Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Henri Thomas sur la photo

    "Bonjour, je suis chargé de communication au CDN Orléans / Centre-Val de Loire. Cette saison, en mai prochain, nous accueillerons le spectacle La Recherche d'Yves Noël Genod consacrée à l'œuvre de Marcel Proust. Tout au long de la saison, nous proposerons à nos publics des rencontres gratuites avec des lecteurs de Proust. Le premier sera Piotr Gruszczynski, dramaturge du spectacle Les Français. Le principe est de faire parler des lecteurs de cette œuvre. Pensez-vous pouvoir relayer cette information ? Je vous remercie pour votre retour. Julien Leclerc 02 38 62 08 98 --"

    Email : leclerc@cdn-orleans.com

     

    Je reçois souvent de genre de message et je ne relaie jamais car il ne sait pas trop si c'est du lard ou du cochon. En l’occurrence (2r, 2l), ici, c'est du Proust. Donc, tous dans au CDNO de Orléans dans le Loiret le 30 novembre à 19:00 pour parler de Parcel Moust ! Départ de Baud dans le Morbihan à 18:00.

    Portrait de quelqu'un d'autre :

    Thomas.jpg

    Voilà, ça c'est fait. 

  • le vent nous emportera - Forough Farrokhzad (1935-1967)

    Dans ma nuit, si brève, hélas
    Le vent a rendez-vous avec les feuilles.
    Ma nuit si brève est remplie de l'angoisse dévastatrice
    Ecoute !   Entends-tu le souffle des ténèbres ?
    De ce bonheur, je me sens étranger.
    Au désespoir je suis accoutumée.
    Ecoute !   Entends-tu le souffle des ténèbres ?
    Là, dans la nuit, quelque chose se passe
    La lune est rouge et angoissée.
    Et accrochée à ce toit
    Qui risque de s'effondrer à tout moment,
    Les nuages, comme une foule de pleureuses,
    Attendent l'accouchement de la pluie,
    Un instant, et puis rien.
    Derrière cette fenêtre,
    C'est la nuit qui tremble
    Et c'est la terre qui s'arrête de tourner.
    Derrière cette fenêtre, un inconnu s'inquiète pour moi et toi.
    Toi, toute verdoyante,
    Pose tes mains - ces souvenirs ardents -
    Sur mes mains amoureuses
    Et confie tes lèvres, repues de la chaleur de la vie,
    Aux caresses de mes lèvres amoureuses
    Le vent nous emportera !
    Le vent nous emportera !

  • Ce que j'aimerais, c'est

    Exister