Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

morbihan - Page 3

  • Martine fait de la bicyclette...au Faouët

    Il y a quelques années, un type de Lannion s'était aperçu par hasard que les marches que l'on voit page 9 dans Martine fait de la bicyclette ( dessin de Marcel Marlier, belge évidemment) sont la copie conforme des marches de l'escalier de Brélévenez, bien connu des lannionnais. Cela créa une petite sensation dans cette ville du Trégor et j'avais trouvé étrange que personne ne s'en était rendu compte tant d'années après la sortie du livre (1971). 

    Martine fait de la bicyclette, lannion, eccalier de brélévenez

    Et bien, aujourd'hui, je suis en mesure de ne pas être certain de supposer que dans ce même volume de Martine, que les halles que l'on voit page 13 sous lesquelles se déroule un marché et où Martine est fière de montrer son nouveau vélocipède à ses amis sont les halles du Faouët dans le Morbihan. Ce ne sont pas les halles en elles-mêmes qui m'y font penser (encore que) mais ce sont les maisons au fond qui ressemblent à celles qui existent encore aujourd'hui (qui sont surtout des commerces comme le Central Bar et un institut de beauté). Il se trouve que je connais très bien Le Faouët, puisque j'y ai travaillé quelques années dans un cabinet comptable et puis, excusez du peu, c'est le bourg où j'ai rencontré ma future femme. 

    J'ai pas mal de photos du Faouët mais aucune prises dans l'angle qui pourrait prouver mes dires. La prochaine fois que j'y vais (à la crêperie la Sarrasine, va sans dire), je m'occupe du problème. Comme ça, les costarmoricains feront moins leurs malins ! Enquête à suivre donc !

    Martine fait de la bicyclette, le faouët, les halles

    Loïc LT

     

  • recensement des cabines # 43 Silfiac (Morbihan 56)

    Samedi 06 février, suite. 

    A quelle heure ai-je quitté Cléguérec ? Certains suivent-ils ? Sinon, ça ne sert rien que je précise. Bon, c'est jeudi soir et je suis de bonne humeur, je rappelle :  j'ai quitté Cleg à 12h38. Sachant qu'il faut 15 minutes pour se rendre à Silfiac, la destination suivante, à quelle heure devais-je théoriquement arriver à Silfiac ? Logiquement, 12h53. Mais qu'en est-il de la réalité ? 12h44.

    SILFIACMAP.jpg

    J'ai dû donc procéder à quelques excès de vitesse ce qui n'est pas mon genre. Donc un tel écart est vraiment très étrange. On m'avait bien prévenu qu'il y avait des failles spatio-temporelles en Bretagne Intérieure mais je n'ai jamais cru à ces balivernes. Mais là, il y a lieu de se poser des questions. Que faut-il faire de mes nuits ? Que faut-il faire de mes jours ?

    SILFIAC 06 02 16 (1).JPG

    Je tiens à préciser car je crois ne l'avoir jamais stipulé que je ne suis pas un grand fan des panneaux en breton. Voilà, ça c'est dit, je perds d'un trait de plume d'éventuels lecteurs bretonnants -) Expression, hein, je n'utilise évidemment plus de plume à l'heure de la machine à écrire ( j'ai entendu dire qu'une société nommée Microsoft est en train de travailler sur un nouveau concept de machine à écrire totalement révolutionnaire où t'aurais le clavier mais plus besoin de chariot et possibilité d'incruster des photos dans ton texte et puis t'aurais un écran devant...à suivre). 

    La cabine de Silfiac (numéro : 02 97 27 60 53 ) est d'une laideur à couper le souffle. Je pense que les contribuables qui s'approchent de l'endroit sont plus attirés par la carte représentant le Grand Circuit Jean Robic (un grand cycliste originaire du coin qui a gagné le tour de France en 1947 et qu'on surnommait Biquet ou Trompe-la mort (!). 

    SILFIAC 06 02 16 (3).JPG

    Avec un beau gosse devant c'est tout de suite mieux. Cela fait un beau concentré : poubelle, recenseur, cabine, panneau et carte. 

    SILFIAC 06 02 16 (37).JPG

    La cabine se situe dans la rue principale du bourg dont je n'ai pas réussi à trouver le nom. De l'autre côté, une église en pierre accueille les pèlerins le 3eme dimanche des mois comprenant 30 jours, sauf l'année bissextile où c'est inversé. Avec la crise des vocations, les choses sont devenues compliquées. Un peu plus bas, voici la mairie qui l'année de sa construction n'a pas remporté le prix national d'architecture :

    SILFIAC 06 02 16 (43).JPG

    Le pignon du bar chez Véro (où l'on trouve toutes les marques d'eau) et qui fait alimentation et d'autres choses encore a subi un bardage qui aurait pu dénaturer le bourg si celui-ci avait une cohérence granitique mais puisque ce n'est pas le cas, ça le fait et le puits typique de la Bretagne donne un côté rustique au tout. L'ensemble est sympathique surtout grâce à  la petite maison en pierre où s'est caché quelques jours un dénommé beauchamp recherché par aucune police du monde entier. (mais ça, je suis le seul à le savoir). 

