Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Françoiz Breut

  • note d'un menteur compulsif (2) - à ne pas lire si vous avez déjà lu le 1

    Evidemment qu'il y a une échelle dans l'injustice. On ne peut pas comparer un innocent condamné à mort à un pauvre type qu'on accuse d'avoir censuré un commentaire anodin sur Facebook. Comme je suis l'administrateur du groupe où cela s'est passé, j'ai tout de suite été accusé d'avoir commis la chose. Et la personne qui m'accusait avait trouvé mille raisons pour dire que ça ne pouvait que moi notamment  parce que ma sœur lui avait dit que j'étais un "menteur compulsif" (mais ce n'était qu'une raison parmi d'autres). Effectivement d'un point de vue technique, il n'y avait que la personne en question (comodératrice) qui pouvait supprimer son commentaire mais pourquoi aurait-elle supprimé un commentaire qu'elle avait elle-même posté. Si je voulais être méchant, je pourrais dire qu'il arrive qu'on commente un truc et après coup qu'on trouve ça trop virulent ou pas assez ou autre chose. Mais cette personne était tellement énervée que  non, ce ne pouvait pas être elle. Donc, ça ne pouvait être que moi. Sauf que non ! Ce n'est pas moi non plus ! Je n'avais aucune raison de le faire. Le commentaire que j'ai lu vite fait était sobre donc ni injurieux ou quoi que ce soit. Il s'agissait juste d'une critique négative d'une chanson chantée par Françoiz Breut et Da Silva (voir sous cette note). S'il fallait supprimer tous les commentaires négatifs, on se ferait bien chier dans les groupes Facebook.

    Comme il est impossible de contacter Facebook qui n'a pas de bureau en France et que j'étais un brin énervé, tout comme je suis un "menteur compulsif", je peux être compulsif dans mes prises de décision. J'ai hésité, je tremblais un peu et je me suis dit "je peux toujours le faire, soit on me rigolera au nez soit on me demandera gentiment de raccrocher". J'ai donc appelé les gendarmes de la brigade de Pluvigner et je suis tombé sur un flic sympathique qui connait bien les arcanes de Facebook. Je lui ai raconté l'affaire et on a discuté sérieusement. Comme je ne voulais pas que ça aille trop loin, je n'ai donné ni le nom de ma sœur ni celui de la personne qui m'incriminait. Et cette discussion courtoise s'est terminée sans qu'on trouve d'explication.

    L'affaire dans l'affaire est que comme ma sœur n'a pas de compte Facebook, il a donc fallu que je lui explique le tout par deux gros textos (elle a un téléphone portable quand même...mais limite -). Si j'avais écrit tout ça par courrier, ça aurait sans doute fait plus de dix pages. Et elle a considéré que ces deux textos constituaient du harcèlement par sms. Le gendarme a par ailleurs regardé l'historique mais n'a rien vu de répréhensible. 

    Ma sœur et moi échangeons beaucoup par textos. Elle le dit d'ailleurs elle même, elle est accroc aux textos. Moi, beaucoup moins car j'utilise plutôt Whatsapp (avec mes filles et mon ex épouse) et Messenger. Je pense d'ailleurs qu'à terme, les textos vont disparaître. 

    Il faut vraiment qu'il ne se passe rien dans nos vies pour en arriver à appeler les gendarmes pour une broutille pareille...et puis avec les gendarmes, j'ai assez donné.

    Je  profite de cette note kafkaïenne pour vous dire que Françoiz Breut sort un nouvel album le 9 avril 2021.

    Quelle affaire !

    PS : je viens de m'apercevoir que j'en ai déjà parlé !

                 

  • note d'un menteur compulsif (1)

    tarifa.jpgJe m'appelle Loïc Le Tortorec.

    Je ne devrais pas prendre cette affaire trop à cœur parce que c'est presque anecdotique. Mais il se trouve que j'ai perdu une amie "virtuelle" avec qui je discutais depuis presque deux ans.

