Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Fanny Chiarello dispose d'un blog

    fanny.jpgJe me souviens de Fanny Chiarello sur le plateau de la grande librairie. Elle était rayonnante. Et ce n'est pas de sa beauté  dont je voulais vous parler (elle m'en voudrait). Elle tient un blog borderline et désopilant et où elle exprime et elle prend beaucoup de photos d'endroits bizarres er fantasmagoriques  où personne n'irait. . En 2015, j'ai donc lu un livre de Fanny Chiarello qui s'intitule dans son propre rôle que j'avais beaucoup aimé puisque je lui avais infligé un 4/5 (parce qu'il faut savoir que je suis plus sévère que Télérama).

    Donc, les présentations étant faîtes, passons aux choses sérieuses. Elle continue à écrire depuis 2015 et son dernier opus date de 2019 et répond au nom de le sel de tes yeux (wikipedia n'est pas à jour) et traite de l'homosexualité. Je regarde vite fait s'il est paru en numérique. C'est bon, il est disponible pour 12€, ce sera ma prochaine lecture. A noter quand même que Françoiz Breut l'a mis dans son top10 pour le titre  a happy woman. Du coup, en fait, voilà, j'ai demandé à Françoiz de me donner le mail de Fanny mais elle ne l'a connait pas.

    Je baratine beaucoup pour dire que je voulais qu'elle me fasse un top10. C'est pas gagné et surtout elle écrit sur son  blog qu'elle n'aime pas ce genre d'exercice. Et je vais avoir du mal à la contacter. Elle a bien un compte twitter @FannyFhiarello mais il n'y a pas mis les pieds depuis 2015.

  • le 25e

    ber.jpgJe lui ai demandé par mail, j'attends la réponse mais j'aimerais que ce soit Bernard Lecomte qui soit le 25e à remplir la liste. Ancien journaliste à la Croix (service étranger), grand reporter à l'Express, rédacteur en chef du Figaro Magazine, il tient aujourd'hui un blog dont je suis fidèle. Pour aller faire un tour, cliquez ici

    Il est particulièrement intéressé par le catholicisme, le communisme et la Russie. Il a écrit de nombreux essais sur ces sujets.

    Il habite en Bourgogne et ne rate jamais une occasion de le faire savoir. Alors Bernard, entre deux balades automnales, pourriez vous établir une petite liste de dix  romans-fictions (pléonasme, où je sais mais je tiens à le préciser car j'ai reçu trop d'essais) qui vous ont marqués (français/étranger - auteur mort ou vivant)

    Mon blog

    Recette de son blog : pertinence, sens de la formule et humour.

    Bien à vous,

    Loïc

  • Françoiz Breut fait des dessins

    Ce livret Collector composé de 12 dessins originaux de Françoiz Breut accompagne l'édition originale du vinyle de l'album ZOO.

    Il est tiré à 100 exemplaires numérotés et signés de 1 à 100. L'ensemble de ces exemplaires constitue l'édition originale.

    Achevé d'imprimer sur les presses de l'imprimerie Dereume à Drogenbos en février 2016.

    Exemplaire n°15.

    (avec une signature manuscrite de F : Françoiz Breut 216.

    DSC02019.JPG

     

     

     

     

     

     

  • les romans de la vie #24 - Karine G

    juste.jpgJ'ai connu Karine G dans un hôtel pas loin du Golfe du Morbihan. Comme elle et moi étions amenés à rester quelques temps dans l'établissement, on a fini par faire connaissance et on allait faire des footings, moi pour perdre du poids, elle pour garder la forme. Et puis, il a fallu partir et évidemment, on est devenus amis sur facebook. Et ce soir ou hier, je me rappelle plus, je lui ai demandé de faire cette fameuse liste de dix livres. Comme elle ne lit que des polars, elle était un peu réticente au début mais je lui ai dit peu importe que ce soit des polars. J'ai pas interdit de mettre des polars dans les listes. A ce propos, je m'étonne de ne pas avoir encore vu les dix petits nègres. Il y a quelques temps, une idée m'est venue à propos de ce roman. J'abrège. Les gens meurent les uns après les autres mais ça n'empêche pas les survivants de regagner seuls leur chambre le soir. La logique voudrait qu'ils restent tous aux aguets dans le salon. Mais non, il faut qu'il regagnent leur chambre la fleur au fusil. Oui mais sans ça, le roman aurait été impossible. Il faut donc suspendre son incrédulité comme disait Sharon Stones dans Basic Instinct, le seul film qu'elle ait fait dans sa carrière.