    SILFIAC 06 02 16 (15).JPG

    fenêtre avec de beaux rideaux :

    SILFIAC 06 02 16 (26).JPG

    Volets bleus, fenêtres jaunes, beaux rideaux, j'ai pas réussi à me décider si c'est beau ou pas. Tout comme on dit que les extrêmes se rejoignent, parfois, l'écart est ténue entre la beauté et la laideur. 

    SILFIAC 06 02 16 (27b).JPG

    Vu comme ça, Silfiac aurait presque un certain charme. De toute façon, j'ai un faible pour les rues aux maisons mitoyennes avec un léger dégradé de couleurs. C'est l'occasion aussi de voir le clocher de l'église Sainte-Ernestine de Louvois

    SILFIAC 06 02 16 (32).JPG

    J'ai encore un stock important de photos de Silfiac, un ou deux commerces, des puits. Il m'a manqué une chose : croiser l'homme car je n'ai pas vu âme qui vive dans ce bourg à part une espèce de cowboy qui m'a pris en photo mais il n'était que de passage.  J'ai dû faire semblant que je faisais du stop  pour qu'il s'arrête. Il ne m'en a pas voulu, il a même ri.

    Si ma fille de 11 ans avait été avec moi, elle aurait dit 'mais où sont les gens ?'. 

    J'ai taillé la zone à 13:08, ce qui fait que je suis resté 20 minutes sur place.  Le bourg n'avait pas vu un touriste resté aussi longtemps depuis la dernière victoire d'un Français à Wimbledon. A la sortie, il n'y a qu'un panneau si bien qu'on ne sait pas la traduction bretonne de Silfiac fin. dommage. 

    SILFIAC 06 02 16 (44).JPG

    Silfiac, (56480), Morbihan, maire : Serge Moelo, (parti Chasse, Brugnon, Bitume et Traduction) , 450 silfiacoins cachés, reportage réalisé le 06 février 2016 en milieu de journée ( de 12h44 à 13h08 ) . temps doux. direction le poste frontière des Côtes-du-Nord et le bourg de Perret.

    Loïc LT 

  • recensement des cabines # 42 Cléguérec (Morbihan 56)

    Après Le Sourn, je poursuis ma montée vers le Grand Nord et m'approche mine de rien des Côtes du Nord. Je suis tranquille, mon passeport est en règle et le passage à la frontière devrait se faire sans problème. Cléguérec où j'arrive sans tambour ni trompette à 12h13  est donc tout au nord du Morbihan, à 14 kms du Sourn en empruntant la D15, qui est l'unique route carrossable permettant de rejoindre les deux villages. Comme d'habitude, je vais poster un googleMap du parcours mais en prenant une vue plus large montrant les deux côtes qui baignent l'Armorique. 

    GooglemapclegB.jpg

    J'ai mis du temps à trouver la cabine et pourtant je suis passé plusieurs fois devant. Et pour cause, je n'ai jamais vu une cabine aussi neutre et transparente. Ce n'est pas le fait qu'elle soit mitoyenne aux PTT et qu'elle ne contienne pas de combiné mais il faut admettre qu'on ne peut pas faire plus sobre. Par ailleurs, vu son positionnement singulier, je pense qu'elle peut échapper à l'expulsion spatiale, cela risquerait d'endommager le bureau des Postes, Télégraphes et Téléphones. Par ailleurs,  il ne reste plus de son intitulé que LEPHO. 

    CLEGUEREC 06 02 16 (6).JPG

    Mais la commune de Cléguérec tient aux utilisateurs de cet endroit vide ( sauf de feuilles mortes et de détritus) puisque ne peuvent se garer devant le Crédit Agricole que les usagers de la cabine. 

    CLEGBLAGUE.jpg

    Cléguérec qui m'apparaissait comme un bourg quelconque et désert n'est pas sans attrait lorsqu'on prend une photo au détour d'une rue.  On dirait que des commerces se succèdent aux commerces et pour un bourg avec un peu moins d'habitants que le mien (Camors), je trouve même qu'il s'en sort pas mal. J'ai cru dénombrer 3 banques alors que mon patelin  non seulement n'en possède pas une seule mais n'a pas pas non plus de distributeurs (sauf un mais qui ne distribue que des francs). Mais il faut regarder aussi l’environnement. Camors est proche de 'grosses' bourgades contrairement à Cléguérec. Bon, je trouve que je deviens trop sérieux

    CLEGUEREC 06 02 16 (14).JPG

    Comme à mon habitude, je n'évoque pas le patrimoine religieux qui concernant la Bretagne vaudrait une note à elle-même. Par contre, j'ai omis de prendre la statue de la liberté  (symbolisant l'exode des bretons vers l'Amérique au début du XXe) qui trône sur la place centrale depuis 1875 et dont une pale copie a été réalisée à New-York un peu plus tard. 