    Ceux qui ne sont pas inscrits à Facebook ne comprendront sans doute pas grand chose à ce que je vais vous expliquer mais je conseille à ma sœur de faire l'effort de lire jusqu'au bout. 

    Plein de fonctions existent sur ce réseau dont celle de former des groupes où les membres sont fans de ceci ou de cela, de tracteurs ou de Françoiz Breut. C'est de cette dernière que je vais vous parler. Lors de sa création, vers 2020, j'ai décidé de l'appeler " everyone kisses Françoiz Breut " en référence à une chanson de son premier album qui s'intitule "everyone kisses a stranger". Nous sommes 56 membres ( ce qui est peu parce que les gens vont plutôt sur le groupe officiel intitulé "Françoiz Breut", ce qui est logique) dont très peu sont actifs.

    Vous suivez jusque là ? En plus d'un an d'existence de ce groupe (où l'on ne s'interdit pas de parler d'un autre artiste qui nous plait), en tant que coadministrateur, je n'ai jamais eu l'occasion de sévir. Les fans de Madame Breut sont sages et courtois.

    Mais dernièrement, il s'est passé quelque chose et ce n'est pas Hercule Poirot (je suis en train de lire un Agatha Christie où le bonhomme enquête) qui va m'aider, pas même des gens de Facebook puisque l'entreprise n'a pas de bureau en France.

    Donc voilà. Maintenant, j'explique l'affaire en question. J'ai posté sur le groupe une vidéo de Da Silva avec Françoiz Breut en featuring. Un membre (la coadministratrice) n'aimant pas cette chanson (décembre en été) le fait savoir dans un commentaire que je crois avoir lu en le balayant puisque j'y ai mis un smiley. Déjà, je ne m'explique pas cela car je n'avais pas vraiment écouté la chanson. La femme qui a publié ce commentaire a tout de suite pensé que c'était moi car je suis le seul avec elle a pouvoir le supprimer. Son idée est que ce commentaire étant négatif, cela pouvait arriver aux oreilles de Françoiz par l'intermédiaire de sa sœur qui est membre du groupe et que moi, je ne veux pas que Françoiz (alors qu'il y a beaucoup de chansons d'elle que je n'aime pas) le sache et donc j'aurais supprimé ce commentaire. Je suppose quand même que Françoiz est suffisamment intelligente pour savoir que ses fans n'aiment pas toutes ses chansons. 

    Vous suivez ? Donc, comme la coadministratrice et moi sommes les seuls à pouvoir supprimer des commentaires, c'est une certitude pour elle que c'est moi (je crois qu'en plus d'un an d'activité n'en avoir jamais supprimé. Par contre, je le ferais si le commentaire était injurieux, raciste, homophobe ou que sais-je.

    A la limite, je m'en fous que ce commentaire ait été supprimé et le pourquoi du comment. Ce qui m'énerve, c'est que la fille n'en démord pas : c'est moi qui l'ai supprimé. Comme à part elle, je suis le seul à pouvoir supprimer, il allait de soi que c'était moi. Je ne suis pas plus intelligent que la moyenne mais sachant cela, je ne l'aurais pas supprimé puisque j'étais le seul à pouvoir le faire et donc elle m'aurait accusé aussitôt. 

    Or, je ne n'ai pas supprimé ce commentaire. C'est simple, non ? Dans un long post sur Messenger, elle me rappelle que ma sœur Apolline lui a dit (je n'ai jamais su ou alors j'ai oublié qu'elles avaient été en contact) que j'étais "un menteur compulsif". Ma sœur, si elle n'est pas menteuse, par contre, elle est plutôt "une rancunière compulsive". Donc, le fait que je suis un menteur compulsif confirme encore plus la commentatrice que c'est moi qui ai supprimé ce commentaire. 

    Il y a quelques temps, alors qu'Apolline et son mari étaient en weekend dans la maison familiale de Berloch, ils s'aperçoivent avant de partir qu'une bague et un opinel (dont le mari en question était attaché) manquent à l'appel et que j'étais le voleur afin de me venger de je ne sais plus quoi. Mais finalement, bague et opinel sont retrouvés et  je n'étais pas le coupable. Je crois que j'ai quand même eu le droit a des excuses. 

