Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lecture en cours : la prisonnière - Marcel Proust

Je continue avec un plaisir de chaque page de lire ce volume de La Recherche. Ça met du tempsDSC01406.JPG car je ne cesse de faire des retours en arrière pas parce que je n'ai pas compris mais pour me délecter à nouveau d'une phrase ou d'un paragraph. Ainsi page 82 (587 de la Pleiade) du livre de poche à la couverture magnifique, je lis ceci

Quand nous avons dépassé un certain âge, l'âme de l'enfant que nous fûmes et l'âme des morts dont nous sommes sortis viennent nous jeter  à poignée leurs richesses et leurs mauvais sorts, demandant à coopérer aux nouveaux sentiments que nous éprouvons et dans lesquels, effaçant leur ancienne effigie, nous les refondons en une création originale.

 

Ma lecture des choses : lorsqu'on a dépassé l'âge auquel en général les gens meurent, non seulement nous n'avons plus évidemment notre âme d'enfant mais nous n'avons plus non plus l'âme des morts puisque nous avons dépassé la moyenne d'âge. Donc, il faut s'inventer un autre paradigme et c'est le cas ici pour Tante Léonie et pour une dame que je connais qui a 104 ans mais hélas plus toute sa tête et donc pas en mesure de se refonder !

Sinon, qui a dit que les amours du narrateur étaient platoniques ? Lisez ceci. Page 82 poche, (587 de la Pleiade)

Avant qu'Albertine m'eût obéi et eût enlevé ses souliers, j'entr'ouvrais sa chemise. Ses deux petits seins haut remontés étaient si ronds qu'ils avaient moins l'air de faire partie intégrante de son corps que d'y avoir mûri comme deux fruits ; et son ventre (dissimulant la place qui chez l'homme s'enlaidit comme du crampon reste fiché dans une statue descellée) se refermait, à la jonction des cuisses, par deux valves d'une courbe aussi assoupie, aussi reposante, aussi claustrale que celle de l'horizon quand le soleil a disparu.

Je trouve ça vraiment magnifique, je n'ai pas de mots. 

Shako.

Écrire un commentaire

Optionnel