Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ouest-france

  • une belle séquence

    Il y a 15 jours à peu près, une journaliste de Ouest-France, reporter d'édition pour le secteur Hennebont-Gourin m'a envoyé un mail pour me dire qu'elle avait lu mon blog et qu'elle souhaiterait qu'on se rencontre. La trentenaire était intéressée par le sujet puisqu'elle venait de signer un article sur le devenir des cabines téléphoniques sur son secteur (que j'avais évoqué sur le blog). On s'est donc donné rdv mardi 9 février à Pont-Augan (où l'Evel se fait happer par le Blavet) et qui est l'intersection de 3 communes (Languidic, Baud et Quistinic) et surtout  où trône encore une cabine au bord des rives du Fleuve. Le patron du bar-restaurant au rendez-vous des pêcheurs avait eu la gentillesse d'accepter d'ouvrir plus tôt pour nous recevoir. L'interview a duré un peu moins de deux heures. C'était très cool et l'entretien détendu. Comment en aurait-il pu être autrement avec un tel sujet ! Ensuite, on est allé prendre la photo dans la cabine....Au final, ce mardi 16 février, j'ai le droit à un article en dernière page de OF (c'est à dire lisible dans toutes les éditions de OF), qui est conforme à ce que je voulais faire passer. 

    reportageOF.jpg

    Comme je l'avais dit ici, jamais je n'aurais fait la démarche auprès de OF mais puisque eux sont venus vers moi, je n'avais pas de raison de refuser. L'article évidemment ne reprend qu'une infime partie de ce que nous avons raconté mais qu'importe,  l'essentiel y est et la dernière phrase conclut en beauté un papier léger et décalé contrairement aux cabines qui sont lourdes et sobres... merci encore à Julie Schittly et à Ouest-France de m'avoir laissé une petite place dans ce qui reste quand même le quotidien le plus vendu de France.

    La belle séquence se referme mais la quête continue. Avec les jours qui rallongent, de nouveaux bourgs auront le droit à ma visite et d'autres badauds verront un "drôle d'oiseau" priés de le prendre en photo devant ces désuets édicules. 

    Loïc LT, 16/02/2016. 

  • recensement des cabines : le temps presse

    Je le savais déjà, il y a eu plusieurs articles à ce sujet mais le Ouest-France du jour en rajoute une couche...comme si ça leur faisait plaisir. Tout ça, c'est juste pour m'emmerder. J'ai l'impression qu'il il y a quelqu'un de haut placé que mon recensement insupporte....

    cabinedisp.jpg

  • le dilemme Ouest-France

    ouestDepuis quelques mois, je suis abonné au journal Ouest-France (qui je le rappelle est de loin le quotidien le plus vendu en France)  et donc tous les matins vers les 6 heures, le courageux porteur le glisse dans la boite à lettres. Souvent, je suis réveillé à cette heure-là et j'entends le quotidien qui tombe dans la boite. Mais étant abonné à la version papier, j'avais le droit à la version numérique pour 1 euro supplémentaire et j'ai donc pris cette option. Il faut savoir que la version numérique est identique à la version papier sauf qu'elle se lit sur tablette (ou pc mais moi c'est plutôt tablette). Et donc, vers les 6:30, quand je suis encore plus réveillé qu'à 6:00, je me saisis de la tablette qui est au pied du lit, je consulte vite fait mes mails (je n'en reçois quasiment pas) et ensuite, bêtement peut-être je télécharge et lis le Ouest-France bien au chaud sous la couette pendant que Patrick Cohen commence sa matinale sur Inter. L'avantage de la version numérique est qu'on peut choisir une autre édition que celle pour laquelle on est abonné. Par exemple, je suis abonné à celle d'Auray mais il en existe une trentaine d'autres. Parfois je télécharge celle de Lorient pour savoir ce qui se passe dans la ville aux cinq ports et parce que Languidic, la ville où j'ai grandi en fait partie. Cependant, la plupart du temps, je télécharge l'édition d'Auray.

    Mais je m'égare, je n'aurais pas dû vous parler de tout ça, beaucoup de lecteurs on sans doute déjà fuit. Ce que je voulais dire, c'est que téléchargeant le Ouest-France dans mon plumard, j'ai à peu près une heure pour le lire, j'ai le temps de repérer les articles intéressants et de faire le tour de la question. Le problème après est que lorsque je vais chercher la version papier dans la boite à lettres (comme ces petits vieux qui se lèvent tôt et donc la première mission est de sortir en robe de chambre chercher leur quotidien régional), la plupart du temps, je connais un peu près l'essentiel du contenu. Alors en buvant  mon vin rouge et en dévorant mon pain de seigle lors du petit-déjeuner, je l'étale sur la table histoire de...encore que ça me permet de partager certaines informations avec ma femme et mes deux filles mais personnellement, la version papier ne me sert personnellement à rien. Pour plaisanter,bien que la blague soit éculée, je vous dirais bien qu'il nous sert aussi à allumer le feu mais trop le disent en se croyant malin et donc je vais éviter. Par contre, je confirme que c'est allumant le barbecue qu'on tombe sur des articles très intéressants et qui nous avait échappés. 