    On ne rigole pas. Je suppose que le café n'est plus à vendre et j'ai une pensée pour ses propriétaires qui ont dû tirer un trait sur la réalisation du capital durement acquis.  Personnellement, je ne crois pas être déjà rentré dans un bar doté d'une telle porte (de prison). 

    CLEGUEREC 06 02 16 (13).JPG

    Tabac, presse, hôtel, bar, restaurant...mais que ne fait pas cette enseigne ? Courant me direz-vous dans une village de 3000 habitants, le touriste ne doit pas être mécontent de trouver un tel magasin dont le patron doit faire plus qu'il ne propose. 

    CLEGUEREC 06 02 16 (26).JPG

    Cléguérec, (56450), Morbihan, maire : Marc Ropers, (parti udiL) , 2900 Cléguérécois, reportage réalisé le 06 février 2016 en matinée ( de 12h13 à 12h38 ) . temps doux. direction Silfiac (toujours dans le Morbihan)

    Loïc LT, 13/02/2016

  • recensement des cabines # 41 Le Sourn (Morbihan 56)

    Comme je le laissais entendre dans la note précédente, j'ai fait tellement de bourgs pendant ce weekend que je suis un peu obligé d'écrire les notes rapidement sinon, avec le temps, je vais tout oublier. Il faudrait que je prenne des notes sur place mais j'ai pas envie de me rajouter de contraintes. Cela doit rester un plaisir, pas du journalisme. Donc, après deux reportages consacrés à Saint-Nicolas, nous voici à Le Sourn. Je suis arrivé à Le Sourn à 11:12 et je suis parti à 11:46, pas de quoi vous donner des anecdotes du bourg. Donc, depuis Saint-Nicolas des Eaux, ça donne ce parcours de 25 minutes : 

    lesournmap.jpg

    J'ai un  souvenir attendri de ce bourg. Une maman poussant un landau (avec à l'intérieur un bébé à qui dans 15 ans on expliquera que Hollande a sauvé la planète en 2015 et que s'il peut vivre sans tempêtes, ni inondations, c'est grâce à lui) passant par là a accepté de me prendre devant la cabine (de structure classique et répondant au numéro de 02 97 79 11 92) sans poser de questions. Je lui ai juste demandé si elle était sournoise (nom des habitants du village) et elle m'a répondu fermement 'non, Central Otago'. Décidément. Qu'est-ce qu'ils ont tous avec leur Central Otago ? Au fait, ça aurait de la gueule un bar qui s’appellerait Central Otago et dans lequel on ne servirait que de l'eau du robinet et du café décaféiné et qui ouvrirait que l'après-midi entre 14h00 et 15h00. 

    LE SOURN 06 02 16 (6).JPG

    Autre vue de l'édifice qui donne une idée du caractère de Le Sourn qui est un village paisible, avec beaucoup de végétations prenant leurs racines dans le sol argileux armoricain. 

    LE SOURN 06 02 16 (15).JPG

    de rie 6 et 7 rier Expos Anester...Saurez-vous me dire l'ensemble de l'affiche ? En tout cas, c'est navrant de voir ces panneaux publicitaires en plein centre d'un bourg coquet. Il y a bien de la place pour les mettre en périphérie ou sur les routes communales qui mènent dans des petits hameaux inhabités et sur les chemins d'exploitation empruntés par des tracteurs qui ne sont pas en train de foutre le bordel devant les préfectures. 

    LE SOURN 06 02 16 (32).JPG

    Voici le bar tabac presse qui s'intitule Le Pacific et qui a la triste réputation d'être très souvent le lieu de rixes entre gens qui boivent de l'eau (trop ferrugineuse sans doute), ce qui est un comble pour un bar qui porte ce nom. Ils se battent pour des histoires de marque d'eau minérale. Bon sang mais chacun a le droit d'avoir une préférence pour une marque. Mais allez savoir si je raconte des conneries ou pas !

    LE SOURN 06 02 16 (11).JPG

    Il était midi vingt au clocher de l'église. Les sournois et les sournoises devaient être tranquillement chez eux et s'amusaient à  préparer le déjeuner pendant que les enfants bossaient sur leurs tablettes ou consoles. 

    LE SOURN 06 02 16 (18).JPG

    Bon alors, glosons encore un peu sur Le Sourn sans aller sur wikipedia (j'irai juste chercher le nom du bourgmestre qui gère l'affaire). La boucherie n'est pas de la dernière fraîcheur mais l'essentiel est que le boucher soit bon. Je pense qu'elle est affiliée à l'enseigne A&O pour sa partie alimentation. Concernant A&O je peux juste vous dire qu'à priori, c'est une enseigne d'origine italienne et qui dépend du groupe Selex. Je pense que les sournois ne savent pas tout ça. 