    Je confirme que je suis un menteur compulsif puisque j'ai menti à mon ex épouse sur pas mal de choses (mais pas des bricoles comme ce commentaire).

    J'ai demandé à la commentatrice de republier ce commentaire et de prendre contact avec ma sœur (je ne sais pas par quel moyen et pourquoi ces deux là ont pu s'entretenir...mais en tout cas, pas par téléphone) mais apparemment elles ne l'ont pas fait. De toute façon, ma sœur qui connaît les réseaux sociaux comme moi la mécanique quantique n'y aurait rien compris. 

    J'ai envoyé de longs textos à ma sœur pour lui expliquer la chose mais silence radio. Et je ne sais pas pour quelle raison, elle aurait dit à une inconnue que j'étais un menteur compulsif. 

    Il se trouve aussi que lorsque la coadminitratrice  et moi avons commencé à discuter, je pensais que ce serait juste l'histoire d'une discussion et que donc, elle a peut être menti autant que moi. Mais notre relation a duré et je me suis embourbé dans des mensonges si bien qu'un jour je le lui ai dit et on est reparti sur de bonnes bases. 

    Je résume hein. A cette heure, la fille qui ne m'adresse plus "la parole" à cause d'un malheureux malentendu. C'est dommage et je réitère ce que j'ai dit à ma sœur , elle a sa part de responsabilité. 

    Si vous voulez écouter cette chanson (dimanche en été), elle est disponible sur Youtube, Deezer et toutes les plateformes de streaming. 

    Je supprimerai cette note quand tout le monde se sera mis d'accord. 

    Il fait un temps sublime, je vais faire un footing. 

    Loïc LT

  • revenir au monde (5)

    lidl.jpgHier j'ai passé un long moment avec Albertine et j'étais heureux car ça me change des journées où je crève de solitude. Alors, je me fais des idées dans ma tête, c'est plus fort que moi même si je sais que c'est impossible. On a déjeuné ensemble et elle m'a dit que mon appart était propre (mais qu'il y avait encore à faire). . Je dois remercier Walter et Manue qui m'ont aidé dans cette entreprise et qui n'ont pas ménagé leurs peines (pluriel ?). Pendant ce grand ménage à l'eau de Javel (franchement, qu'est ce qui est plus efficace que l'eau de Javel) j'ai retrouvé les clés de ma boite à lettres, ce qui arrange bien le propriétaire car j'avais déjà perdu la première et il m'a avait donc donné celle qu'il avait en double et il n'en avait pas d'autres.

    C'est agréable de vivre dans un appartement propre. Mon ami Walter est un maniaque de la propreté. Son petit appart situé sur mon palier ressemble à ces salon aménagés à Ikea ou à But dans lesquels on aime bien déambuler. 

    Aujourd'hui, j'ai rendez-vous avec une assistante sociale pour qu'elle m'aide à trouver des solutions au merdier dans lequel je me suis foutu mais je sais qu'elle ne pourra pas tout résoudre. Elle ne va pas me faire un chèque. Albertine sera avec moi. 

    J'ai pris rendez-vous aussi avec Pôle Emploi via internet et pour une fois, je trouve que le site internet est bien fichu et bien pratique, ce qui n'est pas le cas de celui de l'ANTS qui est une catastrophe ainsi que la plupart des sites du service public. 

    Hier soir, j'ai téléphoné à mon daron mais je ne peux plus rien attendre de lui. Il m'a raccroché au nez. Il ne m'aime pas. Moi, j'aimerai toujours mes filles quoi qu'elles fassent comme conneries, même si elles tuent quelqu'un. Bon, je n'oublie pas que c'est mon père qui m'a acheté mon vélo électrique, une machine de guerre avec lequel je peux faire 100 kms en gérant bien la batterie. 