    De toute façon, je ne sais pas pourquoi je vous parle de ça puisque Karine n'a pas mis  les dix petits nègres dans sa liste. Elle a dû se creuser les méninges pour arriver à dix mais elle y est arrivée. Dans sa liste, il y a juste une ombre de Karine Giebel, un polar de haute voltige, le polar absolu sans artifices. Je vous le conseille fortement. Il faudrait que j'en parle à Julie Schittly qui a encore commis un bel article aujourd'hui. Elle ira loin cette fille, c'est moi qui vous le dis.

     

    ps : il n'y a pas erreur, celle qui m'a donné cette liste s'appelle bien Karine G...comme l'auteur du roman

     

     

    l'âme du monde - Frédéric Lenoir

    les quatre accords tolteques - Don Miguel Ruiz

    ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une - Raphaëlle  Giordano

    la fille du train - Paul Hawkins

    le jeu de l'amour et de la perfection - Nathalie Bridonneau

    juste une ombre - Karine Giebel

    da Vinci Code - Dan Brown

    Ensemble, c'est tout, Anna Gavalda

    les yeux jaunes du crocodile - Katherine Pancol

    les hommes viennent de mars et les femmes de Vénus - John Grey

  • les romans de la vie #23 - Thierry Laruelle

    PTO.jpgBon, avec le groupe Proust, j'ai trouvé un bon filon. Mais comme je disais, cela va favoriser Proust. Comme je n'ai pas grande chose, parlons de MOI, Loïc Le Tortorec né à Hennebont le 12 mai 1973. Mes parents vivaient dans une ferme à Berloch en Languidic. C'est dans ce village que j'ai grandi. Je passe sur l'enfance et l'adolescence. Je crois avoir déjà parlé de l'armée. J'ai profité qu'on n'avait rien à foutre pour lire La Recherche. Ensuite, jusqu'aujourd'hui, je relis des romans au hasard. Le dernier est Sodome et Gomorrrhe il y a quelques mois. Ce qu'il y a de bien avec Proust, c'est qu'on peut le relire sans fin et c'est toujours le même plaisir. Je dispose évidemment toute la Pléiade mais je ne les sors jamais. Je lis soit en poche soit sur liseuse. Sinon, ce que j'aime dans la liste de Thierry, c'est que enfin Patrick Modiano et James Ellroy apparaissent.

    Longtemps, je me suis couché de bonne heure, ça va inspire quoi, y voyez vu comme un jeu de mot ?

     

     

    La liste de Thierry Laruelle (membre du groupe Proust)

     

    - à la recherche du temps perdu - Marcel Proust

    Absalon - William Faulkner

    l'œuvre au noir - Marguerite Yourcenar

    la vie mode d'emploi - Georges Pérec

    Nostromo - Joseph Conrad

    les liaisons dangereuses - Choderlos de Laclos

    l'amant de la Chine du nord - Marguerite Duras

    un roman de Modiano

    le quatuor de Los Angeles*

    en l'absence des hommes - Philippe Besson

  • les romans de la vie #22 - Hassan Midjou

    steinbeck.jpgEtrange, un fan de Proust qui ne met pas Proust dans sa liste. Peut-être qu'il pense que c'est tellement évident qu'il ne la pas mis. Par contre, il y a trois Steinbeck, deux Zola (j'ai lu tous les Zola...sauf la débâcle). Dostoïevski apparait pour la première fois. Cet immense auteur a dû attendre la 22e liste. En tout cas, cette liste, c'est du lourd. Ça envoie du bois comme on dit même si je regrette un peu qu'il y ait trois Steinbeck. Sinon, j'attends toujours la liste de Julie Schittly car  j'ai besoin d'une liste d'un journaliste. A la limite je peux demander à Bernard Lecomte. A suive.

     

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Guerre et paix  Tolstoi
     
    A l'est d'éden - John Steinbeck
     
    Des souris et des hommes   John Steinbeck
     
    Les raisins de la colère ,- John Steinbeck
     
    Les histoires extraordinaires - Edgar Allan Poe
     
    L'amour au temps du choléra, -  Gabriel Garcia Marquez
     
    Madame Bovary - Gustave Flaubert
     
    Crime et châtiment - Dostoïevski
     
    La débâcle -  Emile Zola
     
    Germinal - Emile  Zola
  • les romans de la vie #21 - Clémence Wallace

    NDDP.jpgJe suis allé sur le groupe Marcel Proust et j'ai eu  pas mal de réponses et évidemment il y a Proust à chaque fois donc celle qui était en tête va se faire détrôner et je suis bien content car son livre n'était pas vraiment de la fiction.    On m'a  demandé ce que j'allais faire de tout ça. A la base, c'est juste un jeu et je ferai un classenment des auteurs et des livres. Ensuite, c'est très facile de se faire éditer avec Amazon. Je vais voir, je pense que ça peut intéresser et donner des idées de lecture Oui, un oncle m'a dit qu'il fallait que j'en fasse quelque chose et déjà que je demande aux gens pourquoi ils ont choisi tel ou tel roman mais ça me semble impossible. 

