Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

les choses de la vie (1),avec Alan, 10 mois de sn (mais on n'est pas tombé pour la France)

armée, julie schittlyIl y a deux compatriotes dont je me souviens lors de mon passage sous les drapeaux en 1997, Guy Tessier que j'ai rencontré lorsque j'étais à Compiègne (4 mois) et Alan S que j'ai rencontré à la prestigieuse école de St-Cyr Coëtquidan. Pour obtenir cette mutation, j'ai monté un dossier complètement bidon prétextant le fait que mon père  était paraplégique alors qu'il était parfaitement indépendant. J'ai fait des faux en écriture mais il y a prescription. Cette affaire m'a ramené à une demi heure de Berloch et c'est lors de cette période que j'ai rencontré Alan (photo). Je crois qu'Il habitait Rennes. Le courant passait bien entre nous.et le matin on mettait une heure à nous rendre à nos services quand dix minutes auraient suffi.

alannnnnnn.jpgIl faut bien le dire, comme toutes les catégories sociales étaient mélangées (ce qui était une bonne chose), il y avait son pesant de bourrins mais je ne vais pas faire dans la condescendance. A l'époque, je n'avais pas l'habitude de boire beaucoup et un soir on s'est pris une grosse cuite dans la chambrée. Trop pour moi. J'a! tout dégobillé dans la nuit sur mes draps mais j'ai continué à dormir. J'aurais pu mourir dans mon vomi les certaines stars de rock. (tableau dans l'air du temps par Alan S)

Moi, j'avais le bac et et le bts compta en poche et je craignais quand même l'avenir. Je n'aimais pas du tout la comptabilité. J'aurais préféré être journaliste comme Julie Schittly. 

Bref, ça remonte quand même. 23 ans. Je me souviens un peu de Alan et j'avais remarqué qu'il avait une âme d'artiste. Je ne sais plus de quoi on pouvait parler. 

Ah zut, je viens de me rendre compte que j'avais déjà publié son top10. Au moins, j'aurais écrit un peu. Ça me fait du bien d'écrire, ça vaut mieux qu'un sceau de whisky ou un tube de lexomil. 

J'ai un bon souvenir de ces dix mois à Saint-Cyr d'autant que j'étais tout proche de la forêt de Brocéliande et le soir je parfais souvent seul aux confins de l'univers. 

Alan S, comme je l'avais pressenti est un peu artiste, un peu graphiste mais son vrai métier c'est la nuit qu'il l'exerce, c'est un dormeur le plus souvent de dos mais parfois parfois du côté droit et je précise que ce sont bien ses parents qui sont responsables si on l'appelle Alan comme (friandise). 

Son site 

edit : avec les choses de la vie, j'inaugure une série où je raconterai les choses de la vie ou celle des autres, même celle des méchants

Écrire un commentaire

Optionnel