    Ce fut une journée un peu bizarre avec comme cerise sur le gâteau,  un truc étrange  qui s'est passé sur le groupe Françoiz Breut dont je suis le coadministrateur. Un commentaire a mystérieusement disparu et la personne qui l'a posté l'a très mal pris et a pensé que c'était moi qui l'avait supprimé alors que sur la tête de mes filles, je n'y suis pour rien. Ça m'a perturbé. Je n'ai jamais supprimé de commentaires mais je pourrais le faire s'il y avait des propos injurieux, racistes ou des trucs dans le genre mais ça m'étonnerait que les fans de Françoiz soient des nervis (j'aime bien utiliser des mots rares). 

    Autre point positif mais qui dure depuis un moment, je ne bois plus et j'en tire une certaine fierté. Mon père ne me croit pas mais j'ai ma conscience pour moi. Je ne lui en veux pas car il  a toujours été un mec cool du temps où l'on devait subir les assauts de la marâtre. Et c'est lui qui nous a fait découvrir ABBA et Thriller ainsi qu'un ovni électro sorti  dans les années 70, un truc improbable qu'on ne serait pas surpris qu'il sorte aujourd'hui (voir vidéo en fin de note....non non, ce n'est pas Daft Punk)

    Je regarde le jour se lever tranquillement en écoutant Miles Davis. Je me sens mieux que hier soir. L'esprit s'adapte toujours aux situations les plus difficiles. 

    Je n'ai pas de nouvelles de ma sœur depuis au moins quinze jours. Elle n'a pas répondu à mes derniers textos. Ça ne lui ressemble pas et je suppose quelque chose mais je peux me tromper.

    La solitude pèse. Heureusement, il y a une bonne ambiance sur le palier. Passe moi le sel, tiens j'ai besoin de pq....mais les relations ne se résument pas à ça. Il y a une semaine, j'ai passé toute la nuit avec Philippe à écouter les standards du rock et de la pop et puis aussi rigoler des répliques des vieux films.

    Raoul Volfoni — « Tu sais pas ce qu'il me rappelle ? C't'espèce de drôlerie qu'on buvait dans une petite taule de Bien Hoa, pas tellement loin de Saigon. . Les volets rouges... et la taulière, une blonde comac... Comment qu'elle s'appelait, nom de Dieu ? »

    Fernand Naudin — « Lulu la Nantaise ».

    Raoul Volfoni — « T'as connu ? ».

    DSC02170.JPGJ'ai remarqué que le son du vieux téléphone acheté 5€ dans une brocante (et branché sur la box !) était meilleur que celui de mon portable. On n'arrête pas le progrès n'est pas toujours vrai. C'est exactement le même téléphone qu'on avait à Berloch avec son fameux écouteur derrière pour qu'une autre personne puisse écouter la conversation. Je me souviens aussi que lorsque mon père faisait la traite des vaches (du temps où cela se faisait dans l'étable et qui était seulement séparé de la cuisine par une porte), qu'il avait un vieux transistor. J'ai vu le même dans une recyclerie mais il était trop cher et en plus il ne fonctionnait pas (ce qui est évident).

    Vous voyez, entre le moment où j'ai écrit cette note, j'ai bu trois cafés et la luminosité extérieure a été multipliée par trois. J'ai jeté un coup d'œil dehors...il n'a pas neigé mais ça a gelé ! Il y a une route avec une intense circulation qui traverse Locoal Camors. Je crois que c'est limité à 50kmh, il faut que je vérifie mais la plupart des véhicules sont dans les 90kmh. Quand un quidam Lambda me demande pourquoi je n'ai pas de permis, je réponds que c'est à cause d'un excès de vitesse, ce qui corrobore la thèse de ma sœur qui aurait dit que j'étais un "menteur compulsif". En tout cas, je n'ai pas menti dans cette note....et je ne sais pas pourquoi le commentaire de L a disparu. Je ne connais pas les arcanes de Facebook.

    Bon, malgré l'épée de damoclès au dessus de ma tête et dont je ne tiens pas à parler, je vais bien et sans benzodiazépines...contrairement à 5 millions de Français qui gobent un ou deux Xanax avant d'aller au boulot. 

