roman un détail de plus concernant Jules Maigret...déjà Jules, ça a dû être prononcer une seule fois. Je crois que sa femme l'appelle Maigret. Imaginez vous votre femme vous appeler par votre nom de famille !!!!

    Le roman terminé, il était onze heures et l'on frappa à ma porte.....j'entends que l'on frappe....

    Maigret, le livre de poche, 188 pages. Parution en 1934. lecture le dimanche 11 avril 2021.

    Apparemment, je suis le premier à avoir fait tourner les pages de ce volume et le premier aussi à en parler sur un blog. Les dimanche déprimants, on tente de se rassurer comme on peut.  

  • CR369 : le vallon - Agatha Christie

    le vallon.jpgAdolescent, j'ai dévoré tous les Agatha Christie. Je me souviens que souvent j'allais au bord d'un ruisseau qui séparait une prairie de mon père et celle d'un voisin. Trente ans après, évidemment, j'ai oublié toutes les intrigues et donc je me suis décidé à lire le vallon car il y a quelques mois, dans une émission sur France Culture consacrée à cette auteure, il était admis que ce roman était le plus réussi. Ce n'est pas utile que je vous explique le contexte en détail : il s'agit le plus souvent d'un meurtre dans une famille aristocrate anglaise. Si le vallon est aussi bon, c'est que jamais Agatha Christie n'avait poussé aussi loin l'analyse de la psychologie des personnages. Un meurtre se produit dans une maison nichée au fond d'un vallon et l'inspecteur Grange enquête et originalité de ce roman, Hercule Poirot n'apparait qu'au second plan. On se demande d'ailleurs pourquoi elle le fait venir.

    Un moment, j'ai cru qu'elle nous refaisait le coup de l'Orient Express...mais non, et j'avoue avoir eu du mal sur la fin qu'il m'a fallu relire trois fois. Que dire de plus ? Entre deux lectures, un petit Agatha Christie fait toujours plaisir comme le trou normand entre l'entrée et le plat de résistance.

    Lecture les 28/29 mars 2021 sur kindle.

