Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

julien gracq

  • CR270 : au château d'Argol - Julien Gracq

    product_9782070111626_180x0.jpgAu château d’Argol ouvre le tome 1 de la pléiade consacrée à Julien Gracq, un auteur dont je n’avais lu qu’un seul roman...et quel roman. Ecrit en 1938 et refusé par Gallimard avant d’être accepté par José Corti, c’est aussi le premier roman de l'auteur qui a déjà quand même 29 ans.

    J’avais lu le rivage des Syrtes dans un livre publié chez José Corti chez qui si j’ai bonne mémoire, il faut toujours séparer les pages au couteau...du coup quand on est encore à ça, je ne me pose même pas la question de savoir si cet éditeur dispose d’un département ‘ebooks’. Autant demander à une quincaillerie de se doter d’un site internet.

    Argol est décrit comme un château de type médiéval perché sur une falaise rocheuse au milieu d’une forêt armoricaine à l'extrémité du Finistère. On ne sait pas trop quand l’action se situe mais j’opterais pour le 19e siècle. Sur les conseils d’un ami, Albert, le héros de cette histoire hilarante, achète ce château et il y arrive un jour sans armes ni bagages et est tout de suite envoûté par cette bâtisse imposante.

    Au début, on a plus ou moins dans l’idée qu’on va lire un roman assez conventionnel d’autant que les descriptions du château et de la nature environnante abondent. Les choses se compliquent lorsqu’Albert reçoit la visite de son grand ami Herminien (une sorte de Gambetti en moins fantasque). Ce dernier est accompagné d’une fille prénommée Heide (à qui j’ai donné le visage de l'actrice Jean Seberg). Herminien et Albert entretiennent une grande complicité intellectuelle et philosophique en particulier et mènent des discussions interminables. Heide y participe vaguement. De toute façon, on a bien compris que sa raison d’être dans cette histoire est de foutre le bordel. C’est le troisième élément, l’intrus, la femme et la fin des haricots.

    Subrepticement, le roman glisse vers le surréalisme et les balades en forêt se transforment en quête mystique . Les trois tristes lurons après une baignade suicidaire en mer perdent de la consistance pour devenir comme des esprits. On ne sait pas trop si Albert tombe amoureux de Heide, on ne comprend pas trop le comportement de Herminien. Un jour, alors que le conflit cordial bat son plein,  les deux amis se retrouvent dans une chapelle nichée dans la forêt et Herminien se met à jouer de l’orgue. C’est un moment clé du roman mais je ne saurais dire en quoi. Ensuite, Albert retrouve Heide nue et blessée au bord d’une rivière et Herminien qui s’était absenté revient et se fait mal en descendant de son cheval.

    Mais qu’importe, le récit se défait des faits et flotte par delà les landes et les rivages avant de se faufiler dans les couloirs sombres du sinistre château. Puis les corps se fragilisent  et les trois tristes s’affaiblissent, le huis clos se termine mal mais on est presque soulagé que cet enfer armoricain se termine.

    Je signale à toutes fins utiles que ce roman comprend des descriptions interminables..mais admirables et qu’il ne contient aucun dialogue. Le tout donne l’impression que l’auteur a voulu, pour son entrée en littérature, en mettre plein la vue.

    Pour l’anecdote, si le château d’Argol est sorti de l’imagination de Gracq, le bourg d’Argol situé à l’entrée de la presqu’île de Crozon existe bien et selon wikipedia signifierait ‘en perdition’.

    Globalement, je déconseille fortement à mes 3 millions de lecteurs, la lecture de ce déroutant mais trop ennuyant roman.

    L’année commence tristement sur l’espèce de blog...avec ce compte rendu glauque à souhait et les événements récents qui me laissent encore complètement prostré.

     

    lecture : janvier 2015, la pléiade tome 1. note : 2/5

     

    Julien-Gracq-Au-Chateau-dArgol.jpg 

    J'ignore qui a peint cette aquarelle représentant le château en question. Cliquer juste sur l'image pour accéder au site. 

    Loïc LT

  • CR73 - le rivage des Syrtes - Julien Gracq

    syrtes.jpg

    mot de l'éditeur : Aldo, à la suite d'un chagrin d'amour, demande une affectation lointaine au gouvernement d'Orsenna. S'ensuit alors la marche à l'abîme des deux ennemis imaginaires et héréditaires.