    La citation du jour écrite par Alberto Moravia et citée par Camille dans Le Mépris :

    J’ai remarqué que plus on est envahi par le doute, plus on s’attache à une fausse lucidité d’esprit, avec l’espoir d’éclaircir par le raisonnement ce que le sentiment à rendu trouble et obscur.

    @Shako

                 

  • Baud, séquence 1

    mediab.jpgHier, j'avais rendez vous avec ma banquière du Crédit Agricole de Baud. Physiquement, elle ressemble un peu à Jakie Quartz mais pas du tout à Françoiz Breut. Lors de cet entretien informel (je suis rentré par une porte débordée comme on dit), on a fait le point sur mes dépenses et Julie (décidemment, encore une Julie) était étonnée du nombre de livres que j'achetais que ce soit en physique ou en digital. Elle me rappelle alors  qu'il y a une grande médiathèque dans sa commune (intitulée le Quatro) et je lui réponds que certes,  d'un point de vue architectural, il n'y a pas mieux  en France (c'est moi qui ai écrit l'article pour Ouest France sur le sujet) mais à l'intérieur aussi lounge soit l'affaire dans le genre fauteuil 2001, a space odissey, le fonds littéraire est décevant. Lors des rentrées littéraires, la marchandise met un mois à arriver alors qu'avec la kindle, en trois secondes, c'es bâché. Youtube et Deezer obligent, l'espace musique du Quatro est au bord dépôt de bilan. 

    Exemple : comment expliquez vous qu'il n'y ait qu'aucun volume de Proust et rien sur Robert (heu, sur Rimbaud, je veux faire mon malin) ?

    Donc, Julie Picaud, boursicoteuse à l'agence Crédit Agricole de Baud, non<<<<<<<<<<<...je ne trouve rien d'intéressant dans ces rayonnages globalement dédiés aux personnes d'un certain âge.

    Donc, je suis obligé d'acheter.

    qutromou.jpgPar contre, si je n'y emprunte aucun bouquin, j'aime y flâner  et m'installer dans le salon vintage. C'est coloré, bien éclairé et silencieux. Mais je n'y trouve globalement pas mon compte. Je suis en train de (re)lire le procès de Kafka et je doute qu'il soit présent dans ce troisième lieu (je doute car il y a des mois que c'est fermé), terme que m'a appris la bourgmestre en question (Pascale Gilet Guyader). Le premier lieu est le domicile conjugal, le second, le travail, c''est la santé  et donc le troisième, c'est endroit dévoué à la culture. 

    A partir de là, j'ai dit à madame le maire  que j'avais l'intention d'ouvrir une librairie bio bien achalandée et pour  appâter le chaland une section maison de la presse avec comme seul quotidien à  vendre L'HUMANITE. 

     

    Cela  se situe quelque part
    Au sein d'une ville quelconque
    Là où jadis à défaut d'art,
    On ignorait le mot Joconde.

     

    A Baud, chacun sait que les siècles
    ont façonné cette bourgade
    Que ce soit Messire Outslake
    ou le Meliot de Sainte Barbe.

     

    Je sais un trou d'eau misérable

    Tout près du complexe sportif

    Où l'on a posé bancs et tables

    Pour de quelconques motifs.

     

    Hier le Lorrain dit le sauvage
    But cul sec la puanteur
    Avant d'aller vers les rivages
    Vaincre les prédicateurs.

     

    Les Baudais ou les Baldiviens
    Du nord ou de Quinipily
    Se promènent sous le crachin
    N'ayant cure du parapluie.

     

    Milon des plaines et d'Arradon
    Ont leur squelette sous Adrien
    Georges Cadoudal lui dort où, 
    Peut-être ici ou bien plus loin.

     

    Aujourd'hui Baud, de ses ancêtres
    Se fiche un peu et fait bombance
    Le Blavet coule que rien n'arrête
    Vive le far, vive la France.