    LE SOURN 06 02 16 (19).JPG

    AO.jpg

    Je suis certain que vous voulez en savoir plus sur Selex, la maison-mère et bien voici

    Au fil des ans, Selex a affiné son expérience multicanal. Aujourd'hui, sa présence sur le marché est à travers un réseau de vente qui embrasse formats de distribution les plus modernes et les plus ringards: les hypermarchés, les mini-hypermarchés, grandes surfaces, supermarchés, magasins discount, supérettes, des supérettes et des magasins Cash & Carry.Mini-hypermarchés, grandes surfaces et supermarchés sont le cœur battant du groupe, ce qui représente 1125 unités et correspondant à plus des trois quarts de l'espace de vente au détail global du Groupe. Grâce à chacune de ces chaînes, les sociétés associées ont atteint un degré faible de spécialisation, avec des points de vente peu avenants et un désengagement majeur de la révision de leurs formats de distribution pour aller à l'encontre des spécificités des régions et des rares clients, tout en refusant de rouler sur les derniers développements européens et mondiaux. 

    Je ne sais pas si le groupe est côté en bourse et si ça vaut le coup d'acheter quelques actions afin de diversifier son portefeuille et aussi pour être un peu propriétaire de l'enseigne de Le Sourn -)

    Rue du Talfétan, la pharmacie qui prend une place prépondérante vaut le coup d’œil. 

    LE SOURN 06 02 16 (33).JPG

    Vue générale du bourg que j'ai quitté à 11h46 ce qui ne colle pas avec l'heure inscrite sur le clocher. L'horloge du clocher est en avance sur son temps. 

    LE SOURN 06 02 16 (28).JPG

    Le Sourn,  (56300), Morbihan, maire : Jean-Jacques Videlo (udr) , 2075 sournois, reportage réalisé le 06 février 2016 en matinée ( de 11h12 à 11h46) . temps doux et air frais. direction Cléguerec. 

    Loïc LT, le 11/02/2016

  • recensement des cabines # 40 Saint-Nicolas des Eaux (Morbihan 56)

    Le weekend dernier, j'ai fait un périple qui m'a mené dans une dizaine de bourgs et dire que je voulais tout faire le même jour ! Cétait  impossible à moins de faire du reportage low-cost et donc après avoir fait quelques villages dans le Morbihan et les Côtes-d'Armor et constatant ce qu'il me restait à faire, je me suis résigné à dormir dans un gîte à Lanrivain (15€ la nuit, c'est pas la ruine). Le patron du gîte était très sympa mais j'ai peu apprécié qu'au petit matin, il m'attende près de la maison au point de me regarder dormir dans la chambre (puisque je n'avais pas fermé les volets). Mais là n'est pas la question. Je suis donc parti de Camors samedi matin de bonne heure, direction un peu plus vers l'est du Morbihan que d'habitude. Le premier endroit où j'ai atterri est Saint-Nicolas des Eaux, un petit village qui se situe au bord du Blavet et qui fait partie de la commune de Pluméliau (déjà référencé sur ce blog). 

    la carte qui va bien :

    STNICOLAS DESEAUXGMAP060216.jpg

    Je ne m'attendais pas à ce qu'il y ait une cabine dans ce village fluvial mais dans le domaine, on n'est jamais au bout de ses surprises. L'édifice trône près du pont enjambant le Blavet (numéro d'appel : 02 97 51 89 42). 

     ST NICOLAS DES EAUX 06 02 16 (3).JPG

     

    ST NICOLAS DES EAUX 06 02 16 (5).JPG

    C'est un endroit fort charmant comme le sont souvent les villages au bord de l'eau. La rivière est source d'apaisement ou de ressourcement. L'eau repose et il n'est donc pas étonnant que la rive gauche (ou droite, je ne sais pas)  compte trois ou quatre restaurants ou auberges dont l'un n'a pas changé depuis le décès de Pompidou. J'y ai bu un café chocolaté vite fait et je suis reparti. Mais si je n'étais pas en reportage, je serais resté plus longtemps me balader le long du Fleuve le Blavet, un fleuve qui m'est cher et qui, excusez le jeu de mots, a baigné mon enfance et surtout mon adolescence pendant laquelle j'ai passé des après-midis à lire des romans d'Agatha Christie au bord de ses rives. 

    ST NICOLAS DES EAUX 06 02 16 (18).JPG

    ST NICOLAS DES EAUX 06 02 16 (30).JPG

    Il était 10:51 quand j'ai taillé la zone. Direction Le Sourn. Je sais, c'est court mais c'est fait. Il arrive un moment où le côté pratique prime sur la poésie et les digressions qui ne font rire que moi et quelques-uns dont je tiens à remercier la fidélité. 

    ST NICOLAS DES EAUX 06 02 16 (6).JPG

    Saint-Nicolas des Eaux, commune de Pluméliau (56930), Morbihan, maire : Benoît Quéro (RPR) , reportage réalisé le 06 février 2016 en matinée. temps doux et air frais. note 9/10

    Loïc LT

  • recensement des cabines # 39 Pluvigner (Morbihan 56)

    Pluvigner est un "gros" bourg qui se situe à 5 kilomètres au sud de Camors et pourtant je ne l'avais pas encore recensé alors que je savais pertinemment qu'il possédait au moins une cabine et que celle-ci comme toutes les autres était en sursis. Alors pourquoi ai-je mis tant de temps avant de faire ce reportage ? Il y a plusieurs raisons, la première étant que je n'ai jamais été attiré par ce bourg, que je n'aime la sonorité de son nom et puis qu'il était tellement prêt que je me disais "je trouverais bien 10 minutes un de ces quatre pour faire le travail". Le temps a passé, les cabines ont commencé à disparaître et j'ai commencé à être inquiet. Je m'y suis donc rendu le samedi 23 janvier avec la crainte que la cabine près des Postes et Télégraphes ait déjà été expulsée. 

