Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

persquen

  • fin de périple (06/07 février 2016)

    Après avoir quitté Langoëlan, je suis passé par Séglien et Locmalo.... mais ces deux bourgs étaient dépourvus de cabines. Bon, ne soyons pas trop sectaires, libérons-nous des contraintes ! Voici quelques photos de ces deux patelins acabines (néologisme sur le modèle de apatride). Les patelins acabines méritent quand même d'être cités même si je ne peux pas leur dédier une note entière. 

    Séglien :

    DSC03203.JPG

    Locmalo :

    Le brouillard était épais, on n'y voyait pas à cinq mètres. 

    DSC03226.JPG

    Ensuite, pour retourner chez moi, je suis passé par le bourg de Persquen, déjà recensé mais  je me suis arrêté histoire de humer l'air des lieux. Deux gentilles dames m'ont pris en photo devant la cabine téléphonique qui trônera un jour dans mon jardin dussé-je la voler. A Persquen, on a peu de risque de se faire surprendre !

    PERSQUEN 07 02 16 (1).JPG

    Comme j'avais encore un peu de temps, l'idée m'est venue de me rendre dans le village où vécut mon grand-père avant d'emménager dans le bourg. Evidemment, ça ne dira rien à personne mais je tenais à ce que cela soit ici. Le village s'appelle Kercher et le corps de ferme que mon grand-père louait n'est pas en ruine mais ne semble pas occupé toute l'année. 

    PERSQUEN 07 02 16 (10).JPG

    Je crois savoir, comme souvent dans la Bretagne intérieure que la maison est habitée par des anglais mais en tout cas, pas en ce moment. Lorsque j'y venais en vacances, il n'y avait pas d'herbe devant la maison. Pour le reste, rien n'a vraiment changé. J'imagine que plus loin devant la maison, il y a toujours ce chemin ombragé et caillouteux que mon grand-père empruntait pour aller cultiver son jardin. C'était un endroit humide où poussait du cresson. 

    PERSQUEN 07 02 16 (12).JPG

    Et puis, je me souviens très bien de cette grange à droite de la maison et d'un muret sur lequel je me revois en train de marcher. Bon, et sur la photo ci-dessus, on distingue une échelle de couvreur sur un toit. Toute cette partie du corps de ferme ne manque pas d'allure. 

    PERSQUEN 07 02 16 (13).JPG

    Je ne m'attendais pas à finir ce périple solitaire dans cet endroit ô combien symbolique. Quel bilan tirer de tout cela ? La mort de Beauchamp est-elle pure fiction ou est-elle réalité ?  J'en saurai plus le lendemain...et que me reste-t-il de tous ces bourgs : des images fortes et malgré la sinistrose qui s'en dégage, quelque part la promesse d'un bel avenir. J'y crois vraiment.  Ces bourgs ne mourront pas...je n'irai pas dire qu'ils finiront pas servir de refuges mais je pense que  quelque chose va se passer qui va surprendre tout le monde. Toutes les projections qu'on fait sur l'avenir s'avèrent souvent fausses. Allez savoir, peut-être que ces environs ne seront pas contre accueillir l'aéroport que les nantais ne veulent pas (un brin ironique sur ce coup-là).  Il n'y aura plus de cabines téléphoniques mais j'ai la conviction qu'un bourg peut survivre sans cabine, ce ne sera pas facile au début mais les gens sauront s'adapter...et désolé à ceux qui s'y reconnaîtront de ne pas m'être arrêté à Lescouët-Gouarec...

    Voici pour les puristes, le parcours depuis Rostrenen.

    locmalo,séglien,persquen, rostrenen

    Le soir, je suis rentré, j'ai allumé le feu, me suis lavé (ce que je n'avais pas fait depuis 48 heures) et j'ai mangé une pizza avant de m'endormir avec plein d'images en tête.

    fin de périple. 

    Loïc LT, 24/03/2016

  • recensement des cabines # 49 Saint-Nicolas-du-Pélem (22)

    dimanche 07 février 2016 (10ème bourg du périple)

     

    Commissariat de Rostrenen, lundi 08 février 2016, 08:00. Je suis convoqué par l’inspecteur Monamour,