    Aujourd'hui, c'est C'est Clémence Wallace qui s'y colle. Je lui dirai évidemment. Par contre, elle n'a pas vraiment joué le jeu puisqu'elle a mis le même auteur plusieurs fois mais je suis tolérant (Victor Hugo). Je fais des dérogations.

     

    À la recherche du temps perdu -Marcel Proust
     
    Notre dame de Paris - Victor Hugo
     
    Les misérables - Victor  Hugo
     
    Le comte de monte cristo -- Alexandre Dumas
     
    Mauprat - George Sand
     
    L’œuvre - Emile Zola
     
    La plus que vive - Christian Bobin
     
    Lettre d’une inconnue - Stefan Zweig
     
    La nuit des temps - Barjavel
     
    La peau de chagrin - Balzac

     

     

     

     

  • les romans de la vie #20 - Sébastien Monod

    Le-Chat-bleu.jpgComme je le disais lorsque j'ai lu son dernier bouquin 'le chat bleu" que je conseille, Sébastien Monod est une vieille connaissance "virtuelle" puisque nous nous connaissons depuis plus de 15 ans. Nous sommes tous les deux fans de Daho et il est administrateur d'un groupe Facebook conseillé au chanteur du Jack au mois d'avril (je me marre). Oui, c'est intéressant de connaître les gouts d'un écrivain (comme Eric Reinhardt récemment). J'ai acheté son bouquin sur kindle mais j'aimerais l'avoir en vrai avec dédicace. Sébastien, as -tu l'intention de venir en Bretagne ? J'aimerais bien te rencontrer et d'une et avoir la version papier du chat bleu. Ou alors par courrier ?

    Sinon, Sébastien est le 20e et je voudrais arriver à 50 et c'est pas gagné alors vous qui avez joué le jeu, n'hésitez pas à en parler autour de vous. Perso, je vais interpeler les gens dans la rue. Et puis je vais tenter de trouver d'autres gens connus.  Qui ne risque rien na rien. 

     

     

    Une éducation libertine - Jean-Baptiste Del Amo 

    Un homme accidentel - libertine Philippe Besson 

    Armistead Maupin - Les Chroniques de San Francisco, tome 1 et suivants

    Mort sur le Nil - Agatha Christie 

    Au revoir là-haut - Pierre Lemaître   

    L'Écume des jours Boris Vian  

    Hygiène de l'assassin - Amélie Nothomb 

    L'Île au trésor - Robert Stevenson  

    La Femme fardée - Françoise Sagan 

    La Métamorphose - Franz Kafka 

  • les romans de la vie #19 - JP et Jeannine E

    québert.jpgPour cette liste de ma tante et de mon oncle, j'ai été obligé d'enfreindre à la règle du " du dix livres, dix auteurs" parce qu'un auteur que je ne connais pas, Victoria Hislop apparaissait trois fois donc j'ai taillé dans le vif mais du coup, j'ai dû laisser deux Joël Dicker, un auteur que je n'apprécie pas trop mais chacun voit minuit une à sa porte. J'ai lu un roman de cette liste : La vérité sur l'affaire Harry Québert. Vous pouvez trouver dans mon blog mon compte rendu. Je crois qu'il y a un moteur de recherche en bas à droite. A part ça, je ne connais aucun auteur donc je ne peux pas dire ce que j'en pense. Mais je pense quand même qu'il y a des monuments de la littérature française et mondiale qui mériteraient une petite place dans un TOP10 mais je crois qu'ils m'ont dit que se sont des romans sortis en 2020. Je ne vous reproche rien, chère tante et cher oncle, au moins vous lisez contrairement à combien de Français, je n'ose même pas imaginer. Je ne sais pas ce que je vais mettre en illustration, peut-être, la couverture de la vérité sur l'affaire Le Tortorec. Merci.

