Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

revenir au monde (2)

DSC02127.JPGAprès plusieurs rechutes, je crois être désormais  sur le droit chemin de Damas mais comme on dit j'ai gagné une bataille des Ardennes mais pas la guerre de cent ans. Avec toutes ces conneries, j'ai été condamné à 8 mois de prison ferme mais j'ai interjeté appel. La justice a son propre vocabulaire et elle a ses raisons que la raison ignore. Je ne sais pas quand l'audience de aura lieu...dans plusieurs semaines ou plusieurs mois, dans un an, dans un siècle, une éternité aux couleurs.... de l'été lorientais.. Je crois que j'ai de bonnes chances d'échapper au pénitencier car j'ai fait des efforts dans le mauvais sens giratoire. Car lors du premier jugement, le procureur (comment peut-on avoir envie de faire ce métier ? Il faut vraiment avoir le goût de haïr les gens)...je peux vous dire que celui là était implacable comme il doit l'être avec tous les prévenus. Il m'a démonté et j'étais prostré, je pensais à mes filles et je me disais qu'en m'attaquant, c'est elles qu'il attaquait. J'étais très mal  parce qu'il y a des périodes où je suis complètement down pendant lesquelles je n'ouvre pas les volets de la journée. Si le procès avait lieu demain, j'aurais fait tomber ce procureur de sa chaise.  Et mon avocate aux cheveux blonds qui fait le minimum syndical, je ne sais pas à quoi elle m'a servi. Je ne vous ai pas parlé de la juge. Coupe au carré de bœuf, bien sapée mais tout aussi cinglante que l'autre gentil. Elle n'a eu aucune compassion à mon égard. Mais en fait, je n'en demande pas, je veux juste qu'on me traite comme un être humain et non comme un cube bleu faisant un mètre carré (ou un  peu plus) venu d'une planète lointaine. 

Donc, pour aller de l’avant, je fais de l'hôpital de jour, c'est à dire que deux demi journées par semaines, je me rends avec mon super vélo au centre médico psychologique (CMP) de Auray, le lundi matin et le jeudi soir à 23h30. Le lundi matin, c'est groupe de paroles et le jeudi soir, tir à la mitraillette en balles réelles contre d'éventuelles djihadistes. J'aime ces matinées et nuits... d'ailleurs je me suis déjà fait des amis islamogauchistes et de l'ultra-droite. Moi qui suis très réservé, je parle beaucoup . Sans doute que le bonbon rose du matin y est pour quelque chose. 

Par ailleurs, j'ai un autre projet dont j'ai fait part à la dame du spip (service pénitentiaire d'insertion et de probation). Le rôle de cette structure est de "d'assurer le contrôle et le suivi des personnes placées sous main de justice en milieu ouvert ainsi qu'en milieu fermé".  Je pense que vous ne connaissiez pas ce truc avant que j'en parle. Moi non plus, je ne connaissais pas avant. Pourtant c'est une structure fondamentale d'une justice indépendante dans un pays démocratique comme la France. J'aime la France et ses institutions.

Donc, mon autre projet, un peu fou est d'ouvrir une maison de la presse à Baud qui ferait maison de passe, librairie et un endroit où il serait agréable d'errer, de discuter et de boire un café ou un thé ou d'enfiler une bouteille de whisky cul sec. Il faut que je trouve un bocal assez grand car il me faudra de la place. Je veux un large choix de livres, c'est à dire ne pas me contenter de certains auteurs dont vous devinez le nom. Si je fais ça, c'est que Baud fait plus de 6000 habitants et qu'elle n'a plus de maison de la presse si bien que je ne sais pas comment font certains pour acheter l'humanité ou valeurs actuelles. Et si je dispose d’une librairie bien fournie, je pense pouvoir faire venir des contribuables d’autres communes.

J'ai rencontré madame le maire de Baud, Pascale Gilet, une jolie quinquagénaire qui me suit dans mon projet. Mais cette boutique de la joie du christ n'est pas prête de s'ouvrir. Il me faut déjà faire une formation en gérance ou je sais pas comment on dit et qu'une banque me prête quelques centaines de milliards d'euros. Ensuite, donc, il faut trouver un local plutôt dans l'hypercentre. 

