Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Shako, le catho

shakocato.jpgOn dirait que les gens veulent que je devienne catho. Il y a deux mois à peu près, je me fais prendre en stop par une ancienne collègue de boulot (en retraite) qui a bien vu que je n'allais pas bien et c'était vrai, j'avais deux bouteilles de whisky dans mon sac à dos que je m’apprêtais à enfiler cul sec. C'est alors qu'elle commence un discours étrange sur la fin du monde, sur la vengeance de Dieu et tout le prêchi prêcha de circonstance. Elle me donne un petit livret dont je n'ai pas mis longtemps à comprendre qu'il s'agissait d'un fascicule intégriste se réclamant quand même de l'Eglise Catholique mais je suppose et espère que cette dernière rejette ce type de mouvement. En tout cas, elle me propose d'accompagner un groupe de fidèles (dont elle) en Bosnie au mois de septembre et elle me payait même le voyage. J'ai réfléchi vite fait en me disant que ça me changerait les idées tout en espérant que je ne serais pas obligé de suivre ces pseudo-cathos dans leur pèlerinage d'une semaine. Je ferais mon petit touriste dans mon coin et rejoindrais le groupe ou pas le soir (à moins que je ne tombe sur un petit hôtel sympathique perdu dans les montagnes bosniaques). Je m'en faisais presqu'une joie annonçant même autour de moi que j'allais probablement en voyage en Bosnie en septembre. 

Plusieurs semaines plus tard, elle vient chez moi et reprend son discours sur l'imminence de la vengeance et dans le flot de  stupides prédictions, j'en ai retenu une qui a failli me faire tomber de l'armoire : il ne restera plus que 48 habitants à Paris. Je ne cherchais même plus à apporter la contradiction d'autant qu'elle m'avait dit que finalement je devais payer le voyage (en plusieurs fois, s'il fallait, très gentille, merci) et qu'il n'était pas possible de quitter ce groupe d'illuminés pendant la semaine. Je lui ai clairement fait comprendre que ça n'allait pas être possible et elle m'a dit de la rappeler au cas où.

Quelques semaines plus tard, je reçois cette carte postale de ma sœur en vacances dans la Creuse (département top cliché lorsqu'on veut quitter la société de consommation) et qui représente une vierge marie noire (permettez moi de ne pas mettre de majuscule au nom de cette dame) sur les genoux de laquelle est installé son fils, Jésus Kriss tout aussi noir que sa mère, si on peut appeler une femme qui a conçu un bébé sans père, une mère. C'est un peu caché par l'écriture de mon beau-frère mais voici la légende : "MEYMAC CORREZE, l'église abbatiale possède une vierge noire du XIIe siècle". A l'actif de ma sœur, je dirais que c'est original de ne pas envoyer de cartes représentant un paysage. Au passif, je suppose qu'elle n'a pas oublié que je suis athée donc qu'il doit s'agir d'une gentille provocation. Que la vierge marie soit noire, blanche, verte ou bleue m'importe totalement puisque je ne crois pas que cette dame ait existé. Le texte de ma sœur commence par "que la vierge marie de Meymac t'aide à prendre confiance en la vie sobre et simple....etc" signé Rozenn

Rozenn et mon ex-collègue se sont-elles mises de mèche pour me faire basculer de l'autre côté de l'échiquier ?

Toujours est-il que je me relèverai seul parce que je suis fort et que j'ai pour m'en sortir un grimoire et que je n'ai pas besoin du secours de Marie et de ce périple à Medjugorge. Je suppose que tout cela part d'une bonne intention mais je suis trop avancé dans les mystères de la physique quantique pour faire une improbable marche arrière. 

Shako

Écrire un commentaire

Optionnel