Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Shako, 19.12.1996

Shako, Ardennes 19.12.1996

 

Je perds mon précieux en futiles discours

Qui telle la fumée sont plus légers que l'air

Et dans cette bêtise à jalouser les sourds

Mon cerveau de génie très vite dégénère.

 

Au hasard de ma vie, il arrive pourtant

Que quelques rencontres ravissent mon esprit

Et avec ces amis d'un instant confidents

Nous refaisons le monde à coup de théories.

 

On parle politique et de philosophie

Mécanique quantique ou bien astronomie

Et je rentre le soir ivre de certitudes

 

Heureux d'avoir un temps vaincu la solitude,

Cependant que j'entends les odieux commérages

Des concierges bêtes comme des coquillages.

 

Écrire un commentaire

Optionnel