Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

nicolas sarkozy

  • CR358 : Nicolas Sarkozy - le temps des tempêtes

    SARKO.jpgTerminé "le temps des tempêtes" qui relate sa présidence jusqu'au cataclysme économique de 2008. Cette autobiographie a une forte valeur documentaire où l'on se rend compte que le président voyage de capitale et capitale se mêlant très peu de politique intérieure dont il laisse sans doute la gestion à un certain François Fillon nommé peut être cinq fois. Je ne savais pas que le président avait à ce point travaillé essentiellement à l'international volant de crise en crise et essayant de faire rayonner la France dans le monde entier.
    L'amitié franco-allemande y est essentielle, pro-européen, il dénonce la trop forte bureaucratie de l'UE dont il veut redonner le pouvoir aux politiques. Le livre est très compartimenté et on se demande comment Sarkozy peut se souvenir mot pour mot de telle conversation avec tel homme d'état (je pense qu'il invente tout en gardant l'essentiel). Il met toute son énergie pour constituer une Union Méditerranéenne réussissant à réunir autour d'une table tous les chefs d'état arabes ainsi qu'Israël. Je crois qu'aucun président français n'a été aussi volontariste que lui sur la scène internationale. Par contre, c'est un peu lassant de le voir à chaque voir dithyrambique à l'endroit des chefs d'état même des dictateurs. Idem sur les paysages et monuments de chaque pays visité.
    Sur la scène intérieure, il met la main au cambouis n'hésitant pas à aller physiquement au contact de ses opposants gauchistes. Président de tous les français, il désire quand même rester chef de la majorité. Il y a un côté maso chez Sarkozy en ce sens qu'il aime prendre des coups ce qui décuple son énergie
    On pense ce qu'on veut de lui mais on ne peut pas lui reprocher d'être resté passif, on ne peut pas lui reprocher non plus d'être raciste vu le nombre de voyages dans les pays maghrébins ou du Moyen-Orient et on ne peut pas le "traiter" de libéral (c'est pas un gros mot) tant il croit en la force de la politique face à une économie dérégulée.
    Il avoue s'être trompé parfois mais comment en aurait-il pu être autrement ?
    Lé récit se termine par la crise économique de 2008 où il prend le taureau par les cornes et devient de par son activisme l'homme fort pour essayer d'éteindre l'incendie.
    Je trouve franchement qu'on été dur avec lui. Il semble qu'en France, il ne faut rien faire pour être réélu. Il méritait largement de rempiler pour 5 ans. Personnellement, ça me conforte dans l'idée que le quinquennat fut une erreur, le septennat permet plus d'être au dessus des contingences politiques.
    Macron lui ressemble un peu mais c'est compliqué de comparer. On verra
    L'histoire lui donnera raison.
     
    Lecture sur papier, août 2020
    pas de note à donner.