Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Dominique A

  • Dominique A - pour la peau (explication de texte, Léonor)

    DSC01701.JPGAuguri est aussi un mot latin et pourrait signifier ici « Pour l’augure » : Dans la Rome antique, l’augure était celui qui observait et interprétait les signes constituant les auspices, pour dire, surtout aux hommes de pouvoir, si telle entreprise aurait du succès, si elle présentait un danger etc. presqu’un devin donc… je pense que c' est plus cette acception du terme qui a attiré Dominique… Maintenant « Pour la peau » : C est l’histoire narrée par Dominique, d’un homme, un Don Juan, du moins quelqu'un  assoiffé de sexe (la «peau» = le corps/chair/sexe ) qui a « su attendre", a su parler (à sa proie/victime, la femme qui perdra son intérêt dès qu elle aura été dévorée/ une fois le rapport sexuel consommé, donc…) c' est un beau parleur qui séduit ses victimes pour parvenir à ses fins. … « elle voulait se défendre » la fille, sa dernière conquête, donc, il essaie de la convaincre qu’ils doivent faire l’amour, la convaincre même de se laisser toucher, embrasser… elle veut pas, pas encore, donc se défend… presque comme une lutte, beau comme un combat de lutte… comme les rituels d' accouplement chez certaines espèces… il s’approche, elle le repousse et ainsi de suite…. Mais le Don Juan sait se montrer patient « ta patience infinie »… « Ses "non, "oui", "pas ici" : “ Elle, la femme, lui donne toujours des prétextes pour ne pas céder à ses avances: non, je veux pas, oui, mais en fait non, pas ici, l’endroit convient pas… pour retarder toujours la chose… “Un jour ça s'est passé Elle voulait dans ta chambre »: Un jour ça a eu lieu, il a réussi à la convaincre et ils ont bien fait l'amour parce qu'elle a bien voulu dans la chambre de cet homme…. « Et tout a bien été Et tout était très tendre »: Leur étreinte s’est bien passée, tendrement… « Mais après, comme toujours, Ça t'a rendu tout chose. »: Dès la fin du rapport sexuel, l'homme perd déjà son intérêt pour cette femme… « Elle s'est lavée vite fait » hé oui, détail scabreux, mais elle est allée se laver juste après (parce que sinon elle attrape une infection urinaire ! ou déjà, elle regrette et essaie d effacer ce qui vient de se passer…« Tu savais bien comme c'est » : Tu sais bien que c' est toujours comme ça, mais qu'est ce que tu ne ferais pas pour le sexe, pour assouvir tes pulsions… « Ton sang chauffé d'un coup etc” : son désir de sexe et de nouvelles conquêtes lui font tout faire, tout dire, tout tenter, aller partout… « Là, tu es dans un lit Où ton sang t'a mené » : on si préfère plus prosaïque : où son érection l'a mené « Et la fille est jolie Et après, vous parlez Et tu dis "j'ai quelqu'un" Tu dors sous d'autres draps Depuis longtemps déjà,: Donc après leur rapport sexuel, ils parlent un peu, mais lui, déjà, a hâte de se débarrasser d'elle c'est pourquoi il lui révèle ou lui ment qu'il dort sous d'autres draps = Il dort avec une autre femme, quil aime sans doute puisque ça fait un moment qu'ils sont ensemble, autre façon de lui dire qu'il ne veut plus rien d'elle…. « Avec ton sang qui dort Sous tes mains, sous ta peau ; Ton sang paisible enfin Paisible, lui au moins. »: Son sang dort maintenant, il est paisible= l homme est apaisé, car il a assouvi ses désirs, il se sent + tranquille, son corps, son sexe, pour le moment, du moins… son sang, son corps, paisibles mais son esprit non, car cette chasse aux conquêtes ne le laisse pas en paix, ne lui laisse pas de répit.. esclave de la peau, de son corps, de ses pulsions, c'est à dire de ses besoins charnels, jamais longtemps assouvis… Voilà vite fait, une journée typique de ce Don Juan beau parleur.. 

