Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

julie schittly - Page 3

  • I've got the power !

    IMG_20201108_161607.jpgJe m'étais dit que j'allais me forcer à écrire une note tous les jours (avant ma reprise de travail en tout cas) mais c'est difficile quand même, je ne suis pas journaliste et je n'ai pas le talent de Julie Schittly. Aujourd'hui, je suis allé déjeuner chez mon père. On a parlé de choses et d'autres et je n'étais pas pressé de partir. Alors, je suis sorti prendre l'air et suis allé voir les bâtiments de ferme qui se situent derrière la maison (une longère). C'est un spectacle un peu désolant. Tout ce qui est tôle et boiserie partent en vrille. Si un jour, il faut vendre la maison (parce que c'est la nature des choses), je pense que tout ce bazar derrière va en rebuter plus d'un. Je vois pas trop comment démolir tout ça...y'a peut-être quand même la possibilité de transformer la fosse à purin en piscine puisque ladite fosse est à ciel ouvert. Pour la reste, je ne sais pas.

    Tout ça m'a quand même rappelé des souvenirs...mon chien Snap qui me suivait partout et qui est mort quelques jours après qu'il s'est rendu compte qu'il n'y avait plus de vaches dans la ferme (1999). On l'a retrouvé mort dans un champ sans raison apparente. Il n'avait que 5/6 ans. Je suis certain qu'il a fait une déprime parce qu'il s'est senti inutile. C'était un berger allemand adorable et il me suivait partout lorsque j'allais me promener par monts et par vaux en récitant des vers de Rimbaud. J'avoue que j'ai pleuré. Je m'étais trop attaché à lui. C'est moi qui lui avais trouvé son p'tit nom par rapport à un groupe de dance music de l'époque qui chantait "I've got the power". Je n'oublierai jamais ce chien. J'espère qu'il y a un paradis pour eux aussi  (encore que pour nous je sais pas). 

    Donc, je suis allé chez mon père et chemin faisant, j'ai vraiment réalisé qu'il n'y avait personne sur les routes. C'est la misère et même mon boucher était fermé alors que j'avais promis à mon père de lui ramener de la bonne bidoche. On a suivi ensemble le départ du Vendée Globe. A noter que même en plein air, le public était interdit. On atteint le summum de la connerie. 

    En rentrant, je suis passé devant une école de campagne et j'ai remarqué qu'il y avait quatre barrières à deux mètres de l'entrée. Vous savez, c'est pour faire peur aux terroristes. Je me marre.

    Il y a une semaine, j'étais sous perfusion au service réanimation de l'hôpital de Vannes...

    Shako

  • CR363 : l'autre Rimbaud - David Le Bailly

    Je viens de finir *l'autre Rimbaud* de David Le Bailly. Il y est question de Frédéric Rimbaud, le frère de l'autre con. Fallait y penser. Gros travail de recherche de la part de l'auteur (le travail de recherche et d'écriture est décrit en italique). Évidemment, il a dû broder car il reste peu de traces du frangin. Frédéric était chauffeur d'omnibus à Attigny dans les Ardennes. C'est le mal aimé de la famille pourtant il est sensible et touchant. Mais pas facile de s'imposer face à la figure jupitérienne de l'auteur du bateau ivre, la mère Vitalie n'ayant d'yeux que pour ce dernier. En toile de fond, on apprend beaucoup sur la vie dans les Ardennes au 19e. J'ai beaucoup aimé. 
    De tout de façon, on a tellement tout dit sur Arthur alors si on veut encore écrire quelque chose, il faut trouver un concept original, un autre angle d'attaque ou une autre ligne de front si vous préférez ! A moins que Françoiz Breut ou Julie Schittly ait une autre idée. 
    Je projette personnellement donc d'écrire un essai fleuve sur Vitalie, la mère de Arthur, Frédéric et Isabelle.
    Je suis certain que ce bouquin plairait à Françoiz Breut et même à Julie Schittly !
    A lire. Surtout pour les rimbaldiens. Et puis les autres aussi ! Y'a pas de raison. 
     