  • CR303 : il reste la poussière - Sandrine Collette

    Sandrine Collette, roman noir, littérature, prix Landerneau polarJe n'aurais jamais lu ce roman si je n'avais pas rencontré son auteure lors d'une séance de dédicace à Vannes alors que j'étais venu accompagner ma femme, fan du groupe Boulevard des Airs qui se donnait en showcase à l'espace culturel du Leclerc. Il y a avait tellement de monde dans la file d'attente que je m'en suis extirpé pour aller flâner dans la librairie et je suis donc tombé par hasard sur la table de Sandrine Collette et là, pour le coup, c'était un peu le boulevard désert (non, ce n'est pas tout à fait vrai mais j'avais vraiment envie de sortir ce jeu de mots - mais quand même c'était pas la foule - ). Sandrine Collette, que je ne connaissais pas est pourtant connue dans le milieu du polar et elle a même eu l'honneur d'être l'invitée de François Busnel dans la grande librairie.
    Je n'ai pas parlé beaucoup avec elle, je lui ai juste dit que le titre du roman  était beau, elle m'a évoqué un peu le cadre de l'action (la Patagonie en Argentine) et puis je suis reparti dans la file d'attente et je suis revenu pour le prendre. Elle l'a dédicacé (pour Loïc, je pense que c'est la première fois que ce livre sera ouvert dans la file d'attente d'un concert...mais il faut une première fois à tout ! Amicalement ) et j'ai effectivement commencé à le lire dans la file  qui avançait à reculons. 
    Voici le contexte dont j'aurais pu me passer mais qui ne me vaudra pas une convocation au commissariat de Guémené-sur-Scorff. 
    Parlons maintenant du roman. J'avais pas capté que le prix qu'avait obtenu l'auteure était le Landerneau Polar et non le Landerneau tout court. C'est après coup  que je m'en suis aperçu. Va pour un polar. Hervé Le Corre dont je viens d'encenser un roman avait obtenu le même prix il y a 2 ans...alors...
    L'action se passe donc en Patagonie, dans une région hostile où il pleut tous les 33 du mois mais suffisamment quand même pour qu'on puisse élever des bœufs et des moutons qui se contentent des herbes sauvages et des maigres récoltes de foin. Une famille, la mère (une sorte de Vitalie Rimbaud en pire) et ses quatre fils. Les 2 fils aînés sont jumeaux, le troisième Steban est un demeuré, c'est "le débile" et le quatrième est Rafael, celui qui n'a pas connu son père alcoolique que sa mère a tué plus ou moins volontairement avant de le couler dans un marais lointain. Les fils bossent dur, la mère (dont on ne saura jamais le prénom) gère l'exploitation d'une main de fer et les jumeaux sont la terreur des deux plus jeunes. Les sentiments humains sont réduits à la portion congrue, il y a juste peut-être un peu d'affection entre les deux jumeaux, mise en avant quand l'un deux doit partir car "la mère" après avoir perdu une fois de plus au poker (car elle se rend parfois en ville pour affaires, pour boire et pour jouer) et n'ayant plus de thunes a dû se résoudre mais sans état d'âme à payer sa dette en donnant un de ses fils jumeaux qui doit donc partir dans une autre exploitation. (je ne parierais pas ma collection de la Pléiade sur l'exactitude grammaticale de cette dernière phrase)
    Dans ce roman noir et sec comme un coup de trique, les humains et les bêtes sont traités de la même façon, les fils sont encore plus malheureux que les bêtes car ils ne connaissent même pas le plaisir sexuel. 
    Le héros est le petit Rafael, tête de turc des jumeaux, à qui il arrive une aventure. Il doit quitte l'estancia (c'est le nom qu'on donne aux grandes exploitations en Amérique du Sud) pour récupérer deux chevaux qu'il a négligemment laissés partir et il va faire une rencontre qui va changer sa vie et celle de cette "famille" uniquement liée par les liens du sang. 
    Plus qu'un polar (pas d'enquête et police inexistante et c'est bien pour ça que c'est là-bas que se cache Xavier Dupont de Ligonnès, hein -) , j’appellerais ça plutôt un "roman noir" car il s'agit avant tout d'un drame familial dans une famille rurale rustre (comme on peut en trouver en France sauf en Bretagne)  Le tout se déroule en quasi huis clos et on se doute qu'il ne va pas se terminer à cinq. Le style est splendide et la description des paysages saisissante (pourtant m'a dit l'auteure, elle n'est jamais allée en Patagonie). 
    C'est une belle découverte. Merci Boulevard des Airs !
     
    lecture sept 2016, sur livre papier (et oui !), 302 pages, éditions Denoël/Sueurs Froides, parution janvier 2016, prix Landerneau Polar 2016, note : 4/5 ( Télérama aime beaucoup)
     
    Loïc LT 

  • CR301 : après la guerre - Hervé Le Corre

    9782743631550.jpgJ’ai trouvé ce bouquin par hasard dans l'une des deux cabines téléphoniques de Grand-Champ reconverties en bibliothèque. La quatrième de couverture m’a plu et en général quand Michel Abescat de Télérama encense, ça ne peut pas être mauvais.

    L’action se passe à Bordeaux pendant la guerre d’Algérie. Personnages principaux : le commissaire Albert Darlac, un flic corrompu ayant collaboré avec les allemands pendant la guerre et participé aux rafles mais ayant réussi à échapper à la purge. Il règne de main de maître sur cette ville poisseuse dont il connaît les moindres recoins . Pour s’aider dans ses sales besognes, il dispose de malfrats qui font le sale boulot et qu’il tue quand ils deviennent gênants. Dans ma tête, je l’ai identifié physiquement à Michel Neyret, ce flic lyonnais qui encore dans les années 2000, fonctionnait à l’ancienne et qui est aujourd’hui sans doute même pas en prison. Autre personnage : Jean Delbos, survivant des camps de concentration, qui passe quelques années à Paris avant de revenir à Bordeaux pour se venger et venger sa femme Olga morte à auschwitz birkenau. Il se fait appeler Albert Vaillant et échafaude un plan criminel un peu tordu. Autre personnage : Daniel, le fils de Jean. Il bosse dans un garage et n’a pas vu son père qu’il croit mort depuis la rafle. Il a été recueilli par des amis de ses parents. Mais Daniel doit partir à la guerre. Plein d’autres personnages gravitent autour de ce trio, un trio qui ne sera réuni que lors de  l’une des dernières scènes du roman.