     

    Loïc LT, le 20 mars 2021

     

     

     

  • revenir au monde (2)

    DSC02127.JPGAprès plusieurs rechutes, je crois être désormais  sur le droit chemin de Damas mais comme on dit j'ai gagné une bataille des Ardennes mais pas la guerre de cent ans. Avec toutes ces conneries, j'ai été condamné à 8 mois de prison ferme mais j'ai interjeté appel. La justice a son propre vocabulaire et elle a ses raisons que la raison ignore. Je ne sais pas quand l'audience de aura lieu...dans plusieurs semaines ou plusieurs mois, dans un an, dans un siècle, une éternité aux couleurs.... de l'été lorientais.. Je crois que j'ai de bonnes chances d'échapper au pénitencier car j'ai fait des efforts dans le mauvais sens giratoire. Car lors du premier jugement, le procureur (comment peut-on avoir envie de faire ce métier ? Il faut vraiment avoir le goût de haïr les gens)...je peux vous dire que celui là était implacable comme il doit l'être avec tous les prévenus. Il m'a démonté et j'étais prostré, je pensais à mes filles et je me disais qu'en m'attaquant, c'est elles qu'il attaquait. J'étais très mal  parce qu'il y a des périodes où je suis complètement down pendant lesquelles je n'ouvre pas les volets de la journée. Si le procès avait lieu demain, j'aurais fait tomber ce procureur de sa chaise.  Et mon avocate aux cheveux blonds qui fait le minimum syndical, je ne sais pas à quoi elle m'a servi. Je ne vous ai pas parlé de la juge. Coupe au carré de bœuf, bien sapée mais tout aussi cinglante que l'autre gentil. Elle n'a eu aucune compassion à mon égard. Mais en fait, je n'en demande pas, je veux juste qu'on me traite comme un être humain et non comme un cube bleu faisant un mètre carré (ou un  peu plus) venu d'une planète lointaine. 

    Donc, pour aller de l’avant, je fais de l'hôpital de jour, c'est à dire que deux demi journées par semaines, je me rends avec mon super vélo au centre médico psychologique (CMP) de Auray, le lundi matin et le jeudi soir à 23h30. Le lundi matin, c'est groupe de paroles et le jeudi soir, tir à la mitraillette en balles réelles contre d'éventuelles djihadistes. J'aime ces matinées et nuits... d'ailleurs je me suis déjà fait des amis islamogauchistes et de l'ultra-droite. Moi qui suis très réservé, je parle beaucoup . Sans doute que le bonbon rose du matin y est pour quelque chose. 

    Par ailleurs, j'ai un autre projet dont j'ai fait part à la dame du spip (service pénitentiaire d'insertion et de probation). Le rôle de cette structure est de "d'assurer le contrôle et le suivi des personnes placées sous main de justice en milieu ouvert ainsi qu'en milieu fermé".  Je pense que vous ne connaissiez pas ce truc avant que j'en parle. Moi non plus, je ne connaissais pas avant. Pourtant c'est une structure fondamentale d'une justice indépendante dans un pays démocratique comme la France. J'aime la France et ses institutions.

    Donc, mon autre projet, un peu fou est d'ouvrir une maison de la presse à Baud qui ferait maison de passe, librairie et un endroit où il serait agréable d'errer, de discuter et de boire un café ou un thé ou d'enfiler une bouteille de whisky cul sec. Il faut que je trouve un bocal assez grand car il me faudra de la place. Je veux un large choix de livres, c'est à dire ne pas me contenter de certains auteurs dont vous devinez le nom. Si je fais ça, c'est que Baud fait plus de 6000 habitants et qu'elle n'a plus de maison de la presse si bien que je ne sais pas comment font certains pour acheter l'humanité ou valeurs actuelles. Et si je dispose d’une librairie bien fournie, je pense pouvoir faire venir des contribuables d’autres communes.

    J'ai rencontré madame le maire de Baud, Pascale Gilet, une jolie quinquagénaire qui me suit dans mon projet. Mais cette boutique de la joie du christ n'est pas prête de s'ouvrir. Il me faut déjà faire une formation en gérance ou je sais pas comment on dit et qu'une banque me prête quelques centaines de milliards d'euros. Ensuite, donc, il faut trouver un local plutôt dans l'hypercentre. 

