Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

2021

  • Nicolas de Staël, coup de cœur de Nicolas Sarkozy

    C'est Nicolas Sarkozy qui, dans son essai "promenades" (qui vient de sortir et qui est dédié à son amour pour la culture et en particulier pour l'architecture et pour la peinture...mais Rimbaud est convoquée aussi) que j'ai découvert ce peintre et j'aime beaucoup.

    de stael.jpg

    de stael1.jpg

    de stael2.jpg

    Voici ce que l'ancien président de la république écrit à propos de Rimbaud :

    DSC02291.JPG

  • Questa è la mia vita

    J'ai eu un peu de mal à trouver mais c'est fait. L'affiche qui est à gauche à "Hatari !"est "questa è la mia vita", ce qui en Français veut dire "c'est ma vie". C'est un film de Jean-Luc Godard sorti en 1962 en France sous le titre "vivre sa vie", un des rares films du réalisateur que je n'ai pas vu. 

    la mia vita.jpg

    L'actrice principale est Anna Karina, l'égérie de JLG. Sorti également en 1962, ce n'est pas un hasard qu'il se trouve à l'affiche de ce cinéma bizarre, à fond de cale.

    la mia vita2.jpg

    questaen.jpg

  • Hatari !

     Plusieurs fois dans le film "le mépris", on voit l'affiche du film "Hatari !".

    hatari.jpg

    Il s'agit d'un film de Howard Hawks sorti en 1962 avec John Wayne et Hardy Kruger (ce dernier joue le soldat allemand fait prisonnier dans le mythique "un taxi pour Tobrouk"). 

    hatari2.jpg

    Il ne s'agit pas d'un western. Je vous invite à lire sa fiche Wikipedia. Je veux absolument voir ce film. Jean-Luc Godard ne laisse rien au hasard mais d'un point de vue chronologique, c'est cohérent car "Hatari !" est sorti en 1962, c'est à dire pendant le tournage du "mépris". Il y a d'autres affiches dans le film mais j'ai du mal à voir les titres. 


                       

  • CR379 : la controverse de Valladolid - Jean-Claude Carrière

    R (1).jpgprésentation : "Dans un couvent de Valladolid, quelque soixante ans après la découverte du Nouveau Monde, deux hommes s’affrontent dans un débat passionné : les Indiens sont-ils des hommes comme les autres ?
    L’issue de cette confrontation, déterminante pour des millions d’hommes, pourrait bien être surprenante."

     

    mon avis : Il y a trois protagonistes, le dominicain Las Casas, ardent défenseur de la cause indienne, Sépulvéda qui affirme que certains peuples sont nés pour être dominés, le légat envoyé par le pape qui doit lui donner le compte rendu de ce face à face.

    Ça se présente comme une pièce de théâtre, ça se lit en une heure. Ça ne casse pas des briques tant aujourd'hui, c'est un combat d'arrière garde. Ce qui m'a étonné, c'est l'inversement des rôles : j'aurais plutôt  vu le philosophe défendre les indiens et le dominicain défendre le contraire. Je n'ai pas grand chose d'autres à dire. Pour moi, les indiens sont des sous-hommes, même pas des hommes d'ailleurs.  Non, je plaisante, c'est pour meubler. Lisez-le, ça fait partie des monstruosités de l'histoire des hommes mais je suis rassuré, il est assez étudié au lycée.

    lecture sur papier, septembre 2021, 104 pages. Note : 4/5

  • CR378 : la fortune des Rougon - Emile Zola

    OIP.jpgÇa m'est toujours difficile de faire la critique d'un classique.  C'est vrai quoi, c'est se prendre pour qui ?

    La fortune des Rougon est le premier tome de la grande fresque des Rougon-Macquart et ce roman pose donc les fondements de tout ce qui va suivre. L'action se déroule en 1951 alors que Napoléon veut se débarrasser de la république et devenir empereur. Dans la ville (imaginaire) de Plassans, petite bourgade du sud de la France, les tensions s'exacerbent entre les pro-Napoléon et les tenants de la république.  La famille Rougon, représentée par Pierre Rougon est favorable au coup d'état alors qu'Antoine Macquart est favorable à la république. A l'intérieur  de la Grande Histoire, on suit l'histoire d'amour de deux tourtereaux à peine adolescents, Sylvère et Miette. 

    J'avais déjà lu ce roman il y a 30 ans peut-être, il fallait donc une deuxième injection  comme on dirait aujourd'hui. Zola est un romancier sous-estimé par rapport à Balzac pourtant il maîtrise parfaitement l'art du roman et c'est plus grand-public. 