    L’histoire de cette vengeance (qui est plus que jamais ici, un plat qui se mange froid) est l’occasion pour l’auteur d’évoquer les années qui ont suivi la guerre 39-45, les règlements de compte, l’injustice et les rancœurs qui vont avec, la boucherie que fut la guerre d’Algérie (qui sont les pages les plus dures du roman). Derrière la Grande Histoire, il y a les humains, tous ces écorchés au sens propre comme au figuré, des humains qui subissent, qui s’aiment et liens familiaux plus forts que la haine. Il n’y a rien de reluisant dans ce polar (dont la prose est si riche qu’on peut dire qu’il frise avec la littérature) dont Darlac est le symbole le plus cruel et pas même Bordeaux qui ressemble plus à Marseille qu’au Bordeaux bourgeois d’aujourd’hui. 

    Le Bateau ivre de Rimbaud est convoqué par moment ainsi qu’Aragon et son célèbre est-ce ainsi que les hommes vivent. Un peu de poésie dans ce monde de bruts ne font pas de mal, pardon si c’est banal.

    On ne sort pas indemne de cette lecture et pas fier de ce que la France, pays des droits de l’homme, a cautionnée, laissée faire que ce soit pendant l’occupation, pendant la guerre d’Algérie et puis aussi pas fier de la façon dont elle a recasé des collabos qui n’ont soit jamais eu maille à partir avec la justice soit très tardivement pour ceux qui ont eu le malheur de vivre vieux (comme Maurice Papon qui fut secrétaire général de la préfecture de Gironde et  dont l’ombre plane forcément sur ce récit).

    Je vais remettre le livre ( que je n’ai pas pu m’empêcher de lire sur liseuse)  dans sa cabine  avec ce commentaire à l’intérieur. Il mérite d’autres lecteurs qu’ils soient bordelais, grégamistes ou tout simplement curieux.


    lecture août/sept 2016, sur livre papier et kindle, 575 pages, éditions Rivages/Noir : mars 2014. classé meilleur polar de l’année par le magazine Lire , note : 4.5/5

    Loïc LT

  • CR291 : l'agent secret - Joseph Conrad

    joseph conrad, littérature, littérature anglaise, londres, roman, roman d'espionnageJoseph Conrad est une grande pointure de la littérature mondiale, je ne sais pas combien exactement mais il devait faire au moins du 47 sur une échelle qui va jusque je ne sais pas combien mais Marcel Proust ou Philip Roth approchant les 50, on peut considérer qu'on ne peut guère aller au delà de 51/52. Moi je chausse du 44 sauf pour mes pantoufles où je prends du 45.

    L'agent secret est donc un roman de cet écrivain anglais du début du XXème siècle et raconte l'histoire de Verloc, un agent secret londonien complètement dépassé par les événements. Il vit avec sa femme Winnie et son beau-frère Stevie un peu attardé dans une rue triste de Londres où le ménage tient un magasin où l'on vend tout et n'importe quoi, surtout rien. L'essentiel tient dans les activités de Verloc, anti-héros en puissance qui pour arrondir ses débuts et ses fins de mois est agent secret pour le compte d'une ambassade quelconque. Dans un premier temps, on ne lui demande que d'infiltrer les milieux anarchistes et révolutionnaires de Londres ce qu'ils parvient à faire sans trop de mal (tout en cachant le tout à sa famille). Ça se complique pour lui lorsqu'on lui demande de passer à l'action et de perpétrer un attentat dans un observatoire scientifique de la capitale et que cela soit mis sur le compte de terroristes d'extrême-gauche. Verloc est un peu tracassé par ce projet mais il continue à vivre sa vie monotone et son amour platonique avec sa femme Winnie. Il s'absente régulièrement à l'étranger et continue à fréquenter les organisations révolutionnaires plutôt endormies. 