    Ce projet fait sourire mon père qui en ce moment est encore plus dur avec moi que le procureur. Il ne cesse de me gueuler dessus, de me juger  or j’estime que seul le juge doit avoir ce pouvoir. Je pourrais être dur avec lui aussi mais j'ai pas envie de le démonter. On ne tire pas sur une ambulance. Mais avec la vieillesse, il devient virulent alors qu'il a toujours été un mec très cool. Il a 76 ans, il est en fauteuil roulant et dort sur un matelas Merinos. Il habite la longère de Berloch où ma  sœur et moi avons grandi. Comme il est en fauteuil roulant, il ne peut pas accéder à l'étage où il y a quatre chambres qui ne servent à rien. Depuis quelques temps, il s'est pris la manie de faire des travaux divers alors que je pense qu'il devrait trouver un logement à sa mesure dans le bourg de Languidic. Ma puinée est d'accord avec moi...mais il ne veut rien entendre. Il veut rester dans cette longère (quasiment invendable vu le corps de ferme en ruine attenant) . Quand je lui demande de l'aide, vous voyez de quelle aide je parle, sa théorie est que c'est aux enfants d'aider les parents et non le contraire. Je trouve ça complètement stupide. Je veux bien l'aider lorsque je vais le voir mais je me vois mal lui donner de l'argent alors qu'il croupit sur je ne sais pas combien d'anciens francs . J'ai l'air comme ça de ne penser qu'aux thunes alors qu'en fait à la base navale, je m'en fous mais il se trouve que je traverse une période difficile. Mais ça va, je survis. A défaut de manger, je me nourris de nourritures spirituelles. Quand on aime la littérature, lire, écrire, quand on aime Françoiz Breut ou Etienne Daho, on ne peut qu'être heureux. Mais la solitude me pèse un peu. Une fille a vécu trois jours avec moi la semaine dernière et je dois avouer que je n'en tire pas spécialement un bon souvenir. 

    Le tableau en illustration a été peint par Angélique Salenbier, une baldivienne qui fait aussi dans la psychothérapie. Je lui ai subtilisé la chose pendant qu'elle était partie faire un truc. 

    Je viens de commencer à lire (relire car je l'ai lu il y a très longtemps) le procès de Kafka. Comme si j'en vais pas assez  avec la justice !

    Oui, l'heure nouvelle est au moins très-sévère ! La vision de la justice est le plaisir de dieu seul. 

    Shako

     

  • Françoiz Breut - juste de passage

    L'album "le flux flou de la foule" de Françoiz Breut va sortir au printemps mais je ne sais pas trop quand. Amazon nous a révélé la couverture qui change de celle des précédents albums sur lesquelles la chanteuse cherbourgeoise dont les grands-parents sont originaires de Quimper ( je tenais à le signaler) faisaient des dessins plus ou moins appréciés. Donc voici, la couv. 

    flulu.jpg

    Françoiz s'essaie à du moonwalker à l'envers !

    Sinon, après avoir un sorti un premier single accompagné d'un clip très sensuel (mes péchés s'accumulent), un deuxième extrait vient de sortir (mais sans clip) qui s'intitule "juste de passage". Je n'ai pas encore trop fait attention au texte mais il a l'air bien léché. L'orchestration est à l'avenant. Tube France Inter en perspective !

    @Shako

  • la femme sans histoire (Françoiz Breut, par Dominique A)

    Quand on a interviewé Françoiz (voir groupe " ekfb" sur le groupe Facebook "everyone kisses Françoiz Breut'"(venez bon sang), on lui a posé la question de savoir quelle était dans son répertoire, sa chanson préférée en ne lui laissant aucune chance, elle a répondu "la femme sans histoire" paru sur l'album Françoiz Breut en 1997 sur le label le bon moyennais et écrit et composé par Didier Barbelivien. Pour le questionnaire, elle a fait sa chafouine mais pas trop "j'aime plein de choses qui me viennent etc " et puis elle a répondu à la surprise générale de moi même  et l'assemblée réunie en consortium (ça veut rien dire, je pars en live) que c'était "la femme sans histoire", la chanson dont j'ai peut être le moins écouté dans son répertoire. Une seule phrase, ouf !

