Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

école

  • pétition contre la réforme des rythmes scolaires

    Attention événement : j’ai décidé de relayer une pétition lancée par un syndicat d’enseignants de gauche (le SNUipp-FSU). Il s’agit de dire non à la réforme des rythmes scolaires.

    J’ai toujours été opposé à cette usine à gaz dont seuls les socialistes peuvent avoir l’idée. Au nom du soi disant rythme chronobiologique de l’enfant, on décide de leur enlever la grasse matinée du mercredi matin...pour quoi en contrepartie, des journée d’école qui finissent plus tôt et qui se prolongent par une prise en charge diverse et variée par les communes, pendant moins d’une heure d’activité d’éveils. Au bout du compte, la journée de l’enfant n’est pas raccourcie et en plus il a de l’école le mercredi.

    Tour cela n’a ni queue ni tête, coûte cher aux petites communes et perturbe les enfants à qui on demande de changer de cadre pour finir la journée. C’est insensé ! Je n’arrive par à comprendre qu’un seul homme à savoir, Vincent Peillon, ait réussi tout seul à imposer une réforme aussi absurde sans que personne ne dise rien ou trop peu.

    Ma deuxième fille est en CE2 et n’est pas concernée cette année puisque comme les ¾ des communes, Camors a décidé, à juste titre,  de mettre en place cette déformation des rythmes scolaires à la rentrée 2014. Mais ensuite donc, logiquement si ça tient toujours, elle va devoir s’y plier.

    Mais je me demandais un truc :que se passerait-il si une commune refusait de s’y plier ? Il y avait bien avant cette ‘refondation’ (c’est comme ça qu’ils appellent ça en plus...vraiment n’importe quoi) des communes qui avaient des dérogations pour avoir le droit à des rythmes différents que le rythme officiel. Je transmettrais bien cette question avant la prochaine réunion du conseil municipal. Tout le monde serait gagnant : l’enfant déjà et avant tout, les enseignants (qui n’ont pas envie de bosser le mercredi, on les comprend), les parents (qui n’auront pas à supporter des enfants fatigués et énervés le soir) et les finances de la commune.

    Voilà pour ça.

    Sinon, je n’aime pas trop parler des faits divers mais j’ai une grosse pensée pour la petite Fiona. On a tous été choqué par cette affaire...je ne m’habitue jamais à l’idée que des êtres humains, des parents envers leurs enfants encore pire, puissent arriver à ce niveau d’horreur. Cela m’a d’autant choqué que sur la  photo que l’on voit sur la page facebook de sa mère, je trouve qu’elle a le même air canaille que Chloé au même âge.

    Loïc LT

  • Chic, c'était mercredi !

    Quand j'étais petit, tous les mercredis, il y avait dans le Ouest-France une page entière dédiée aux enfants intitulée 'chic c'est mercredi' (plus intéressante que la rubrique 'où sont nos navires ?' qui m'intriguait).  C'était ludique et coloré à l'image du mercredi. C'était chouette le mercredi. Et nos parents nous disaient qu'en leur temps, c'était le jeudi qu'il n'y avait pas d'école.

    C'était chouette le mercredi. En plus, c'était le jour où je recevais Perlin Pinpin, puis ensuite Fripounet. On bricolait, on jouait beaucoup dehors (car le mercredi il faisait souvent beau) et puis on regardait Tom Sawyer ou Maya l'abeille à la télévision.

    Aujourd'hui, je revis ce mercredi sans école avec me filles. Le mardi soir, quand elles rentrent, elles n'ont pas de devoirs à faire, elles peuvent enfin respirer, prendre le temps...elles trainent le soir...sans la menace du coucher à 9:00. On peut enfin discuter tous les quatre. La vie quoi. Le mercredi matin, quand je pars au boulot, elles ne sont pas encore levées...et le mercredi se déroule pour elles comme il se déroula pour moi. Jour de loisirs et de jeux dans la joie et le cocon familial. 

    Mais on veut leur supprimer ce jour chômé en les faisant bosser le matin...et il parait que c'est pour leur bien. Des 'chronobiologistes' l'affirment. Pourtant, cette coupure en milieu de semaine me semble essentielle. Obliger l'enfant à se lever 5 jours sur 7 à 7 heures, 6 heures pour certains, c'est trop. 

    Bon et ba je trouve ça dommage.

    Ma fille de 10 ans n'a pas d'école jeudi car son instit fait grêve. Je ne sais pas la raison mais je pense que c'est un mouvement contre cette réforme. Ah et puis tiens, pour une fois que je soutiens une grêve d'enseignants, ça valait bien une petite note.

    Loïc LT.

  • la poésie rentre dans la maison

    Je ne parle pas assez de poésie sur l’espèce de blog. C’est un fait que j’en lis très peu en ce moment. Mais je ne pars jamais en voyage ou en weekend sans un recueil dans mes bagages. J’ai besoin de savoir que j’ai de la poésie à portée de main.
    Mais depuis que Chloé sait lire et écrire, c’est grâce à elle que la poésie est présente dans la maison. Tous les parents connaissent ça. J’aime l’idée que l’on donne encore des poèmes à apprendre à nos chères têtes blondes (je déteste cette expression mais concernant Chloé, c'est vrai..elle m'est chère et elle est blonde -). J’aime entendre Chloé réciter sa poésie car, et pour ça je suis fière d’elle, elle ne récite pas bêtement sans comprendre, elle vit le texte. Elle pose des questions sur le sens. Ça me plait beaucoup..et maman lui fait réciter n’importe où, n’importe quand, dans le bain, en voiture, en cuisine ou avant le dernier bisou du soir.
    Pour demain, Chloé (qui est en CE2 à l’école publique des lutins) doit savoir ce poème de Pierre Gamarra intitulé mon cartable.


    Mon cartable a mille odeurs,
    Mon cartable sent la pomme,
    Le livre, l'encre et la gomme
    Et les crayons de couleurs.

    Mon cartable sent l'orange,
    Le bison et le nougat,
    Il sent tout ce que l'on mange
    Et ce qu'on ne mange pas.

    La figue, la mandarine,
    Le papier d'argent ou d'or,
    Et la coquille marine,
    Les bateaux sortant du port

    Les cow-boys et les noisettes,
    La craie et le caramel,
    Les confettis de la fête,
    Les billes remplies de ciel.

    Les longs cheveux de ma mère
    Et les joues de mon papa,
    Les matins dans la lumière,
    La rose et le chocolat.