    Dit comme ça, ce  roman d'espionnage semble sérieux, le fait qu'un personnage mène une double vie n'est pas une nouveauté littéraire. Son intérêt tient avant tout dans le côté pathétique des protagonistes, que ce soient la famille de Verloc, Verloc lui-même surtout, les pseudo-révolutionnaires plus clownesques que dangereux et les flics que les rivalités internes rendent ridicules et inefficaces. L'ambiance m'a un peu fait penser au roman le mouchard de O'Flaherty lu récemment mais ici tout est plus léger et décalé. Il y a juste  les descriptions de Londres qui sont un peu près crédibles avec ce brouillard et cette pluie à n'en plus finir. Tiens, l'idée me vient que l'agent secret est à la littérature ce que les tontons flingueurs sont au cinéma, c'est à dire qu'on est plus dans le pastiche que dans la volonté de raconter une histoire qui tient la route. Je ne divulgue pas la fin qui est à l'image de l'ensemble : ubuesque et triste en même temps. 

    Mon sentiment général est plus que positif. L'agent secret un roman truculent et désopilant. Je ne sais pas si l'ensemble de l'oeuvre de Conrad est du même tonneau mais si c'est le cas je suis preneur.

    lecture en janvier 2016 sur kindle (en papier = 445 pages) , parution en 1907, traduction française  par Henry-D. Devray, 4.5/5

    Loïc LT

  • CR277 : territoires - Olivier Norek

    compte rendu de lecture, kindle, polar, roman, roman policier, olivier norek, banlieue, Si je ne m’abuse, c’est la première fois que je commente un roman paru chez Michel Lafon,  maison qui en général ne fait pas dans la dentelle. Avec territoires, Olivier Norek n’en fait pas non plus mais une chronique lue je ne sais plus où m’avait mis l’eau à la bouche. Au départ j’avais peur du syndrome James Ellroy (qui conduit à ne déjà plus rien comprendre au bout de quelques minutes de lecture) mais la crainte s’est vite dissipée, territoires faisant partie des romans qui vous happent dès le début. Point de fioritures, point de blabla et de descriptions inutiles, l’auteur n’est pas un fan du nouveau roman ! De l’action avant toute chose, des chapitres courts, un rythme soutenu pour une histoire  tout à fait crédible. Il faut dire qu’en sa qualité de flic (en disponibilité), Olivier Norek connaît son sujet, en particulier ici la mainmise d’un gang sur une ville de la banlieue parisienne. Il y a bien quelques clichés, comme par exemple la personnalité du capitaine Coste trop genre Belmondo dans le solitaire ou la rivalité un peut trop exagérée pour être honnête entre la brigade des stup  et la BAC, encore que sur ce dernier point, il y a sans doute du vrai.

    Olivier Norek nous plonge donc dans le quotidien de la police dans une cité gangrenée par la violence et dont la drogue est la seule planche de salut pour les dealers et pour les consommateurs. Si ce ne sont les flics qui font ce qu’ils peuvent, c’est à dire la plupart du temps pas grand chose, l’Etat est aux abonnés absents, la maire est de mèche avec les caïds vers qui elle détourne des subventions afin de maintenir un semblant de paix. Ce qui met le feu aux poudres dans la bonne ville de Malceny ( ou de braves  retraités sont forcés de cacher des pains de cocaïne et des liasses de billets dans leurs appartements), c’est qu’un nouveau caïd a décidé de remplacer le précédent en le dézinguant ainsi que toute son équipe. Victor Coste qui devait prendre quelques jours de congés avec son amie ( cliché polar aussi) doit reporter le départ et prendre les choses en main, aidé par une équipe d’attachants gais lurons. Mais cette tentative de reprise en main dans ces zones de non-droit ne se fait pas sans dommages. Sur l'ordre de la maire , la police municipale provoque les jeunes pour faire éclater des émeutes afin que la ville de Malceny soit sous le feu des projecteurs et  pour que la maire qui n’avait déjà pas les cuisses propres puisse obtenir du ministère de la ville des subventions supplémentaires afin de satisfaire le nouveau chef de gang (dont le lieutenant est un gosse de 12 ans) . Mais l’équipe de Coste assure et le tout finit à la fin du roman (je sais, c'est pas drôle).