  • Dominique A - pour la peau (explication de texte, Shako)

    DSC01695.JPGL'album Auguri date de 2001 et a été réédité en vinyle récemment. Il faut dire qu'en 2001, seuls les deejay  faisant dans la House music achetaient des vinyles et puis aujourd'hui, c'est le grand retour. A la Fnac de Lorient par exemple, le rayon vinyles prend plus d'espace que que celui des cd. Qui aurait pensé ça il y a 20 ans. ? Aujourd'hui donc, les gens sont abonnés au plateformes Spotify ou Deezer et puis pour certains albums ils aiment bien avoir le 33T. C'est mon cas pour Dominique A, Françoiz Breut,  Etienne Daho et Vincent Lermis.

    Je pense que Dominique a choisi de titrer l'album Auguri pour la sonorité puisque ce mot italien qui signifie « vœux » ou « félicitations » n'a pas vraiment de sens. Peu probable donc de la choisir pour ça.

    Je voudrais m'arrêter sur la chanson « pour la peau », une des chansons préférées des fans du chanteur. Et bien sûr personne d'entre eux ne va expliquer comment il comprend ce texte. Texte difficile et des fans qui font semblant de comprendre. C'est ce que je reproche aux groupes d'artistes. On like à tout va mais personne ne dit pourquoi il aime un texte. Mais je ne suis pas plus con qu'un autre. Allons-y.
    Je suis cartésien et spécialiste reconnu en physique quantique alors comprenez que cette affaire là me dépasse.
    Dans ce titre, deux protagonistes le « tu », donc proche du narrateur et « elle » .
    Bon, dans les trois premières strophes, il est question d'une femme qui attend mais « tu » résistes et « elle voulait se défendre » et puis je sais pas, « un jour, ça s'est passé ». Deux femmes donc. Ce sont deux femmes donc d'ailleurs « tout était très tendre ». C'est souvent l'impression que ça donne...deux femmes = tendresse. Dans la deuxième partie du texte, le mot « sang » est utilisé quatre fois alors il faut donc s'y arrêter. Le sang indique une pulsion, quelque chose d'organique qui nous dépasse, qui amène la recherche de la peau. Après l'amour, il est question du sang qui l'a mené là, pour la peau, pour toucher la peau de « elle » mais c'est juste pour toucher cette peau car tu dis « j'ai quelqu’un ». Alors, et là je comprends pas pourquoi, le sang est paisible enfin, apparemment parce qu'elle dort habituellement sous d'autres draps et que cette parenthèse alors ton sang s'endort, il est paisible enfin
    Qu'est ce que tu ne ferais pas pour la peau....tu as caressé une autre femme mais tu as quelqu'un dis-tu, ici tu dors sous d'autres draps, tu n'es là que parce que ton sang malgré toi t'as poussé vers une autre peau. Pour une peau tu ferais ça. tu ferais n'importe quoi mais c'est peut-être que pour la peau, elle est capable de tout.
    Je vois les choses un peu comme ça. Il n'y a rien de masculin dans ce texte, il y a « tu », donc proche du narrateur et cette autre "elle" dont « tu » veut toucher la peau. Ce qu'on ne ferait pas pour la peau.

    Mais pour me dédouaner, je dirais comme Dominique : " à chacun son interprétation".

    Ci-dessous, photo à l'intérieur de l'album. Flou et mystère sur le mec (ou la fille). On reconnait derrière les piliers de pêche qu'on voit au sud de la Loire Atlantique. 

    Shako

    DSC01693.JPG

  • le train Vannes-Lisbonne



    Hello again it's me !