    lecture sur Kindle, octobre 2020
    note : 5/5

  • la chute des damnés - Françoiz Breut

    Le 16 septembre 2020, Françoiz Breut a donné un concert sans public dans une salle bruxelloise (le Botanique). Le concert était diffusé sur Youtube (il est toujours disponible, je l'ai mis sur ce blog). Ça a duré 45 mns et elle a chanté 9 titres dont six inédits qui figureront sur son album qui sortira au printemps 2021 (s'il y a encore quelqu'un en vie en Europe -)

    Alors, je me suis pris la tête pour extraire une chanson de ce concert si bien que le son est un peu pourri. Mais passable. Je n'ai pas encore trop étudié la question. J'ai commencé à retranscrire les paroles mais je coince. La chute des damnés, c'est aussi un tableau peint par un certain Dirk Bouts aux alentours de 1470. Il est exposé au musée des Beaux-Arts à Lille. La chanson a-t-elle un rapport avec ce tableau ? Je pense que oui et vous tiens au courant. Tu connais, toi, Julie Schittly ?

    Shako

                                             

     

     

     

     

     
  • CR362 : le chat bleu - Sébastien Monod

    lechatbleu.jpgIl y a des livres qu'on ne devrait jamais lire, ceux sur lesquels on ne tombe pas dans les librairies ou chez l'épicier du coin, ceux qui ne sont pas mis en avant sur les sites de vente. Vous me direz, avec 500 livres sortis à la rentrée littéraire, difficile de faire autrement. Donc, j'ai lu celui ci parce que je connais (virtuellement) l'auteur qui est le modérateur d'un groupe Facebook consacré à Etienne Daho. J'avais déjà lu un de ses romans, "rue des deux anges", dont vous pouvez sans doute trouver le compte rendu dans les limbes de ce blog (mais évitez quand même car je n'aimais pas ma façon d'écrire il y a 15 ans - car oui, ce blog a 15 ans).

    Donc ce n'est pas parce que je connais l'auteur que je vais lui envoyer des fleurs. C'est pas le genre de la maison (et je crois qu'il doit le savoir !) Mais objectivement, ce roman est très bon. Le style est limpide, sans effet de style, les phrases sont propres et soignées. L'auteur maîtrise parfaitement l'art du roman. 

    L'action de se déroule en 2045 et comme dans tout roman d'anticipation, la dictature règne (1984, de George Orwell, 2084 de Boualem Sansal, Ravage de Barjavel - plutôt apocalyptique ce dernier - et peut être un peu aussi Soumission de Michel Houellebecq). Des robots ressemblant à des humains assurent la sécurité ou sont utilisés à des tâches subalternes. Des milices contrôlent tous les lieux de passages importants. 

    Trois histoires différentes vont finir par s'imbriquer. Celle des Franciscains d'un couvent de Saorge en Italie  (ou moins j'aurais appris que contrairement à ce qu'on croit, les couvents ne sont pas dédiés qu'aux femmes) où recherche faîte il existe bien un monastère. On y fait la connaissance de Frère Jordan et du jeune frère Émeric. Celle de Elian habitant en Italie et désireux de se rendre en France à Marseille à la recherche de son frère qu'il ne connait pas. Pour ce faire, il s'octroie les services d'un passeur intitulé Vittore. Enfin, nous suivons l'histoire de Lou Baker, une chanteuse de cabaret (le chat bleu) dont le vrai nom est Louise (pas Julie Schittly) et qui dispose d'un fils qui s'appelle Neil. 

    Sur fond de dictature donc (mais l'auteur n'y joue pas de trop), Sébastien Monod tisse sa toile et l'on devine évidemment où il veut en venir mais sans trop savoir comment. C'est agréable à lire. L'auteur m'a dit qu'il avait dû opérer un important travail de documentation qui lui a demandé plus de temps même que l'écriture, l'écriture qui doit être récente car il est question du Covid44 ! Merde alors, on n'en a pas fini avec ce bordel. Étonnamment, il écrit sur son site : "ce roman, je l’ai commencé lors d’une résidence d’écriture au Monastère de Saorge dans l’arrière-pays mentonnais en 2016 et achevé lors d’une autre résidence d’écriture, cette fois en Camargue en octobre 2018". A-t-il opéré des modifications après ?

