Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

écriture inclusive

  • joies de l'écriture inclusive

    A la limite, je ne serais pas contre, si c'était assez simple, déjà pour que ça puisse être suffisamment compréhensible pour nos enfants mais lisez ce texto que j'ai reçu hier soir d'un café littéraire de Lorient où je suis inscrit :

    Bonjour a tou.t.es ! Je vous rappelle que ce soir, c lecture de poésie au commentksé. Venez heureu.se.x, venez nombreu.se.s !

    Passons sur le rappel du port du masque obligatoire (mais ça me surprend pas de la part de ces libertaires que je connais un peu), passons encore plus sur l'absence d'accent grave sur le "a" (mais peut-être que le a grave fait partie aussi des trucs à proscrire parce que étant grave, il a une connotation forcément masculine). Sinon, sur les adjectifs "heureu.se.x" et "nombreu.se.s", ça coule vraiment de source quoi. Comment n'y a-t-on pas pensé plus tôt !? nombreu.se.s pour nombreux ! Et ce qu'il y a de bien, c'est que pour réparer des centaines d'années d'injustice, on donne une prime à l'accord au féminin. Et par ailleurs où est passé le X de nombreux au pluriel ? Y'a plus ! Disparu ! Si on suit bien le côté inclusif du truc, nombreux a pour pluriel devient nombreu.se.s ! Je sais pas pourquoi mais heureux non. Pourquoi heureux ne devient pas heureu.se.s ? Je suis certain qu'il y a une raison mais je peux pas la chercher, là, j'ai un truc à faire. 

    C'est simple, dans l'inclusif à la mode écolo (je plains les mairies qui sont maintenant dirigées par ces bouffons), le X des adjectifs en X disparaît...mais pas tout le temps. 

    Il y a quelques années, sous Jack Lang à la Culture, on voulait reformer le Français pour qu'il soit plus simple à apprendre pour nos enfants et pour les étrangers...et bien, on y est là...sans décision gouvernementale. Sorti sans doute d'un thing tang écolo réuni au "comptoir du Caviar" place Vendôme. Le Champagne et le Saint-Emilion année 1987 ont dû couler à flots avant que de ce cénacle aboutisse cette ultime étape de la grammaire Française. 

    J'ai hâte de voir les tracts écolos lors de la prochaine élection présidentielle, élection d'ailleurs qu'ils pensent vraiment pouvoir gagner et j'aimerais aussi avoir l'avis de Françoiz Breut et de Julie Schittly quant à cette affaire. 

    Shako