    Il y a combien de temps, je ne sais pas, pas l'été dernier c'est sûr car l'été 2019, j'avais sombré dans les décombres de l'humanité, alors, en automne peut être. Oh, je pourrais savoir, il suffirait de remonter le fil de discussion jusqu'au jour 1 mais je vais pas le faire ce n'est pas important. Je me souviens par contre comment nous sommes entrés en contact et ça me semble bizarre, c'est comme si le destin voulait que nous nous rencontrions. Nous faisons tous les deux partie du groupe consacré à Dominique A ( depuis, j'ai été viré) et un jour j'ai annoncé que je disposais d'un cd de morceaux inédits uniquement donnés à ceux qui achetaient un vinyle. Le vinyle en question devait être toute latitude et la connaissant aujourd'hui elle ne devait aimer aucun titre de cet album pas plus que l'album d'après. Et par ailleurs, je ne suis pas certain que comme moi, elle utilise encore le support cd.

    Donc elle prend contact avec moi en privé via Messager concernant ce cd inédit mais très vite on n'en a plus parlé. Pendant des mois, on a dit tout de nous mais surtout de moi qu'elle d'elle. Elle a toujours gardé une certaine pudeur concernant sa vie personnelle et je respectais ses choix. Parfois quand même j'avais l'impression d'avoir servi d'exutoire aux déboires et pas des moindres qu'elle avait à subir. Mais c'était une fierté pour moi. Elle aussi a eu à supporter mes propos exaltants et ma joie de vivre. A la différence d'elle, je me mets beaucoup en scène, physiquement (déjà parce que je fais des vidéos) alors que je ne sais rien d'elle et je ne demande pas à le savoir.

    Il y a eu quand même un problème. Lorsqu'on a pris contact la première fois, pensant que ce serait une discussion sans lendemain, j'ai raconté pas mal de conneries et nos discussions perdurant, je me suis englué dans des mensonges et au bout d'un moment j'avais du mal à me dépêtrer alors j'ai décidé, advienne que pourra, de lui dire toute la vérité. Elle ne l'a pas mal pris et nos discussions ont continué et moi j'étais quand même délesté d'un poids.

    Beaucoup de choses nous séparent, je dirais presque tout même. Musicalement, elle est plus rock que moi et l'album de Dominique A qu'elle préfère est celui que j'aime le moins (Remué), elle a un travail indépendant et moi suis salarié. Son travail lui prend beaucoup de temps et entre nos discussions, elle bosse dans ses traductions franco-portugaises jusqu'au bout de la nuit. Beaucoup d'elle reste un mystère et c'est ce qu'elle cherche inconsciemment. Par petites doses, elle me dévoile pourtant des petites choses de sa vie privée mais il faudrait que je remonte le fil pour toute noter et donner une cohérence à tout ça. Elle par contre n'a aucun problème de mémoire et elle sait me ressortir un détail que j'ai dit deux mois auparavant. Bientôt elle me servira d'agenda. En Français plutôt qu'en Portugais.

    Politiquement, bien que nous soyons tous les deux de droite, beaucoup de choses nous séparent mais je n'ai pas envie de rentrer sur ce terrain-là. A chaque fois, on se fâche.

    Évidemment aussi, la géographie nous sépare. Vivre à Lisbonne n'est pas vivre à Vannes. Les deux villes font partie de l'Union Européenne, disposent de la même monnaie...et puis c'est tout.

    Nous avons divorcé tous les deux, ça pourrait être un point commun mais la façon dont ça s'est passé de son côté et de la mienne est complètement différente. J'ai deux filles adolescentes et elle a un garçon de onze ans qui entre dans l'adolescence et c'est un peu compliqué. Là aussi, il y a un décalage.

    J'ai pas envie de m'étaler sur les points communs parce qu'ils concernent à peu près tout le reste. Quand même culturellement, nous sommes fans du cinéma de Eric Rohmer et des livres de Milan Kundera et ce n'est pas rien. Malheureusement, elle n'aime pas Daho. J'ai bien essayé pourtant mais non ! Je ne sais pas si elle est fan de Basia.

    Comment de pas parler de Françoiz Breut ? J'ai crée un groupe sur cette chanteuse dont elle est co-administratrice. Comme Dominique A, il y a plus de choses qu'elle n'aime pas que de choses qu'elle aime. En tout cas, ce qu'elle n'aime pas, c'est tout son travail artistique autre que la chanson.