    Cette lecture est une parenthèse avant de reprendre La Recherche avec quand même avant, la controverse de Valladolid qu'une amie m'a offert. 

    Voilà, c'est tout pour aujourd'hui. Si vous n'êtes pas contents, c'est pareil. Moi, je trace ma route. 

    lecture sur papier, septembre 2021. Note : 4.5/5

  • CR377 : la maison Nucingen - Balzac

    md8135882409.jpgBien que ne n'ai pas étudié de Balzac à l'école, je trouve qu'il est phagocyté par l'éduction nationale, d'où le fait que j'ai eu du mal à me décider à le lire (les idées reçues ont la vie dure)....illusions perdues, la cousine Bette, le Père Goriot et voici la maison Nucingen, roman pas très épais, ce qui n'est pas dans son habitude. Par ailleurs, le thème du boursicotage aurait mérité plus de place .  Moi, ça me passionne en tout cas. L'argent de Zola traite du même sujet mais avec plus d'épaisseur. Mais Balzac, c'est quand même énorme. Les mots paraissent couler sous sa plume comme l'eau d'un ruisseau limpide.  

    Il faut toujours s'accrocher quand on lit un Balzac .Je ne vais pas lui faire le reproche de faire dans la description. Il  n'en fait pas , ni des paysages ni les personnages à peine. Prends ça et mange ton pain. Le tour est mené tambour bâtant comme toujours avec Balzac. Pas le temps d'aller aux vestiaires.

    Je suis toujours en cours de lecture de la Recherche. Là, je dois lire Albertine disparue....mais je  vais lire avant le premier roman des Rougon Macquart histoire peut-être de relire la série en entier, ce que j'avais fait il y a quoi... 30 ans

    lecture 20.09.21, liseuse. note : 3/5

  • CR376 : le père Goriot - Balzac

    mediag.jpgPour ce compte rendu, je vais répondre au questionnaire que ma sœur a établi à ses élèves de première. J'avoue que la partie est difficile

    1. AUTEUR
    Notez quelques informations biographiques sur Balzac (naissance, milieu social, contexte
    politique, études, carrière, mouvement littéraire, œuvres les plus importantes, thèmes de
    prédilection).

    S'en référer à Wikipedia. Balzac est avec Victor Hugo le plus puissant romancier du XIXe. Il est le premier à avoir conçu une œuvre, à savoir la comédie humaine avec des personnages récurrents. Zola en fera de même mais de façon plus prononcée. Le père Goriot ouvre le bal et fait entrer en jeu des personnages comme Rastignac ou la maison Nucingen qui réapparaitront dans d'autres romans. Le mouvement littéraire est de type réaliste. Ses thèmes de prédilection sont l'ambition de ces personnages qui finit souvent en naufrage. 

     

    2. TITRE 
    Avant lecture 
    Dites ce que ce titre vous évoque, les attentes qu’il suscite chez vous.

    Le père Goriot sous entend la présence d'enfants qui seront prépondérants dans le roman. Sinon, Monsieur Goriot aurait suffi. 

     

    3. ILLUSTRATION DE LA 1 e DE COUVERTURE 
    Avant lecture 
    a) Quelle est sa nature (dessin, tableau, collage, photo) et ses références (qui, quand) ?
    b) Décrivez-la précisément en quelques lignes.
    c) Vous semble-t-elle correspondre au titre ?
    Après lecture :
    a) Vous semble-t-elle pertinente pour illustrer le roman ?
    b) Quelle autre illustration pourrait être choisie (peut-être en lien avec un moment
    stratégique du roman) ?
    c) Proposez une création.

     

    Je ne peux pas répondre à cette question ayant lu le livre sur liseuse. 

    Mais ça veut dire que tous les élèves ont la même édition ?

    Moi, je pense juste à la  couverture avec Aznavour, physique qui colle bien avec l'idée que l'on se fait du père Goriot (au fait, connait-on son prénom ?)

     

    4. INCIPIT
    a) Quel est votre ressenti personnel après la lecture des 1ères lignes du récit ?
    b) Que semble vous promettre ce début de récit ?

    Je n'ai pas trop de souvenir mais je crois que l'on présente la pension Vauquer et ses occupants. La diversité des personnages laisse présager des incompatibilités pouvant provoquer des scènes houleuses. 

     

    5. PASSAGE PREFERE
    a) Quel est votre passage préféré ? Recopiez-le et racontez-le avec vos mots.
    b) Formulez les raisons de votre choix.