    En plus d’être un bon polar, ce roman nous montre le quotidien d’une ville de banlieue (dont la dernière quincaillerie a fermé depuis longtemps si tant est qu’il y en a déjà eu une et où le terme de ‘vandalisés’ semble bien faible pour décrire ce qu’il advient des cabines téléphoniques), la misère sociale, la violence, le trafic de drogues et montre l’impuissance des politiciens qui en sont réduits à devoir partager leur maigre pouvoir avec des malfrats. Je ne pense pas que ce soit exagéré même si pour pimenter le roman l’auteur a condensé le pire de ce que peut subir ce type de ville.

    Evidemment, ce n’est pas de la littérature mais ce n’était pas l’intention de l’auteur qui a rempli son cahier des charges et qui avec ce genre de roman réaliste n'a pas dû se faire que des amis.

     

    Interview de l'auteur sur le site de Marianne

     

    éditions Michel Lafon, parution : 09/2014, lecture mars 2015, 394 pages, kindle. 4/5

     

    Loïc LT

  • CR152 : les fiançailles de M.Hire - Georges Simenon

    180320102750.jpgJe découvre petit à petit l'oeuvre de Georges Simenon grâce à quelques malheureux livres de poche dénichés dans le grenier familial. Ces vieux bouquins aux pages jaunies ont la particularité d'être vierge de toute quatrième de couverture si bien que je commence les lectures sans rien connaître de l'intrigue.
    Dans celui-ci, l'intrigue est minimale, le personnage principal, Mr Hire, banal et le talent de Simenon est d'arriver à créer une atmosphère avec si peu de matière et surtout à capter l'attention du lecteur. Il arrive même à mettre des points d'exclamation alors qu'il n'y a rien d'extraordinaire...chapeau.."tout à l'heure, Raymond est entré dans une boulangerie. Il a acheté une baguette !!!". C'est un fait que Simenon sublime le quotidien des petites gens par un style inimitable, sobre et efficace.
    Mais les romans de Simenon sont aussi des photographies de ce Paris de l'entre deux guerres : le laitier qui dépose son lait aux portes des appartements, les concierges des immeubles, des gendarmes pour faire le circulation,  les crèmeries et les chapelleries, le peuple des ouvriers et les faits divers qui font les gros titres des journaux.
    Alors, Simenon avec ou sans Maigret ? perso, je penche pour sans (même si j'adore Crémer en Maigret), tant je trouve que dans les Maigret, la personnalité du commissaire étouffe un peu trop l'intrigue.
    Concernant ce roman en particulier, il n'y est pas question de fiançailles..c'est l'histoire d'un homme seul qui se retrouve accusé d'un meurtre qu'il n'a pas commis. Simenon nous fait suivre son quotidien d'homme surveillé et traqué par la police. Alors, pourquoi les fiançailles de Mr Hire ? ah ah...

    roman, paru en 1933
    le livre de poche, 160 pages
    lecture du 15.03 au 18.03.2010

    note : 3.75/5

  • James Ellroy dans Paris-Match, ça détonne !

    Extraits :

    A votre avis, l’élection d’Obama est-elle un signe de ­progrès pour l’Amérique ?
    Notre pays est moins raciste qu’avant, mais ça ne fait pas d’Obama un bon dirigeant. Il est faible, peu apte à la fonction, et je pense que c’est notre pire président depuis Jimmy Carter.

    La violence de la société vous fait-elle toujours horreur ?

    J’abhorre les mauvais comportements et fuis tout ce qui les stimule. Je ne vais donc pas au cinéma, ne lis ni romans ni journaux. Je ne regarde pas la télévision, ne possède pas de téléphone portable ni d’ordinateur. Je m’allonge dans le noir et je médite. Je fais tout mon possible pour éviter cette société qui me bouleverse, et je fais en sorte d’en voir le moins possible.