    Mais j'ai été vite rassuré. Quelconque, sans âme, dans un endroit où l'on n'installerait pas sa table de pique-nique, l'édicule se tenait non pas fièrement, mais fébrilement. J'ai appris à percevoir la sensibilité des cabines et celle-ci comme beaucoup d'autres vit dans la crainte de voit arriver deux ou trois démanteleurs bien outillés pour l'extirper sans état d'âme de l'endroit où elle vivait depuis tant d'années. Les hommes sont durs avec la matière et pourtant De nerval écrivait :

    Respecte dans la bête un esprit agissant : ...
    Chaque fleur est une âme à la Nature éclose ;
    Un mystère d'amour dans le métal repose :
    "Tout est sensible ! " - Et tout sur ton être est puissant !

    Mais arrêtons-là les litanies et venons au fait. Voici l'objet. Il se situe près des PTT donc, rue du docteur Laennec. La cabine est accessible aux handicapés et son numéro d'appel est le 02 97 24 97 68. Elle ne fonctionne pas et n'est pas non plus entretenue comme devrait l'être tout élément du patrimoine. 

    cabine téléphonique, recensement des cabines, pluvigner, 2016

    J'ai profité du passage d'une adolescente emmitouflée et toute timide et qui ne devait même pas savoir à quoi servait ce rectangle métallique pour me faire prendre en photo. Je lui ai demandé où elle habitait et elle m'a répondu 'Central otago'. (?) Je l'ai remerciée et elle est partie. 

    PLUVIGNER23012016 (62).JPG

    Ensuite, comme à mon habitude, j'ai fait mon petit tour dans la localité qui compte quand même 7000 potentiels usagers de ladite cabine. Le centre ville est assez vivant, un peu à l'image de Baud (mais Baud ne dispose plus de cabine) avec pas mal de commerces, de restaurants, crêperies, pizzérias etc. Le clocher de l'église indiquait 15:05, le temps était gris mais pas pluvieux. C'était un temps à écouter le dernier album de William Scheller le casque aux oreilles. 

    PLUVIGNER23012016 (14).JPG

    Pluvigner est un bourg où l'on peut vivre sa vie de consommateur sans aller voir ailleurs. En périphérie, il y a un SuperU, un Lidl et le centre-ville dispose de toutes les enseignes élémentaires. Le soir est assez vivant et je me souviens qu'il y a quelques semaines un ami m'invita à aller voir jouer son groupe de jazz au bar central, the place to be. 

    DSC_0075_2.JPG

    Ce que j'aime à Pluvigner et souvent dans tous les bourgs bretons où les murs sont blancs, les portes basses et les commères jamais très loin, ce sont ces petites rues sans commerce, plus ou moins habitées qui ont un charme particulier. Ce sont des rues où il vaut mieux ne pas croiser un semi-remorque et un retraité promenant son caniche. 

    PLUVIGNER23012016 (47).JPG

    PLUVIGNER23012016 (51).JPG

    Comme d'habitude, je n'ai pas l'intention d'être exhaustif. Sachez juste que le bourg dispose d'un patrimoine religieux qui vaut le détour d'un pèlerin (ainsi qu'un château imposant). C'est à tel point qu'une messe est dite tous les jours ce qui est rare en ces temps où l'on manque de dentistes. 

    PLUVIGNER23012016 (36).JPG

    Voici le puits du village, situé sur la place du marché. J'en ai vu des plus beaux (totalement empierré à la place de la partie forgée)  et surprise, sur GoogleMap, on y voit un paysan y puiser de l'eau avec son tonneau. 

    PLUVIGNER23012016 (15).JPG

    Alors que je m'apprêtais à quitter la bourgade, je me décide à pousser vers le sud où se situe une autre place et où la présence d'une seconde cabine n'était pas de l'ordre de l'impossible et j'ai bien fait, car comme de fait, au bord de la triste rue du Hirello, voici la chose dans laquelle on ne peut pas rentrer et dont la seule utilité est de servir de tuteur au poteau qui  la jouxte, poteau qui sert de support à un fil qui alimente en électricité une rue où il ne vaut mieux pas marcher sur une crotte de chien un jour de déprime :

    PLUVIGNER23012016 (71).JPG

    De l'autre coté, il y a une place et en surplomb un maison néo-bretonne qui en impose mais qu'on a le droit d'aimer ou pas. J'ai déjà donné mon avis sur la question, je ne vais pas me répéter. 

