Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

guémené-sur-scorff

  • recensement des cabines # 33 Guémené-sur-Scorff (Morbihan 56)

    Le démantèlement des cabines va si vite que je suis obligé d'accélérer le rythme des reportages quitte presque à les bâcler. Je ne suis plus dans la contemplation et le plaisir de la flânerie, je suis dans la précipitation. Evidemment, c'est dommage mais je ne peux pas faire autrement. C'est ainsi que samedi dernier, 2 janvier 2016, j'ai effectué un périple dans le nord-ouest du Morbihan avec l'objectif de visiter un maximum de bourgs quitte à ne rester qu'une petite demie-heure dans chacun d'entre eux. Samedi donc, je suis parti de Camors, j'ai pris la direction de Guémené/Scorff où j'ai effectué la halte la plus longue, ensuite, je me suis rendu à Lignol, ensuite à Kernascléden et je suis remonté vers Saint-Caradec-Trégomel et j'ai fini à Le Croisty. J'aurais aimé en faire plus mais la nuit m'a rattrapé. Un ami libéral m'attendait au Croisty. Je retournerai par là-bas, plus encore vers le nord-ouest, quitte à déborder sur le Finistère. 

    Guémené-sur-Scorff, France

    On ne le voit pas sur la carte mais la première étape est bien Guémené-sur-Scorff et non Locmalo, petit bourg qui situe un peu plus à l'est où je ne suis pas allé. Guémené-sur-Scorff, que pour faire simple, je vais appeler GSS est connu un peu près dans toute la France ou c'est moi qui me fais des idées ? Tous les français savent-ils qu'il existe deux sortes d'andouilles,  l'andouille de Guémené et l'andouille de Vire, ou bien est-ce parce que j'habite à côté que moi et les gens du coin pensent que Guémené est vaguement connu sur tout le territoire ? Je vous serai gré de bien vouloir me le dire en commentaire. GSS est un bourg un peu particulier pour moi : mon grand-père maternel et ma grand-mère maternelle y ont rendu l'âme (hôpital), un oncle et une tante y ont travaillé toute leur vie, j'y ai travaillé un peu et quand j'étais petit et que j'allais en vacances à Persquen, nous nous rendions souvent à GSS. Pour finir, j'ai ressenti le seul tremblement de terre de ma vie dans cette bourgade (2002). 

    Tout d'abord, commençons par le but de la visite : la cabine. la cabine de Guémené ! Il y a différentes façons de placer une cabine téléphonique, il y a la méthode standard, c'est à dire, une cabine bien visible sur la place principale et la méthode guémenoise, c'est à dire une cabine placée dans un endroit tellement improbable qu'elle a peu de chance d'être utilisée et donc abîmée. Mais ce n'est pas à un vieux singe qu'on apprend à faire la grimace et j'ai trouvé l'édicule dans un endroit que je connais bien puisqu'ayant travaillé quelques mois dans ce bourg, mon bureau se situait à une centaine de mètres de ladite cabine que voici. Nous ne sommes pas du tout dans le centre historique du bourg mais dans la périphérie, là où il vaut mieux ne pas traîner la nuit au risque de croiser un retraité insouciant promenant son caniche. Voici donc l'objet. 

    DSC01693.JPG

    Elle se situe près de la salle des sports et de la salle polyvalente et d'autres bâtiments désertés. Le téléphone semble fonctionner mais j'ai appelé avec mon smartphone au numéro 02 97 51 22 86 et aucune sonnerie n'a retenti. Je ne m'en formalise plus. J'en arrive à un moment où je suis blasé. Laissons donc cette cabine (accessible aux handicapés ce qui n'est pas le cas de la plupart) vivre ces dernières heures au pays de l'andouille et allons visiter la ville, la ville qui est pleine de gens, la ville qui est pleine de méchants, la ville qui est pleine de bruits, la ville qui est pleine de cris, la ville qui est pleine de flics, la ville qui est pleine de voleurs...

    Voici une petite vue d'ensemble du centre historique de GSS. C'est un bourg pittoresque, comme on en voit dans les Martine, avec des maisons mitoyennes et des toits de toutes formes d'où sortent des cheminées imposantes. 

    GSS020116 (10).JPG

    Ce qui m'a marqué lors de la visite de GSS, c'est que de nombreux commerces avaient fermé depuis 10 ans, c'est à dire depuis l'époque où j'y travaillais. A l'époque, GSS était presque un miracle, un oasis dans cette Bretagne intérieure bien triste. Bon, il reste encore quelques vitrines mais on voit que le déclin l'emporte sur le dynamisme. 

     

    GSS020116 (22).JPG

    C'est une ville qui pourrait servir de décor de film, car tout est affaire de décor et du bar l'Odyssée, je voyais le ciel gris de nuages, il y volait des corbeaux blancs qui croassaient sournoisement.

    J'ai bu un café dans cette échoppe peu avenante et c'est d'ailleurs la raison pour laquelle j'y suis rentré. On notera en devanture la pub pour le festival du vêtement de cuir de 1964,  et je précise la chose parce que j'avais pris la même en photo à Melrand. Il y a des affiches qui résistent au temps. Quand on pense que celle-ci a été posée sous la présidence du Général ! 

    GSS020116 (34).JPG

    En face de l'Odyssée, il y a le Christie qui ne paye pas de mine mais qui est ouvert, enfin je crois. J'ai demandé à Annick la patronne de l'Odyssée et elle m'a répondu qu'elle ne savait pas, ce qui est logique vu qu'une avenue les sépare et qu'on ne sait pas forcément ce qui se passe de l'autre côté. 

    GSS020116 (35).JPG

    Cette bâtisse a de l'allure, elle doit être classée machin-chose mais je ne peux pas en dire plus. Wikipedia m'informe qu'il s'agissait jadis d'un hôtel ayant pour enseigne l'aigle d'or. Une autre source m'informe que Louis XVI et sa famille s'y sont arrêtés avant d'être arrêtés à Varennes-en-Argonne. 

    GSS020116 (65).JPG

    Ces deux guémenois de souche n'auraient sans doute pas su m'en dire plus. 

    GSS020116 (26).JPG

    GSS compte un vrai dédale de rues pittoresques qui ne mènent nulle part. J'ai du mal à faire le tri. Allez, prenons, celle-ci. 

    GSS020116 (72).JPG

    Et celle-ci :

    GSS020116 (81).JPG

    Mais vrai, j'ai trop pleuré, les crépuscules sont navrants, tout lune est atroce et toute pluie amère. L'âcre bourg m'a gonflé de torpeurs enivrantes. Ô que ma 206 crève pour que de Guémené je ne m'en aille. Mais il faut. Lignol m'attend. 

    Guémené-sur-Scorff (56160), Morbihan, 1131 bouffeurs d'andouille,  maire : René Le Moullec, reportage réalisé le 02 janvier 2016. temps doux et pluvieux

    Loïc LT

    GSS020116 (8).JPG