     

     

    Dès que je passais les premières notes, une espèce de tam-tam avec une rythmique peu emballante , je passais à la suivante. Je dis pas, peut-être que lorsque j'ai acheté cet album (il y a 23 ans...), peut-être que je l'écoutais distraitement en travaillant ma compta (ou en n'essayant)...mais franchement non. J'ai écouté plein de titres de cet album mais pas celui-là. Mais ça alors !! Qu'est ce que t'en penses ? ( je fais ma Carla). Alors, aujourd'hui alors que notre président est entre la vie  et la mort, j'ai fait attention à ce titre. Bon, pour la mélodie et les orchestrations, je reste sur ma position, par contre pour les paroles (je les pose pas ici, vous les trouverez partout), je coince car il faut savoir que je suis sorti avec un modeste 14 de la primaire de Saint-Donatien près de Berloch en Languidic (rassurez vous, ce n'est pas le secteur de Julie Schittly ni le domaine de Fanny Chiarello)  On était cinq en cm2 quasiment et trente dans l'école fils, garçons, gays, bi·e·s, trans et intersexes étions tous quasiment enfants de paysans. C'était la belle vie

    Venons en fait en fait. Attendez, je réécoute la chanson.

     

    1 - je pressens que c'est une femme qui cherche à une écrire une histoire, à écrire et malgré des efforts qu'elle endure, elle trouve pas .Un jour une histoire vient à elle et lui offre un type (va voir cet homme là-bas, elle m'a poussé contre lui et m'a dit maintenant je suis à toi). C'est la bonne ! Mais elle dit plus tard qu'elle n'a pas qu'une idée vague de cette histoire 

    2 " à part une histoire, à faire tourner, à faire tourner, je peux voir venir le pire sans histoire". Le pire, c'est quoi. Est-ce qu'elle raconte sa propre vie de femme sans histoire lors de  laquelle, elle a croisé un type qu'elle a largué ?

    3- il est pas question d'amour dans ce texte. Elle veut juste vivre normalement, avoir une histoire, là, sa vie est morne, triste, sans vie. 

    4 - c'est la version de Léonor qui se prend pas la tête comme moi. Sans doute la bonne. snif

    version Léonor :Souvent ne on tombe pas amoureux de quelqu'un mais de l'image qu'on a de soi même amoureux, d'une histoire où on se voit dans un rôle qui nous plait. 

    Combien de fois j'ai écris "histoire" dans ce topo ?

     

  • Françoiz Breut - mes péchés s'accumulent

    C'est le nouveau Françoiz Breut qui préfigure le flux flou de la foule, l'album qui doit sortir au printemps 2021. C'est très beau, très sensuel et la voix de Françoiz est clairement mise en avant ce qui fait que je n'aurai pas de mal à retranscrire les paroles demain matin, pas devant mon bol de café car je viens de m'apercevoir que je n'avais plus de filtre. Fait chier ! On peut mettre quoi à la place d'un filtre ? Du sopalin ? Mes ennuis à moi aussi s'accumulent (mais pas trop).

    Le mot préféré de Françoiz est "crépite" et elle aime les rimes en ime ou ipe en général. D'ailleurs, j'ai remarqué quelle s'est mise dans le rang, elle utilise de plus en plus la rime.

                                             

                                   

  • Françoiz Breut fait des dessins

    Ce livret Collector composé de 12 dessins originaux de Françoiz Breut accompagne l'édition originale du vinyle de l'album ZOO.

    Il est tiré à 100 exemplaires numérotés et signés de 1 à 100. L'ensemble de ces exemplaires constitue l'édition originale.

    Achevé d'imprimer sur les presses de l'imprimerie Dereume à Drogenbos en février 2016.

    Exemplaire n°15.

    (avec une signature manuscrite de F : Françoiz Breut 216.

    DSC02019.JPG