    PLUVIGNER23012016 (82).JPG

    Je lui préfère celle-là située en face de l'autre côté de la place sans nom :

    recensement des cabines,cabine,cabine téléphonique,pluvigner,2016

    Autre détail amusant : à quelques mètres de la cabine, je suis tombé sur une vieille enseigne fermée depuis le dernier succès de Julie Pietry et qui m'a rappelé bien des souvenirs. Il s'agit de Sermo et quand j'étais petit, les gérants de Sermot faisaient comme les fromagers Saint Môret : ils parcouraient la campagne avec leur vieux camion et n'avaient aucun mal à refourguer leurs fringues démodées à des gens qui n'avaient pas le temps d'aller faire les magasins le samedi. Combien de bluejeans et de sous-pulls ai-je porté achetés chez Sermo (mais pas forcément celui de Pluvigner) !

    PLUVIGNER23012016 (78).JPG

    Pluvigner (56330), Morbihan, 7300 pluvignois,  maire : Gérard Pillet , reportage réalisé le 23 janvier 2016 en milieu d'après-midi. temps triste et suspendu au dessus du vide. 

    Loïc LT 

  • recensement des cabines # 37 Le Croisty (Morbihan 56)

    En ce 02 janvier 2016, après avoir quitté Saint-Caradec-Trégomel, je file vers le terminus de ce périple insensé qui ne restera pas dans l'histoire de l'humanité. Le bourg terminal s'intitule Le Croisty et je sais qu'il dispose d'une cabine (enfin, juste un combiné public) puisqu'un compatriote habitant les lieux m'avait envoyé il y a quelques mois la chose en MMS. J'ai profité de cette incursion dans ce village improbable pour prendre rendez-vous avec ledit compatriote. Arrivé sur zone, je l'appelle et il m'informe qu'il rentre de Pontivy où il est allé acheter un paletot en laine sans manches. 

    Je l'attends donc dans au bar La Source où je commande une bière. Tout en la dégustant, une inquiétude me taraude : après avoir garé ma Talbot, je me suis rendu à l'endroit où se trouvait le mobiphone sur la photo mais il n'y était plus. Une fois de plus donc, Orange me devance, l'objet ayant sans doute été expulsé dans la stratosphère en pleine nuit pour ne pas inquiéter les habitants. 

    LECROISTY0201156 (3).JPG

    Je regardais par la vitrine la nuit tomber sur le bourg. Dans le bar, quelques contribuables buvaient de l'eau et un chat dormait sur des prospectus intéressants. 

    LECROISTY0201156 (27).JPG

    Mon ami, camarade syndiqué anarchiste de droite dans le genre zadiste m'a rejoint et j'ai fini la soirée chez lui où il m'a confectionné une quiche pensant pouvoir m'égaler dans ce domaine. Sa quiche sans lardon était très bonne mais je me passerais de faire toute comparaison. 

    Concernant la cabine, ne retrouvant pas le MMS, j'ai dû faire appel aux services de GoogleMaps qui a le privilège d'avoir quelques années ou mois de retard. Comme de fait, le mobiphone est bien présent sur le site. On le distingue coincé entre deux panneaux d'affichage sur le pignon d'une taverne au nom breton. 

    croisty2.jpg

    Avant de rentrer dans le bar, j'avais quand même un petit tour de ce village armoricain peuplé de 742 croistyates. Mais comme pour les autres, j'ai fait du fast-report mais j'étais anémié et je me suis même demandé si tout ça avait un sens. La mairie ne ressemble à rien, a dû être construite dans les années 70 et gâche un peu l'harmonie minérale du Croisty. Contrairement à beaucoup de mairies, un seul drapeau orne l'entrée, l'européen et le Gwenn Ha Du étant absents. 

    LECROISTY0201156 (7).JPG

    Le maire du Croisty, Bruno Lavarec est sans étiquettes, c'est à dire qu'à chaque fois qu'il achète un vêtement, il retire toutes les étiquettes. Par ailleurs, il tient la boulangerie de la trève du Croisty, une bien belle boulangerie devant laquelle était hélas garée un 4X4 électrique. 

    LECROISTY0201156 (19).JPG

    Je suis toujours attiré par ses vieux panneaux de signalisation qui sont restés en place, car comme de fait, ils indiquent toujours la bonne direction car même si le temps passe, un bourg qui se situait à l'ouest se situe toujours à l'ouest. Le temps ne change pas l'emplacement des villages.  On notera la présence de Guémené que j'ai visité, de Rostrenen (Finistère) et de Saint-Tugdual  où j'ai l'intention d'aller le 30 février (et oui 2016 est bissextile). 

    LECROISTY0201156 (13).JPG

    Je me n'excuse pas du flou des photos. La nuit tombait sur le village et je n'ai que cet extrait de l'église Saint-Jean-Baptiste à vous montrer. Je ne sais pas si elle peut accueillir 742 personnes et si des chauve-souris y ont trouvé refuge. Je n'avais plus le temps de poser de questions. 