    • bonjour, veuillez vous asseoir Monsieur Le Tortorec.
    • bonjour, Mr l’inspecteur Monamour
    • Connaissez-vous la raison de cette convocation ?
    • Je lis la presse, donc oui, je la connais. Un cadavre a été retrouvé hier après-midi dans une cabine du bourg de Saint-Nicolas-du-Pélem et il se trouve que je suis passé dans ce bourg hier.
    • Je vois que vous habitez Camors dans le Morbihan. Que faisiez-vous à Saint-Nicolas-du-Pélem un dimanche matin à 09:00 ?
    • Je suis recenseur de cabines amateur et pendant tout ce weekend, j’ai fait un périple dans le sud des Côtes-d’Armor, qui m’a amené entre autres dans ce bourg.
    • Recenseur de cabines, dîtes-vous ?
    • Certes
    • Je ne connaissais pas cette profession.
    • Ce n’est pas ma profession, c’est juste un passe-temps.
    • Curieux passe-temps
    • Certes
    • Bref, passons. Un dénommé Beauchamp a été retrouvé mort par strangulation dans une cabine de ce bourg. Les médecins légistes affirment qu’il a été tué dimanche matin entre 8h00 et 10h00, c’est à dire au moment où vous êtes passé dans ce bourg. Connaissiez-vous ce Beauchamp ?
    • Je crains que oui. Mais je sais peu de choses sur lui, juste qu'il est né dans l'Oklahoma en 1932, qu'il s'est installé en France où qu'il a exercé le métier de faussaire et qu'il rêvait de vivre une autre vie, de rejoindre la Russie par le Canada après avoir traversé l'océan. Par ailleurs, je crois qu'il a vécu longtemps avec une certaine Semana Santa.
    • L’avez-vous tué ?
    • Non, il ne faut souhaiter pas la mort des gens.
    • En dehors de vos considérations morales, aviez-vous un intérêt à le tuer ?
    • Non
    • On a retrouvé sur lui des lettres qui vous étaient destinées ainsi que d’autres papiers où vous êtes souvent cité. Il apparaît à la lecture de tous ces papiers que ce Beauchamp vous craignait.
    • Il avait effectivement toutes les raisons de me craindre
    • Quelles raisons ?
    • Il m’a volé à l’arraché, il y a quelques mois à Hennebont, alors que je me promenais dans le quartier de Saint-Caradec, une mallette qui m’était très précieuse
    • Et que contenait cette mallette ?
    • Elle contenait un registre inventoriant toutes les cabines encore présentes en Bretagne avec tous les détails techniques leur correspondant, à savoir leur numéro d’appel, leur type, leur état de fonctionnement etc etc. Un mine d’or pour un recenseur. Le mot de passe pour ouvrir cette mallette est Cap Farvel
    • Merci de ce précieux renseignement Parce qu’il était lui-même recenseur ?
    • Non, à chaque fois qu'il me téléphonait, il ne me donnait que des nouvelles vagues et me conduisait à de fausses pistes. 
    • Alors, pourquoi vous-a-t-il volé cette mallette ?
    • Cela reste un mystère. En tout cas, il ne l’a pas volée par hasard et si ce fut le cas, en voyant son contenu, il l’aurait abandonnée, ce qu’il n’a pas fait.
    • Comment savez-vous qu’il ne l’a pas abandonnée ?
    • Parce qu’un jour, je suis tombé sur lui dans le  bourg de Persquen. Il tenait la mallette dans ses mains, je l’ai clairement reconnu et quand il m’a vu, il est parti en courant et je n'ai pas pu le rattraper. Il s'est réfugié dans un ancien dancing où j'aurais eu un mal fou à le retrouver puisqu'il faisait nuit et que le bâtiment n'a pas d'électricité. 
    • Bien, on va reprendre tout du début.
    • Si vous voulez
    • A quelle heure êtes-vous arrivé à St-Nicolas-du Pelem ?
    • Sachant que je suis parti de Lanrivain à 08:30 et qu’il fallait un quart d'heure pour se rendre à St-Nicolas-du-Pélem, mais que je me suis arrêté pour admirer un paysage, j’ai dû arriver avec celle qui ne me quittera jamais, je veux dire ma Talbot, vers les 9h.

    ST NICOLAS DU PELEM 07 02 16 (1).JPG

    • Et que faisiez-vous à Lanrivain ?
    • Mr l’inspecteur, je peux vous proposer quelque chose qui fera gagner du temps à tout le monde ?
    • Je vous écoute.
    • Je tiens un blog où je raconte toutes mes pérégrinations et vous y trouverez tous les détails et notamment mon passage à Lanrivain et mon départ.
    • Vous me donnerez l’adresse de votre site et j’irai voir. Nous possédons un ordinateur Bull, modèle Eleor 1986 au commissariat. 
    • On dit plutôt un blog mais je ne veux pas sous-estimer vos connaissances informatiques.
    • Donc, quand vous êtes arrivé à St-Nicolas, qu’avez-vous fait ?
    • En fait, je suis très vite tombé sur la cabine où a eu lieu ce crime affreux .Je suis arrivé par la départementale 5 et je crois que cette cabine se situe rue Louis et Marie Bertrand.

    ST NICOLAS DU PELEM 07 02 16 (7).JPG

    • C’est exact. Et qu’avez-vous fait ?
    • Dès que j’ai vu la cabine, je me suis arrêté, je l’ai prise en photo, je me suis pris en photo devant, faute de promeneurs pour me prendre, j’ai fait mon travail quoi.

    ST NICOLAS DU PELEM 07 02 16 (6).JPG

    • Vous êtes rentré à l’intérieur
    • Bien sûr
    • Avez-vous vu quelque chose de suspect ?
    • Non, en tout cas, pas un cadavre. Si ça avait été le cas, vous pensez bien que j’aurais appelé la police.
    • Vous n’avez rien remarqué de suspect autour ? Des gens qui traînaient ou autres.
    • Non, la rue était tranquille.
    • Vous êtes resté longtemps sur les lieux ?
    • Je dirais 10 minutes maximum
    • Vous avez fait quoi après ?
    • Je suis descendu vers le bourg que j’ai visité vite fait. J'avais encore un programme chargé pour la journée
    • Combien de temps êtes-vous resté à Saint-Nicolas-du-Pélem ?
    • Trois quart d’heures à peu près.

    ST NICOLAS DU PELEM 07 02 16 (23).JPG

    ST NICOLAS DU PELEM 07 02 16 (16).JPG

    ST NICOLAS DU PELEM 07 02 16 (28).JPG

    ST NICOLAS DU PELEM 07 02 16 (51).JPG

    • Et ensuite, qu’avez-vous fait ?
    • Je m’apprêtais à quitter ce joli village lorsque je suis tombé sur une autre cabine, rue des Martyrs de l’occupation.