    Pour le reste, prenez votre pelle et votre pioche et essayez de vous dépatouiller.

    J'avais tendance et j'ai toujours tendance à lui déballer les moindres faits et gestes de ma vie quotidienne et elle me donne des conseils. Aujourd'hui, on pourrait dire qu'elle est mon coach. Je me dis souvent que j'en dis trop...à quoi bon lui dire ceci ou cela, lui montrer un t-shirt que je suis en train d'essayer dans une cabine et c'est quelques chose qui me gêne de plus en plus mais d'un autre côté, soit ça ne l'embête pas soit elle n'a jamais eu la franchise de me le dire. Mais comme nous sommes tous les deux des solitaires assumés, avoir des détails sans importance d'un pauvre type habitant au fin fond de la France ne la désintéresse peut être pas. D'ailleurs, elle pose beaucoup de questions sur moi. C'est donc qu'elle veut savoir.

    Elle est Française et fière de l'être. Elle me parle plus de notre beau pays que du Portugal. Je ne sais même pas comment elle a atterri là bas mais tant qu'elle ne me l'aura pas dit je ne lui demanderai rien.

    Il est arrivé que nous discussions durent jusque très tard dans la nuit mais c'est moins le cas aujourd'hui. Pas qu'elle ne m'intéresse plus mais physiquement mais j'ai du mal à suivre. J'ai besoin de dormir ! Elle, je crois qu'elle se lève tard. Une nuit, nous avons discuté très tard si bien que je n'ai pas jugé utile d'aller me coucher.

    Parfois quand on discute, elle peut tout interrompre sans rien dire et revenir deux heures plus tard.

    Détail d'importance c'est la dernière personne au monde à utiliser un smarphone fonctionne sous Windows.Phone.

    Voilà, j'écoute Basia, une chanteuse dans le genre de Sade mais en mieux, qu'on a peu trop oublié mais qui s'accommode aussi bien des petits matins que des fin fonds de la nuit. Quand j'ai commencé cette note, j'ai pensé qu'il y avait beaucoup de choses à dire mais justement, il y en a tellement que j'ai dû en laisser sur le bord de la route.

    Et puis, c'est peut-être pas plus mal. Les cinq lecteurs qui liront cette note ne m'en voudront pas.

    Loïc LT

  • Isabelle ou le Chat de Schrödinger

    Depuis quelques mois je connais une fille qui habite Saint-Malo-de-Beignon. C'est un bourg qui me parle car lorsque j'effectuais mon service militaire à Guer, le soir, on sortait avec quatre ou cinq bidasses, on achetait de la bière et on allait les boire au bord d'un étang situé près de ce bourg. Et quand on était bien éméché, on se foutait à poil 100%, on courait vers le ponton et on se jetait à l'eau. C'est le seul souvenir que j'ai de ce bourg, c'est pour ça que lorsqu'Isabelle m'en a parlé, j'ai repensé à ces soirées au bord de cet étang dont je ne sais le nom.

    Cela fait plusieurs mois que je connais Isabelle. Quand je l'ai connue, elle n'allait pas bien et puis j'ai assisté à sa transformation. Mais on se parlait très peu. Un jour que pour une fois je lui parlais, j'ai dû lui dire que je m'intéressais à la physique quantique, elle m'a demandé alors si je connaissais le chat de Schrödinger. A part mon chat Merlin, je ne connais pas le nom des chats des autres et donc encore moins de celui du dénommé Schrödinger. Je lui ai répondu que non mais ça m'avait surpris qu'elle me sorte ça de façon si naturelle comme ci elle me disait qu'il faisait beau dehors. Lorsque je suis rentré chez moi, j'ai en effet trouvé l'endroit où il en était question et l'expérience de ce chat qui existe et n'existe pas et qui est en fait un fondement de la physique quantique mais je vais éviter les explications.