    Pourtant, vos romans sont très documentés, que ce soit sur les années 60 ou 70. Vous devez énormément vous informer sur ce monde !

    Je paie des enquêteurs qui me ramènent des informations rigoureuses. J’ai besoin d’une quantité très précise de renseignements pour nourrir mes livres. Pour ce roman, je n’ai pas eu besoin de me rendre en République dominicaine. Une de mes amies y est allée et revenue avec des photos et une carte du pays. Je me suis rendu compte que je n’avais besoin de rien d’autre, que ce soit sur le vaudou ou l’élaboration des drogues. Ce qui compte, c’est ce que vous faites de ces éléments.

    Etes-vous conscient d’avoir influencé tout une génération d’auteurs de polars dans les années 90 ?
    Oui, on me l’a dit et j’en suis très heureux. Mais je ne lis pas leurs romans.

    Pourtant, on peut souvent voir vos appréciations au dos de leurs livres !
    Je commente, mais je ne lis pas leurs bouquins !

    Ne trouvez-vous pas injuste que des auteurs influencés par vos polars aient aujourd’hui plus de succès que vous ?
    Qui ?

    Dennis Lehane, par exemple.
    Dennis Lehane n’est pas James Ellroy. Aucun romancier ne le sera jamais. Voilà ma réponse. Dans quatre cents ans, je serai toujours lu.
    Bien sûr, je vends plus de livres en France que dans n’importe quel autre pays du monde, Etats-Unis compris, où je vends substantiellement. Qu’importe l’argent que je gagne, j’en ai déjà assez. Je suis heureux comme ça.

    toute l'interview ici

    Pour avoir lu un de ses romans, je ne pense pas que Ellroy soit sincère quand il dit être totalement coupé des médias. C'est un mensonge. Sinon, tous comme ses romans, l'homme sort des sentiers battus..Un romancier ayant les mêmes idées que lui en France serait tout simplement boudé par les public et ignoré des médias. Mais ce qui est étrange, c'est que lorsqu'il est interviewé par des journalistes français, j'ai le sentiment qu'il fascine..mais c'est juste parce qu'il est américain et parle anglais. Car je ne sais pas si vous avez remarqué, mais à la radio notamment, on excuse tout aux étrangers, on les respecte, on les met presque sur un piédestal même s'ils racontent n'importe quoi, s'ils sont d'extrême droite et xénophobes.

     

    James-Ellroy_articlephoto.jpg
  • CR123 : classe tous risques - José Giovanni

    classetousrisques.gifrésumé : Quand on a été un caïd et qu'on se retrouve les flics au train, fauché comme les blés, avec deux gosses à charge, on peut toujours essayer de s'adresser aux copains.
    Mais si les copains sont rangés des voitures et ne veulent pas se mouiller, on en est réduit à se rabattre en solitaire sur des petits coups miteux.
    Abel en a fait l'amère expérience.
    Seulement voilà : la vengeance, ça existe, et Abel a le coup de flingue facile...


    mon avis : Je crois avoir déjà expliqué pourquoi je n'aimais pas le cinéma et je n'ai pas envie de me répéter (sauf sur demande) mais j'ai quand même quelques réalisateurs fétiches, qui à mon sens sortent du lot parce que quelque part ils ont fait (ou font) quelque chose de supérieur au cinéma, quelque chose qui se rapproche de la littérature. Jean-Luc Godard, Jacques Demy et Quentin Tarantino en font partie..ainsi que, Claude Sautet.
    Avant de faire ses grandes fresques socio-bourgeoises des années giscardiennes, Sautet a réalisé dans les années 60 de bons petits polars dont classes tous risques, adaptation d'un roman de José Giovanni. C'est la raison pour laquelle j'avais acheté ce polar (paru chez Gallimard dans la fameuse série noire) il y a quelques années. N'ayant jamais trouvé l'opportunité de le lire, je me suis enfin décidé à l'ouvrir par une rieuse matinée d'automne.
    Et quelques jours plus tard, par une journée toute aussi rieuse, lorsque je l'ai achevé d'un browning 7.65, mon premier sentiment fut que Sautet avait été très fidèle au roman. Ce roman est un polar d'excellente facture, sans fioriture qui nous plonge dans le monde du grand banditisme des années 50 avec son lot d'amitiés viriles, de coups bas et de reconversions mal assumées. Rien à redire, c'est bien envoyé, efficace et haletant.