    ST NICOLAS DU PELEM 07 02 16 (53).JPG

    • Il y avait une sorte d'épouvantail à côté et j’ai discuté avec un type portant un tee shirt Central Otago, qui nettoyait le trottoir et qui a eu la gentillesse de me prendre en photo.

    ST NICOLAS DU PELEM 07 02 16 (54).JPG

    • Quand vous êtes rentré dans la cabine, vous n’avez rien remarqué d’anormal
    • non
    • Pourtant, savez-vous ce qu’on a retrouvé dans cette seconde cabine ?
    • Pas le moindre du monde
    • la fameuse mallette que Beauchamp vous avait volé
    • La mallette ?
    • Pensez-vous que vous l’auriez vu si elle y était lorsque vous êtes entré dans cette cabine ?
    • Je ne regarde pas forcément les sols des cabines en détail mais je pense que je l’aurais vu quand même.
    • Donc, vous affirmez n’avoir vu ni le cadavre, ni la mallette ?
    • Non, et j’en tombe sur le cul.
    • Nous allons arrêter cet interrogatoire pour aujourd’hui mais évidemment, vous serez recontacté, Mr Le Tortorec sachant que vous êtes étroitement lié à l’affaire, je dirais même soudé. Maintenant, je ne pense pas que vous soyez le meurtrier mais je  ne pense pas non plus qu’on le trouvera sans votre aide. En tout cas, si quelque chose vous revient, n'hésitez pas à passer nous voir.
    • Merci. Au revoir Monamour, inspecteur Monamour pardon. 

    J'ai préféré retranscrire l'interrogatoire plutôt que de faire un reportage normal, quitte à ce qu'il y ait moins de photos mais c'est une façon aussi de montrer à mes lecteurs que je n'ai rien à cacher et que si je cherchais bien Beauchamp, je n'avais évidemment nullement l'intention de le tuer, je voulais juste récupérer ma mallette, sans même lui effleurer le paletot. Pauvre Beauchamp, tu es parti, pour qui, pour quoi ? Que voulais-tu donc faire de cette mallette ? En fin de compte, elle t'a mené à la mort. Quant à moi, il faut à tout prix que je demande à l'inspecteur qu'il me la rende, elle m'appartient. Evidemment, ayant été convoqué le lundi matin, j'ai continué mon périple le dimanche sans connaissance du drame. 

    ST NICOLAS DU PELEM 07 02 16 (52).JPG

    Saint-Nicolas-du-Pélem, (22480), Côtes-d'Armor ,maire : Daniel Le Caër ( liste : liste 'vaincre le crime à STDP' ) , 1700 Pélémois. reportage le 07 février 2016 ( arrivée à 09:05, départ à 09:52)  météo : beau. direction Corlay

    beauchamp, saint-nicolas-du-Pélem, recensement des cabines, cabine, cabine téléphonique, meurtre, meurtre de beauchamp, côtes d'armor

  • Persquen : aménagement du bourg en perspective

    Je crois que j'ai bien fait de réaliser mon reportage à Persquen car le bourg semble amené à subir quelques transformations. Et je doute que la sauvegarde de la cabine fasse partie des priorités de l'atelier Ersili et de Florence Devernay ( respectivement paysagiste et architecte) qui vont s'occuper des plans d'aménagement. De toute façon, d'ici 2017, il n'y aura plus aucune cabine dans l'Hexagone. Bon, ça ne va pas se faire tout de suite et d'ici là, sans doute qu'un Français aura gagné Roland Garros et un autre le tour de France, la croissance française sera de 5% etc etc. 

     

    persquenOF020715.jpg

    J'ai dans l'idée de récupérer une cabine pour la mettre dans mon jardin et d'y faire pousser une grimpante pour qu'au final on la devine juste derrière la végétation. A l'intérieur, je ne sais pas ce que je ferais, pourquoi pas y ranger des outils ou autre et j'aimerais bien que ce soit celle de Persquen. Je ne sais pas ce que France Télécom fait des cabines une fois qu'elles sont démontées...pas grand chose de bon sans doute. Donc, ce serait original, ça attirerait le regard et dans 30 ans, ce sera une curiosité et il faudra expliquer aux enfants à quoi ça servait dans le temps. J'en parlais avec mes voisins l'autre jour, l'idée m'est venue d'ailleurs pendant la discussion et le tout a été évoqué sur le ton de l'humour...mais depuis l'idée germe dans ma tête. Bien sûr, je lui apporterais des modifs, m'enfin bon, tout ça est encore flou. Voici une fois encore la dite cabine. 

    140515PERSQ (2).JPG

    Loïc LT, pas bien dans sa tête

  • visite du château de Penvern, Persquen (finalement)

    Finalement, au retour de Bubry, on l'a trouvé, pas facilement mais trouvé quand même. On dirait en fait que le propriétaire  fait tout pour que les gens ne le trouvent pas...même le jour officiel des jardins ouverts....mais qu'importe, le plaisir en fut plus intense. La quête du Graal compte plus que le Graal même. 

    La construction de ce château date du XVIIIème siècle et abritait la principale maison seigneuriale de la commune. Il semblerait que la nièce de René Descartes épousa le baron François du Perenno, maître des lieux en 1678. Ensuite, tout comme à l'abbaye de Lanvaux, le château fut un refuge pour les chouans. Mais ne rentrons pas dans les détails (mais à titre perso, si ). Je reparle de tout cela en fin de note. 