    LECROISTY0201156 (15).JPG

    Ce restaurant sans nom ne paye pas de mine et je soupçonne même qu'il soit fermé. Encore un endroit où Beauchamp peut trouver refuge. Je ne comprends pas pourquoi les gens recherchés ne pensent pas à ce centre Bretagne qui compte des milliers de commerces et de maisons délabrés dans lesquels personne n'a mis les pieds depuis le dernier succès de Thierry Pastor. Ce sont  franchement des planques idéales. 

    LECROISTY0201156 (23).JPG

    Je ne suis pas exhaustif, c'est même un peu désolant pour une fin de parcours. Le bouquet final se termine en queue de poisson.  Mon appareil photo était fatigué et moi aussi. Heureusement qu'ensuite j'ai passé une agréable soirée avec mes amis libéraux. Adieu Le Croisty, au revoir le 02 janvier 2016. Je repartirai en vadrouille en cette année prometteuse vers d'autres bourgs encore plus paumés...si si, ça existe. 

    Le Croisty (56540), Morbihan, 742 croistyates,,  maire : Bruno Lavarec, reportage réalisé le 02 janvier 2016. temps doux et suspendu. 

    Loïc LT

  • recensement des cabines # 35 Kernascléden (Morbihan 56)

    Avant toute chose, je tiens à dédier cette note à ma soeur ainsi qu'à ma défunte grand-mère, ma soeur m'ayant dit que lorsqu'elle allait chercher notre grand-mère âgée de 92 ans dans la maison médicalisée de Lignol (elle souffrait d'alzheimer) pour partir en piste dans les environs, le bourg de Kernascléden était un passage obligé. Je n'ai pas trop compris pourquoi mais je tenais à le souligner.

    Donc dans ce fameux périple du 02 janvier 2016, après avoir visité le fantomatique Lignol, me voici un peu plus au sud-ouest dans le bourg de Kernascléden où je l'avoue d'emblée, je ne suis pas resté 10 minutes. D'ailleurs, tout se mélange dans mon esprit. Heureusement que le lendemain, j'ai eu la bonne idée de classer les photos par bourg sinon je me serais perdu. Tous ces villages du centre Bretagne se ressemblent tant, par leur côté désert et  par leur architecture. 

    Bon, Kernas possède une cabine également. C'est presque tout ce qui reste à ces misérables bourgs ! Je n'ai pas pris la peine d'aller voir si elle fonctionnait. Elle se situe dans un pignon entourée de lauriers qui doivent la cacher en été. Elle sera expulsée dans l'espace comme les autres. Dans quelques années, des milliers de cabines tourneront en orbite autour de la Terre. C'est quand même un merveilleux destin pour ces téléphones où des humains se sont échangés des propos de toutes sortes, des déclarations d'amour ou des propos haineux. Si on pouvait condenser dans un livre tout ce qui s'est dit dans les combinés des téléphones des cabines, on pourrait reconstituer une histoire de l'humanité originale. 

    DSC01837.JPG

    Kernascléden est surtout connu (enfin un peu connu) pour son église Notre-Dame, datant du XVe siècle et classé monument hystérique depuis 1857. La famille de Rohan n'est pas étrangère à cette construction que l'on surnomme la chapelle au mille clochetons, parait-il. A ce que j'ai pu voir vite fait, c'est une église très chargée, il n'est pas un pan de mur sans une sculpture ou une fantaisie quelconque. Stop, j'ai dépassé mon quota de propos religieux. 

    DSC01846.JPG

    Sinon, au risque de vous ennuyer, voici une rue de Kernascléden, copier-coller d'une rue de Lignol (que pas une voiture n'a traversé depuis mon départ).

    DSC01851.JPG

    Voici un joli puits en pierre. Carla va être contente ! Quand il n'y aura plus de cabines, pourquoi ne pas commencer un recensement de ces puits typiquement bretons. Au moins, eux, même s'ils sont devenus inutiles (le système de poulie n'existe plus sur la plupart de ces monuments) mais ils ne seront pas expulsés dans l'espace parce qu'ils sont lourds déjà et parce que les bretons y sont attachés car ils symbolisent une histoire pas si ancienne que ça, c'est à dire avant l'arrivée de l'eau courante dans les habitats qui doit dater de la première partie du XXe ou même plus tard pour certains trous du cul. 

    DSC01833.JPG

    On peut se sustenter à Kernas dans cette crêperie où je n'ai pas pu m'empêcher de noter une faute d'orthographe sur l'enseigne (gâteaux breton). Pardon monsieur le crêpier, vous qui avez la bravoure de tenir un commerce en ce lieu, vous ne méritez pas qu'on chipote sur des détails. Longue vie à la crêperie Le Fournil et ces gâteaux breton !

    DSC01832.JPG

    En plus de manger des crêpes, le kernascléen peut, à défaut d'avoir accès à l'eau du puits s'abreuver au Charly's, un bar qui doit être tenu par des anglais ( à savoir : importante communauté anglaise dans le centre Bretagne).

