Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

surréalisme

  • Tentative d'écriture d'un poème surréaliste.

    Canicule, 

    Je viens juste de ne pas me réveiller. Du balcon mouvant, je vois des gens qui montent la rue à reculons éjectant des poussettes en papier. Les pierres des murs ne parlent pas, n’en déplaise à Guillevic, mais elles sont moites et ont si chaud qu’on pourrait les modeler pour en faire des poupées en bois.

    Sur les toits qui s’effondrent avec panache, des armées de volatiles forment des bataillons avant de se lancer sur les bipèdes venus de Skagen et de Kungsbacka.

    L’église romane dont on voit une excroissance défier les falaises se transforme en une espèce d’immense bidet magnifique ce qui ne provoque pas l’étonnement de tous ces idiots scandinaves qui marchent désormais en avant mais à quatre pattes.

    A Balazuc, quand il fait chaud, c’est ainsi que ça se passe...ou pas.

     

    Loïc, le 08.07.2017, Balazuc.

    DSCN4015.JPG

  • CR72 - le paysan de Paris - Louis Aragon

    419MENH385L._SL500_AA240_.jpgTout est magique avec Aragon : la moindre vitrine banale, un reflet de lumière, un métier manuel, une impasse etc. Ce livre merveilleux est une suite de réflexions métaphysiques, philosophiques et surréalistes enrobées de poésie.
    Mais la notion précisément développée dans le paysan de Paris (paysan dans le sens "habitant le pays de Paris" ou aussi dans le sens où tel un paysan débarquant dans la ville, le poète s'émerveille de tout) est celle de mythologie moderne : l'architecture urbaine a remplacé les églises, et parce que tout dans les villes obéit à des règles fonctionnelles, le passant peut alors laisser libre cours à son imagination et voir telle chose derrière telle autre (par exemple une mosquée derrière une usine, une école de tambours faite par des anges, des calèches sur les routes du ciel, un salon au fond d'un lac (celui des buttes-chaumont !)..ah non, ça c'est un autre mais Aragon quelque part rappelle Rimbaud et son Alchimie du verbe.


    Ces idoles ont entre elles une parenté qui les rend redoutables. Bariolés de mots anglais et de mots de création nouvelle, avec un seul bras long et souple, une tête lumineuse sans visage, le pied unique et le ventre à la roue chiffrée, les distributeurs d'essence ont parfois l'allure des divinités de l'Egypte ou de celles des peuplades anthropophages qui n'adorent que la guerre. O Texaco motor oil, Eco, Shell, grandes inscriptions du potentiel humain ! bientôt nous nous signerons devant vos fontaines, et les plus jeunes d'entre nous périront d'avoir considéré leurs nymphes dans le naphte.


    L'idée de Dieu est un mécanisme psychologique. Ce ne saurait en aucun cas être un principe métaphysique. Elle mesure une incapacité de l'esprit, elle ne saurait être le principe de son efficience.


    Une sorte de manifeste du surréalisme. Littéralement jubilatoire.

    note : 4/5
    lecture du 26.01 au 30.01.09
    à venir : le rivage des Syrtes, Julien Gracq