    Donc, nous sommes finalement arrivés sur les lieux après moult péripéties et en voulant garer l'auto, j'ai même failli la faire tomber dans une ravine. Le château en question s'est offert à nous de suite, un château pas extraordinaire certes mais un château quand même, disposant côté sud de huit fenêtres et une entrée au rez-de-chaussée et de neuf fenêtres au premier. Neuf fenêtres éclairent les combles et quatre conduits de cheminée chauffèrent l'ensemble. 

    CHATEAUPENVERNE070615 (62).JPG

    Malheureusement on ne peut pas rentrer dans le bâtiment. C'était d'ailleurs une journée dédiée aux jardins donc quoi de plus logique. Une grande cour composée de pavés (assez en mauvais état) fait face au monument. A droite de la grille d'entrée, on peut voir ce qui dut servir de maison de garde et à gauche il s'agit sans doute d'une ancienne chapelle. Tout cela est basique et sans fantaisie. Le jardin est entretenu mais juste entretenu. Par qui ? Je l'ignore. Il est composé de plantes robustes (rhododendrons, hortensias...), de quelques rosiers et d'arbustes demandant peu d'entretiens. Ne connaissant pas les tenants et les aboutissants, je me contenterais de me féliciter du fait que l'ensemble ne soit pas laissé à l'abandon. 

    CHATEAUPENVERNE070615 (51).JPG

    CHATEAUPENVERNE070615 (24).JPG

    Autour du château, on monte difficilement des escaliers aux marches aléatoires, ensuite, on longe de vieux murets et des ruines d'on ne sait quoi. Rien de vraiment intéressant, il faudrait un guide pour en savoir plus. 

    CHATEAUPENVERNE070615 (73).JPG

    Du haut de ces ruines, une autre vue s'offre à nous.

    CHATEAUPENVERNE070615 (88).JPG

    Sur le perron, avec mes filles :

    CHATEAUPENVERNE070615 (12).JPG

    J'ai toujours adoré la vigne vierge recouvrant les vieilles pierres. Ça doit être magnifique en automne lorsque les feuilles se colorent de rouge et et de jaune. 

    CHATEAUPENVERNE070615 (4).JPG

    Qu'y-a-t-il derrière ces murs ? Des pièces vides, des brics à bracs; le quartier général de Beauchamp ou de l'Etat Islamique et des meubles d'époque laissés en l'état (peu vraisemblable) ? On le sait sans doute à la mairie et dans le voisinage mais moi là, à l'heure où j'écris, je n'en sais rien...n'empêche que tout en ne sachant rien, je répare une injustice, on parle très peu du château de Penvern sur le net.

    Je retranscris ici un historique trouvé sur ce site (qui ne nous dit rien sur le statut actuel du château mais qui à mon avis est la propriété d'un collectivité quelconque recevant des subventions du ministère de la culture) :

    Ce château, reconstruit au XVIIIe siècle, abrite la principale maison seigneuriale de la commune. La famille Perenno l'habite depuis le XIVe siècle jusqu'à la Révolution. En 1378, Guillaume Perenno compose un poème qui célèbre les hauts faits des Bretons en Italie sous le pape Grégoire XI. En 1678, le baron François Du Perenno de Penvern épouse Marie Descartes, la nièce du philosophe. Le père de René Descartes est en effet conseiller au parlement de Bretagne, et ses deux frères Pierre et Joachim, qui exercent la même charge, s'établissent en Bretagne. Autre fait marquant l'histoire du château, en 1794, le chef chouan Videlo y est arrêté avec les deux filles du châtelain qui le cachent.

    Loïc LT, recenseur de cabines téléphoniques et amateur de vieilles pierres. 

    visite le 07.06.15, photos prises par moi-même et libres de droit

  • tentative de visite du château de Penvern

    Ça fait longtemps que je voulais visiter ce château qui est peut-être le monument le plus connu de Persquen (lien vers Wikipedia mais attention :  je crois qu'il y a confusion entre le manoir de Kerohel et le château de Penvern). On a profité de ce dimanche d'ouverture des jardins au public pour y faire un tour... Quand on a traversé Bubry (qui mène à Persquen) un signal  nous annonce qu'on est sur la réserve mais en chef de famille avisé j'affirme que le carburant ne manquera pas pour nous rendre à Persquen puis faire le plein à Bubry en rentrant. On arrive à Persquen où je m'attends évidemment à ce que la direction du château soit indiquée et plutôt deux fois qu'une...mais penses-tu. J'ai consulté un plan près de l'église mais je m'y perdais un peu. A ce moment, un touriste lituanien qui portait un short lui tombant jusqu''aux chevilles s'arrête et me demande dans un portugais irréprochable s'il y a un distributeur de billets dans le village. J'avais envie de lui rire au nez mais bon, je lui ai répondu courtoisement qu'il devait se rendre à Bubry pour trouver son bonheur. Il m'apprit ensuite qu'il se rendait également à Penvern (dont l'entrée était gratuite mais qu'importe, sans doute avait-il besoin de thunes pour une autre raison).

