Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 4

  • shako, sabre et Françoiz

    Mi-janvier 2020, pour des raisons professionnelles, j'étais dans un hôtel près de Vannes donnant sur l'océan Atlantique, cette vaste étendue qui sépare l'Europe et l'Afrique de l'Amérique. En tout cas dans cet hôtel, entre deux cognac (ça aide quand même pour l'inspiration) j'ai écrit ce poème à l'attention de  Françoiz Breut car j'adore quand elle attache ses cheveux, je ne sais pas si c'est avec un chouchou mais qu'importe. Je suis un peu en contact avec la chanteuse mais je n'ai pas osé lui faire lire ce truc, j'ai peur qu'elle considère que je suis un fan hystérique. 

    Pour vous compliquer la tâche, j'ai pris une photo de ce poème dans le bouquin où j'assemble toutes mes œuvres d'art que seule la prospérité reconnaîtra la valeur.

    Shako. 

    DSC01388.JPG

     

  • Shako, sabre et Malrec Stourp

    J'ai toujours été curieux de savoir le rapport que Proust entretenait avec les poètes du XIXe. Or, dans la prisonnière, il évoque Baudelaire et Mallarmé en ces termes :

    " J'écoutais sa conversation comme une chanson populaire délicieusement française, je comprenais que je l'eusse entendue se moquer de Maeterlinck, comme je comprenais que Mérimée se moquât de Baudelaire, Stendhal de Balzac, Paul-Louis Courier de Victor Hugo, Meilhac de Mallarmé.

    Je ne suis pas si surpris de ces références puisque ce sont tous des poètes connus de leur vivant, mais qu'en est-il des vilains bonhommes que sont Verlaine et Rimbaud ?

    J'ai fait une recherche par mot sur kindle concernant Rimbaud. Il est cité deux fois mais la recherche par mot ne me permet pas de savoir dans quel volume il s'agit :

    "....esprit qui met plus de bonheur, plus de dignité dans la vie que les raffinements opposés lesquels ont conduit un Baudelaire, un Poe, un Verlaine, un Rimbaud, à des souffrances, à une déconsidération dont ma grand-mère ne voulait pas pour son petit-fils".

    "...ou bien, même homme de génie déjà conscient, et dernier en classe parce que, pendant que le professeur disait des banalités sur Cicéron, lui lisait Rimbaud ou Goethe."

    Rimbaud commençait à être connu au début du XXe et en esprit curieux de tout, ce n'est pas si étonnant que Proust en est entendu parler.

    Shako. 

  • le chaloupull

     

    Je croise quelqu'un dans les rues de Vannes avec un pull marin coloré qui ne ressemble à rien de ce que je connais de mes fournisseurs officiels (Armor Lux et surtout Saint James). Je prends mon courage à deux mains et m'enquiers auprès de ce quidam qui dans un premier temps ne se souvient plus de la marque puis finalement s'en rappelle. Il s'agit de "la touche française", une boite bretonne qui a sa filature du côté de Josselin (Josselin qui est évoqué dans "la prisonnière" que je suis en train de déguster :

    "Un jour que, de Josselin où j'étais chez les Rohan, nous étions allés à un pèlerinage, il était venu des paysans d'un peu toutes les parties de la Bretagne."

    Vous vous rendez compte. Un passage de la Recherche se déroule à deux pas de chez moi ! 

    Donc, je me renseigne sur "la touche française" (voir site internet) et je vois le pull que le quidam portait mais sur le site je tombe sur celui-ci fabriqué à seulement....29 exemplaires. Il vaut la bagatelle de 165€ mais on en a pour son argent. Ce sont des pulls increvables. Ce que j'adore dans ce pull, ce sont ces couleurs qui changent un peu des couleurs traditionnelles des tricots marins. Donc, je l'ai acheté et j'attends la livraison avec impatience !

    Shako.

    Capture.JPG

     

  • shako, sabre et Françoiz

    Une chanson qui commence par "je ne veux pas quitter tout ce que j'ai perdu" ne peut que donner envie de se s'allonger sur l'armoire bien calé juste au dessous de plafond. Elle se situe sur l'album de Françoiz Breut " vingt à trente mille jours" sorti en 2000 sur lequel a collaboré Dominique A avec qui elle venait de se séparer parce que l'un fit preuve d'une infidélité envers l'autre mais je ne sais pas lequel des deux. Mais ce n'est pas mon affaire. Entre gens responsables, ils ne devaient pas s'en vouloir puisque la collaboration a continué même si Dominique A n'avait plus l'exclusivité de la composition et de l'écriture.

    Cette chanson qui ne mesure que 1.53min est servie par un clip se servant des images d'un film italien qui s'intitule "before the revolution" datant de 1964, réalisé par Bernardo Bertolucci avec comme actrice principale Adriana Asti. Je ne sais pas pourquoi ce film pour cette chanson empreinte de poésie mélancolique. Juste pour sa beauté plastique ?

    A la suite du clip, j'indique les paroles et et pose deux ou trois phrases. 

    Shako.


                         

    Je ne veux pas quitter
    tout ce que j'ai perdu
    dont je m'étais lassée
    que je ne voyais plus
    ces cartes accrochées
    que toutes j'avais trop lues
    et ces voix dont j'ai cru
    qu'elles savaient me parler
    au sol les cartes étalées
    des voies où de longs trains s'égarent
    des croix sur les lieux traversés
    tous ces lieux dont trop vite on part
    croyant qu'on va les effacer

    ce sont eux qui nous effacent
    qui l'ont décidé
    et on perd sa propre trace
    à trop s'en aller

    je ne veux pas quitter
    tout ce que j'ai perdu
    tout ce que j'ai jeté
    en pâture à la rue
    ces visages dérobés
    que la mémoire a bus
    je ne veux pas me couper
    de ces choses-là non plus

    Une femme se retourne sur son passé et réalise qu'elle tient plus qu'elle ne le pensait à des choses qu'elle avait rejetées matérialisées par des cartes alignées sur le sol ou des départs, des lieux visités et les êtres que sa mémoire a enfouis. Elle ne veut pas oublier tout cela qui n'existe plus soit parce qu'elle l'a voulu soit du fait du temps qui passe. C'est comme le pot-au-feu à Berloch il y a trente ans dont j'ai encore le goût à la bouche ou comme l'âpre saveur des crêpes de blé noir cuites sur un feu d'ajonc.

    Le film n'a pas beaucoup de rapport avec ça mais il a le charme désuet des films de cette époque et puis l'actrice semble être à la recherche de son passé, y être attaché en tout cas. 

  • shako, sabre et cinoche

    Je suis présentement en train de regarder ça.

    MADE IN USA - JEAN-LUC GODARD

    Capture2222.JPG

    Captureggg.JPG

    Captureaze.JPG