    DSC01831.JPG

    Une photo de la terrasse trouvée sur le site du bar montre que l'on n'a pas à faire à un bar quelconque. On ne peut qu'être impressionné par le courage de ces tenanciers ayant acheté et rénové un commerce ici. 

    hhhfhf.jpg

    A droite de la photo, on distingue l'enseigne du musée de la chauve-souris, musée qui doit son existence au fait que l'église compte une importante colonie de chiroptères. En tout cas, une chose est sûre, l'église abrite plus de chauve-souris que de pèlerins même le jour du grand Pardon !  

    KERNAS020116 (22).JPG

    Je quitte Kernascléden à 16h10 et profite d'un magnifique coucher de soleil. Ce bourg ne fut pas si inintéressant que ça, dommage que je sois si pressé. 

    KERNAS020116 (27).JPG

    Adieu Kernascléden (ou alors, un petit restau en amoureux au Charly's envisageable ?). Direction Saint-Caradec-trégomel. On remonte vers le nord. 

    Kernascléden (56540), Morbihan, 460 kernascléens, 2300 chauve-souris,  maire : Jean-Jacques Tromilin, reportage réalisé le 02 janvier 2016. temps doux. 

    Loïc LT 

  • recensement des cabines # 34 Lignol (Morbihan 56)

    Après Guémené-sur-Scorff, je prends la direction de Lignol, soit 7 petits kilomètres qui ne me laissent pas le temps de me remettre de rien du tout. Je suis resté à Lignol tellement peu longtemps que j'en garde un souvenir diffus. En plus, c'est un bourg totalement neutre, je n'y ai pas vu âme qui vive. C'était comme un bourg fantôme. Le seul véhicule qui circulait était ma Peugeot. Malheureusement pour moi, parce que j'aurais bien aimé continué mon chemin sans m'arrêter, Lignol dispose d'une cabine. Elle ne fonctionne plus, n'a plus de combiné. L'objet est inutile et moche et devrait bientôt être expulsé dans l'espace selon un procédé dont seul Orange a le secret. 

    LIGNOL020116 (8).JPG

    La voiture, au fond sur la gauche, c'est la mienne. S'il y a des gens qui vivent dans ce bourg, je devine que des rideaux ont du bouger afin de satisfaire une saine curiosité. C'est qui ce zigoto qui s'arrête pour prendre en photo une cabine qui ne fonctionne pas ? 

    Le bourg n'est pas sans charme à qui aime les vieilles pierres et les villages fantômes. De Lignol, on peut se rendre à plein d'endroits comme Guémené, Persquen, Ploerdut vers le nord, Bubry vers le sud-est. Je n'irais pas jusque dire que Lignol est en ce sens un point névralgique, ce n'est pas mon genre d'exagérer. 

    LIGNOL020116 (2).JPG

    Cette photo aux belles proportions nous montre un ancien commerce disposant d'un balcon à côté du quel on distingue le bâtiment de ce qui était l'école des garçons comme indiqué sur le fronton. 

    LIGNOL020116 (14).JPG

     Je ne me souviens plus s'il y a un commerce d'ouvert à Lignol. Je crois qu'il y a une sorte de boulangerie-supérette mais je l'ai pas trouvée, disons que je n'ai pas fait beaucoup d'effort non plus. 

    LIGNOL020116 (11).JPG

    Je reviens sur ce que j'ai dit : le bistrot chez nous est ouvert (pas au moment où je suis passé) comme l'atteste son site internet qui met bien en valeur une bâtisse bien triste. Sur le site, on apprend que le restaurant est ouvert depuis janvier 2015 et que Chez Nous est un petit restaurant dans le Breton village de Lignol et que nous vous invitons de venir retrouver des amis et goûter des repas internationaux et délicieux. A priori, le restaurant est tenu par un couple d'anglais, on excusera donc le français approximatif. 

    LIGNOL020116 (22).JPG

    La pluie qui tombait du ciel à Guémené-sur-Scorff s'était calmée à Lignol mais de gros nuages menaçants et un crépuscule naissant plongèrent le bourg dans la pénombre. Ceci dit, pas une seule seconde, je n'ai cru que c'était la fin du monde. 

    LIGNOL020116 (26).JPG

    Si quelqu'un est intéressé par ouvrir un commerce, Lignol vous tend les bras. Celui-ci ne doit pas valoir très cher (mais doit demander quelques travaux) et n'est pas sans cachet. J'y vois bien une mercerie ou une chapellerie afin de vendre des chapeaux aux lignolais et faire de Lignol la cité du chapeau, comme Bécherel est celle du livre. D'autres chapelleries pourraient ouvrir par effet d'entrainement. La Bretagne intérieure a besoin d'initiatives originales si elle veut s'en sortir. 

    LIGNOL020116 (32).JPG

    Au revoir Lignol, à jamais sans doute. Direction Kernascléden situé à 5 kms.

    2016,recensement des cabines,cabine,cabine téléphonique,lignol

    reportage réalisé le 02 janvier 2016. Lignol (56160), zéro lignolais, maire : André Jaffré. temps doux. 

    Loïc LT