    Je ne comprends pas trop la couverture du livre qui représente une moto contre un mur défraîchi. Vittore et Elian se déplacent bien en moto mais en moto électrique, ce qui ne semble pas être le cas de celle sur la couverture. Mais qu'importe, je vous recommande ce roman qui vaut 16€ broché et que 4€ en numérique. Mais s'il vous plait, ne faîtes pas comme moi, achetez le en vrai. Vous pouvez le trouver directement sur son site et vous aurez une dédicace. Je vais peut être l'offrir à Louise Vanaem de Voringhem.  Je vous laisse, on frappe à ma porte, peut-être que c'est quelqu'un. 

    lecture: septembre 2020
    parution le 27 août 2020, édition des deux Anges
    note : 4/5

    Shako 

  • Union Européenne : Kafka, sors de ce corps.

    ursula.jpgLa présidente de l'Union Européenne s'appelle Ursula von der Leyen. Il y a deux jours, elle a prononcé un discours sur l'état de l'Union, passé complètement inaperçu. Aucune des quatre chaines info n'a diffusé ce discours, pas même France Info, télé info du service public. 
    J'avoue que moi même ne savais pas son nom et je ne sais même pas comment ce président est élu. Recherche faite, le président de l'union est nommé par le conseil européen et ensuite approuvé par le parlement. Le problème est que je sais pas ce qu'est le conseil européen. L'équivalent du gouvernement en France par exemple ? J'en parlerai dans une future note. 
    Bon, autrement, présidente peut-être mais wikipedia m'informe que le président "ne correspond à aucune fonction existante" et que 4 personnes peuvent être considérées comme président de l'Europe : le président du conseil européen, le président de la commission européenne (Ursula von der Leyen), le président du parlement européen et le président du conseil de l'union européenne.
     
    - président du conseil européen : nommé pour un mandat de deux ans et demi, renouvelable une fois : depuis le premier décembre 2019, il s'agit de Charles Michel
    - président de la commission européenne : nommé par le Conseil européen à la majorité qualifiée et approuvée par un vote du Parlement, pour un mandat de cinq ans. Depuis le 1er décembre 2019, il s'agie de Ursula Von der Leyen.
    - président du parlement européen :  élu pour un mandat d'une durée de deux ans et demi, renouvelable une fois. Depuis le 3 juillet 2019, il s'agit de David Sassoli. 
    - président du conseil de l'Union Européenne : assurée pour 6 mois par un pays et ses représentants (depuis le , la présidence est assurée par l'Allemagne).
     
    Avec un tel bordel, comment voulez-vous que les citoyens européens s'y retrouvent ? Perso, je pense qu'il faut supprimer la présidence tournante et avoir un vrai président européen élu au suffrage universel. Il faut prendre exemple sur les USA malgré le barrage de la langue. C'est pas compliqué, ça, si ?
     
    Sinon, Julie Schittly qui est bien calée en politique peut peut-être m'aider.
     
    Shako (en mode, on se fait chier)

  • Françoiz Breut - silhouette minuscule

    Il y a quelques temps, j'ai fait une note à propos de ce titre et j'ai raconté un peu n'importe quoi. Où ai-je vu que c'était une chanson de Jérôme Minière et que c'était lui le chanteur ? En fait, j'ai le vinyle près de moi et ce n'est pas du tout le cas.  Il s'agit d'un disque sorti en 2015 à l'occasion des dix ans de son sans doute meilleur album "une saison volée". Donc, il y a un disque qui reprend celui sorti en 2005 et un autre avec des reprises et des inédits. Parmi les inédits, il y a "silhouette minuscule". 

    Dans les crédits, il est écrit MIELE : silhouette minuscule, Stéphane Daubersy, Voix, Catherine Debiaso, Voix, Franck Baya, mixé par Franck Baya. Point de Françoiz Breut. Le duo au chant, c'est Daubersy et Debiaso. Le seul point commun avec elle, c'est Stéphane Daubersy qui est son fidèle acolyte. J'ai fait des recherches sur Miele mais que dalle. Mais c'est qui ce type qui a écrit cette chanson exceptionnelle que je repose ici ? Julie, tu sais ?

