Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

guerre d'algérie

  • CR301 : après la guerre - Hervé Le Corre

    9782743631550.jpgJ’ai trouvé ce bouquin par hasard dans l'une des deux cabines téléphoniques de Grand-Champ reconverties en bibliothèque. La quatrième de couverture m’a plu et en général quand Michel Abescat de Télérama encense, ça ne peut pas être mauvais.

    L’action se passe à Bordeaux pendant la guerre d’Algérie. Personnages principaux : le commissaire Albert Darlac, un flic corrompu ayant collaboré avec les allemands pendant la guerre et participé aux rafles mais ayant réussi à échapper à la purge. Il règne de main de maître sur cette ville poisseuse dont il connaît les moindres recoins . Pour s’aider dans ses sales besognes, il dispose de malfrats qui font le sale boulot et qu’il tue quand ils deviennent gênants. Dans ma tête, je l’ai identifié physiquement à Michel Neyret, ce flic lyonnais qui encore dans les années 2000, fonctionnait à l’ancienne et qui est aujourd’hui sans doute même pas en prison. Autre personnage : Jean Delbos, survivant des camps de concentration, qui passe quelques années à Paris avant de revenir à Bordeaux pour se venger et venger sa femme Olga morte à auschwitz birkenau. Il se fait appeler Albert Vaillant et échafaude un plan criminel un peu tordu. Autre personnage : Daniel, le fils de Jean. Il bosse dans un garage et n’a pas vu son père qu’il croit mort depuis la rafle. Il a été recueilli par des amis de ses parents. Mais Daniel doit partir à la guerre. Plein d’autres personnages gravitent autour de ce trio, un trio qui ne sera réuni que lors de  l’une des dernières scènes du roman.

    L’histoire de cette vengeance (qui est plus que jamais ici, un plat qui se mange froid) est l’occasion pour l’auteur d’évoquer les années qui ont suivi la guerre 39-45, les règlements de compte, l’injustice et les rancœurs qui vont avec, la boucherie que fut la guerre d’Algérie (qui sont les pages les plus dures du roman). Derrière la Grande Histoire, il y a les humains, tous ces écorchés au sens propre comme au figuré, des humains qui subissent, qui s’aiment et liens familiaux plus forts que la haine. Il n’y a rien de reluisant dans ce polar (dont la prose est si riche qu’on peut dire qu’il frise avec la littérature) dont Darlac est le symbole le plus cruel et pas même Bordeaux qui ressemble plus à Marseille qu’au Bordeaux bourgeois d’aujourd’hui. 

    Le Bateau ivre de Rimbaud est convoqué par moment ainsi qu’Aragon et son célèbre est-ce ainsi que les hommes vivent. Un peu de poésie dans ce monde de bruts ne font pas de mal, pardon si c’est banal.

    On ne sort pas indemne de cette lecture et pas fier de ce que la France, pays des droits de l’homme, a cautionnée, laissée faire que ce soit pendant l’occupation, pendant la guerre d’Algérie et puis aussi pas fier de la façon dont elle a recasé des collabos qui n’ont soit jamais eu maille à partir avec la justice soit très tardivement pour ceux qui ont eu le malheur de vivre vieux (comme Maurice Papon qui fut secrétaire général de la préfecture de Gironde et  dont l’ombre plane forcément sur ce récit).

    Je vais remettre le livre ( que je n’ai pas pu m’empêcher de lire sur liseuse)  dans sa cabine  avec ce commentaire à l’intérieur. Il mérite d’autres lecteurs qu’ils soient bordelais, grégamistes ou tout simplement curieux.


    lecture août/sept 2016, sur livre papier et kindle, 575 pages, éditions Rivages/Noir : mars 2014. classé meilleur polar de l’année par le magazine Lire , note : 4.5/5

    Loïc LT

  • CR297 : profession du père - Sorj Chalandon

    profession du père.jpgLorsque le général de Gaulle a rendu l'Algérie aux Algériens en 1962, il ne s'est évidemment pas fait que des amis. Parmi eux, André Choulans, père du petit Emile, narrateur de ce roman déroutant qui se déroule dans une ville de province (non nommée mais il paraît qu'il s'agit de Lyon) au début des années 60.  Le père d'Émile (ancien grand sportif et tout et tout n'a pas avalé que son vieil ami De Gaulle ait signé les accords d'Evian) est membre de l'OAS (organisation secrète luttant contre l'indépendance de l'Algérie, faut-il le rappeler).  C'est un homme fou et violent, surtout envers son fils à qui il veut transmettre ses idéaux et surtout plus concrètement l'entraîner afin qu'il tue de Gaulle - rien que ça -, ce qui d'ailleurs ne semble pas déranger Emile plus que ça. N’empêche qu'Emile, plus par jeu que par couardise décide de confier la mission à un ami d'école ( Luca, un nouveau venu) un peu naïf à qui il lui fait promettre monts et merveilles s'il parvient à ses fins. Dans un premier temps, il suffit juste d'envoyer des lettres anonymes ou de taguer OAS sur les murs. Mais le père d'Emile devient encore plus fou quand il apprend que son fils s'est choisi un complice alors qu'il était hors de question que l'OAS recrute n'importe qui n'importe comment. Alors le pauvre Emile en prend encore pour son grade. 

    Finalement, le meurtre du général n'aura évidemment pas lieu, d'ailleurs, jamais Chalandon ne nous explique comment André comptait s'y prendre, quand bien même il posséde une arme. L'auteur s'attache plus aux rapports humains (mère-fils, père-fils, Emile-Luca) qu'aux détails du projet qui est un peu la farce du roman. 

    La force de cette histoire rocambolesque dans laquelle les membres de l'OAS passent plus pour des barbouzes que pour des dangereux criminels tient dans le fait que l'auteur parvient grâce à une écriture dépouillée et truffée de dialogues à nous tenir en haleine alors qu'on n'est pas dupe que la folie du père ne peut mener nulle part. Profession du père est une sorte de huis-clos avec cinq protagonistes dont Emile est l'élément central  ; Emile dont on a du mal à savoir s'il mérite du dédain ou de l'affection tant on est troublé devant son détachement face à un projet qu'on n'aurait pas idée de confier à un enfant. La mère qui n'est qu'un second rôle n'est que d'un faible soutien pour son fils et symbolise la femme des années 60 tel qu'on l'imagine aujourd'hui. Luca prend le rôle du parfait naïf au destin pathétique. 

    Les années passent, tout ce petit monde vieillit et depuis 1970 le général mange les pissenlits par la racine. En plus d'être fou, le père devient grabataire. La fin traîne un peu en longueur si bien qu'on s'attend à un rebondissement qui ne vient pas. Mais ce roman qui mêle humour, violence et tendresse, grande et petite histoire, malice des uns et naïveté des autres, folie et lucidité nous trouble et nous interroge quant à la complexité de la nature humaine. 

    Vive la République et vivent l'Algérie et la Normandie libres !

    C'est le deuxième roman de rang que je lis dans lequel un enfant est maltraité. Il ne me reste plus qu'à relire vipère au poing et j'aurai réalisé un joli triptyque et bouclé la boucle (et cela m'a donné l'idée aussi de ressortir le fouet qui peut toujours servir -).

    lecture mai 2016, sur kindle, 320 pages, éditions Grasset, parution : août 2015, note : 3.5/5

    Loïc LT

    ps : correction des fautes d'orthographe à venir.