Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

politique - Page 2

  • la menace

    Il parait quasiment acquis que Marine Le Pen va se retrouver à la tête de la région Nord Pas-de-Calais-Picardie. Je suis évidemment très triste, surtout quand on sait que cette région plutôt pauvre n'a rien à gagner avec le FN aux commandes mais je ne veux pas me faire donneur de leçons. Je sais pourquoi 40% de cette population vote pour l'extrême-droite, côtoyant moi-même tous les jours, des gens qui ont le cœur sur la main et qui votent FN. Mais je note en discutant avec eux un manque cruel de culture politique. Beaucoup ne savent même pas si le Front National est un parti de gauche ou de droite. 

    Bon, mais la victoire de le Pen dans le Nord sera peut-être un mal pour un bien. C'est peut-être dans l'exercice du pouvoir que l'on constatera la nocivité de ce parti, encore que les régions n'ont sans doute pas assez de pouvoir pour qu'on s'en rende compte rapidement. Mais on a vu dans les quelques communes qu'ils administrent ce qu'ils sont capables de faire et j'aimerais bien qu'il y ait des enquêtes ayant pour but de savoir ce que pensent ceux qui ont voté pour eux de l'administration de leur commune. Mais globalement, à ce que j'ai pu lire, j'ai l'impression que le FN à défaut de pouvoir mener une politique d'extrême-droite à l'échelon communal joue sur les symboles (repas à la cantine, appellation des rues, commémorations douteuses...).

    Il est intolérable que dans un pays comme la France, le FN s'installe dans la durée. Je ne veux pas que dans 10 ans, quand mes filles auront l'âge de voter, ce parti soit toujours le premier parti de France, car c'est bien ce qu'il est lorsque les partis républicains ne fusionnent pas.  

    Je ne veux pas comparer le Front National à SYRIZA évidemment. Le parti de Tsipras n'est pas xénophobe et antisocial mais les deux partis ont le point commun d'être des partis extrêmes, or il est impossible de diriger un pays en menant une politique d'extrême gauche ou droite, Tsipras l'a appris à ses dépens. Je l'ai déjà dit mais je l'ai le droit de me répéter, je ne crois pas que Marine Le Pen puisse devenir présidente de la république (car si les Républicains et le PS ont tiré un trait sur le front républicain, la population, non) mais si par malheur, elle le devient, je vois mal le FN obtenir la majorité absolue à l'assemblée nationale et par ailleurs, connaissant mes compatriotes, ce sera la guerre civile. La gauche et même la droite républicaine se mobilisera dans la rue et ce sera violent d'autant que je ne vois pas les policiers et les militaires obéir aux ordres de la présidente. Elle tiendrait un mois maximum. Et on en aurait fini avec ce parti. 

    Loïc LT

  • La politique échappe-t-elle à une exigence de vérité ?

    C'est un des sujets du bac de philo 2015 et loin de moi l'idée de disserter là-dessus, je n'ai pas et je n'ai jamais eu le niveau. Donc, je vais écrire un texte, comme ça vient sans me prendre la tête. 

    On va prendre un exemple concret. François Hollande dit-il la vérité ? Et bien, désolé de vous décevoir mais je ne crois pas qu'il ait menti, en tout cas, je ne l'ai jamais pris en flagrant délit de mensonge. Le fait de ne pas remplir ses promesses de campagne ne constitue pas un mensonge, sachant qu'en plus le concernant, il  a quand même un peu avoué que sa politique (économique en tout cas)  n'avait pas fonctionné (et même s'il ne l'avait pas avoué, ce n'était pas non plus un mensonge). Par contre, le lascar dispose parmi ses ministres des gens comme Michel Sapin, François Rebsamen et jadis Pierre Moscovici (je ne sais plus qui est et fut ministre de quoi mais on s'en fout) qui sont presque des menteurs mais qui n'en sont pas non plus. Ce sont juste de fins communicants qui jouent avec les mots et avec les chiffres mais qui ne mentent pas proprement dit. Un menteur serait un ministre de l'emploi qui dirait 'le chômage a baissé de 2%' alors que Pôle Emploi dirait le contraire. Mais c'est impossible de mentir, surtout aujourd'hui où les journalistes sont à l'affût de la moindre contradiction, de la moindre bourde. Donc, c'est un fait, qu'un homme politique ne peut pas mentir sur sur des chiffres. 

    Le dernier mensonge flagrant qui me vient à l'esprit est celui de Jérôme Cahuzac jurant devant les députés qu'il ne possédait pas de compte en Suisse avant de finalement reconnaître que c'était faux. Ensuite, il a démissionné de sa fonction de ministre du budget donc mensonge = démission.  

    Donc, je le répète, ne pas tenir ses promesses électorales ne constitue pas un mensonge. Par contre, c'est plus discutable dès lors que l'on fait des promesses que l'on sait irréalisables, juste dans le but de se faire élire...Un mec comme Tsipras (sur qui je fais une fixation, ok), je ne sais pas si c'est un menteur car je pense que pendant sa campagne il pensait pouvoir honorer ses promesses, tout en sachant au fond de lui-même que ce ne serait pas simple. Aujourd'hui, il est dos au mur et va devoir très vite soit retourner sa veste soit démissionner mais je ne le qualifierais pas de menteur. 

    Comme quoi, contrairement aux apparences, je pense que globalement les politiciens ne sont pas des menteurs (je ne parle pas de leur vie privée) et je pense même que c'est un domaine où il est plus difficile de mentir qu'ailleurs. Sous les feux des médias, des experts et de tous les gens qui les entourent, ils savent très bien que mentir est dangereux.

    Bon, mais les choses ne sont pas si simples, des élus fraudent, détournent de l'argent, créent des emplois fictifs etc etc...ici, on a à faire à des fraudeurs et des menteurs par omission, c'est à dire qu'ils ne vont pas aller se vanter devant les caméras d'avoir détourner 50.000€ d'argent public à l'occasion de tel appel d'offre. Mais, excusez ma naïveté, les fraudeurs ne représentent pas la majorité des politiciens, parce que, toujours, pareil, il y a toujours la crainte que cela finisse par se savoir. Le jeu n'en vaut pas la chandelle. 

    Mais l'exigence de vérité, c'est dire aussi aux gens quelle est la situation du pays et si elle est mauvaise, ce qu'ils vont devoir endurer et sur ce point particulier, quasiment tous les candidats à une élection quelconque sont des menteurs mais c'est tellement le cas pour tous qu'on ne peut pas aller jusque dire que tous les politiciens sont des menteurs. Mais il est vrai aussi, que dans beaucoup de pays, en France en particulier, on a tendance à noircir le tableau, du coup les politiciens baignent dans ce pessimisme utopique et vivent dans l'idée que tout va mal, alors au moment de la campagne, ils ont tendance à promettre un monde meilleur dont beaucoup de citoyens ne sont pas concernés car ils sont heureux, amoureux et riches. Je m'égare je ne sais pas où là mais bon. 

    On trouve bien plus de menteurs dans le monde des affaires,  dans les entreprises, et surtout dans la vie privée des gens que dans la politique. Telle est mon humble et critiquable position.

    Loïc, recenseur de cabines fatigué. 00:25.