    J'ai su plus tard qu'elle avait un sérieux bagage scolaire et qu'elle avait participé à une conférence sur le quantique et qu'à côté d'elle était assis un des frères Bogdanov.

    Petit à petit, on s'est mis à discuter de plus en plus de choses métaphysiques. J'étais agréablement surpris de sa transformation. D'une fille très effacée portant tout le temps un espèce de gilet rose, elle était devenue plus féminine jusque porter une jupe. Enfin, je croyais que c'était une jupe mais en fait c'était une robe. Un autre jour, elle portait une robe longue que j'aimais moins mais j'ai pas osé lui dire que ça ressemblait à un sac à patates. Physiquement de visage, je ne saurais trop dire. Je devinais qu'un mystère s'y cachait et les traces d'un passé assez lourd. Je ne posais aucune question sur sa vie qu'elle me distillait tranquillement. J'ai su qu'elle avait une fille mais je ne sais plus son âge et surtout qu'elle avait un mec qui s'appelle Cédric. Comme elle commençait à m'attirer, je lui disais en rigolant que j'allais tuer ce Cédric et donc qu'il me fallait abattre tous les Cédric de Nantes où il habitait car je ne savais pas son nom de famille. Souvent alors qu'on buvait un café ensemble avec d'autres individus, son téléphone sonnait et elle répondait "coucou chéri". J'aurais dû être indifférent car je ne savais pas ce qu'il se passait dans mon cerveau. J'étais fragile moi aussi et je n'avais pas du tout confiance en moi. J'étais en surpoids et le soir quand je me regardais dans la glace, je faisais des grimaces pour ne pas me voir en vrai. C'était une époque où on mangeait dans le même restaurant et j'étais surpris qu'elle se mette à une table avec des vieilles personnes alors que j'étais souvent seul à une autre table comme un con. Je ne le sais pas encore...mais tout ça est fini. Il y a de fortes chances qu'on ne se revoie plus. 

    Mais je n'ai pas encore dit l'essentiel. Un soir, perdu dans mes pensées forcément métaphysiques autant que discrètement sentimentales, je doutais plus que jamais de l'existence de la matière et donc de l'atome. Seule Isabelle me posait des questions là dessus. On jouait à un jeu de société à deux, trois ou quatre mais souvent la partie s'interrompait lorsqu'elle et moi discutions de choses et d'autres. Elle ne venait pas souvent et ça m'énervait et je ne savais pas trop pourquoi. Un jour que je devais quitter Vannes, je lui ai envoyé un message. Un ami que j'avais souvent au téléphone m'avait dit "arrête de réfléchir et fonce". C'est vrai, cette putain de vie est trop courte, pourquoi se fixer ces interdits ridicules ? Prendre un râteau n'est pas la fin du monde. Donc je lui ai envoyé ce texto : "heureusement que je ne suis pas resté plus longtemps à Vannes parce que j'étais en train de tomber amoureux de toi". Et à ma grande surprise, j'ai eu très vite cette réponse : " j'avoue que moi aussi. Je l'ai ressenti, ça m'a troublée puis je me suis ressaisie". Je dois dire  que je n'ai pas bien compris cette réponse. A-t-elle ressenti que je tombais amoureux d'elle et que ça la troublait ou bien elle avouait qu'elle aussi était en train de tomber amoureuse de moi ?  En tout cas, ensuite, une fois lancé, j'ai poursuivi par un "un jour, nos mains se sont touchées et j'ai eu des frissons partout. C'est très bien que tu t'es ressaisie". Je mentais, je ne voulais pas qu'elle se ressaisisse. Elle avait un mec qu'elle aimait et elle venait même de faire les présentations à ses parents dont elle m'a dit laconiquement que ça s'était bien passé.