    Donc, dernier recours le GPS, le vrai de la voiture et celui du smartphone. Ainsi équipés, nous ne pouvions nous tromper. Mais dans ces endroits vallonnés et forestiers , le GPS a tendance à perdre un peu les pédales. Il nous a indiqué une direction qui était la bonne certes,  mais le problème est qu'aucun panneau n'indiquait le château si bien que nous sommes arrivés sur la commune de Lignol, c'est à dire que nous avions passé le château sans nous en rendre compte. Je suis sorti de la bagnole pour demander la route à une dame portant un chapeau haut de forme bleu qui déambulait dans son jardin mais nous nous sommes rendus compte après coup que la direction qu'elle nous avait indiquée était mauvaise. Retour vers Persquen mais problème...à force de tourner en rond, nous étions de plus en plus dans le rouge. Il nous fallait donc retourner à Bubry pour faire le plein à Intermarché. Le plein fait, réunion de famille dans la voiture : on rentre à la maison ou on refait une tentative ? 

    la suite demain !

    Loïc LT

  • recensement des cabines # 14 Persquen (suite)

    Je n'en ai pas fini avec ce bourg et si vous n'êtes pas contents, et bien tant pis. Je dois d'abord apporter quelques correctifs notamment concernant cet endroit bien précis partant de l'ancien bar de Paulette jusqu'aux anciennes forges.

    140515PERSQ (400).JPG

    Ma tante Brigitte m'a donné quelques précieuses informations que je retranscris ici : 

    Paulette tenait le bar épicerie et aussi charcuterie ( son frère Dédé était le charcutier ). La grande maison près de la forge était la maison d'habitation du forgeron et le magasin au RDC était tenu par son épouse Noélie qui est décédée récemment. C'était un bazar où comme son nom l'indique on y trouvait de tout:équipement pour la maison, outillage, vaisselle, fournitures scolaires, petite j'adorais y aller et en plus Noélie était super gentille..

    Persquen a donc pu bénéficier des services d'une quincaillerie, ce qui n'est pas si surprenant quand on y pense, le bourg comptait plus de 1000 habitants au début du XXème siècle et à cette époque, on ne se déplaçait pas aussi facilement qu'aujourd'hui. 

    Aujourd'hui, bien que n'étant peuplé que de 300 habitants, Persquen dispose toujours d'une école publique dans laquelle 20 enfants sont scolarisés (et  j'ai des souvenirs de fêtes de fin d'années qui me semblaient grandioses alors qu'il ne devait y avoir que 2 ou 3 stands. Je me souviens y avoir gagné ou acheté une petite lampe torche que je n'ai cessé d'allumer et d'éteindre une partie de la nuit dans la grande chambre de Kercher où je dormais). Cette école est située derrière la mairie.

    140515PERSQ (39).JPG

    En 2014, une manifestation de grande ampleur a même défrayé la chronique (photo : Ouest-France) : 

    écolep.jpg

    Je n'ai jamais eu trop de considération pour la mairie, trop surélevée, mal embranchée, avec un poteau devant l'entrée et cernée par des fils qui partent dans tous les sens. Je crois que mon grand-père fut premier adjoint et qu'il aurait même pu être maire s'il avait voulu. Pour l'anecdote, aujourd'hui, c'est Michel Le Gallo qui est à la manœuvre. 

    140515PERSQ (11).JPG

    On lui souhaite bon courage surtout que le budget doit être serré. Ce qui n'empêche pas d'avoir des projets (Ouest-France 20.05.2015) :

    persquenOF200515.jpg

    Véhicules divers stationnés le 14 mai 2015 :

    140515PERSQ (6).JPG

    140515PERSQ (14).JPG

     

    140515PERSQ (50).JPG

    Quelques patés de maisons, (je puise dans mes stocks)...mais je retournerai à Persquen..un peu comme Georges Perec qui tenta d'épuiser un lieu parisien, j'épuiserai Persquen (dans le bon sens du terme). D'autant que la commune contient au moins 3 manoirs (dont Kerohel) et 3 chapelles. 

     

    140515PERSQ (19).JPG

    140515PERSQ (25).JPG

    Loïc LT, photos prises le 14 mai 2015 (libres de droit). 

  • recensement des cabines # 14 Persquen

    Lorsque je suis arrivé à Persquen, il pleuvait des cordes et en plus j'étais pressé (un soi disant ami de Beauchamp m'avait donné rendez-vous dans un entrepôt désaffecté de Hennebont). Je ne suis resté qu'une demi-heure sur place seulement vêtu d'un tricot et courant tel un damné d'un abri de fortune à un autre. Tout était contre moi comme si le destin voulait m'empêcher de revenir sur une époque qui, je pense a un peu façonné mon être. 

    Carte avant tout, comme il se doit : Camors-Persquen : 29.6kms, 31mns. (rappel : les points rouges correspondent aux bourgs  recensés)

    recensement des cabines,persquen,enfance

    Je me suis garé sur la place de l'église et dieu merci, je ne voyais qu'elle, moche et rutilante accolée à un vieux mur que je crois être celui de l'ancien presbytère. Quel soulagement, j'aurais été si malheureux de ne pouvoir pas faire de reportage-cabine à Persquen. Ce n'était pas gagné, le bourg ne compte plus que 300 habitants mais comme il est mal desservi par les opérateurs mobile, ce publiphone (qui fonctionne et dont le numéro d'appel est le 02 97 51 23 42) conserve plus qu'ailleurs toute son utilité. 

    140515PERSQ (2).JPG

    L'église Saint-Adrien n'est pas sans charme. Elle m'a servi de refuge pendant le déluge (pour une fois qu'une église me sert à quelque chose) et je l'ai prise ici depuis l'ancienne école des nonnes. 