    Et la mort d'un truand est l'occasion pour Jose Giovanni de proposer au lecteur quelques considérations métaphysiques  (p199).
    Gibelin n'avait pas senti venir la mort. Il était passé sans souffrance, du stade de l'évanouissement à celui de cadavre. De son goût de l'argent, de sa ténacité, de sa manière d'aimer sa femme, de son habitude de se moucher en pressant toujours sur la même narine, il ne restait rien qu'une carcasse vide qui n'accomplirait plus aucun geste, et que personne ne rencontrerait jamais plus.

    roman, parution 2tr 1958
    Gallimard, série noire n°428, 248 pages
    lecture du 10/10 au 12/10/09
    note : 4/5
    à venir : affliction, Russel Banks

     

    classe-tous-risques-movie-1960.jpg
  • CR90 - des kilomètres de linceuls - Léo Malet

    Ldp4751.jpgrésumé (éditeur) : La rue des Petits Champs est parmi celles où l'on rencontre les plus jolies femmes de Paris ... songeait rêveusement Nestor Burma lorsque entra dans son bureau Esther Lévyberg. Elle venait demander, contre le fantôme de son amant, la protection du détective pour elle et son frère. Son frère qui vendait, rue des Jeûneurs, de la toile au kilomètre. De la toile dont on fait des linceuls...
    L'action de ce roman se déroule en 1955.


    mon avis : Fan de la série Nestor Burma avec Guy Marchand, je n'avais cependant jamais lu de polar de Léo Malet. Voilà qui est fait donc avec ce kilomètre de linceuls qui est conforme à ce dont je m'attendais : le style de Malet est très vivant avec usage pléthorique de l'argot parisien des années 50, une histoire abracadantesque avec des cadavres en veux-tu en voilà et des rebondissements à la pelle. Mon cerveau n'étant pas coutumier des polars, j'ai perdu pieds à 30 pages de la fin à un moment où le nombre de personnages entrant en action était à peu près équivalent aux nombres de bouffées de pipes inspirées par Nestor.
    Bon mais pour une fois que j'ai quand même une préférence pour la série tv, qui fait très bien ressortir le côté bohème et surréaliste de Nestor Burma (et c'est le genre de série même anti séries us car l'atmosphère compte autant que l'intrigue). Étant décédé en 1996, Léo Malet avait du en voir quelques uns et on peut supposer qu'il n'avait pas trouver ça si mal.
    Pour l'anecdote, mon Nestor Burma préféré s'intitule la plus noble conquête de Nestor et fait partie des Nestor Burma librement inspirées des romans de Léo Malet, c'est à dire qu'il ne s'agissait plus de l'adaptation d'un roman mais d'une création où l'on ne gardait de Léo Malet que le cadre et les personnages.
    Non mais tout ça pour dire que je cherche cet épisode en dvd, qu'il existe (parce que tous les NB sont sortis en dvd) mais qu'il est rare. Je l'ai évidemment en divx mais je le veux en vrai. J'avais même contacté, via son site, une des actrices (Margot Abascal) jouant dans l'épisode et elle m'avait gentiment répondu qu'il fallait que je contacte je ne sais plus quelle boite de prod etc, ce que j'avais fait mais ils m'avaient répondu qu'ils ne pouvaient pas le vendre ou un truc comme ça. Je ne sais plus moi, ça remonte à 2007.
    En tout cas, extrait (court mais bon, cette transition, ce saxo, tout l'esprit Nestor y est. ici )

    lecture du 27.04.09 au 30.04.09
    note : 3.5/5
    à venir : se tâte

     

    nestorburma16ea8.jpg