                                                 

    DSC01719.JPG

  • CR359 : Comédies Françaises - Eric Reinhardt

    ERTEC.jpgJ'ai lu les critiques dithyrambiques de Télérama (dont il est un peu l'auteur-maison), du Libération d'aujourd'hui et de Lire Magazine et un autre mais je me souviens plus lequel alors, moi petit ouvrier de province, je me trouve bien mal pour apporter la contradiction. Commençons par les points positifs, les photos de l'écrivain de chaque magazine....et bien c'est celle de Lire avec son complet de chez Smalto qui me plait le plus. Dans les autres, on le voit entièrement avec sa chemise dans son pantalon et moi j'aime pas les chemises dans les pantalons, même lors de mon mariage avec Mathilde de Bouillebec, j'ai pas mis ! Je ne sais plus si Mathilde m'y a forcé...bref, on le voit sur les photos. Donc, celle là, j'aime beaucoup ce gros plan d'un type bien conservé pour ses 55 ans.

    Dans cette comédie française, le personnage principal est Dimitri, un type de 27 ans qui fait différents boulots pour finir à l'AFP. Il lui arrive quelque chose d'incroyable. En balade à Madrid, il croise une femme qui lui plait beaucoup...et il la croise à nouveau dans un théâtre à Paris et pour enfoncer le clou dans un café parisien je ne sais plus où. Pour lui, c'est impensable. Comme un coup de dé jamais n'abolira le hasard, Dimitri est persuadé que le hasard a bon dos, que ces trois rencontres ont un sens. C'est la partie du roman que j'ai le plus appréciée. 

    277138580.jpgA une moindre échelle, il m'est arrivé la même chose en Irlande dans la ville de Galway. Un matin, les rues étaient noires de monde et au loin je sélectionne une jolie fille, un peu trop fardée peut être mais avec un joli visage et une cicatrice sur le front très sensuelle. Je la prends en photo et malgré la foule, elle me voit et ça n'a pas l'air de lui plaire. Et dans l'après midi, dans une rue toute aussi noire de monde  mais assez loin de la première, je la recroise, et je la reprends en photo. J'étais bouleversé par ce hasard incroyable et pourtant c'était bien loin de celui vécu par Dimitri. Ce dernier un peu fouille merde après avoir étudié une histoire concernant deux artistes français et américains change de sujet et se décide à en savoir plus sur la naissance d'internet. Il a une longue discussion avec Louis Pouzin ( inventeur du datagramme et donc d'internet) pour savoir  pourquoi il a été bloqué dans son invention par le  puissant chef d'entreprise Antoine Roux qui met fin à ses recherches après la victoire de Valéry Giscard d'Estaing (qui est toujours vivant, je le rappelle). J'ai trouvé que cette longue discussion très technique ressemblait plutôt à un article de Wikipedia. Mais why not. Dimitri, homme de gauche (comme l'écrivain...qui n'a d'ailleurs pas encore signé l'appel de Laurent Joffrin -) et donc pas tendre avec le capitalisme à la Française où les politiques, lobbyistes, chefs d'entreprise sont de mèche pour décider si tel projet doit être abandonné ou pas, paradoxalement encense les Américains qui ne s'arrêtent pas à ces considérations et où le libéralisme est en roue libre et puis finalement s'approprient les travaux des experts Français pour s'attribuer la création d'internet.  Make America Great Again !

    3299260496.jpgIl y a du Michel Houellebecq et du Philippe Djian dans ce roman. J'aurais aimé que l'auteur s'arrête un peu sur le personnage de Dimitri, bisexuel passablement cinglé. Dès le début du roman se pose le faire part de son décès dans un accident de voiture en Bretagne où lui et sa compagne sont venus sur les traces de Antoine Roux, décédé et dont la fille habite la maison .Dans ce roman qui n'est pas à tiroir comme j'ai pu le lire, le romantisme s’accommode fort bien de la critique du capitalisme, un peu comme dans le système Victoria. Eric Reinhardt croit encore qu'il y  a une droite et une gauche mais ce concept est terminé.  Mais il n'est jamais aussi fort que lorsqu'il s'agit de défoncer le capitalisme. Je pense donc que Valeurs actuelles et le Figaro ont complètement zappé ce sympathique bobo de gauche. En tout cas, je le conseille fortement à mon amie Julie Schittly