    Il est deux heures du matin. En écrivant cette note, j'écoute Franck Sinatra. Ecouter ce chanteur me rassure, m'apaise. A propos de chanteur, Isabelle m'avait fait écouter des choses qu'elle aimait et surtout à la question "qu'est ce que tu écoutes ?", elle ne m'avait pas répondu bêtement comme la plupart des gens "un peu de tout". Je me souviens qu'elle m'avait fait écouter Damien Saez un chanteur que je ne connais que de nom. Au fond de moi, je lui pardonnais alors de ne jamais avoir entendu parler de Dominique A. Ce chanteur sans doute le plus prolifique et inspiré de France reste totalement inconnu du grand public. Il lui manque sans doute un tube. J'en ai fait un peu écouter à Isabelle et notamment "il ne faut pas souhaiter la mort des gens" et j'ai profité de l'occasion pour lui dire à nouveau que je voulais tuer Cédric. 

    Ayant quitté Vannes, j'ai fait exprès de ne pas lui envoyer de message pour voir si elle allait m'en envoyer. J'ai attendu deux jours sans trop y croire et hier soir j'ai reçu un "y'a qu'à toi que je peux raconter tout ça car on est libre d'en parler sans limite" suivi d'un autre message "on se ressemble beaucoup". Je ne vais pas dire de quoi elle parlait dans le premier message. En tout cas, je me disais qu'on avait échangé cette troublante relation que par texto. A ce dernier texto, je lui ai bêtement envoyé les paroles d'une chanson de Daho qui s'intitule "on se ressemble". Peut-être espérait-elle quelque chose de plus personnel. On ne sait jamais ce qui se passe dans la tête d'une femme.

    Aujourd'hui, nous ne nous voyons plus. Est-ce une histoire impossible ? Je crois que oui mais elle ne m'a pas servi à rien. C'était pas grand chose mais ça me redonnait un peu confiance et elle, je ne sais pas. Je vous l'ai déjà dit, lisez un peu. On ne sait jamais ce qui se passe dans la tête d'une femme !

    En tout cas je me souviendrai longtemps d'elle. Que de chemin parcouru depuis le chat de Schrödinger. Cette expérience est tellement sidérante que je vous pose ici ce qu'en dit wikipedia : 

    C'est la mesure qui perturbe le système et le fait bifurquer d'un état quantique superposé (atome à la fois intact et désintégré par exemple… mais avec une probabilité de désintégration dans un intervalle de temps donné qui, elle, est parfaitement déterminée) vers un état mesuré. Cet état ne préexiste pas à la mesure : c'est la mesure qui le fait advenir. 

    Je me suis fait ma propre interprétation de cet énigmatique extrait : les choses n'existent que parce qu'on les voit. J'en parlais à Isabelle et bien qu'elle respectait mon opinion, elle n'était pas du tout d'accord. J’insistai sur le fait qu'elle n'existe que parce que je la vois donc en ce moment précis au cœur de cette nuit, elle n'existe pas. Elle m'appartient donc puisqu'elle n'existe que lorsque je la regarde. Oui, j'ai remplacé la mesure par le regard. C'est rassurant de penser ça. Je ne la reverrai sans doute jamais mais elle m'appartient. 

    Loïc LT

  • Brouillon de culture, Shako sabre la bouteille d'eau !

    Voilà, il est arrivé ce qui devait arriver. Votre serviteur, Shako au grand cœur reprend du service et notamment ses vidéos qui ont fait la non-notoriété de son blog ! Du coup, ça laisse plus de place à l'amusement. Il ne faut rien prendre au sérieux de ce qui se passe sur le net. Par contre si une jolie fille que tu ne connais pas te fout une claque dans la rue, t'es en droit de te demander qu'elle est le sens de ta vie.

    Dans cette vidéo douce comme le câlin d'un bisounours, je convoque au rapport les vivants et les morts à savoir Marcel Proust, Honoré de Balzac, Dominique A, Eric Reinhardt et mon pauvre ami Sébastien Monod qui se retrouve bien entouré dans ce festin culturel !

