Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

l'automne du poète # poème 2

En se levant tôt

Nous avons tout loisir

De lire un  peu Rimbaud

Et suivre ses désirs

 

La machine à café

Effectue son travail

Quand moi j'ai terminé

D'enfiler mon chandail

 

Et voici les oiseaux

Piaillant nous annonçant

Cet astre qui nous vaut

De vivre en respirant

 

C'est alors que j'allume

Mon transistor et fier

Je balaye l'écume

De mon café Grand-mère.

 

Ainsi vont les matins

Avant sept heures trente

En attendant le train

Ou le bus de cinquante. 

 

@Shako, le 26.07.2020

 

 

Écrire un commentaire

Optionnel