    Vous me direz 'tu n'as qu'à t'abonner qu'à la version numérique' mais le souci est que la version numérique seule coûte plus cher que la version papier+numérique. 

    Conclusion : avec le tout numérique, on ne sait plus sur quel pied danser. J'ai vraiment envie de garder la version papier un peu comme pour perpétuer une tradition familiale mais concrètement, elle ne me sert plus à grand chose. 

    Loïc LT

  • grippe aviaire : un décès à Brest.

    grippe aviaire : un décès à Brest.

    C'était l'un des deux gros titres présents sur les affichettes de ouest-france qu'on trouve devant les maisons de la presse. Le titre laisse peu de place au doute : la grippe aviaire vient de faire sa première victime. J'ai vu ça ce matin en allant au boulot et j'ai été étonné évidemment puisque, bien que me foutant éperdument de l'actualité, je m'étais quand même laissé dire que la grippe a n'était en fin de compte pas si dangereuse, qu'elle ne nécessitait même pas d"hospitalisation.
    Etonné donc..mais sceptique avant tout.
    Scepticisme confirmé par un collègue qui ayant écouté les infos le matin m'apprend que en fait, non, la personne qui est morte était effectivement grippée mais qu'elle est décédée d'une autre maladie plus grave. Confirmation à midi en lisant l'article même du ouest-france (j'ai du prendre sur moi mais bon).
    Donc voilà un exemple flagrant de l'état du journalisme aujourd'hui en France. On ment impunément pour entretenir la peur parce que la peur fait vendre. Combien de gens voulant en savoir plus sur ce décès ont acheté le journal ? Pas mal je pense. Et puis, ces mêmes gens ayant été rassurés après la lecture de l'article ont gentiment refermé le journal et basta.

    Tout est comme ça avec les journalistes de ce début du XXIème siècle (parce qu'à mon avis, ils sont pire qu'avant et mondialisation oblige c'est pareil dans tous les pays) : faire peur, noircir le tableau et pour ce évidemment mentir, mentir et encore mentir. Le pire c'est qu'ils sont tous pareils, pas un pour rattraper l'autre..même France Culture que j'écoute régulièrement ne fait pas différemment. Ce sont les journalistes qui sont les premiers responsables de la crise économique, du réchauffement climatique, des émeutes en banlieue...parce que comme disait ce joli proverbe (J. et J. Tharaud, la randonnée de Samba Diouf) :

    "- c'est une fable que tu nous as racontée, dit avec mépris le berger Peuhl
    - oui, répliqua le chasseur de crocodiles, mais une fable que tout le monde répète ressemble fort à la vérité"

  • crise dans les médias.

    017a0f3c7edafdf6af349f7d5d508e20.jpgRégulièrement, je vous donnerai des exemples concrets de la désinformation dont est victime la population française, à qui les médias veulent faire croire que tout va de plus en plus mal, dans tous les domaines (l'idée du déclinisme est vendeuse). Exemple dans le Ouest-France (quotidien à priori sérieux s'il en est) du 01.07.08 :
    Les ventes de voitures neuves ralentissent en juin

    En juin, la progression des ventes de voitures neuves en France ralentît pour de bon : sa hausse n'est que de 1.6% par rapport à juin 2007. En mai, la hausse avait été de 7.1%, moins bien qu'en avril (15.5%). C'est ce qu'a mesuré le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA). Sur l'ensemble du premier semestre 2008, cela fait tout de même une progression de 4.5%, portée par le bonus écologique et de nouveaux modèles. "Une bonne surprise dans un contexte desinistrose des ménages français", juge un analyste de l'institut d'études économiques Xerfi.


    Mon commentaire : On est là en présence d'un exemple pur de désinformation. Le journaliste arrive à nous faire croire que les ventes de voitures neuves baissent..alors que les chiffres montrent le contraire. Non seulement, ils montrent le contraire mais en plus au regard des trois derniers mois, on peut dire que c'est quasiment l'euphorie. Les journalistes (de tous bords) considèrent le ralentissement d'une progression comme une baisse et ceci est valable lorsqu'ils parlent de l'immobilier ou du pouvoir d'achat.
    Il est donc fortement recommandé de prendre avec des pincettes les articles de presse, et surtout, et surtout, de ne pas s'arrêter aux titres, qui disent souvent le contraire du contenu de l'article (où les journalistes sont quand même obligés, bien malgré eux de faire part de la réalité des chiffres).
    Personnellement je ne lis plus la presse ni ni regarde les infos télé, sauf comme ça pour m'amuser ou me désespérer de constater à quel point on est manipulé (pour des raisons diverses et variées sur lesquelles il faudrait revenir).