    Evidemment, tous les commentaires sont les bienvenus mais je préfère les commentaires désobligeants voire agressifs et même de mauvaise foi tiens, c'est plus drôle ! Ceci dit, je serais remettre à leur place les proustiens et les rimbaldiens s'ils en venaient aux mains ou aux sabres et tam-tam

    Shako ô grand cœur !


  • Shako, sabre et Françoiz

    Longtemps j'ai cru que la mémoire neuve était le premier album studio de Dominique A. Mais il s'agit du troisième, sorti sur le label Lithium en 1995. Il contient le premier "tube" (même s'il n'aime pas qu'on le juge comme tel). C'est un album minimaliste avec des thèmes originaux (le travail, le métier de faussaire). Avec Eleor, c'est quasiment mon album préféré sans doute parce que j'ai connu le chanteur par celui là.

    Dominique A laisse la part belle à Françoiz Breut puisqu'elle apparaît dans cinq titres : le twenty-two Bar, le travail, les hauts quartiers de peine, hear no more, dear no more et teenage kicks (paroles en commentaire).

    Il s'agit à ce jour de l'album le plus vendu de Dominique (sans doute grâce au bar de l'angle). Une fournée de 130 dates a suivi.

    Pour illustrer mon propos, je ne vais pas placer évidemment le twenty-too mais teenage kicks qui apparaît sur les douze titres bonus.

    Paroles avec traduction ci-dessous (reprise de John O'Neill)

    Shako

    Are teenage dreams so hard to beat
    Est-ce que les rêves d'adolescence sont si difficiles à effacer ?
    Everytime she walks down the street
    Chaque fois qu'elle descend la rue
    Another girl in the neighbourhood
    Une autre fille dans le voisinage
    Wish she was mine, she looks so good
    Je voudrais qu'elle soit à moi, elle a l'air tellement bien

    I wanna hold her wanna hold her tight
    Je veux la tenir, je veux la tenir fort
    Get teenage kicks right through the night
    Avoir la fièvre de l'adolescence dans la nuit

    I'm gonna call her on the telephone
    Je vais l'appeler au téléphone
    Have her over cos i'm all alone
    Lui parler car je suis tout seul
    I need excitement oh i need it bad
    J'ai besoin d'excitation, oh j'en ai salement besoin
    And its the best, i've ever had
    Et ca c'est la meilleure que j'ai jamais eu

    I wanna hold her wanna hold her tight
    Je veux la tenir, je veux la tenir fort
    Get teenage kicks right through the night
    Avoir la fièvre de l'adolescence dans la nuit

    I wanna hold her wanna hold her tight
    Je veux la tenir, je veux la tenir fort
    Get teenage kicks right through the night
    Avoir la fièvre de l'adolescence dans la nuit

  • A ma soeur Louise Vanaem de Voringhem

    Soyez les bienvenues à tous sur Shako, Sabre et tam-tam et à ma soeur, Louise en particulier...toi qui déteste "faire de l'ordinateur", te voilà servi depuis quelques semaines...

    Toi qui m'as ramené vers le bleu...Mais comment as tu fait ?

    Mais comment vais-je faire pour
    Te faire passer le goût du feu?
    Mais comment vais-je faire pour
    Pour te ramener vers le bleu?

    Et ce déplacement de 400 kilomètres avec ton Cactus... pour assister à un entretien de une demi-heure avec ma psychiatre, Romane de Boulbon. Et quelques mois plus tard alors que j'avais à nouveau glissé vers le bas, tu t'es occupé de moi alors que je buvais tranquillement un café. Je puais l'alcool. Tout à coup des bonhommes ont surgi des deux coins de la pièce. Deux bonhommes du Samu ou que sais-je. 

    Et tu me dis souvent que tu iras mieux que quand j'irai mieux. Et bien, je vais mieux mais tu restes sceptique. Et t'as raison de l'être. 

    Le lendemain je t'ai promis
    Que je ne recommencerai jamais
    Comme deux mois plus tôt tu as souri (et)
    Et tu as dit que tu me croyais (sourire)

    Vers les bleu....vers les lueurs...