    140515PERSQ (47).JPG

    Mon grand-père et mes tantes n'étant pas pratiquants, je n'ai sans doute jamais posé les pieds dans cette église dont voici l'histoire (mais la cérémonie d'enterrement de mon grand-père y a sans doute eu lieu mais je ne me souviens pas y avoir participé) :

    140515PERSQ (17).JPG

    Ensuite, de l'autre côté de la route (la D130), un bar-alimentation ne peut échapper à la vigilance du voyageur  :

    140515PERSQ (4).JPG

    Ce bar se situe à l'emplacement d'un ancien bar (le café Guillemot où il me souvient être allé après les obsèques de mon grand-père ? )  a été racheté et rénové par la commune qui a ensuite lancé un appel à candidature  existe depuis 2005 depuis que  le fameux bar de Paulette baissa définitivement ses rideaux. 

    140515PERSQ (22).JPG

    Ce bistrot qui a longtemps fait également épicerie était une institution dans le bourg et je me souviens que lors de mes vacances à Persquen, nous allions nous approvisionner en denrées de première nécessité (je me rappelle surtout du jambon). Paulette, comme son nom l'indique était une femme adorable et je l'ai revue bien des années plus tard lorsque le hasard m'a fait travailler à Guéméné sur Scorff, un bourg situé à 5 kms au nord et il m'arrivait de m'y arrêter boire un café ou une bière en rentrant à Languidic. L'épicerie n'était plus mais les habitués n'avaient pas bougé comme si le temps s'était suspendu pendant 20 ans (nous étions en 1999). 

    A côté du nouveau bar-alimentation, une demeure délabrée fait froid dans le dos :

    140515PERSQ (7).JPG

    Je me suis évidemment renseigné sur l'endroit dans lequel je ne mettrais pas les pieds une nuit de pleine lune.Il aurait servi de lieu de stockage d'engrais en dernière fonction et puis avant encore, certains disent que des bals y eurent lieu. On allait donc guincher dans cette bâtisse sur viens poupoule et vlan passe moi l'éponge  mais je suis persuadé même qu'avant de servir de dancing branché , c'était une maison d'habitation. Mais qui saurait me me le dire ? Apparemment, selon certaines sources concordantes, la FNAC serait partante pour y ouvrir un magasin, plus sérieusement, la mairie planche sur le sujet (destruction à priori). 

    Remarquez qu'avec tout l'arsenal devant, il y a moyen de faire exploser cette ruine en moins de temps qu'il faut pour le dire :

    140515PERSQ (8).JPG

    Voici le bâtiment de la fameuse école de bonnes soeurs (où ma mère et Evelyne ont étudié - voir texte précédent) et puis l'intérieur du préau. Ma mère a dormi derrière l'une de ces fenêtres, plutôt à l'étage sans doute, à droite, à gauche ou les deux autres, qui saura, qui saura, qui saura, qui saura me dire dans quelle pièce ?

    140515PERSQ (10).JPG

    140515PERSQ (44).JPG

    Une vue de Persquen depuis la mairie. On distingue l'ancien bar de Paulette, un ancien commerce à côté (une quincaillerie tenue par Noëllie Kervégant décédée en février 2015) et une ancienne forge (le mari de la quincaillière ) à l'intérieur de laquelle tout doit être resté tel quel. 

    140515PERSQ (34).JPG

    Il paraît que ça porte bonheur de mettre des branches de feuilles mortes (charme ?) à l'entrée des demeures m'a dit une ancienne vendeuse de chaussures avec qui j'ai discuté à Bubry avant de venir à Persquen.

    140515PERSQ (40).JPG

    Voici la maison où vécut mes arrière-grands-parents et ensuite mon grand-père et qui est toujours propriété de la famille. C'est une maison sans cachet particulier mais les souvenirs, les souvenirs, les souvenirs...Les souvenirs sont plus fidèles que les amis et les amants : ils reviennent nous voir lorsque notre âme grelotte toute seule.(Ferenc Mora)

    140515PERSQ (26).JPG

    En face, de l'autre côté de la route, cette maison néo-bretonne n'a pas changé en 20 ans et elle m'a toujours intrigué, ou du moins ses habitants. J'ai toujours pensé qu'on me cachait des choses à leurs sujets mais en fait, m'a-t-on dit dernièrement, 'fantasmes'.

    140515PERSQ (27).JPG

    Après, on quitte Persquen (direction Talvern entre autres, mais il y aura un # 2....J'ai l'impression de n'avoir fait qu'effleurer les choses (et je ne suis pas sûr que la personne en question connaisse Beauchamp mais au cas où, je lui dirais quand même qu'il me doit moins d'argent qu'il ne le pense pas). 

    140515PERSQ (29).JPG

    reportage réalisé le 14 mai 2015. suite à venir. 

    Loïc LT

  • avec un brin de nostalgie # 1

    Tôt le matin lorsque personne n'est levé, le silence règne dans la maison, j'ouvre les volets et la nature avec tous les tons de vert s'offre à moi. Les oiseaux chantent, je vois de temps en temps un chat passer, voire même un chevreuil. Rien ne bouge encore au front des palais. Je ris au wasserfall blond qui s'échevelle à travers les sapins : à la cime argentée je reconnais la déesseJe prépare un café, parcours le Ouest-France et ensuite, soit je lis, soit je surfe soit j'écris et en ce matin du 16 mai 2015, je suis décidé à écrire.

     

    Le 14 mai 2015, je me suis rendu au village de Persquen pour le fameux recensement que vous savez (qui viendra après).  Ce n'était pas un reportage photos comme un autre puisqu'il y a deux bourgs qui comptent dans mon enfance, Languidic, celui où j'ai grandi et Persquen, celui où vivait mon grand-père maternel, Émile LB.