     

    "Ma vie, à moi, est dans mes deux filles. Si elles s'amusent, si elles sont heureuses, bravement mises, si elles marchent sur des tapis, qu'importe de quel drap je suis vêtu et comment est l'endroit où je me couche. Je n'ai point froid si elles ont chaud. Je ne m'ennuie jamais si elles rient. Je n'ai de chagrins que les leurs." 

     

    Ce passage résume parfaitement l'état d'esprit du père Goriot qui ne vit que par et pour ses filles. Il me touche particulièrement car j'ai le même ressenti avec mes deux filles. Je ne ressens pas forcément le besoin de les voir mais je veux les savoir heureuses et épanouies. 

     

    6. PERSONNAGE PREFERE
    a) Quel est votre personnage préféré ?
    b) Expliquez pourquoi : ce personnage vous rappelle-t-il quelqu’un de proche ?
    Quelqu’un à qui vous aimeriez ressembler ? Possède-t-il des qualités que vos
    admirez ? des défauts que vous condamnez, mais qui rendent le personnage humain
    et réaliste ? Précisez.

    C'est banal ce que je vais dire mais c'est Rastignac car j'aime les arrivistes (ce que je ne suis hélas pas) comme j'aime Julien Sorel dans le Rouge et le Noir. J'admire son envie de conquérir Paris et ses plus jolies femmes. Je n'arrive pas à lui trouver de défauts. Il veille le père Goriot jusque son dernier souffle alors qu'il ne lui doit rien ce que révèle son caractère empathique. 

     

    7. DES CITATIONS
    a) Recopiez des citations du roman qui vous semblent emblématiques =A quelques
    phrases dont vous aimeriez vous souvenir.
    Pour chacune, justifiez votre choix.

    Il aurait fallu que je les note pendant la lecture. Là, j'ai la flemme de me replonger dans le roman. 

    8. BILAN DE LECTURE
    Développez des arguments qui vous permettent d’expliquer votre ressenti :
    Interrogez-vous, par exemple, sur la facilité avec laquelle vous avez lu l’œuvre, sur le lien
    que vous pouvez établir avec votre vie personnelle, sur la capacité du récit à vous faire
    réfléchir à un thème que vous n’aviez jamais abordé, sur sa capacité à renouveler le point
    de vue que vous aviez sur un thème, sur son caractère moderne et/ou intemporel.

    Contrairement à beaucoup de romans de Balzac qui sont difficiles à lire, celui ci est facile d'accès. Les personnages sont bien présentés et le récit suit son cours assez facilement. Je trouve que Rastignac prend plus de place que le père Goriot et comme je le disais plus haut, Rastignac est l'opposé de ce que je suis, moi qui subis et me morfonds dans l'inertie. Moderne non, intemporel oui car nous sommes tous confrontés à l'agonie et à la mort d'un proche même si ça n'a pas le caractère romancé du Père Goriot.

     

    9. AU-DELA DU RECIT
    a) Recherchez les reprises qui ont pu être faites de l’œuvre que vous venez de lire :
    Existe-t-il une adaptation cinématographique, une bande dessinée, un roman
    graphique, une réécriture parodique, une suite ? Si oui, précisez.
    b) Imaginez à votre tour une reprise : précisez sa nature puis dites en quelques lignes
    quels aspects de l’œuvre vous mettriez en avant et pourquoi.
    Qu’est-ce que vous changeriez et pourquoi ?

    Je n'ai pas envie de rechercher mais je sais qu'un téléfilm a été réalisé avec Aznavour pour représenter le père Goriot. Il doit y en avoir d'autres. Confère Internet.

    L'amour inconditionnel du père Goriot pour ses filles est très touchant. Dans la plupart des romans, les liens de filiations sont représentés de façon banale. Personnellement, je ressens la même chose pour mes filles. Leur bonheur passe avant le mien. 

    Qu'est ce que je changerais.....pas grand chose sauf peut-être l'agonie du père Goriot qui est un peu longue mais je dis ça parce qu'il faut dire quelque chose. C'est un très bon roman, avec beaucoup d'humanité et de rythme. Dommage qu'il ait été "kidnappé" par l'éducation nationale...

     

    lecture sur liseuse le 16 septembre 2021. Note : 4/5

     

    PS : je viens de me rendre compte que je l'ai déjà lu en 2010 :

    lire ici

  • Jean-Paul Belmondo

    jpb.png

  • mon vélo électrique

    En consultant par hasard ma chaine youtube, je constate  que j'ai 1160 vues sur la vidéo où je présente mon vélo électrique. Enorme !