    Voilà, je ne suis pas Nathalie Crom mais je suis un fidèle de cet écrivain. Je dis ce que je pense et je pense ce que je dis. Et n'oubliez pas : “On doit se ranger du côté des opprimés en toute circonstance, même quand ils ont tort, sans pourtant perdre de vue qu'ils sont pétris de la même boue que leurs oppresseurs.” (E.Cioran)

    Shako

    lecture sur kindle, août 2020

    Parution : 20 août 2020

    Gallimard
    note 3.5/5

  • joies de l'écriture inclusive

    A la limite, je ne serais pas contre, si c'était assez simple, déjà pour que ça puisse être suffisamment compréhensible pour nos enfants mais lisez ce texto que j'ai reçu hier soir d'un café littéraire de Lorient où je suis inscrit :

    Bonjour a tou.t.es ! Je vous rappelle que ce soir, c lecture de poésie au commentksé. Venez heureu.se.x, venez nombreu.se.s !

    Passons sur le rappel du port du masque obligatoire (mais ça me surprend pas de la part de ces libertaires que je connais un peu), passons encore plus sur l'absence d'accent grave sur le "a" (mais peut-être que le a grave fait partie aussi des trucs à proscrire parce que étant grave, il a une connotation forcément masculine). Sinon, sur les adjectifs "heureu.se.x" et "nombreu.se.s", ça coule vraiment de source quoi. Comment n'y a-t-on pas pensé plus tôt !? nombreu.se.s pour nombreux ! Et ce qu'il y a de bien, c'est que pour réparer des centaines d'années d'injustice, on donne une prime à l'accord au féminin. Et par ailleurs où est passé le X de nombreux au pluriel ? Y'a plus ! Disparu ! Si on suit bien le côté inclusif du truc, nombreux a pour pluriel devient nombreu.se.s ! Je sais pas pourquoi mais heureux non. Pourquoi heureux ne devient pas heureu.se.s ? Je suis certain qu'il y a une raison mais je peux pas la chercher, là, j'ai un truc à faire. 

    C'est simple, dans l'inclusif à la mode écolo (je plains les mairies qui sont maintenant dirigées par ces bouffons), le X des adjectifs en X disparaît...mais pas tout le temps. 

    Il y a quelques années, sous Jack Lang à la Culture, on voulait reformer le Français pour qu'il soit plus simple à apprendre pour nos enfants et pour les étrangers...et bien, on y est là...sans décision gouvernementale. Sorti sans doute d'un thing tang écolo réuni au "comptoir du Caviar" place Vendôme. Le Champagne et le Saint-Emilion année 1987 ont dû couler à flots avant que de ce cénacle aboutisse cette ultime étape de la grammaire Française. 

    J'ai hâte de voir les tracts écolos lors de la prochaine élection présidentielle, élection d'ailleurs qu'ils pensent vraiment pouvoir gagner et j'aimerais aussi avoir l'avis de Françoiz Breut et de Julie Schittly quant à cette affaire. 

    Shako

     

  • Françoiz Breut, biographie déglinguée

    Françoiz Breut, nouvelle biographie.
     
