Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

l'automne du poète # poème 3

J'aime dans son regard aux prunelles vicieuses

Détecter le pécher et la concupiscence

Et puis dans son sourire aux lèvres sulfureuses

Songer aux  nocturnes  et perverses jouissances

 

Heureux celui qui peut dans les longs soirs d'hiver

Défaire son ennui tout comme un ennemi

En instaurant l'orgie aux plaisirs éphémères

Dans une chambre sombre en douce  compagnie

 

Je suis le malheureux qui sombre et qui décline

Dans un précipice dont on ne sait le fond.

Je croise par instants une ombre féminine

Qui ne porte attention à mon affliction.

 

Et quand je toucherai les abimes profondes

Nulle ne pleurera ma disparition,

Cependant que partout aux quatre coins du monde

Monteront les soupirs de la délectation.

 

 

@Shako, mars 1996

 

 

r

Écrire un commentaire

Optionnel