    Les pays comme les civilisations sont mortels. C'est à ce fascinant spectacle que Julien Gracq nous convie ici. Cette insolite histoire de suicide collectif laisse une subtile et tenace impression de trouble.

    mon avis : Le Rivage des Syrtes est une sorte de roman blanc où circulent des vents arides, des rumeurs infondées, des propos diplomatiques et des âmes qui s'ennuient et où l'on attend en vain que quelque chose se passe. Et si ce quelque chose était la résurgence d'un conflit ancestral entre Orsenna et le Farghestan, discret ennemi dont on devine les côtes depuis le rivage des Syrtes ? Aldo , jeune homme d'une grande famille est envoyé sur les lieux en qualité d'observateur et ressent très vite comme une rumeur évanescente, des indicibles bruits de fond et même une lumière différente enveloppant la lagune qui termine le territoire d'Orsenna. Il va faire, avec Le Redoutable, une brève incursion dans les eaux ennemies, incursion qui sonne comme une provocation puisqu'on lui répond par trois coups de canon. Mais le roman se termine comme il commence : dans l'atonie des palais d'Orsenna.

    Ce roman n'est pas sans rappeler le château de Kafka où l'intrigue minimale ne semble pas justifier le roman. Mais je trouve que dans les deux cas, c'est ce qui fait leur grandeur. Car, finalement, c'est un peu facile que de retenir le lecteur par des histoires étonnantes, avec des coups d'éclat, des rebondissement etc. Ce n'est peut-être pas à la portée de tout le monde que d'écrire un roman et  ce n'est pas à la portée de tout écrivain d'écrire un roman inconsistant.
    Mais aussi ténue soit-elle, il y a quand même une histoire dans le Rivage des Syrtes. Ma lecture personnelle est qu'Orsenna est peu l'image de nos nations occidentales : au fin fond de l'histoire, la vieille Europe s'invente des maux pour ne pas sombrer dans l'ennui.
    Le style est parfait, fait de longues phrases qui tombent comme autant d'évidences. une merveille.

    extraits. sur l'espèce de guerre (p14 et 15) :


    Les années s'accumulant d'une guerre aussi accommodante, on en vint peu à peu, à Orsenna, à considérer tacitement l'idée même d'une démarche diplomatique pacifique comme un mouvement immodéré, comportant quelque chose de trop tranché et de trop vif, qui risquait de retourner malencontreusement dans sa tombe le cadavre d'une guerre malencontreusement mort de sa bonne mort. La liberté extrême que donnait cette issue indéterminée d'exalter sans démenti les grandes victoires et l'honneur intact d'Orsenna était d'ailleurs un garant de plus de la tranquillité générale ; les derniers soupirs guerriers trouvaient leur exutoire à l'aise dans les fêtes qui continuaient à célébrer l'anniversaire du bombardement. [...]

    Ranimés ainsi subtilement dans les vers des poètes, il était significatif de remarquer que même la langue morte des actes officiels, de tous les jours s'employait au mieux, de son côté, à conserver intactes les cendres de ce cadavre historique ; ainsi on n'avait jamais consenti à la Seigneurie, sous un précieux prétexte de logique, à changer un mot au vocabulaire du véritable temps de guerre : la côte des Syrtes demeurait, pour les bureau "le front des Syrtes" - "flotte des Syrtes", les misérables carcasses que j'avais fonction de surveiller - "étapes des Syrtes", les bourgades qui jalonnaient de place en place la route du Sud. [...]


    On pouvait considérer assez rêveusement, à la lueur de ces vagues indices, que l'inachèvement même de cette guerre, signe en réalité d'une chute de tension sans remède, était l'essentielle singularité qui nourrissait encore quelques imaginations baroques - comme si une conspiration latente se fût ébauchée çà et là de mains obstinées encore à tenir absolumententr'ouvertes les lèvres prêtes à se sceller d'elles-mêmes de l'événement - comme si l'on avait chéri là inexplicablement  l'anomalie bizarre d'un événement historique mal venu, qui n'avait pas libéré toutes ses énergies, n'avaient pas  épuisé tout son suc.

     

    lecture du 01.02 au 09.02.09, note : 4.5/5.