    Mon grand-père est né en 1923 à St-Caradec-Tregomel dans une ferme de peu sans doute, toujours est-il que le père de mon grand-père, François en plus d'exploiter une petite ferme était le jardinier et garde-chasse du manoir de Kerohel en Persquen (connu pour avoir abrité Marion du Faouët aux alentours de 1740) . Sa femme, Marie, qui habitait avec lui dans une dépendance du manoir (je présume) était verratière, c'est à dire que les éleveurs venaient à Kerohel avec leurs truies.

    Mon grand-père n'a pas vécu toute sa vie à Persquen (bourg je précise situé dans le nord du Morbihan, c’est à dire dans le centre de la Bretagne, une zone où l’exode rural a dépeuplé les villages) puisqu'après la guerre, après avoir été maraîcher et livreur de lait en région parisienne, il s'est engagé dans la gendarmerie où il fut affecté à la surveillance des aéroports (Orly, Bourget). Il se maria avec avec Ambroisine Morvan (une femme de Persquen) dont je n'ai aucun souvenir car elle est décédée d'un cancer deux ans et demi après ma naissance. Le couple s'est donc installé à Paris, dans un logement de fonction je suppose (à Dugny) et je suppose aussi que ma grand-mère était mère au foyer. Ils eurent 4 filles, Marie-Claire, ma mère, l'aînée, Patricia, Evelyne et Brigitte. C'est à Paris que mon père a rencontré sa future épouse, Marie-Claire. Je ne me souviens plus très bien de ce que mon père faisait à Paris mais j'ai le vague souvenir qu'il m'avait dit qu'il gérait une auberge de jeunesse catholique ou un truc dans le genre. Donc, coup de foudre comme on dit et sans doute aussi le fait que tout le monde était originaire du même coin de Bretagne a-t-il créé des affinités.

    Dans les années 50 (ou début des années 60 ?) , ma grand-mère Ambroisine est tombée malade et pendant qu'elle était soignée de la tuberculose à l'hôpital Val-de-Grâce à Paris, ma mère et Evelyne furent scolarisées à l'école des soeurs de Persquen, Patricia fut mis en garde à Kerohel pendant que Brigitte encore toute petite était gardée par une nourrice. Guérie de la tuberculose, le destin s'acharna contre elle puisqu'elle décéda d'un cancer le 25 février 1976.

    Lorsque j'ai fait mon reportage photo le 14 mai, je suis rentré dans l'enceinte de cette école des soeurs où ma mère et Evelyne ne durent pas passer que du bon temps...et tout est à l'abandon, les tables et les pupitres sont entassés dans le préau. Par contre, l'intérieur des bâtiments n'est pas si insalubre et doit servir à quelque chose mais à quoi. Tout à l'heure, j'ai eu ma tante Patricia au téléphone et elle m'a dit qu'il n'y a encore pas longtemps, les locaux de cette ancienne école de bonne-sœur étaient utilisés par le curé pour faire la messe en hiver, la grande église Saint-Adrien n'étant pas chauffée.

    Mon grand-père rendit les armes en 1975 et passa dans le privé en devenant surveillant d'une maison d'édition, les éditions Rombaldi, situées boulevard Saint-Germain à Paris. On a quelques exemplaires des livres de cette maison à Berloch, ce sont de gros bouquins assez rébarbatifs avec des illustrations tristes. Cette maison rééditait des grands auteurs comme Bazin et Genevoix. Le couple LB vivait dans les locaux de cette maison d'édition et ma grand-mère s'occupait de l'entretien du hall et autres petites intendances .

    Après la mort de sa femme, mon grand-père étant né en 1923 avait donc 53 ans et décida de rentrer à Persquen peu après avec Patricia et Brigitte. Sa mère habitait une maison avec son mari François dans le bourg de Persquen. Je ne l'ai pas connu et j'ai toujours entendu dire qu'il est mort d'une crise cardiaque en se rendant aux toilettes (ou en y revenant). Toujours est-il qu'il n'y avait pas de place pour Émile dans cette maison où vivait aussi François, l'un de ses deux frères, un mécanicien agricole qui travaillait à Bubry (l'autre frère Raymond était ouvrier en menuiserie et selon moi plutôt artisan (il avait conçu pour mon père et ma mère un ensemble lit-armoire dans un style rustique typiquement breton, ensemble qui a toujours été un sujet de moquerie à Berloch tant nous le trouvions horrible mais qui à bien des égards est finalement un véritable chef d’oeuvre du genre) qui deviendra mon parrain et qui habitait une maison qu'il avait fait construire sur les hauteurs d'un village aux confins de Persquen (Talvern) en bas duquel un forgeron foutait un de ces bordels qui empiétait même sur la route.

    Mon grand-père loua donc une maison dans un corps de ferme abandonné au hameau de Kercher à quelques kilomètres du bourg. C'était une grande maison avec plein de bâtiments agricoles autour.

     

    Ma mère est décédée en 1979. J'avais six ans et ma sœur 4. Je n'ai pas bien réalisé les événements. Je n'étais pas malheureux et je n'ai pleuré que lorsque j'ai vu mon père pleurer.