     

     

     

     

     

     la ville orpheline - Victoria Hislop

        10 femmes blanches - Jim Fergus

    Le printemps des cathédrales - Jean Diwo

      Un clafoutis aux cerises - Véronique De Bure

    Adieu Cochinchine  - Jean-Claude L'Hotelier

    La tentation de l'oubli - Belva Plain

    La vérité sur l'affaire Harry Québert Joël Dicker

    Les derniers jours de nos pères Joël Dicker

    La ligne bleue  - Ingrid Betancourt

    Les montagnes bleues - Yanne Dimay

  • Corps de ferme à l'abandon, Berloch en Languidic

    DSC02006.JPGJe vais vous montrer l'état des bâtiments de ferme derrière notre longère et en annexe de notre longère (qu'on voit un peu au fond). Dans le prolongement, à l'abandon, il y a la laiterie et salle de traite Depuis les années 80, l'agriculture est devenue de plus en plus intensive et lorsque les petits paysans sont partis en retraite, seuls les champs intéressaient les gros entrepreneurs, pas les bâtiments. Les producteurs laitiers d'aujourd'hui ont dans le million de litres de quota alors que mon père, je ne me souviens plus trop...dans les 150.000

    Donc, des milliers de corps de fermes sont dans le même état que celui de mon père. Que faire ? 

    DSC02008.JPG

    DSC02013.JPG

    DSC02009.JPG

     

    Dominique A - corps de ferme à l'abandon

    Vous retrouverez facilement la vidéo sur YouTube

     
    Je suis retourné au corps de ferme à l’abandon
    Je suis rentré dans l’étable noire, les poutres tenaient bon
    Tenaient le plafond éventré des planches d’avant guerre, la première
    Siècle de nuit, nuit des siècles tout était si vieux ici toujours
    Si haut les arbres enserrent la ferme
    Si fleuri le jardin au centre de la cour
    Encore fleuri comme quand des gens vivaient ici
    Comme quand des gens vivaient ici
    Et si haute la peur qu'enfant on jouait à réveiller
    L'après-midi dans le grenier immense de la maison du fermier
    Le fermier qui avait l’air si gentil et qui passait ses nerfs sur ses vaches sur ses fils et sur le commis
    Le commis qui vivait au-dessus de l’étable comme en 1900
    Sa silhouette torse nu à la fenêtre le soir
    Dans la lumière blanche de l'ampoule au plafond de sa chambre
    Et au bout d'une allée, longeant la jardin clos derrière chez les fermiers, il y avait le château
    Et les bêtes empaillées dans l’entrée bleue pâle un renard et un cerf
    Et en face l’étang au bout d'un champs en pente douce comme un répit dans l’épaisseur des lieux
    A l’écart l'écurie et ses secrets palpables et ses lignes franchies
    Les non-dits enroulés dans l'obscurité des murs sales
    En paquetage de ce qu’on sait, de ce qui ne se dit pas
    Pour toujours, et suinte, suinte de partout
    Et se transmet dans un grand silence entendu
    Ça puait le secret la chair sous la contrainte la perpétuation du mal
    Moisson d'éternité qu'il faut engranger vaille que vaille
    Et que ça pue plaisait aux gosses que nous étions
    C'était bien pour la peur l'inquiétude
    Ceux qui montaient dans le grenier jusqu'à la maison du fermier ça nous électrisait
    On s'emparait de cette histoire comme de poissons délectables
    Ces fantômes convoqués dans un 2 pièces sombre loué à l’année pour rien au chatelin qu’on ne voyait jamais
    Il n'y avait pas de salle de bain juste un évier dans la cuisine
    Une cheminée jamais ramonée et les chiottes en bois sur un côté de la cour
    On écoutait Police “I can’t, I can’t stand losing”
    Avec sur la pochette du 45 tours un type pendu au dessus d’un bloc de glace à demi fondu
    Lourd à l’orée des 80’s d’une sinistre new-wave
    Comme une irruption hors cadre dans ces lieux sans âge si vieux, si vieux depuis toujours
    Confinés dans la nuit des siècles
    La maison du fermier, le grand jardin clos, le grenier le château, l'écurie
    Et les secrets par milliers répartis dans la cour sans âge débordant de partout affreux, congestionné
    Quand je suis retourné au corps de ferme à l’abandon la peur était intacte
    Les lieux criaient ”Pitié” et même en plein jour tout hurlait, tout hurlait et se jetait sur nous
    Je suis sorti dans l’effroi de l’étable et j’ai fui