Ce projet fait sourire mon père qui en ce moment est encore plus dur avec moi que le procureur. Il ne cesse de me gueuler dessus, de me juger  or j’estime que seul le juge doit avoir ce pouvoir. Je pourrais être dur avec lui aussi mais j'ai pas envie de le démonter. On ne tire pas sur une ambulance. Mais avec la vieillesse, il devient virulent alors qu'il a toujours été un mec très cool. Il a 76 ans, il est en fauteuil roulant et dort sur un matelas Merinos. Il habite la longère de Berloch où ma  sœur et moi avons grandi. Comme il est en fauteuil roulant, il ne peut pas accéder à l'étage où il y a quatre chambres qui ne servent à rien. Depuis quelques temps, il s'est pris la manie de faire des travaux divers alors que je pense qu'il devrait trouver un logement à sa mesure dans le bourg de Languidic. Ma puinée est d'accord avec moi...mais il ne veut rien entendre. Il veut rester dans cette longère (quasiment invendable vu le corps de ferme en ruine attenant) . Quand je lui demande de l'aide, vous voyez de quelle aide je parle, sa théorie est que c'est aux enfants d'aider les parents et non le contraire. Je trouve ça complètement stupide. Je veux bien l'aider lorsque je vais le voir mais je me vois mal lui donner de l'argent alors qu'il croupit sur je ne sais pas combien d'anciens francs . J'ai l'air comme ça de ne penser qu'aux thunes alors qu'en fait à la base navale, je m'en fous mais il se trouve que je traverse une période difficile. Mais ça va, je survis. A défaut de manger, je me nourris de nourritures spirituelles. Quand on aime la littérature, lire, écrire, quand on aime Françoiz Breut ou Etienne Daho, on ne peut qu'être heureux. Mais la solitude me pèse un peu. Une fille a vécu trois jours avec moi la semaine dernière et je dois avouer que je n'en tire pas spécialement un bon souvenir. 

Le tableau en illustration a été peint par Angélique Salenbier, une baldivienne qui fait aussi dans la psychothérapie. Je lui ai subtilisé la chose pendant qu'elle était partie faire un truc. 

Je viens de commencer à lire (relire car je l'ai lu il y a très longtemps) le procès de Kafka. Comme si j'en vais pas assez  avec la justice !

Oui, l'heure nouvelle est au moins très-sévère ! La vision de la justice est le plaisir de dieu seul. 

Shako

 

Commentaires

  • Sur la Justice : le rôle du Juge est de juger, en tenant compte des circonstances. Celui du Procureur, de représenter la république, la Res Publica. Il n'est pas là pour faire preuve d'impartialité, bien au contraire, il est là pour protéger les citoyens et demander réparation au prévenu pour ses actes. Le prévenu, on lui demande trois choses : reconnaitre ses actes, les réparer, et ne pas recommencer. Alors le mec qui dit "oui mais j'ai tué personne" et qui récidive…

    Concernant ton père : agriculteur, il ne doit pas avoir grand'chose en retraite, pour autant qu'il en ait une. Donc je comprends tout à fait qu'il veille sur le peu d'argent qu'il a pu mettre de côté, parce que c'est ce qui va lui assurer l'organisation matérielle de ses vieux jours. Et crois-moi, le sujet est compliqué.

    Pour ton projet de maison de la presse/librairie. Laisse tomber le whisky, car il te faudrait une licence IV. Côté financement si ça coince auprès des banques, renseigne-toi sur ce que tu peux faire en associatif. Mon frère avait monté sa première cave à bières sur ce modèle, et j'ai vu dernièrement dans un reportage quelque chose de similaire, c'est une piste à creuser ! Bon courage, renégat ;-)

  • Mon père n’a pas une grosse retraite mais il touche bonbon grâce à un contrat d’assurance contracté peu avant son accident. Il est demi millionnaire.
    Le renégat -)

Écrire un commentaire

Optionnel