    C'est la première fois que je le voyais ainsi et je pensais qu'il n'y avait que les enfants qui pleuraient. Lorsque ma mère est décédée, ma grand-mère, Elisa (dite Marie) est venue s'installer à la maison à Berloch pour aider mon père à nous élever. C'est à partir de cette période que j'ai commencé à aller régulièrement en vacances à Kercher. Les filles de mon grand-père travaillant et vivant à Paris (à part Patricia, mariée avec Gérard, un mécanicien travaillant à Guéméné) venaient passer quelques semaines de vacances auprès de leur père en été et elles en profitaient pour nous prendre quelques jours (quinze jours ?) avec elles. Ces séjours à Kercher étaient pour moi des moments de stress et en même temps d'excitation. J'adorais mon grand-père, il ne grondait jamais, il vivait tranquillement et mes tantes Brigitte et Evelyne étaient prévenantes à nos égards. Et puis, elles ramenaient avec elle leurs habitudes de Paris à des années lumière de ce que je pouvais vivre à Berloch. J'avais l'impression de vivre dans un autre pays. On avait le droit de faire des choses qu'il était insensé de faire chez nous comme lire le soir au lit ou bien regarder des films jusque la fin (comme Papillon avec Steve McQueen dont j’ai, je ne sais pas pas pourquoi gardé un souvenir inoubliable) . On se rendait dans un supermarché de Pontivy ce que jamais nous ne faisions à Berloch où le boulanger-épicier ambulant nous alimentait en denrées de base que mon père ou ma grand-mère complétaient par quelques courses dans les magasins du bourg de Languidic (genre la coop). Donc, ma première expérience du supermarché eut lieu lors d'un de ces séjours à Kercher. Je me rappelle avoir croisé une fois au supermarché (Continent ?) mon instit de l'école St-Donatien -une école rurale posée au milieu d'un champ à Languidic- et je trouvais insensé que ces deux mondes si différents puissent se rencontrer et en même temps j'étais fier de leur présenter mes tantes parisiennes (encore que j'étais excessivement timide alors je ne sais pas comment la rencontre a pu se passer).

    Je me souviens de ces vacances à Persquen comme de moments d'insouciance. Evelyne avait un fils qui avait un peu près mon âge alors nous jouions ensemble à des jeux divers, nous partions en vadrouille avec le grand-père (il cultivait un jardin au bout d'un chemin interminable, en descente qui menait à un endroit très humide où poussait du cresson), il nous montrait régulièrement son képi qu'il gardait religieusement et qui nous impressionnait mais j'avais quand même un complexe d'infériorité par rapport à mon cousin. Mieux habillé, plus classe en général, je l'enviais mais il ne se la ramenait pas. Nous avions moins de 10 ans et ce n'est pas une période où on se cherche des poux (dont ma tête était couverte d'ailleurs -). Il arrivait aussi que je fasse des séjours dans les séjours en allant passer quelques jours à Talvern chez mon oncle et parrain Raymond (frère de mon grand-père), sa femme Jeanine et leur fils Thierry (que je ne voyais jamais) dont la chambre était tapissée de posters de clubs de foot (impressionné j'étais) mais ces séjours n'étaient pas de tout repos parce que les scènes de ménage étaient récurrentes et les assiettes volaient souvent . Je me souviens même d'une bagarre générale dans le village dont j'ai du mal aujourd'hui à définir qui et pourquoi se battaient avec qui. Jennine est décédée d'un cancer très jeune en 1981, ensuite j'ai beaucoup moins vu mon parrain à part quand il venait à la maison à Berloch avec sa nouvelle campagne.

    A chaque fois qu'on partait en vacances à Persquen, c'était pareil. L'oncle Richard et la tante Evelyne venaient nous chercher à Berloch (moins souvent Brigitte et Antoine je crois ; on ne voyait pas beaucoup Antoine très occupé par son travail). Les adultes restaient discuter. Richard parlait beaucoup et son accent alsacien résonne encore dans mes oreilles. Evelyne était plus discrète et toujours très gentille avec nous. Le parcours Languidic-Persquen dans la R18 pourtant pas si long (une demi-heure à peu près) me semblait interminable, il y avait des virages et comme j'étais timide je n'osais pas dire que j'avais envie de dégobiller. L'envie souvent se concrétisait et je vous épargne les détails.

    Je ne sais pas combien j'ai fait de séjours à Persquen. Avec le temps, on a tendance à exagérer les choses. Mais une chose est sûre, lorsque mon arrière-grand-mère est décédée en novembre 1982, et ensuite François en 1984 (qui vécut donc seul dans la maison pendant deux ans environ), mon grand-père s'est installé dans la maison du bourg (après quelques rénovations) et jamais on n'a passé de vacances dans cette maison. Donc, nos vacances à Kercher se sont déroulées sur une période assez courte (4 ans à peu près quand même).

    Quand mon grand-père a emménagé dans le bourg, la donne a changé. J'avais grandi forcément. Nous rendions des visites à mon grand-père avec mon père, sa nouvelle femme, ma nouvelle petite sœur et ma sœur. A partir de cette période, j'ai commencé à perdre de vue mon grand-père et quand il est décédé en 1997, j'étais sous les drapeaux et je m'en suis atrocement voulu (alors que j'avais mon permis de conduire depuis des années)  de ne pas être allé le voir plus souvent. Je crois que je comptais pour lui. J'étais le fils aîné de sa fille aînée, et je l'ai abandonné. Mais je crois que les dernières années de sa vie ne furent pas simples (problèmes de santé et autres) . N'empêche.

    Loïc LT

    A venir : reportage photos à Persquen (qui malgré ces 300 habitants dispose d'une cabine!)