Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

abba

  • 2021

    C'était juste pour faire une note aujourd'hui. Pas envie de me fouler. 01.01.21. Ça fait beaucoup de 1. C'est une bonne chose.

                 

     

  • radiocassette 2015 : bilan partiel des écoutes

    musique2015bilan.jpg

  • la cassette d'abba

    Au début des années 80, mon père qui jusque là utilisait un vieux tourne disque qui se refermait façon valise acheta un radio cassette qui faisait également magnétophone. Il y avait un micro et une bandoulière et ça ressemblait  un peu à du matériel de journaliste. Cet objet me  fascinait de par sa fonction enregistrement et puis évidemment parce que nous n’avions plus besoin du gros tourne disque pour écouter de la musique. Nous étions abonnés à France Loisirs et mon père y achetait des cassettes de chanteurs français (Sardou, Moustaki, Brel etc). Il y a juste une exception à la règle : un best of d’Abba.
    Si mes souvenirs sont bons, cette cassette est arrivée courant 1982, c’est à dire juste après la séparation du groupe. Personnellement, je ne le connaissais pas. Il n’y avait pas de radio fm à l’époque ou alors elle était balbutiante. Avec ma soeur, on n’a pas mis longtemps à adopter ce groupe. Ma préférée était gimme gimme gimme avec son intro démentielle.
    Avec le recul, je me dis que cette compil était vraiment bizarre, avec des titres qu’on ne trouve plus dans les best of d’Abba aujourd’hui. Je pense que la séparation étant toute récente, il manquait à la maison de disque le recul des années pour bien identifier les chansons marquantes. Je me souviens  de 2 titres en particulier : under attak et the day before you came. Ce qui m’a donné envie d’écrire cette note, c’est que je viens de redécouvrir cette dernière, et je la trouve magnifique. Et je me rappelle que lorsque j’écoutais le best of en question, c’était celle que je trouvais la plus ennuyante. Cette chanson (dans laquelle Agnetha chante seule) est une ballade dans laquelle une femme raconte sa journée avant le retour de son amant (ou avant leur rencontre, je ne sais pas trop). C’est une journée comme les autres, qui suit sa routine. Sa vie est normale, sans temps mort mais le texte et la musique langoureuse laissent entendre qu’il manque une étincelle dans sa vie. Le jour avant que tu viennes était un jour comme les autres, ni plaisant, ni déplaisant. Il attendait jusque que tu arrives.
    Ce qu’il y a d’incroyable avec abba, c’est qu’en plus de mélodies imparables, les textes n’étaient pas vides de sens. Je m’en rends compte de plus en plus (parce que je me suis remis à écouter ce groupe en allant au taf). Ce groupe était vraiment touché  par la grâce.