Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

larmor-plage

  • recensement des cabines # 77 - Larmor-Plage (Morbihan)

    On n'est jamais aussi bien qu'à certains endroits. Dimanche 23 octobre, 09h00, il fait frais, la pluie menace et sur la place c'est le marché dominical. Je m'arrête furtivement devant l'étalage d'un vendeur de vêtements marins et la seule chose qu'il me dit c'est que c'est pas chinois. J'avais rien demandé moi mais cet argument de vente m'a paru inutile, déjà parce que je n'avais pas l'intention de lui acheter quoi que ce soit et ensuite, le fait que ce ne soit pas chinois ne veut pas dire que c'est français. C'est d'ailleurs ce que je lui ai répondu 'mais ce n'est pas français non plus ?'. Il me répond 'non, c'est portugais' et pour ne pas partir fâchés, je lui lance une réplique qui ne restera pas dans les annales de Larmor 'ba c'est européen, c'est déjà ça'. 

    Il faisait vraiment frais, le vent donnait du fil à retordre aux vendeurs du marché sans compter qu'un policier municipal contrôlait que tout ce monde était bien en règle. Il ne faisait donc pas bon vendre à Larmor-Plage en ce 23 octobre 2016. Alors on est rentré dans un bar (le Cytrus de mémoire) prendre un café et comme ils ne vendaient pas de croissants, je suis allé en acheter. Chemin faisant, j'ai revu la cabine près du Crédit Mutuel de Bretagne, celle que j'avais pris lorsque j'étais venu en mars voir MH Lafon.

    LARMOR PLAGE 08 03 16 (2).JPG

    Je ne me souvenais plus mais quelqu'un m'avait pris en photo. 

    LARMOR PLAGE 08 03 16 (9).JPG

    Après être revenu au café (dans lequel Prisca ne dansait pas sur la table) ,  elle m'a raconté, tandis que nous dévorions nos croissants et un far pour ma pomme,  qu'elle était venue à Larmor-Plage avec Chloé il y a quelques semaines, qu'elle avait vu cette cabine, qu'elle l'avait photographiée et qu'un autre type en faisait de même. Surpris par cette coïncidence, ils ont engagé une brève discussion et il s'avère que le mec la prenait en photo pour rappeler à la mairie que cette laideur n'avait rien à faire si près de l'église...qui le soir où je suis allé, brillait de mille feux. 

    LARMOR PLAGE 08 03 16 (10).JPG

    Il faut suivre hein ? Parce que j'évoque le présent et différents moments du passé....et encore ce n'est pas fini parce que j'ai pris mes plus belles photos de Larmor-Plage pendant l'été 2013. Mais je ne sais pas si j'aurai le courage de les mettre. Mais bon, donc, nous sommes au bar, croissant, far, grand café et vue sur le triste marché.

    recensement des cabines, cabine téléphonique, larmor-plage, océan atlantique

    Et préalablement, en arrivant dans la ville, Prisca m'a offert une cabine clé en main, une cabine qu'elle avait découvert lors d'un rencard avec un amant ou un autre truc dans le genre. Cette cabine se situe plus loin de la mer. C'est vraiment une chance qu'elle soit recensée ici parce qu'elle se situe dans un endroit où elle n'a rien à faire, où il n'y a rien à faire, rien à voir. On se demande parfois pourquoi des endroits existent. 

    LARMORPLAGE231016 (1).JPG

    J'ai pas envie de parler plus de ces édicules. Larmor-Plage vaut mieux que ça. C'est une station balnéaire très prisée par les pleugrifétois et accessoirement par les lorientais et anecdotiquement, plus vers l'est, beaucoup de  villas de luxe sont les demeures des joueurs du FC Lorient. C'est un brin cossu et le front de mer est magnifique. Je ne m'en lasse jamais. Lors des grandes marées, la mer vient s'abattre contre ces maisons des années 30 et régulièrement la presse se fait l'écho de quelques désagréments subis par ces bâtiments qui en verront d'autres. 

    LARMORPLAGE231016 (26).JPG

    En fouillant dans mes archives, je tombe sur cette cabine qui doit se trouver sur la promenade le long de la mer. J'avais complètement zappé celle-là. Photo prise le 22 juillet 2013, jour où je prenais mon pied dans l'océan Atlantique. Voyez comme mon visage respire le bonheur et les joies de la baignade. 

    22072013 (21).JPG

    22072013 (30).JPG

    Ce blog n'est pas un guide touristique. Tapez Larmor-Plage dans Google et vous aurez des photos à la pelle. Moi je vous dis juste que cette ville dispose de trois cabines, et que c'est assez rare pour si peu d'habitants (en hiver) et je vous dis aussi que ce 23 octobre 2016, on a bu un café très tôt le matin, ensuite, on a voulu aller se promener sur le bord de mer et il s'est mis à fortement pleuvoir alors on est rentré dans une librairie-papeterie où on a fait le plein de magazines et comme en sortant, c'était toujours pareil, je me suis proposé pour aller chercher le parapluie dans la voiture pendant que Prisca m'attendait à l'abri de la devanture de ladite papeterie. On était garé à 5 minutes devant cet immeuble à propos duquel on a échangé une discussion après s'être garé. Globalement, on était d'accord sur tout. L'architecture tient encore la route mais l'ensemble a besoin d'un rafraîchissement. Mais là, ce soir, en le revoyant, je me demande pourquoi on a tant causé d'un immeuble pas si moche que ça en fait. 