    Françoiz Breut suit plus ou moins des cours à l'École des beaux-arts de Caen. Après un weekend passé à Dunkerque (comment peut-on rester plus longtemps dans cette ville), elle installe son baluchon en Bretagne à Nantes où elle se fait draguer, au début des années 1990, par le soi disant chanteur Dominique A qui deviendra hélas pour elle son compagnon.A-286841-1582331567-4903.jpeg.jpg
    En 1993, elle bâcle le livret de Si je connais Bambie, deuxième album de Dominique A, où elle apparaît vaguement au chant. Pour son grand malheur, c'est lui qui l'a persuadée de se mettre à la chanson et de l'accompagner sur scène et sur disque alors qu’elle aurait préféré continuer à faire des coloriages. Elle continue néanmoins le dessin et son travail de couturière, et les flics aux trousses, ils s’enfuient à Bruxelles. On n’a pas idée de quitter la Bretagne pour le pays de la frite et de la bière.
    Son premier album de chanson Françoiz Breut est d'inspiration communiste. Composé et réalisé en grande partie par son partenaire, il sort en 1997 et a un certain retentissement en Bolivie et en Burkina Faso. Elle est remarquée par des groupes et chanteurs américains comme Michael Jackson et Rolling Stones ainsi que ces texans racistes de Calexico (qui armés jusqu’aux dents reprennent Ma colère). En 1999, elle met au monde un fils, prénommé Youri, avec Dominique A qui plus tard deviendra cosmonaute.
    Un nouvel album voit le jour en l'automne 2000 : Vingt à trente mille jours, auquel collaborent entre autres Dominique A, Patrick Sébastien, François Valérie et Jean-Pierre Mader. Ce disque reçoit évidemment un très mauvais accueil de la critique et du public, et semble constituer le chant du cygne de sa médiocre carrière artistique.
    Elle continue en parallèle à gribouiller pour des disques et des livres pour les moutards, et à exposer dans des boucheries ce qu’elle appelle “des créations graphiques”. En 2002 et 2003, elle effectue des tournées en s’imposant chez des particuliers qui n’avaient rien demandé en France et au Vatican. En février 2004, elle fait une tournée en Corée du Nord.
    Contre vents et marées, Elle enregistre en 2004 à Bruxelles son troisième disque, Une Saison volée, sorti en mars 2005 et vendu à 1233.8 exemplaires.
    En novembre 2008, elle a un culot de sortir encore un nouvel album intitulé À l'aveuglette, qui porte bien son nom puisque c’est forcément en fermant les yeux qu’elle semble continuer à croire encore en son destin de chanteuse.
    En juin 2011, elle enregistre son 5e album après une tournée américaine (je me marre) et un travail de plus d'un an en compagnie de Stéphane Daubersy, un pauvre type qui se prend pour un guitariste. Cet album est sorti en France le 3 octobre 2012 sur le label Caramel Beurre Salé, un peu poivré avec une pincée de sel.
    Au printemps 2015, elle part enregistrer dans un zoo, Zoo, son 6eme album à Berloch, chez Loïc Le Tortorec, cheville ouvrière de lui-même. Le disque sort en mars 2016 chez Caramel Beurre Salé, un peu poivré avec une pincée de sel, un espèce de label belge et il sera défendu sur scène par la 11eme division blindée de Nancy sur Seine. Le disque sort à 10 heures 30 de je ne sais plus quel mois de 2016 toujours sur le machin au caramel.
    La biographie de Julie Schittly est à l'avenant. 
     
    Wiki/Shako
     

    imagesfb.jpg

  • recensement des cabines # 87 - Saint-Jacut-les-Pins (Morbihan)

    Le souffle est largement retombé mais il faut bien que j'écoule les stocks. Reprenons pour la 51éme fois les chemins du Morbihan. J'ai visité Saint-Jacut-Les-Pins le 29 octobre 2016. Reportage photos simplement. Car je veux retrouver de la simplicité. 

    stjacutcarte.jpg

    Le 29.10.2016, il y avait encore deux cabines dans le bourg morbihannais de Saint-Jacut-les-Pins (je répète le nom pour google). La première abritait un téléphone dont le numéro d'appel était le 02 99 91 36 68.  La seconde presque collée à la mairie abritait un semblable téléphone répondant au numéro 02 99 91 32 53. Avoue Julie qu'on ne peut pas faire plus simple. 

    ST-JACUT-LES-PINS291016 (2).JPG

    ST-JACUT-LES-PINS291016 (20).JPG

    Avec Loïc Le Tortorec devant

    ST-JACUT-LES-PINS291016 (5).JPG

    Avec Paletot et sale tronche:

    ST-JACUT-LES-PINS291016 (16).JPG

    Abribus avec logo Groupama. 

    ST-JACUT-LES-PINS291016 (11).JPG

    Cours de Qigong. Appeler le 06 22 49 06 71

    ST-JACUT-LES-PINS291016 (41).JPG

    Plan large :

    ST-JACUT-LES-PINS291016 (22).JPG

    Jeu de mots :

    ST-JACUT-LES-PINS291016 (27).JPG

    Au revoir :

    ST-JACUT-LES-PINS291016 (42).JPG

    Loïc LT