    LARMORPLAGE231016 (24).JPG

    Je suis revenu avec le parapluie troué mais à peine étions-nous sur le front de mer, déjà à chercher un restaurant pour déjeuner (alors que je n'avais pas encore digéré mon far) qu'il devenait difficile de marcher, de tenir le parapluie sans manche et de garder sa mauvaise humeur. Alors, on a quitté Larmor-Plage un peu amers. Cette note est à l'image de cette balade. Triste et terne. C'est bien aussi que l'écrit soit à l'image de l'état d'esprit. N'empêche qu'une note 'cabine' avec trois cabines....vous m'en direz tant. 

    LARMORPLAGE231016 (3).JPG 

    Loïc LT

  • rencontre avec Marie-Hélène Lafon (Larmor-Plage)

    Marie-Hélène Lafon ne fait partie de ces écrivains connus du grand public et elle ne fait pas partie non plus des goncourisables mais la dame, originaire du Cantal a fait son trou dans la littérature française, elle a trouvé une niche comme on dit et du coup a trouvé son public comme on dit aussi. J'ai lu deux romans d'elle : l'annonce (adapté au cinéma) et Joseph. La particularité de cette auteure est de décrire la campagne profonde, en l’occurrence ici le Cantal, ce que ne font pas beaucoup les autres écrivains français. A sa façon, elle est un peu la Annie Ernaux de la ruralité, même si, elle est romancière et non biographe. 

    MH LAFON LARMOR PLAGE 08 03 16 (11).jpg

    Elle était invitée ce soir par la médiathèque de Larmor-Plage (ma station balnéaire préférée), chose peu courante par ici et j'ai décidé d'y aller pour l'écouter évidemment mais avec la secrète intention de discuter avec elle après. On était à peu près 90 groupies dans la salle...dont 4 hommes ! On a compté. Elle est arrivée un peu en retard, plus coquette en vrai que sur les photos et n'a pas perdu de temps. J'ai moi-même posé deux questions que je retranscris à peu près ici :

    - Vous décrivez fort bien les petites fermes du Cantal qui fonctionnent à l'ancienne mais seriez-vous capable d'écrire un roman dont l'environnement serait celui d'une grosse exploitation laitière ou céréalière et par là-même décrire le malaise agricole (1 suicide tous les 2 jours) ? Elle m'a répondu que non, qu'elle ne pouvait écrire que sur ce qu'elle connaissait mais se souvenant de ma question, elle m'a interpellé quelques minutes plus tard pour lire un extrait d'un de ses essais où elle décrit avec poésie mais avec minutie le type de tracteurs-bolides qu'utilisent les cultivateurs de la Beauce. J'ai rebondi en lui répondant que si elle était capable d'écrire ça, elle était capable de faire un grand roman sur l'agriculture moderne. Elle m'a rétorqué qu'elle s'était beaucoup documentée sur les tracteurs (avait même appelé un ami je crois) mais qu'elle se voyait mal aller en immersion dans la ferme des mille vaches.

    - Votre livre l'annonce sorti en 2009 évoque le célibat des agriculteurs et le désir du fermier de trouver une femme via les petites annonces. Avez-vous même inconsciemment, été influencée par la célèbre émission de M6 ? L'assemblée a ri et elle a répondu que c'est une question qu'on lui pose souvent et que lorsqu'elle a écrit ce roman, elle ne connaissait pas cette émission (d'ailleurs, elle ne possède pas de télé).

    - Je lui ai fait une dernière petite remarque : avez-vous conscience que derrière le ton sérieux de vos romans, vous arrivez quand même à nous faire rire et presque plus qu'un auteur dont ce serait la marque de fabrique ? Je lui ai parlé des deux oncles muets qui regardent TF1 toute la journée dans l'annonce et de Joseph, qui, bourré comme un coing,  gare sa voiture au milieu du village, s'effondre sur le volant et met sans le vouloir en route le klaxon qui réveille toute la population, jusque ce qu'on vienne le sortir de cette mauvaise posture ? Elle acquiesce. 

    Elle a lu quelques passages (dont celui du tracteur qu'il faudrait que je retrouve), a répondu à d'autres questions et puis ensuite ce fut la traditionnelle séance de dédicaces. MH Lafon est plus déjantée qu'elle en a l'air. Il n'y a qu'à voir sa signature :

    DSC03867.JPG

    Je n'ai malheureusement pas pu discuter avec elle, parce qu'en bonne parisienne qu'elle est devenue, elle était pressée de rentrer (alors qu'elle venait juste d'arriver) et qu'il y avait trop de monde autour d'elle. C'était quand même une soirée sympathique et instructive. Excusez la médiocrité des photos, je n'avais que mon smartphone qui prend des photos pourries. 

    MH LAFON LARMOR PLAGE 08 03 16 (12).jpg

    On sent que ça bouillonne dans le cerveau de Marie-Hélène Lafon et qu'il faudra compter encore plus sur elle dans l'avenir ; elle a d'ailleurs laissé sous-entendre qu'elle n'allait pas forcément continuer à écrire sur la ruralité. 

    MH LAFON LARMOR PLAGE 08 03 16 (9).jpg

    Médiathèque de Larmor-Plage (Morbihan) , rencontre avec Marie-Hélène Lafon, 18h30/20h00, le 08 mars 2016

    Loïc LT